Stud High-Low

Stud Hi-lo par winamax

 

Les cinq points clés du Stud High-Low :

  • Le Stud High-Low est un format de poker dérivé du Seven Card Stud où l’on peut gagner chaque pot de deux façons différentes : soit de façon classique, en constituant la combinaison de cinq cartes la plus forte possible (« High »), soit en constituant la combinaison de cinq cartes la plus faible possible (« Low »). De fait, les pots sont donc régulièrement partagés entre les joueurs détenant une main « High » et ceux détenant une main « Low ». Un joueur constituant la meilleure main à la fois en « High » et en « Low » sera en mesure de remporter l’intégralité du pot.
  • Toutes les combinaisons classiques du poker sont valables pour constituer une main « High » : paire, double paire, brelan, quinte, couleur, carré, etc. En revanche, une main « Low » ne peut être constituée que de cinq cartes différentes aux valeurs égales ou inférieures à 8. Les couleurs et quintes ne sont pas un obstacle à la constitution d’une main « Low ». L’As est à la fois considéré comme la carte la plus faible et la plus forte du paquet : il est donc comptabilisé à la fois pour constituer une main « High » et une main « Low ».
  • Le Stud High-Low est une variante de poker appartenant à la famille des pokers dits « ouverts » : c’est-à-dire que plusieurs des cartes des joueurs sont dévoilées durant le coup. En revanche, contrairement au Texas Hold’em, il n’y a pas de cartes dites « communes » : les sept cartes que chaque joueur se voit distribuer durant le coup lui sont propres.
  • Au Stud High-Low, la position (et donc l’ordre dans lequel les joueurs agissent) n’est pas déterminée par le bouton (comme c’est le cas dans la plupart des formes de poker, comme le Texas Hold’em), mais par la force des cartes affichées par chaque joueur. Ainsi, il est fréquent que l’ordre dans lequel les joueurs prennent leur décision change au cours d’un coup, en fonction des cartes qu’ils reçoivent.
  • Le Stud High-Low est joué en Limit : dans ce format, les mises et relances sont plafonnées. A l’inverse du format No-Limit, vous ne pouvez donc pas miser l’intégralité de votre tapis en une seule fois.

Classement des mains


Mains « Low »

Pour être considérée comme « Low », une main doit impérativement être constituée de cinq cartes aux valeurs différentes ET à la valeur inférieure ou égale à 8. Les quintes et couleurs éventuelles ne constituent pas un obstacle à la constitution d’une main « Low ».


La meilleure main « Low » possible est donc :


As-2-3-4-5, peu importent les couleurs des cartes. Par ailleurs, cette main constitue aussi une quinte. Il s’agit donc d’une très forte main.


La deuxième meilleure main « Low » possible est :


As-2-3-4-6


La troisième meilleure main low possible est :


As-2-3-5-6


Et ainsi de suite.


Si aucun joueur n’arrive à constituer de main contenant cinq cartes à la fois différentes et égales ou inférieures à 8, la meilleure main « High » remportera l’intégralité du pot.


Mains « High »

La hiérarchie des mains « High » en Stud High-Low est strictement identique à celle du Texas Hold’em, depuis la hauteur (combinaisons de mains les plus faibles, ne contenant pas de paire) jusqu’à la très rare Quinte Flush Royale (10-Valet-Dame-Roi-As de la même couleur) en passant par le brelan, la quinte, le carré, etc.


1. Quinte flush ("straight flush" en anglais)

5 cartes de la même couleur (Pique, Cœur, Carreau ou Trèfle), et qui se suivent. Par exemple 4-5-6-7-8 à Cœur.


Une quinte flush As-K-Q-J-10 est appelée Quinte flush royale ("royal flush" en anglais).


C'est évidemment une combinaison très rare !


2. Carré

Sur vos 5 cartes, quatre cartes de même valeur. Le carré d'As est le plus fort des carrés, le carré de 2 le plus faible.


3. Full ("full house")

3 cartes de même valeur associées à 2 cartes de même valeur, c'est à dire un brelan + une paire. Les fulls sont classés entre eux par la valeur des cartes du brelan. Ex : K-K-K-3-3 bat Q-Q-Q-As-As


4. Couleur ("flush")

5 cartes de la même couleur (Pique, Cœur, Carreau ou Trèfle), mais qui ne se suivent pas. On départage deux "couleurs" selon la valeur de la carte la plus forte et, en cas d'égalité, selon la force de la suivante.


Exemple: A-J-8-5-3 à Carreau bat A-9-8-5-3 à Pique.


Au poker, il n’y a pas de différence de valeur entre les couleurs, mais attention, des cœurs ou des carreaux ne sont considérés comme une même couleur, ni des piques et des trèfles !


5. Suite ou quinte ("Straight")

5 cartes qui se suivent, mais pas dans la même couleur.


Ex : 6-7-8-9-10. Les suites sont classées entre elles par la force de la carte la plus haute. L'As est la carte la plus forte dans la combinaison A-K-Q-J-10 mais la plus faible dans A-2-3-4-5.


6. Brelan ("Three of a kind")

3 cartes de même valeur associées à 2 cartes quelconques.


7. Deux paires

K-K-7-7-2. Si 2 joueurs ont chacun 2 paires, ils sont départagés par la paire la plus forte. Ainsi, A-A-6-6 bat Q-Q-J-J.


8. Une paire

Deux cartes de même valeur associées à 3 cartes quelconques. La paire d'As est la plus forte, la paire de 2 la plus faible.


9. La carte la plus haute

Si aucun joueur ne réussit à former l’une des combinaisons ci-dessus, pas même une paire, le gagnant du « High » sera celui qui montrera la combinaison de cinq cartes la plus élevée.

Déroulement d’un coup


Ante

Avant d’entamer une main de Stud High-Low, tous les joueurs doivent mettre dans le pot une mise forcée, appelée « Ante ». Le montant de l’ante est variable selon les parties. Il s’agit du montant à payer pour recevoir des cartes.


Distribution et « Bring in »

Chaque joueur reçoit trois cartes : deux fermées, et une retournée. Le joueur dont la carte visible est la plus basse doit agir en premier, et poser une mise minimale appelée « Bring in » ou, s’il le souhaite, une mise complète du palier de mise le plus bas, appelée « Small bet ».


En cas d’égalité de deux ou plus des cartes affichées, on utilise la couleur des cartes pour les départager. Les couleurs sont classées dans cet ordre : trèfle (la plus basse), carreau, cœur, et pique (la plus haute). La couleur la plus basse l’emporte : si le 2 de cœur et le 2 de trèfle sont visibles au début du coup, c’est le 2 de trèfle qui devra agir en premier. (A noter que cette hiérarchie des couleurs n’est utilisée que dans ce cas de figure, et ne concerne pas l’abattage. Si, par exemple, deux joueurs montrent à la fin d’un coup As-10-8-5-2 à trèfle (pour l’un) et As-10-8-5-2 à carreau (pour l’autre), leurs mains sont considérées comme identiques, et le pot est partagé.)


3rd street

Après que le joueur montrant la carte la plus basse ait misé d’un « Bring in » ou d’un « Small Bet », le tour se poursuit dans le sens des aiguilles d’une montre : chaque joueur a le choix d’abandonner (« Fold »), égaliser (« Call ») ou relancer (« Raise »).


Pour chaque tour d’enchères, le nombre de relances autorisées est limité à trois. Ces relances progressent par incrémentations correspondant au montant du « Small Bet » (Exemple : dans une partie à 2€/4€, elles se font par tranches de 2€).


Si la mise ou la relance d’un joueur n’est égalisée par aucun de ses adversaires, alors ce joueur remporte le pot, et le coup se termine immédiatement. Cette règle est valable pour l’ensemble du coup.


4th street

Chaque joueur reçoit une nouvelle carte visible, appelée « Fourth Street ». Le premier joueur qui doit agir est celui dont les cartes découvertes sont les plus fortes. En cas d’égalité, on utilise une nouvelle fois la couleur des cartes (voir paragraphe précédent). La couleur la plus haute de la carte visible la plus haute l’emporte.


Le premier joueur à agir peut « Check » (ce qui correspond à une mise de zéro) ou « Bet » (une mise correspondant au montant du « Small Bet »). Si des joueurs suivants décide de miser, la parole reviendra ensuite à le ou les joueurs ayant « Check », et ceux-ci auront le choix de payer (« Call ») ou relancer (« Raise »), si le nombre maximal de relances n’a pas encore été atteint. Si tous les joueurs décident de « Check » lors d’un tour donné, on passe directement au tour suivant.


Le tour se poursuit dans le sens des aiguilles d’une montre. Lorsque toutes les mises et relances ont été égalisées, le tour suivant peut commencer.


5th street

Chaque joueur reçoit une nouvelle carte visible, appelée « Fifth Street ». A nouveau, le premier joueur qui doit agir est celui dont les cartes découvertes sont les plus fortes. En cas d’égalité, les règles précédemment énoncées s’appliquent.


Le tour se poursuit dans le sens des aiguilles d’une montre, selon les règles précédemment énoncées.


A partir de la Fifth Street et jusqu’à la fin du coup, toutes les mises progressent par incrémentations correspondant au montant du « Big Bet », généralement le double du montant du « Small Bet » (Exemple : dans une partie à 2€/4€, elles se font par tranches de 4€).


6th street

Chaque joueur reçoit une nouvelle carte visible, appelée « Sixth Street ». A nouveau, le premier joueur qui doit agir est celui dont les cartes découvertes sont les plus fortes. En cas d’égalité, les règles précédemment énoncées s’appliquent.


Le tour se poursuit dans le sens des aiguilles d’une montre, selon les règles précédemment énoncées.


7th street

Chaque joueur reçoit une septième et dernière carte, fermée (et donc connue uniquement du joueur la recevant). Le premier joueur qui doit agir est celui dont les cartes découvertes sont les plus fortes. En cas d’égalité, les règles précédemment énoncées s’appliquent.


Le tour se poursuit dans le sens des aiguilles d’une montre, selon les règles précédemment énoncées.


Abattage

S’il reste plusieurs joueurs à la fin du dernier tour d’enchères, le dernier joueur qui a misé ou relancé doit montrer ses cartes en premier. S’il n’y a pas eu de mise au cours du dernier tour, le joueur qui a « Check » en premier lors de ce tour doit montrer ses cartes en premier. Lors de l’abattage, les mains sont dévoilées dans le sens des aiguilles d’une montre.


Le joueur détenant la meilleure main « High » remporte la moitié du pot. Le joueur détenant la meilleure main « Low » remporte l’autre moitié du pot. Si aucun joueur ne montre une main « Low », le joueur détenant la meilleure main « High » remporte l’intégralité du pot.


Le même joueur peut remporter à la fois le « High » et le « Low » en montrant la meilleure main des deux côtés.


Les joueurs peuvent utiliser des cartes différentes parmi leurs sept cartes pour constituer leurs mains « High » et « Low ».


Dans le cas où deux joueurs où plus montrent des mains « High » et/ou « Low » identiques, la moitié du pot sera partagée en conséquence. Exemple : un joueur montre le meilleur « High » tandis que deux autres joueurs montrent le même « Low » : le premier joueur remporte la moitié du pot, tandis que les deux autres joueurs se partagent l’autre moitié du pot, et reçoivent donc un quart du pot chacun.

Règles additionnelles

  • Le Stud High-Low se joue avec un maximum de six joueurs.
  • En tournoi, à la 3rd street, si le joueur avec la plus petite carte est à tapis (« all-in ») dès l'ante et qu'il n’a donc pas assez de jetons pour poser le bring-in, ce bring-in est posé par le joueur situé à sa gauche, sans tenir compte de la valeur de la carte exposée de ce joueur. A noter que si le joueur possède assez de jetons pour payer l'ante mais pas assez pour payer entièrement le bring-in, il est considéré à la fois comme all in et bring-in. Le joueur suivant, s’il veut rentrer dans le coup ou relancer, devra lui payer l’intégralité du bring-in.
  • En cash-game, il faut obligatoirement disposer d’un tapis suffisant pour poser à la fois l’ante et le bring-in afin de participer à une main.
  • 3rd street : si le joueur qui doit poser le bring-in complète la mise du palier le plus bas (« Small bet »), cette mise n'est pas considérée comme une relance. Le nombre de relances autorisées restantes est donc de trois.