François Pirault, alias On_The_Road

 

François PiraultAprès avoir fait tomber quantité de records sur la Top Shark Academy 2021, le Nantais intègre le Team Winamax à 29 ans, lui qui avait chuté sur la dernière marche du concours lors de sa première tentative trois ans plus tôt. Ambitieux dans tous les domaines, ce grand bosseur au palmarès online déjà très complet ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

En remportant la dixième édition de la Top Shark Academy, François Pirault a connu une consécration méritée, venant récompenser un travail long de plusieurs années. Comme pour beaucoup d’autres avant lui, son ascension vers le sommet fut semée d’embûches. Le Texas Hold’em, le Nantais d’origine le découvre à la fin des années 2000 avec ses potes de lycée. Inscrit sur Winamax dès ses 18 ans, et jouant ses premières parties en live au sein d’une asso nantaise, l’étudiant peine à faire fructifier ses premiers dépôts. « Je pensais que ce n'était pas fait pour moi, se souvient-il. Regarder les pros me faisait rêver mais au bout de deux ans, j’avais toujours 20 € sur mon compte... »

Le premier déclic se produit en découvrant, au détour des pages d’un magazine de poker, la notion – basique mais cruciale – de cote de pot. « Je comptais trop sur la chance à l’époque », se rappelle-t-il. Décidé à se doter d’un solide bagage technique, François s’enquille tous les cours vidéo du Team Winamax et s’installe sur les Sit&Go heads-up du site. Sorti diplômé de son école de commerce, il enchaîne avec une fac de compta-audit, et voit enfin sa bankroll grossir : au terme d’une année de grind appliqué, il cumule mille euros de gains. S’essayant aux tournois multi-tables, il commence à lorgner du côté des cliqueurs acharnés, ceux capables de jongler entre une douzaine de tables en simultané. « Je jouais trois ou quatre tables, grand maximum. Un jour je vois mafiadu42 [légendaire reg de Winamax, NDLR] sur mon tournoi à 5 €. Je m'interroge : qu’est-ce qu’il fait là, ce régulier des high stakes ? Je réalise alors qu’il a 15 tables ouvertes en même temps ! » Nous sommes à la fin de l’année 2011 : François décide d’installer un tracker, et de suivre l’exemple de l’illustre grinder.

Il vivra peu après le point de passage obligé de tout joueur : le premier pèlerinage à Las Vegas et les World Series of Poker, qu’il dispute en 2012 après avoir remporté une série de qualifications sur Winamax. « C'était vraiment la folie, j’étais en pleurs après avoir gagné mon package ! » Son baptême du feu aux Championnats du Monde se soldera par un ITM sur un tournoi à 1 000 $ des WSOP, sa toute première ligne Hendon Mob. Ses émotions digérées, le jeune homme continue sa progression et prend une décision capitale au printemps 2013, juste après avoir obtenu une seconde licence à l’université : mettre fin à ses études, et intensifier ses efforts aux tables. Un séjour en Australie entre copains lui permet d’affûter ses réflexes en cash-game live. Un an plus tard, son choix est fait : François sera joueur de poker pro ou ne sera pas. Pour mettre toutes les chances de son côté, il s’attache les services d’un staker qui financera ses parties, puis part à Albufeira (sud du Portugal) voir de quoi est fait le quotidien d’une colocation de spécialistes MTT. À l’issue de l’excursion, François en est convaincu : il a trouvé sa voie.

Sauf qu’il y a un hic : à son retour, le grind n’est pas aussi lucratif que prévu. Voilà notre héros contraint de rentrer dans le rang et d’enchaîner les petits boulots, notamment dans la restauration. Il ira même jusqu’à postuler pour bosser… chez Winamax ! « Pour l’anecdote, je suis arrivé jusqu’au troisième et dernier entretien pour intégrer le service client, mais je n’ai pas été pris. » Célibataire, sans emploi, endetté même, François est sur le point de lâcher prise. Le jeune aspirant pro peut heureusement compter sur le soutien de ses proches : son grand frère vient à sa rescousse pour lui offrir un ordinateur tout neuf venant remplacer son laptop vieillissant. Un coup de pouce moral qui permet à la confiance de revenir, et les résultats aussi.

Début 2015, François suit l’exemple de beaucoup d’autres pros français en s’installant à Marrakech. Continuant de progresser au sein d’une coloc’ poker, il avoue avec le recul avoir souffert de « grosses lacunes mentales. Si je commençais bien le mois, je relâchais la pression… Je manquais d’ambition et de confiance en moi, je n’osais pas monter de limites, je ne jouais que des petits tournois. » Cela lui suffit néanmoins pour gagner sa vie, et commencer à se faire repérer en live, comme sur la Grande Finale du Winamax Poker Tour, ou il manque de peu la finale en 2016 (18e), puis au SISMIX la même année (67e). Pour pallier son déficit de motivation, il intègre un programme de coaching qui le transforme. « J’ai eu un vrai déclic. Je me suis rendu compte qu’on pouvait devenir plus fort en bossant le mental. Avant, je me croyais flemmard, alors je bossais comme tel. J’ai brisé des chaînes et libéré mon potentiel. » Ce bond en avant technique et psychologique se traduit par une performance de très haut niveau sur l’édition 2018 de la Top Shark Academy. Désormais installé à Londres, François passe très près d’intégrer le Team Winamax, n’échouant que sur la dernière ligne droite face à son ami Adrien Delmas, proprement intouchable cette année-là. Pas de regrets : François voit cet échec comme une simple étape vers de nouveaux sommets. Le grand sportif redouble d’efforts, travaille quotidiennement son jeu et son hygiène de vie, et s’impose la même cadence que les compétiteurs les plus accomplis : sport six jours par semaine, escalade, méditation… Il en est convaincu : « Cela me rapporte de l'EV aux tables. »

Une nouvelle étape est franchie en 2020 : François commence à commenter ses sessions... mais seul devant son écran. Bien lui en prend : les gros résultats se multiplient. « J'ai explosé. J'ai fait une perf à six chiffres et gagné 70 000 € en un mois... » Alors que le monde entier se confine, lui bétonne sa technique, charbonnant jour et nuit sans pause ou presque. Dans la foulée d’une victoire sur le Winamax Pokus en octobre, il retente sa chance sur la compétition qui lui avait échappée trois ans plus tôt. « Je n'avais pas prévu de refaire la Top Shark Academy mais une fois dedans, je m'y suis mis à fond. J'ai passé presque huit heures sur chacune des épreuves vidéo. Mon objectif était vraiment de faire Major toutes les semaines. Je ne voulais pas avoir de regrets. » Sa motivation et son enthousiasme sont palpables, et les résultats sont à l’avenant : semaine après semaine, le jury du concours est impressionné par les ressources et l’engagement du candidat On_The_Road. Sur la dernière épreuve, le traditionnel challenge MTT, François pulvérise tous les records, accumulant près de 50 000 € de profits en huit jours et creusant un écart insurmontable face à ses deux derniers adversaires.

À 29 ans, François rejoint donc un Team Winamax qu’il connaît bien (« Je m’y identifie depuis le début. J’admirais Ludovic Lacay, ManuB, CrocMonsieur… ») et va côtoyer nombre de ses idoles : Adrián Mateos, João Vieira (« pour la façon dont il gère sa vie pro ») ou encore Davidi Kitai. Cette année en tant que pro sponsorisé, il compte bien la mettre à profit pour se faire un nom. Mais celle-ci va se dérouler dans un contexte forcément particulier, avec un calendrier de compétitions pour le moins incertain. En attendant le retour du poker live (« Je me donnerai à fond ! »), François occupera le terrain des réseaux sociaux : « J’ai envie de créer des interactions avec les joueurs du site. Lorsque j’ai commencé à jouer, j’adorais quand les pros répondaient dans le tchat. Maintenant, c’est à mon tour ! » On l’a compris, le Top Shark 2021 va jouer la carte de la proximité. « J’aime échanger avec les amateurs. Des gens m'ont dit que je les inspirais, et c'est le genre de choses qui me surmotive ! »

Avant la reprise du circuit live, vous pouvez retrouver François sur Winamax, derrière le pseudonyme On_The_Road.

Pour en savoir plus

François ‘On_The_Road’ est le Top Shark 2021



  •      Accomplissements en tournoi live

    03/2018 Winamax Poker Tour - Side Event 6-max 800 € Runner-up (23 000 €)
    05/2017 SISMIX - Marrakech 18e (44 000 MAD)
    03/2016 Winamax Poker Tour - Paris 18e (5 000 €)
    01/2016 WSOP Circuit Marrakech - Side Event Deepstack 3e (185 000 MAD)

     

  •      Accomplissements en tournoi sur Winamax.fr

    01/2021 Winamax Series - 6-max KO Championship 250 € 3e (22 208 €)
    01/2021 Winamax Series - Event 99 à 20 € 3e (5 295 €)
    01/2021 Winamax Series - 6-max Turbo Championship 250 € Vainqueur (20 188 €)
    01/2021 XTASE 100 € Runner-up (3 070 €)
    11/2020 Winamax Pokus - Event 8 à 50 € Vainqueur (12 005 €)
    07/2020 Main Event 125 € Runner-up (20 049 €)
    07/2020 After Work 20 € Runner-up (2 692 €)
    05/2020 Rush Hour 50 € Vainqueur (4 704 €)
    03/2020 Highroller 250 € 3e (11 876 €)
    01/2020 Winamax Series - Event 111 à 50 € 4e (8 120 €)
    11/2019  Winamax Series - Event 85 à 50 € Vainqueur (14 614 €)
    09/2019 Main Event 125 € 4e (11 016 €)
    07/2019 Prime Time 50 € Vainqueur (4 547 €)
    03/2019 partypoker MILLIONS South America 10 300 $ 31e (30 000 $)
    02/2019 Monster Stack 50 € Vainqueur (3 705 €)
    01/2019 Winamax Series - 8-max Championship 250 € Vainqueur (26 505 €)
    11/2018 Main Event 125 € 6e (3 486 €)
    11/2018 Top 50 Vainqueur (3 173 €)
    11/2018 Top 50 Runner-up (2 237 €)
    10/2018 Digestif 10 € Vainqueur (2 854 €)
    10/2018 After Work 20 € Vainqueur (3 136 €)
    09/2018 Winamax Series - Event 93 à 10 € Runner-up (5 864 €)
    08/2018 Top 50 Runner-up (2 215 €)
    05/2018 Monster Stack 50 € Vainqueur (2 628 €)
    02/2018 Main Event 125 € 5e (6 645 €)
    02/2018 Monster tack 10 € Vainqueur (3 071 €)
    01/2018 WSOP Circuit Marrakech – Highroller 1 800 € 8e (8 850 €)
    01/2018 Highroller 300 € Runner-up (4 744 €);
    09/2017 XTASE 100 € Runner-up (2 473 €)
    05/2017 La Fièvre 10 € Runner-up (3 085 €)
    03/2017 Monster Stack 50 € Vainqueur (3 480 €)
    01/2017 Top 50 Runner-up (2 950 €)
    10/2016 Monster Stack 50 € Vainqueur (2 024 €)
    11/2013 Winamax Series - Event 57 à 10 € 3e (3 536 €)
    09/2013 La Fièvre 10 € Runner-up (2 240 €)
    12/2012 Highroller 300 € 4e (3 879 €)

     




La page du «  Team  »