Le défi au jour le jour vu par MIK.22


13/08/2011 12:34

3-MANUEL DE SECOURS EN TOURNOI (2ème partie)

Je poursuis ici les conseils pour aborder TOUS les tournois et plus particulièrement « Le Triathlon de MIK.22, sachant bien que dans les défis de cette série, je me prépare d’avance à subir vos attaques sans merci ! Cette fois, je vous parlerai très brièvement de l’Omaha et je terminerai par un point commun à toutes les variantes, à propos de la taille des mises.

1-Le Pot Limit Omaha

C’est sans doute la variante où vous vous sentez le moins à l’aise, faute d’expérience. D’autant que le tournoi Omaha est différent du cash game, toujours à cause de la profondeur des tapis qui est bien moindre. Sachez que cela est un avantage ou en tout cas que cela rend la stratégie plus simple !
Le PLO du Triathlon se joue en Shorthanded. Mais Shorthanded en Omaha réclame moins d’agression qu’en No Limit au même format, la raison principale est qu’il n’y a jamais d’ante et que vous risquez moins d’être débordé par la structure des blindes. La patience est de mise car un tapis qui serait très short et quasi désespéré en No Limit peut, en PLO, vite se multiplier. Je précise tout de même que patience ne veut pas dire passivité, la patience porte essentiellement sur la sélection des mains de départ. Encore une fois, je ne vais pas tout détailler, je vous renvoie à la section de la « Poker School Évolution » consacrée à l’Omaha, qui est séparée en deux rubriques, LES BASES et LA STRATÉGIE

2-La taille des mises ou « sizing »

Dernier petit conseil pour toutes les variantes: attention à la taille de vos mises et de vos relances. L’un des principaux défauts que j’observe est la tendance à miser trop cher, à faire trop vite gonfler le pot, souvent sous le prétexte fallacieux de vouloir « protéger » vos mains. Non ! Un coup de poker ne se joue pas pré-flop et même pas toujours sur le seul flop ; un coup se joue en prévision de toutes les « streets ». Il faut donc dès le départ contrôler la taille du pot. Des mises assez petites, bien dosées, vous permettent en outre de vous engager dans davantage de coups, de voir davantage de flops et d’avoir plus d’opportunités de « chatter ». Cest ce qu’on appelle le jeu « small ball », stratégie adoptée aujourd’hui par 99% des bons joueurs.

*Pré-flop, la première relance se situera entre 2,2 et 2,5 fois la grosse blinde, éventuellement 3 fois (notamment en début de parole). Mais pas de relance à 4 ou 5 fois la BB, comme on le voit trop souvent.

*S’il y a des limpers, relancez évidemment un peu plus. Pas dans le but de prendre le coup tout de suite mais essentiellement dans le but d’isoler au maximum puis de porter l’estocade au flop.

*Au flop, après une relance de votre part pré-flop, un continuation-bet se situant entre un tiers et la moitié du pot est souvent indiqué.

*Si vous décidez de 3-bet préflop, multiplier par2,5 fois la mise du premier relanceur est suffisant si vous êtes en position (x3 ou x3,5 si vous êtes hors de position).

*Tout cela ne vous empêche pas de faire, de temps en temps, de grosses mises, surtout à la river à la river (« overbets »), avec le jeu ou en bluff total, laissant votre adversaire perplexe car vous avez comme on dit « polarisé » votre main…

Voilà. Je sais, je sais, vous auriez préféré que je vous donne une recette universelle –et très détaillée- pour gagner. Mais, hélas, j’en suis incapable. Sinon je ne serais pas là en train de vous écrire, je serais un milliardaire buvant du champagne millésimé dans un jet privé, en route pour un palace d’un autre monde. Ou encore sur mon yacht en train de voguer vers mon île personnelle où m’attendrait un banquier prêt me remettre la dizaine de millions cash que m’aurait rapportée la revente de mon manoir du Périgord.

Naan, finalement, dites-vous que trop de richesse, c’est beaucoup de soucis et qu’on est tous très bien comme ça, passionnés de poker et que c’est beaucoup plus excitant de se farcir un pigeon comme MIK.22 que de s’embarrasser à gérer les jets privés, les décalages horaires et les changements de climat…

Good luck pour le « Triathlon » !