Semaine 3 – Épreuve 2 – Réponses de FILAILVIT


Ce coup se déroule sur un tournoi deepstack hold’em à 1€ de buy-in, 400€ garantis et 6-max.
Je suis à table depuis une bonne demi-heure. Ayant monté un gros tapis rapidement j’ai pu me permettre de jouer de manière très active et agressive à la table. J’ai donc une image de joueur LAG.

ACTION PREFLOP :

Dans le coup joué, nous sommes aux blinds 250-500, ante 40, avec un tapis confortable 64.5k (129 BB) et je me situe au bouton lorsque tout le monde fold jusqu’à moi. J’open raise à 1100 avec KsQd.

Seul le joueur situé en BB disposant de 29k (env. 60BB) décide de défendre. Je me retrouve donc en heads-up contre NONO13100 et en position sur lui.

PROFIL DE VILAIN : NONO13100 est un joueur correct n’ayant pas montré de grosses lacunes techniques et ayant adapté un jeu plutôt solide. Mais vu mon taux d’agressivité à la table, je pense que vilain est capable de sortir de son A-game et me donner peu de crédit sur mon open au bouton.

-    Range perçue par vilain : 100% de ma range.
-    Range de défense de vilain : quasiment 100% de sa range puisqu’il a clairement décidé de ne pas se laisser faire par mon agressivité, et me l’a prouvé à plusieurs reprises antérieurement.

ACTION AU FLOP :

Nous découvrons un flop : 4dQs7c.

Texture du board : le board est très sec et rainbow.

Notre adversaire checke, nous décidons d’en faire de même.

Pourquoi ? Tout simplement pour garder 100% de notre range et aussi pour sous-réprésenter la force de notre main. Il est difficilement concevable dans ce spot de pouvoir prendre trois street de value contre moins bien. Nous le faisons aussi dans l’optique de contrôler la taille du pot, car je me verrais dans l’obligation de folder face à check-raise au flop qui déciderait de 2 ou 3-barrel shove river.

L’autre intérêt du check-back est aussi d’induire des mooves de vilain à partir de la turn.
-    Range adverse : 100% de sa range de défense.
-    Range perçue : 100% de notre range qui n’a pas connecté avec le board.

ACTION AU TURN :

Nous découvrons le turn : 9s.
Texture du board : Le 9s est une très bonne carte puisqu’elle fait rentrer de nombreux draws.

Notre adversaire checke à nouveau, cela représente pour moi une main comportant de la showdown value. Il aurait sûrement misé tous ces combos draws ainsi que ses top paires et 2 paires+ pour value-protect.

Nous décidons de miser 1750 dans un pot comportant 2690, soit entre 65 et 70% du pot. Notre adversaire call.

-    Range resserée de vilain :
o    Tous les connecteurs, one-gapper et two-gappers ayant fait une paire. Ex : J9, 75, 64 etc.
o    Tous les straight et flush draw. Ex : 10-8o, K5ss, etc.
o    Toutes ses paires. Ex : K4, T9, A7, etc.
o    Toutes les pocket paires.
o    Quelques Ace high et gudshot. Ex : KT, J8, A6, etc.

-    Range perçue par vilain :
o    Tous nos straight draws et gudshot. Ex : JT, 86, etc.
o    Tous nos 9x qui auraient fait une paire au turn.
o    Tous nos flush draws. Ex : 86ss, KJss, etc.
o    Tous nos ace high
o    Le reste de notre range en bluff pur.

Je vais pouvoir barrel sur ce turn assez cher afin de value et polariser ma main pour accompagner l’idée du check back flop. On va prendre de la value sur une énorme partie de sa range tout en gardant ma top paire camouflée.
Quand vilain call turn, je domine complètement sa range puisqu’il possède sans aucun doute un des types de mains cités ci-dessus. Ayant le lead dans le coup, je vais pouvoir décider de mon sizing river en fonction de la river.

ACTION A LA RIVER :

Nous découvrons la river : 2d

Texture du board : le 2d est une belle brique. Il ne fait rentrer absolument aucun tirage possible.

Vilain checke.

Grâce à cette river, nous sommes maintenant sûrs d’avoir la meilleure main.  La question à ce moment du coup est de savoir quel sizing nous allons choisir pour extraire le maximum de value de la main de vilain. Sachant que peu importe le montant, vilain n’est pas capable de transformer en bluff une main moins bonne que la notre river. En cas de check-raise, la décision de fold sera très facile.

Pour rester dans cette optique de polarisation de notre main, nous décidons de miser très cher : 4980 dans un pot comportant 6190 (soit un peu plus de 80% du pot). Nous faisons ce sizing pour faire croire que nous avons soit un miss draw (tirage raté), soit une main très faible (type : air total ou A high).

-    Range perçue par vilain après notre bet river :
o    Tous les combos draws
o    Tous les straight draws
o    Tous les flush draws
o    Tous nos air, A high, K high (bluffs purs).

Il faut noter que si vilain call river, il lui restera 40BB. Call moins bien impactera fortement son stack, mais le laissera dans une zone confortable pour la suite du tournoi.

Vilain décide de call et nous montre 4s3d pour 4ème paire. C’est une main qu’il aurait probablement décider d’abandonner turn sur notre deuxième barrel, si nous avions choisis l’option de c-bet flop.

J’ai décidé de sélectionner cette main qui peut sembler banale voire « cas d’école » car je pense que c’est dans ces situations que nous n’optimisons pas assez nos mains vu que ce sont des coups classiques et qui se répètent au fil des sessions (surtout en micro-limites). Je pense qu’elle apporte suffisamment de contenu technique pour y trouver un intérêt.