Le Défi ManuB_ - Par Manuel Bevand


07/10/2010 04:16

Jour 5: Surcharge !

Ca devait arriver. Après quatre journées gagnantes, j'enregistre ma première journée perdante du challenge. Une petite claque à la bankroll accompagnée d'une un peu plus grosse au moral!

Rien de dramatique cependant. Voici l'état de la caisse à la fermeture:



173 euros, presque un retour au jour 3. Il faut cependant y rajouter 10 euros de bonus qui seront débloqués dans quelques heures, portant donc le total à 183 euros et des brouettes.

Que s'est-il passé? J'ai joué environ 70 sit and go, assez mal dans l'après-midi puis plutôt bien dans la soirée, malgré des cartes plutôt contre moi je me suis battu pour limiter les dégâts avec une perte d'à peine 8 euros. Cette contre-performance me recale à la troisième place du challenge sit and go, assez loin derrière Kill Kim et FishingPole, deux habitués du classement.

Les choses se sont gâtées quand je me suis posé sur neuf tables de cash game NL5, histoire de continuer mon apprentissage de la limite et d'essayer de grinder quelques euros et miles supplémentaires. Voici mon graph depuis le déburt du challenge en NL5. Attention, éloignez les enfants, c'est pas glorieux



Huit mille mains et je suis perdant? En NL5? Ya un truc qui cloche. Je pourrais accuser la variance: je suis toujours un peu down en EV et les setups sont clairement en ma défaveur. Qui sait, peut-être qu'à une autre limite je perdrais une fortune avec ce run... Malgré tout, quelque chose dans mon jeu n'est pas réglé comme il faut. Trop loose, pas assez agressif, trop curieux ou trop weak? C'est l'heure de la remise en question!

Est-ce l'absence de véritable enjeu financier qui me fait déjouer? Peut-être, pourtant ma motivation à grimper les échelons et à briller dans mon propre défi est bien là. C'est peut-être une partie du problème: je ne joue pas que pour moi, mais aussi avec la pression du public qui regarde...

Ou bien seraient-ce les longues heures de grind que je m'impose? J'ai beaucoup joué, sans doute trop joué depuis samedi dernier, une moyenne de dix heures par jour. Avec la fatigue, un rhume persistant, les rêves incrustés de poker qui commencent à perturber mes nuits, tout m'indique que je suis en train de faire une petite overdose. Je joue bien au-dessus de mon rythme habituel, trois heures par jour, sélectionnées avec soin. Je néglige mon hygiène de vie. Je me pose en contradiction avec les conseils que je donne en permanence: faire ses heures, oui, mais tout en conservant un équilibre entre le poker et sa vie personnelle.

Peut-être que je prends ce challenge trop à coeur, que j'ai trop envie de bien faire et que je fais mal en quantité ce que je devrais faire bien avec mesure.

Voilà un bon sujet de méditation pour cette nuit... A demain pour de nouvelles aventures, avec je l'espère un esprit plus clair, frais et dispos!