Multiplex Poker sur WinamaxRadio Winamax  en direct de Las Vegas

Main Event - Day 1 - Par Benjo, Harper et Kinshu


Aller à la page 1, 2, 3 Suivant

25/06/2013 14:44 - Main Event - Day 1

Main Event des WSOP 2013 - Jour 1A



Les professionnels du circuit l'attendent chaque année avec impatience, les amateurs rêvent d'y participer depuis le jour où ils ont découvert ce jeu... Le Main Event des championnats du monde, le seul tournoi faisant frissonner des milliers et des milliers de joueurs, est sur le point de démarrer.

Pour cette 44ème édition du festival, le Main Event vient conclure une série de 62 tournois, débutée le 29 mai dernier. Le prix d'entrée et la formule sont les mêmes que les années précédentes : 10,000 dollars l'inscription, un tapis de 30,000 en jetons, et une structure de rêve avec des niveaux de deux heures débutant sur des blindes à 50 et 100.

On se pose chaque année les mêmes questions à propos de l'épreuve reine : combien de joueurs y aura t-il ? Est ce qu'un Français arrivera en finale ? Avec quel accoutrement Phil Hellmuth se présentera t-il ? Est-ce qu'un Mexicain atteindra les places payées ? Les joueurs du Team Winamax seront-ils au rendez-vous ? On tâchera de répondre à toutes ces interrogations au fil des jours, au fur et à mesure de l'avancement du tournoi.

L'an dernier, Gaëlle Baumann avait réalisé l'aventure de toute une vie, en se classant 10e de l'épreuve qui avait rassemblé 6598 joueurs. Au terme d'un marathon de dix jours durant lequel elle était passée par toutes les émotions, l'atout charme du Team Winamax se voyait privée de finale. C'est finalement Greg Merson qui avait été sacré champion du monde et décroché la bagatelle de 8,5 millions de dollars.

Qui écrira un nouveau chapitre de l'histoire des World Series ? Pour le savoir, retenez votre souffle et plongez avec nous en immersion : c'est parti pour dix jours d'anecdotes, de coups marquants, d'interviews, de gifs animés, et de statistiques indispensables !

La structure du jour

Tapis de départ : 30,000
Niveaux de 120 minutes

50-100
100-200
150-300
150-300 ante 25
200-400 ante 50


Main Event - le programme

Samedi 6 juillet : Day 1A
Dimanche 7 juillet : Day 1B
Lundi 8 juillet : Day 1C
Mardi 9 juillet : Day 2A et 2B
Mercredi 10 juillet : Day 2C
Jeudi 11 juillet : Day 3
Vendredi 12 juillet : Day 4
Samedi 13 juillet : Day 5
Dimanche 14 juillet : Day 6 (jusque 27 joueurs)
Lundi 15 juillet : Day 7 (jusque 9 joueurs)

Kinshu

06/07/2013 23:24

Level 1, lâchez les chiens
Plus de 1,000 joueurs à l'assaut du Day1A

Le plus beau et plus attendu tournoi de l'année vient de débuter ! Chaque fois que je vois le visage d'une personne ayant déboursé 10,000$ pour s'inscrire à l'épreuve phare des championnats du monde, je ne peux m'empêcher de l'imaginer ce matin, se préparant pour LE tournoi. Chacun a les rêves les plus fous, et nombreux sont ceux qui ont la certitude que le futur champion du monde, c'est lui (ou elle). Ils sont un peu plus de 1,000 à avoir choisi le Day 1A comme journée d'introduction, un chiffre semblable à l'an dernier, et donc conforme aux prévisions de voir environ 7,000 joueurs participer au tournoi. Afin de vous plonger dans l'ambiance, on vous a fait un petit tour du propriétaire.

Section Tan (24 tables)



Je suis toujours impressionné par l'engouement que suscite le Main Event. Au-delà des joueurs, nombreuses sont les personnes venant encourager leurs proches, voire même simplement regarder le tournoi. Et croyez-moi, il faut être courageux ! Debout derrière des barrières, ils doivent rester plantés comme des piquets durant une dizaine d'heures pour voir - la grande majorité du temps - de simples vols de blindes. Dans la section Tan, située dans l'Amazon Room, la tendance est à la casquette, près d'un joueur sur cinq en porte une ! Parmi les joueurs repérés, on trouve Phil Galfond, récent runner up de l'épreuve short-handed à 25,000$. Elio Fox (vainqueur du Main Event des WSOPE 2011), Ruben Visser, Justin Bonomo et le Français Sébastien Comel sont également dans le coup. Il y a aussi un mec endormi. Mais genre vraiment endormi. Son voisin est obligé de lui donner des petits coups de coude à chaque donne pour lui signifier que c'est son tour. C'est pas sérieux, les gars.

Section Orange (40 tables)



Dans la section Orange, on retrouve des visages qui nous ont marqué lors de l'édition 2012, comme celui de l'homme-parapluie (enfin, ce n'est pas tant son visage mais plutôt son chapeau qui nous avait étonné), le mec qui craint les giboulées d'intérieur, mais surtout celui d'Elisabeth Hille, 11e de l'épreuve l'an dernier (pour 590,442$), qui a depuis disputé quelques tournois tout en conservant son boulot de serveuse. Payé l'an dernier sur l'épreuve, Johan 'YoH_ViraL' Guilbert est également dans cette section.

Section Purple (25 tables)



Dans la section Purple (violette, quoi, yes aille dou spik inglish), on retrouve une belle brochette de champions du monde qu'on a déplacé sur des petites tables à l'écart, en mode tout confort. Ils se mettent bien les types. Il y a notamment Greg Merson (photo), champion du monde en titre. On retrouve aussi Pius Heinz (victoire en 2011) et Joe Cada (c'était en 2009). Sinon, on a aussi vu Mike Sexton (qui a perdu les deux tiers de son tapis), Olivier Busquet, Vicky Coren, Mike McDonald et Faraz Jaka.

Section Silver (20 tables)



Une petite vingtaine de tables sont actives dans la zone Silver de la Brasilia Room. Et peu nombreux sont les visages familiers dans ce coin du Rio. Le seul joueur Français rencontré en parcourant les tables fut Nicolas Cardyn, assis à la droite du fantasque Italien Alessio Isaia. Juste à côté, dans la section Red, se joue le Day 2 de l'Event 60, la dernière boucherie de l'été à 1,500 dollars.

Section White (0 table)

Dans la Pavilion Room, les dizaines de tables remplies ne sont pas celles du Main Event, mais d'un satellite géant à 1,060 dollars, l'une des dernières occasions pour des centaines d'amateurs de se qualifier à moindre coût pour le plus beau tournoi du monde. A l'autre bout de la salle, c'est le final du Little One for One Drop qui se dispute. Pour le Main Event, on repassera demain.

Statistiques et citations à la con

- Consommation des reporters à la soirée des qualifiés Winamax
Benjo : 1 Heineken, 2 Coronas, 5 whisky-coca
Kinshu : 3 Heineken, 1 Corona, 2 whisky-coca
Harper : 5 whisky-coca
- Nombre de bouteilles de Grey Goose bues par les qualifiés Winamax : 7
- Heure à laquelle les reporters du Team Winamax ont quitté la soirée des qualifiés
Benjo : 1h50
Kinshu : 2h
Harper : 2h30
- Heure à laquelle se sont couchés les reporters du Team Winamax
Benjo : 2h10
Kinshu : 5h
Harper : 3h30
- Nombre de jetons utilisés durant l'intégralité des World Series of Poker : 525,000
- Prix du sandwich "bout de dinde dégueulasse enfoui dans un croissant encore plus dégueulasse" : 11$

Citation : "Je m'en tape, maintenant, tu arrêtes ce que tu fais, et tu me trouves la table de Paul Pierce" - Signé : un grand black musclé à un couvreur de Winamax après que ce dernier ait dit ne pas savoir où se trouve le célèbre basketteur

Multiplex Poker - best of du 5 juillet



Harper & Kinshu

07/07/2013 00:53

En marge du Main Event

Trois tournois préliminaires restent en cours. On vous en donne tout de suite de fraiches nouvelles…

Event 61 : Pot-Limit Omaha 10,000$



L'attraction dans cette épreuve de Pot-Limit Omaha, c'est la présence de Paul Pierce, l'ailier mythique des Celtics de Boston récemment transféré chez les Nets de Brooklyn. Paul, c'est 2,01 mètres, 107 kilos, plus de 20,000 points inscrits en carrière, et un salaire annuel supérieur à 15 millions de dollars. On pourrait croire que The Truth (son surnom) est venu tuer le temps en gaspillant 10,000$ sur une épreuve dont il connait à peine les règles, mais il n'en est rien. Assis à ses côtés, Ludovic Lacay est catégorique : « c'est le meilleur joueur de la table (avec moi) ! » Et l'Américain monte des jetons : il possède 180,000 pour une moyenne à 72,000.

Le pro Winamax est plus en difficulté avec un tapis de 25,000 (soit 25 blindes). Parmi les 150 survivants du tournoi (45 d'entre eux seront payés), on retrouve également Ben Pollak, très shortstack, Ilan Boujenah avec la moyenne, Jonathan Guez avec 90,000, et Nicolas Faure avec près de 170,000. Les grosses pointures sont évidemment de sortie : Jason Mercier, Yevgeniy Timoshenko, Dermut Blain et Jonathan Duhamel ont tous monté de gros tapis.

Event 58 – Little One for One Drop NLHE 1,111$



Soutenu par son colocataire - Alban Juen - et ses amis, Arnaud Durif poursuit son petit bonhomme de chemin dans le Little One for One Drop. Il est le dernier représentant tricolore dans ce tournoi suite à l'élimination de Pierre Nousse en 48e position. A 40 joueurs restants, 'Arno_84' possède une quinzaine de blindes devant lui et la garantie d'encaisser 13,526 dollars quoi qu'il arrive.

Event 60 – NLHE 1,500$



La bulle a éclaté dans la dernière boucherie de l'été. Mauvaise nouvelle : notre confrère Matthieu Sustrac, qui n'avait que 4 blindes à l'entame de la journée, n'a pas réussi à rallier les places payées. Bonne nouvelle : notre collègue Aurélien Guiglini, est lui toujours en bonne posture, confortablement assis derrière plus de 50 blindes. Moins de 200 joueurs sont encore en course dans le tournoi.

Harper & Kinshu

07/07/2013 01:28

6000 kids with a dream
Un tournoi unique au monde



Chaque année à la veille du grand jour, c'est la même chose. Le sommeil qui tarde à arriver. Les yeux grands ouverts à fixer le plafond de notre chambre d'hôtel de Las Vegas, la cervelle qui tourne à plein régime. Les pensées s'entrechoquent, rebondissent dans la boîte crânienne comme des balles de ping-pong. Comment ça va être, cette fois ? Est-ce que je vais tenir la distance ? Dix jours, c'est long. Vais-je rendre une copie solide ? Serai-je bon ? Aurai-je assez d'énergie pour aller jusqu'au bout ? C'est la semaine la plus importante de l'année pour moi.

Mais il n'y a pas que l'anxiété qui retarde notre sommeil. Elle est accompagnée d'une immense excitation, d'une impatience ressentie uniquement à cette date, et à cet endroit. Une envie folle d'en découdre : il n'y a aucun autre endroit où nous aimerions être en ce moment. Nous sommes à l'épicentre, au point zéro. Nous avons attendu ce moment toute l'année. Le voici. Le show peut débuter.

Je n'ai jamais disputé le tournoi principal des World Series of Poker. Je ne le disputerai sans doute jamais. Cette semaine, je ne toucherai aucune carte, aucun jeton. Les caméras d'ESPN ne se précipiteront pas pour me filmer en train d'éliminer Daniel Negreanu avec un brelan floppé. Je ne me lèverai pas pour m'applaudir, moi et mes adversaires, au moment d'entrer dans les places payées. Je ne remporterai pas un coin-flip crucial pour me catapulter au sommet du classement. Je ne serai pas soutenu par des dizaines d'amis et connaissances chantant sur le podium télévisé durant la longue marche vers la table finale. Cette semaine, je ne deviendrai ni riche, ni célèbre.

Je n'ai jamais disputé le tournoi principal des World Series of Poker et pourtant, je sais parfaitement ce que ressentent tous, absolument tous ceux qui vont y prendre part cette semaine. Je le sais, car leur anxiété et leur excitation, elle est aussi mienne. Après neuf ans à parcourir le circuit de poker en long et en large, après huit ans à faire le pèlerinage des WSOP chaque été, il n'y encore et toujours aucun autre endroit au monde où j'aimerais être aujourd'hui.

On peut se moquer du circuit du poker, des illusions de grandeur de nombre de ses habitués, de la vulgarité intrinsèque de cet univers où l'argent ne quitte jamais le premier plan des discussions, une vulgarité magnifiée par le théâtre des opérations de chaque été, la ville de Las Vegas, parc d'attraction pour adultes dénué de substance, où le fond n'aura jamais une chance contre la forme, strass, paillettes, néons, les divertissements d'une pauvreté affligeante mais pourtant hors de prix, l'obsession du maintenant, je veux tout, et tout de suite, après moi le déluge, pas de place pour le passé, encore moins pour le futur.



On peut ironiser, on peut prendre une saine distance par rapport à ce cirque souvent navrant de bêtise, c'est plus qu'un droit, c'est un devoir. Mais cela ne nous empêchera pas de conserver une vraie part d'émerveillement pour le plus grand tournoi de poker du monde. Lorsque Ludovic Lacay, jeune joueur professionnel roulant sa bosse sur le circuit depuis assez longtemps pour, déjà, être considéré comme un vétéran, nous dit qu'il est à la veille du Main Event just a kid with a dream, il n'est pas en train d'ironiser, bien au contraire.

Ludovic Lacay partage le même rêve de gosse que 6000 autres joueurs venus de plus de 50 pays, des amateurs, des professionnels, des hommes, des femmes, des riches, des moins riches. Le rêve d'y arriver. D'accomplir quelque chose. De réaliser un exploit dont on se souviendra. De tenir la distance. De ressentir cette fabuleuse montée d'adrénaline que peu de choses peuvent procurer en aussi grande quantité qu'un gigantesque coup de pile ou face remporté sur la dernière carte du paquet. C'est la compétition dont toute la planète du poker parle, celle où tout le monde est présent, ou voudrait être présent. C'est la compétition à laquelle des dizaines de milliers rêvent de participer un jour, et lorsque ce rêve se réalise enfin, après parfois de longues années à s'entraîner, à travailler son poker, c'est déjà aussi beau que si l'on avait gagné. C'est le moment où même les professionnels les plus aguerris redeviennent les amateurs qu'ils ont tous été un jour. Des fans de poker, tout simplement.

Les tournois de poker défilent, les vainqueurs aussi, success stories que l'on débite à longueur d'année, presque mécaniquement, tant il est difficile de les différencier les unes des autres. Mais cette semaine, je n'aurai aucun effort à faire pour mettre de côté mon cynisme blasé, cette couche de protection qui est presque devenue une seconde peau au fil des années.

Non, cette semaine, je serai naïf et premier degré. Debout autour des tables, nerveux, impatient et excité, je serai en train de rêver, en compagnie de 6000 autres kids with a dream.

Benjo

07/07/2013 03:08

Level 3, ça envoie du bois

Dans les yeux, j'ai dit, dans les yeux



Quand il joue une main, Johan Guilbert aime fixer ses adversaires. Intensément. Limite avec passion (ceci est une opinion personnelle). Ceux-ci n'ont pas hésité à lui faire remarquer : « Tu me stresses à me regarder comme ça, tourne la tête la prochaine fois ! » lui dit un de ses opposants. Puis un autre s'immisce dans la conversation : « Moi, je veux que tu me fixes. Mais pas pendant les coups. Si tu veux, après le tournoi, on va dehors, puis on se fixe. » Johan ne se dégonfle pas et lui répond alors : « Je veux bien faire ça, mais seulement intégralement nu ! » Silence de trois secondes, puis explosion de rire générale à la table. Le tapis de 'YoH_ViraL' donne un peu moins le sourire au Français : il a déjà perdu la moitié de sa cave initiale.

Il a dit non

« C'est pas là le cash-game ? » s'exclame Guillaume Cescut après avoir poppé dans l'Amazon Room, avant de vite se rendre compte que la salle est entièrement dédiée au Main Event. Le joueur parisien a bien tenté de décrocher son ticket pour l'événement via le gros satellite à 1,060 dollars, mais il n'a pas réussi. Las, il a donc décidé de faire l'impasse sur le plus beau tournoi de l'année. « Dommage, les tables ont l'air sympa » lâche-t-il en repartant vite s'adonner à son activité favorite.

Orphelin



C'est littéralement le premier joueur que j'ai vu assis à la table en entrant dans l'Amazon Room au moment du coup d'envoi du tournoi : Robert Iler, que beaucoup d'entre vous auront immédiatement reconnu comme le fils de Tony Soprano dans la séminale série d'HBO.

L'acteur se rend chaque année aux WSOP depuis la fin de la série, disputant une poignée de tournois sans attirer l'attention sur lui – nous avons affaire à un personnage discret. Observant quelques instants sa table, j'ai vu Iler mini-relancer à 600 en début de parole. C'est payé par un joueur au hi-jack. Le bouton 3-bet à 1,950. La parole revient à Iler qui réfléchit avant de 4-bet à 3,900.
Ses deux adversaires passent rapidement : Papa Tony aurait été fier.

Décédé il y a trois semaines au grand chagrin de millions de fans, Tony Soprano alias James Gandolfini entretenait une relation spéciale avec Iler. Notamment lorsque ce dernier fut accusé d'un larcin minable à l'encontre de deux touristes dans New York et pincé en possession d'herbe qui fait rire : Gandolfini avait personnellement écrit au tribunal pour témoigner en faveur de son rejeton fictif. "Je n'avais pas pleuré depuis des années, et maintenant je n'arrive pas à m'arrêter", a t-il écrit en apprenant la nouvelle de sa mort à 51 ans. "Dites moi que c'est un mauvais rêve."



James Gandolfini, Edie Falco et Robert Iler dans le dernier épisode des Sopranos

Statistiques, anecdotes et citations à la con

- Temps passé par Benjo à chercher les tables du Main Event dans les salles Brasilia et Pavilion : 12 minutes
- Nombre de tables du Main Event dans les salles Brasilia et Pavilion : 0

- Nombre de Français en lice dans le Little One for One Drop : 0, après l'élimination de Arnaud Durif en 37e position, pour un gain de 13,526 dollars.

« C'est qui la grande sauterelle ? » - Signé : un reporter voyant débarquer une journaliste inconnue mais pas dénuée de charme.

Exclusif : des images de la soirée Winamax hier





La photo du jour : Michel Abécassis avec les vainqueurs du KING5 2013

07/07/2013 03:57

Level 3, l'estomac est aux abois

Pourquoi font-ils ça ?



Les gars, on vous a dit que le Main Event, c'est la plus belle structure du monde. Pourquoi vous tenez absolument à vous envoyer en l'air comme ça ? Ce type là, par exemple, que vous voyez partir avec sa veste sur l'épaule, derrière une mise de 10,000 (dans un pot de 10,000) sur un turn TCarreauJPique7Coeur3Trèfle, il n'a rien trouvé de mieux que pousser son tapis pour 23,000 avec 9Pique9Carreau en main. Il est payé par un brelan de dix et doit prendre la sortie. 23,000, c'est 76 blindes à ce stade-là du tournoi !



Scène de vie : l'acteur Kevin Pollak (à droite) raconte son dernier orgasme à Andy Black

Qu'a fait Lategano ?



Nicolas raconte sa sortie à son copain Paul, apparemment captivé par son histoire

Nicolas Lategano a été l'un des derniers à quitter la soirée Winamax, mais a quand même décidé de jouer le Day 1A. Il n'aurait peut-être pas du : son tournoi a pris fin après cinq petites heures. Qualifié sur Winamax sous le pseudo FMyLife, le jeune Italien a été éliminé sans qu'on ne voit ses cartes, suite à un call-muck-bust sur un tableau 4Pique5Trèfle9PiqueACoeurQPique face à un adversaire qui a révélé 7Pique5Pique. Ciao !

On va se Jenner



On ne l'avait pas reconnu, et pour cause, ses cheveux ont disparu suite à un pari perdu dans le courant de l'été : Guillaume Jenner joue également ce Day 1A Main Event. Le chouchou du Cercle Clichy-Montmartre a pris un bon départ (42,000) à une table où les relances « poignée » sont légion.

Statistiques, anecdotes et citations à la con

- Chiffre officiel de la participation au Day 1A (les inscriptions sont closes pour la journée) : 943. L'an passé, ils étaient 1,066 à avoir choisi cette journée de départ.

- Taux de précipitations dans l'Amazon Room durant le Level 2 : 0
- Utilité d'avoir un parapluie sur la tête : 0
- Nombre de spectateurs assis dans les gradins pour regarder la table télévisée à 10 mètres de distance : 28
- Nombre de spectateurs faisant attention à ce qu'il se passe en table télévisée : 4 (J'en ai même vu un qui dormait)

- Poker News nous rapporte l'élimination de TJ Cloutier durant le troisième niveau. A croire que son passage au micro du Multiplex Poker jeudi lui a porté la poisse.

- « Non mais le panini ça va en fait » - Signé : un reporter commentant sur les nouveautés positives apportées à la désastreuse Poker Kitchen depuis l'an passé.



Harper apprenant qu'on va manger au In-N-Out Burger



Harper apprenant qu'en fait on ira finalement au Roma Deli, un resto Italien pourtant tout à fait sympathique

Benjo, Harper & Kinsu

PAUSE-DINER : RDV à 6H DU MAT LES GONZES

07/07/2013 06:44

Level 4, y'en a qui sont déjà patraques

La chip est une femme



Parmi les hommes de tête, une femme. Liya Gerasimova, une Russe qu'on a vu sourire pour la dernière fois en 1983 (c'était devant un film sur la production de salami dans les pays de l'est), a multiplié sa cave de départ par quatre, et possède ainsi un impressionnant tapis de 120,000 jetons. Liya est la femme d'Ivan Demidov, et on l'a découverte à l'occasion de la PokerStars Caribbean Adventure 2009, où elle avait terminé quatrième d'un tournoi à 25,000$ l'entrée ! Elle compte également une table finale aux WSOP 2009 (5e d'une épreuve de No-Limit Hold'em pour 142,688$), mais n'a pas brillé depuis : un 0 pointé en 2010, 22,761$ de gains en 2011, 26,109$ en 2012 et 8,523$ en 2013. Liya tient une bonne occasion de renverser la vapeur.

Un mec connu pas connu

« Euh, c'est qui le mec à ma droite ? » me demande Guillaume Jenner. Pas un fan de bonnes séries TV, l'ami Slipman : il n'a pas reconnu Robert Iler, le fils de Tony Soprano. (Et moi je n'avais pas calculé Jenner lors de mon premier tour de tables, sans doute ébloui par l'aura de l'acteur).

Plutôt que de donner la réponse tout cru dans le bec à Slipman, je lui des indices successifs :

C'est un acteur...
... Qui a participé à l'une des séries les plus importantes du 21ème siècle...
... Il jouait le fils du personnage principal...
... L'acteur qui incarnait le personnage principal est mort il y a trois semaines...

Non, toujours pas ? Tant pis Guillaume, la réponse est dans ces colonnes !

Pendant ce temps, Iler grinde tranquillement, avec un tapis de 32,000 environ. Une dame plus âgée que lui ne loupe aucun de ses gestes depuis le rail. « Sa copine ? » demande une productrice ESPN. « Une prostituée », réponds-je sans hésiter, espérant que cela soit mentionné dans le montage final des WSOP diffusé par la chaîne sportive.

Des nouvelles de la boucherie à 1,500 balles



Tout comme son sosie John Lennon, Vincent Bosc nous a quittés trop tôt. Coïncidence ? Je ne crois pas. 'ZozoLeClown' avait jusque-là bien résisté dans la dernière boucherie de l'été, mais une nouvelle augmentation des blindes a finalement entrainé sa perte en 64e position. Une belle place pour un tournoi ayant enregistré 2541 inscriptions, pourtant chichement récompensé de 6,792 dollars.

Toujours en lice dans cette épreuve, Aurélien Guiglini a lui bénéficié de meilleurs timings, poussant à deux reprises son petit tapis (une dizaine de blindes) sans pour autant trouver payeur. L'élimination de son compatriote a permis à notre collègue adoré de franchir un palier dans l'échelle des gains, lui assurant désormais une somme à cinq chiffres.

Le Main est un long grind tranquille



Nicolas Cardyn, c'est la force tranquille, et un tapis qui monte progressivement, sans que personne ne semble lui opposer la moindre résistance, comme l'indique son fil Twitter :

"Up to 38k at the end of level 1"
"48k after 2 levels"
"53k after 3 levels"

Alors, comment Nico monte ses jetons ? En rentabilisant ses belles mains mais également en plaçant de beaux bluffs, comme cette main où un joueur relance à 450 sur des blindes 100/200 premier de parole. Un autre paie et Nicolas complète sa petite blinde avec KCarreauTCarreau. Le flop JCarreau8Coeur6Coeur est checké par les deux joueurs et Nico prend l'initiative de miser 750 sur un 4Carreau au turn. Le joueur UTG place une mini-relance à 1,500, l'autre s'efface et Nicolas envoie une praline à 7,200 qui lui permet de prendre le pot.

Statistiques et citations à la con

- 122,000 : C'est, selon Poker News, le tapis qu'a réussi à monter un joueur du nom de Gal Erlichman en six heures de jeu. Cela représente plus de quatre fois la cave de départ au Main Event.

Pause-dîner des couvreurs : citations non-attribuées et sorties de leur contexte

« Hmmm, j'aime bien quand c'est chaud, ouais. »
« Il espérait une mobylette, il a eu un petit frère. »
« Je transpire pas les dollars, vois-tu. »
« On se fout tout le temps de sa gueule mais on l'aime bien quand même. »
« Regarde, il va être bien mon jambon, là. »

La chanson entendue dans la voiture qui colle parfaitement à l'actualité

« Les engrenages dans le ciel n'en finissent pas de tourner » : c'est vrai pour tous les joueurs de poker, aucun d'entre eux n'étant entièrement maître de son destin lors d'un tournoi.





A peine trois jours à Vegas et l'on a déjà bien du mal à réveiller notre animateur radio Jay Pee pour aller bosser le matin

Benjo, Harper & Kinshu

07/07/2013 09:04

Level 5, debout sur le zinc

Quelques nouvelles en direct de l'ultime niveau de 120 minutes de ce Day 1A !

YohViral neutralisé

Journée catastrophe pour Johan Guilbert, premier des notables Français a quitter ce Main Event. YohViral nous raconte sur Facebook : un As-9 dépareillé poussé pour 23 grosses blindes. Johan est payé par Dame-Valet qui trouve un board à sa convenance. Après quatre heures de jeu, Yohan avait déjà perdu les deux tiers de son tapis. Bref, le tournoi le plus attendu de l'année s'est vite terminé pour lui. Vivement le prochain !

Une nuit avec Sergio



Parmi les actuels chipleaders, on retrouve Sergio Castelluccio avec un tapis de 150,000. Ce mec-là, je ne pourrai jamais l'oublier. C'est en octobre 2009 que j'ai fait sa connaissance. C'était à Evian, et nous avons passé une nuit ensemble. Sans rien se dire. Il faut dire qu'il jouait au poker, un tournoi à 2,000€ que je couvrais et dont il avait atteint le heads up. Son face à face interminable disputé face à Aurélien Guiglini s'était conclu sur le coup des 9 heures du matin. Endormi, j'avais (presque) réussi à louper la dernière main. C'est Guignol qui avait fini par s'imposer. Aujourd'hui, l'Italien débute un nouveau marathon, et ceci de la meilleure des manières.

Ils ont la position



Certains joueurs adoptent d'étranges postures pour taper le carton. Je me demande laquelle est la plus confortable entre ces deux-là : la version « affalé sur la chaise avec la tête qui dépasse tout juste du bord de la table » ou la position « fœtale » qui permet de se gratter le menton directement avec les genoux.

Statistiques, anecdotes et citations à la con

- Nombre de joueurs impliqués dans un coup à tapis dont a été témoin Andrew Feldman d'ESPN : 5. Les jeux ? Deux Dames (OK), As-Roi (bien entendu), deux Valets (pourquoi pas), As-10 (ha bon ?) et... 4-3 assortis. « Le mec avec 4-3 a snap-call », précise Andrew – on ne sait pas si c'était pre-flop, mais probablement. Au fait : c'est la meilleure main de départ qui a gagné.

- Aurélien Guiglini vient de nous quitter en 31e place de l'Event 60. Le membre du Staff Winamax remporte un prix de 14,133 dollars. Bravo collègue !

- « Whoooooo ! Yeaaaaah ! Thank you ! Thank you ! YEAAAH ! » - Voilà le premier gueulard du Main Event 2013, avec cette série de cris lâchés debout, les bras au ciel, aux alentours de 23 heures. Le mec précisera ensuite les raisons de sa joie : il est de retour à sa cave de départ de 30,000.

- « Un vieux demande à l'Asiate fou de la table s'il a joué dans The Hangover. » - Signé : Nicolas Cardyn sur Twitter.

Voyons voir :



L'Asiat' du film



L'Asiat' de la table. Hmmmm. Non, vraiment pas.



Benjo lorsqu'un apparaît nouveau message Twitter venant d'un énième joueur s'extasiant d'avoir augmenté son tapis de 30,000 à 34,000 en quatre heures de jeu durant la première des dix journées de ce tournoi

Benjo, Harper & Kinshu

07/07/2013 21:33

Trois finales au programme

En marge du Day 1B du Main Event, trois finales vont se disputer aujourd'hui ! Passage en revue du programme de la journée.

Event 61 – Pot-Limit Omaha 10,000$




Il ne faudra pas manquer de jeter un oeil à ce tournoi aujourd'hui. Puisque dans les 32 joueurs encore en lice figurent 3 Français ! D'ores et déjà assurés de remporter 21,081 dollars, Nicolas Faure, Philippe Clerc et l'indéboulonnable Mesbah Guerfi (en photo) peuvent espérer gagner jusqu'à 852,692 dollars !

Les 32 derniers joueurs
Alexey Rybin 977,000
Mike Watson 773,000
Johannes Strassmann 744,000
Nadar Kakhmazov 692,000
Nicolas Faure 680,000
Daniel Alaei 676,000
Jonathan Duhamel 664,000
Gjergj Sinishtaj 478,000
Philippe Clerc 406,000
Oleksii Kovalchuk 405,000
Alex Kravchenko 399,000
Tom Marchese 354,000
Mesbah Guerfi 327,000
Nacho Barbero 315,000
Mark Davis 301,000
Daniel Merkus 296,000
Numit Agrawal 275,000
James Wiese 271,000
Andy Miller 261,000
Yevgeniy Timoshenko 259,000
Stephen Chidwick 255,000
Jan Collado 238,000
Sean Dempsey 207,000
Michael Schwartz 204,000
Morten Stenheim 182,000
Rickie Vedhara 148,000
Rory Rees Brennan 136,000
Tony Cousineau 131,000
Jared Bleznick 100,000
Joseph Cheong 89,000
Lasell King 70,000
Mihails Morozovs 14,000

Blindes 5,000-10,000

Event 58 – Little One for One Drop NLHE 1,111$

Random, vous avez dit random ? La table finale du Little One for One Drop intéressera certainement beaucoup de monde, mais pas nous ! 8 Américains et 1 Canadien composent l'ultime table de cette épreuve. Le vainqueur repartira avec 663,727 dollars !
La meilleure performance française dans ce tournoi est à mettre à l'actif de Arnaud Durif (37e pour 13,526$).

La table finale (par ordre de siège)
Nghi Tran 4,130,000
Justin Zaki 2,300,000
Joe Morneau 2,585,000
Alex Case 1,760,000
Roland Israelashvili 3,375,000
Kevin O'Donnell 655,000
Brian Yoon 2,650,000
Cuong Van Nguyen 1,050,000

Blindes 50,000-100,000 ante 10,000

Event 60 – No Limit Hold'em 1,500$


La dernière boucherie de l'été n'a toujours pas rendu son verdict : 15 joueurs vont aujourd'hui s'affronter pour le bracelet et un premier prix de 609,017 dollars. Et là encore, on ne connait pas grand monde, pour ne pas dire personne.
Le dernier représentant tricolore, Lionel Lefevre, s'est éclipsé en 22e position (17,426$) dans cette épreuve où notre chef de produit Aurélien Guiglini a terminé 31e (14,133$).

Les 15 derniers joueurs
Cy Williams 1,372,000
Bijon Notash 1,255,000
Daniel Cascado 1,106,000
Hiren Patel 1,099,000
Mika Paasonen 911,000
Yongshuo Zheng 854,000
Jason Reynolds 746,000
Yngve Steen 678,000
Loni Harwood 669,000
Asi Moshe 650,000
Cormac Ohiggins 615,000
Ryan Julius 479,000
Maksim Tyurin 433,000
Ashwin Sarin 383,000
Yongjun Lu 230,000

Blindes 10,000-20,000 ante 3,000

Kinshu

08/07/2013 00:09

Level 1, ça donne faim
2,000 joueurs au départ du Day 1B

On monte petit à petit en puissance dans le plus beau tournoi de l'année. Après un Day 1A plutôt terne avec seulement 943 joueurs au départ, le Day 1B est beaucoup plus animé : les trois salles de tournoi du Rio regorgent de joueurs, dont de nombreux Français. Plus de 210 tables sont en activité en ce début de journée, et la barre des 2000 inscriptions devrait être dépassée. Petite mise en bouche avec le tour du proprio !

Section Purple (40 tables)



Beaucoup de Français ont pris place dans cette partie du Rio, où 40 tables sont actives. Dont le déjanté 'woody all in' (photo) qui m'a alpagué pour me demander si je connaissais quelqu'un à sa table. Le truc c'est que 1/ Je n'ai pas le droit de divulguer de ce genre d'information 2/ Je ne reconnais personne hormis lui. Au moins, ça m'a permis de hocher rapidement la tête tout en m'échappant vers une autre table. Deux membres de l'équipe gagnante du KING 5 - la New Team, Raphaël 'Royal Rookie' et Olivier 'llebasque13' se trouvent dans cette section, tout comme Estelle Denis, Steven Moreau, Adrien Allain, Nazim Guillaud, Brian Benhamou, Yann Migeon et le qualifié Winamax Maxime 'TITAN_FR' Conte.

Section Orange (47 tables)

Avec 47 tables, c'est la section la plus fournie du Rio. Le pro Winamax Michel Abécassis, l'un des vainqueurs du KING 5 - Eric 'Armis34', Yohann Aubé, Leo Laslandes, Thomas 'Samow' Denis ou encore Lucille Cailly, font partie des tricolores jouant dans ce coin-là de l'Amazon Room.

Section Tan (17 tables)



Les pros du Team Winamax Bruno Lopes (voisin de table de Alexandre 'alex.17000', l'un des cinq gagnants du King 5) et Ludovic Lacay ont débuté leur Main Event dans la section Tan (à chaque fois que j'écris ce mot, je ne peux m'empêcher de penser à un Chinois en train de s'égosiller tout en faisant une prise acrobatique de Kung-fu). Ce sont d'ailleurs les trois seuls Français observés dans cette zone.

Section White (24 tables)

Peu de visages familiers dans cette section, si ce n'est ceux de Annette Obrestad, Chris Moneymaker, Georges Danzer et Dennis Phillips. Pour encourager des joueurs tricolores, ce n'est pas là qu'il faut aller.

Section Bronze (20 tables)

L'ami Ludovic Riehl tape le carton dans cette section de la Brasilia Room. Le pro Winamax était tout excité d'avoir trouvé une quinte dans un pot 3-bet dès la première main de la journée.

Section Gold (19 tables)



Le qualifié Winamax Alexis 'Iplay4LV' Bouchiouane est le seul Français aperçu dans ce coin durant mon tour du propriétaire.

Section Silver (25 tables)



Du beau linge dans la section Silver avec la présence des pros Winamax Nicolas Levi et Gaelle Baumann, mais aussi de Valentin Messina, Damien Lhommeau, Alban Juen et Ugo Jaskula.

Section Red (27 tables)

Trois grinders tricolores se situent dans l'aire de jeu Rouge (ou Red, pour faire plus branchouille) : Flavien Guenan, Thibaud Guenegou et Ronan Monfort, qui va avoir du pain sur la planche avec à sa table Erik Seidel et Kevin Saul.

Statistiques et citations à la con



La « New Team », l'équipe gagnante du KING 5 2013, a investi le Day 1B du Main Event !

- Nombre de Français croisés durant le premier tour des tables : beaucoup trop !
- Temps qu'a pris le premier tour des tables : une bonne heure.
- Joueurs du Team Winamax présents dans le Day 1B : 6 (Nicolas Levi, Michel Abécassis, Gaelle Baumann, Bruno Lopes, Ludovic Lacay et Ludovic Riehl).
- Joueurs de la New Team (vainqueur du KING 5) présents dans le Day 1B : 5 ('Armis34', 'barca67', 'llebasque13', 'alex.17000' et 'Royal Rookie'). Bonne chance à eux !

- Runner-up du tournoi l'an dernier, l'Américain Jesse Sylvia a mordu la poussière dès le premier niveau de la journée ! Vous avez dit variance ?

- Citation : « J'ai une table typique des World Series, avec des amateurs moyens et des amateurs mauvais » - Signé : un Nicolas Levi apparemment satisfait de sa table.

Kinshu

Aller à la page 1, 2, 3 Suivant