masquer le menu

Event #17 : No Limit Hold’em Shootout 1,500$ (Day 1)

- 10 juin 2008 - Par Benjo DiMeo

Anthony Roue joue (et perd) un pot de 180,000 !

J’ai à peine terminé de rédiger la news précédente qu’Anthony apparaît sur le banc de presse : « J’ai sauté. »

L’histoire est cruelle, et rien que de l’écrire me fait monter la bile au fond de la gorge (pardonnez l’image) Notez qu’avant de jouer ce coup, Tall a monté son tapis à 90,000.

L’énorme chip-leader Russe relance à 4,800 en première position. Au bouton, Tall retourne

Roi de pique Roi de carreau

Il ne fait pas de détail et envoie 15,000.

Payé par notre ami russe.

3 de pique 5 de pique 7 de trèfle

Check chez l’adversaire. Tall mise 18,000.

« All-in ! » chez le Russe.

« Bien sur, je le snap-call », raconte Anthony, qui se voit déjà très beau en découvrant le jeu adverse :

7 de coeur 8 de coeur

C’est sans compter sur le

8 de trèfle à la turn, qui envoie Tall dans les cordes. Il est éliminé en quatrième position lors du deuxième tour du tournoi Shootout. Le pot contenait 180,000. Avec une masse totale de 300,000 jetons sur la table, on peut sans trop de risque affirmer qu’Anthony aurait écrasé la table, eut-il gagné le pot. Hélàs, le sort en a voulu autrement, et Tall devra se contenter d’un chèque de 5,500 dollars pour son premier cash des WSOP 2008, au lieu d’une accession quasi-assurée en table finale. La vie est trop cruelle.

Je m’en vais de ce pas consoler Tall. Cela risque de prendre du temps, je préfère donc plier bagage pour ce soir et vous donner rendez-vous à 21 heures (heure française) pour la suite de notre reportage. Surtout, continuez à laisser des messages d’encouragement à l'attention de nos champions !

Event #17 : No Limit Hold’em Shootout 1,500$ (Day 1)

- 10 juin 2008 - Par Benjo DiMeo

La tension grimpe à mesure que les tables du Shootout s’éclaircissent. Elle semble si proche, cette table finale, qu’on pourrait presque la toucher… Voici le portrait-robot de la table de Tall que j'ai observée pendant un bon moment :

Siège 1 : Jeune, américain. Crâne rasé sur lequel il a posé une casquette. Probablement un joueur online. A demandé à Anthony son pseudo et son site favori. Deux de ses amis le soutiennent depuis le rail. S’en méfier. Tapis : 54,000

Siège 2 : La quarantaine. Surement un genre de cadre, peut-être un toubib. N’a pas l’air très malin au poker. A surrelancé tapis sans fold equity avec Roi-Neuf. Tapis : 20,000

Siège 3 : Un joueur Russe. Le tueur de la table. A floppé tout ce qu’il voulait depuis le début de la partie. Je l’ai déjà croisé à Monte Carlo et au Bellagio lors du WPT. De deux choses : soit c’est un pro, soit il est plein aux as. En tout cas, il a l’air de savoir à peu près ce qu’il fait. Relance souvent. Sur-relance souvent. Porte une chemise hawaienne thème « Las Vegas » horriblement kitsch. A noter : il possède autant de jetons que le reste de la table combinée, ce qui fait de ce Teddy KGB du pauvre un favori pour l’accession en table finale. Tapis : 154,000

Siège 4 : Un vieux moustachu. Alterne entre lunettes de vue et lunettes de soleil selon qu’il est dans le coup ou pas. Habillé en rouge des pieds à la tête. Une barre de fer, d’après mes observations. Tapis : 25,500

Siège 5 : Anthony Roux,dit « Tall ». A perdu un coup à 50,000 mais a réussi à remonter avec les Rois contre le As-Dix du Russe. Affiche une poker face d’enfer. Prend son temps pour jouer chacun de ses coups. Plutôt sérré. Appelé « Tallix » par ses colocataires, et les Belges. Tapis : 46,200

Blindes : 800/1,600, ante 200

Event #17 : No Limit Hold’em Shootout 1,500$ (Day 1)

- 10 juin 2008 - Par Benjo DiMeo

Un très bon coup joué par Tall :

Deux places avant le bouton, un joueur Russe en plein rush relance à 2,200.

Anthony trouve

As de trèfle Valet de carreau au bouton et se contente de payer.

Le joueur au gros blind sur-relance à 7,900. Il possède un tapis équivalent à celui de Tall.

"Là, toutes les conditions sont réunies : hauteur de la relance, profondeur de son tapis...Il est en train de faire un squeeze"

Le Russe jette ses cartes. Tall envoie le tapis. Le gros blind passe et commet une erreur selon Tall, en montrant

8 de trèfle 4 de carreau

Anthony possède un tapis de 53,000 (les joueurs avaient commencé avec 30,000)

Laissons parler les photos

- 10 juin 2008 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Six joueurs en course à la table de Tall

Coverage par Winamax

La table finale du Ladies Event vient d'être atteinte

Coverage par Winamax

Phil "OMGClayAiken" Galfond dans le Deuce to Seven 5,000$

Coverage par Winamax

David Benyamine vu du ciel

Exclusif ! Des récits de coups de Deuce to Seven ! Incroyable !

- 10 juin 2008 - Par Benjo DiMeo

Tony G relance à 2,200 au cut-off.

Au bouton, Lyle Berman annonce “I raise”, et avance son tapis entier au milieu, soit 34,000.

Doyle regarde ses cartes et nous gratifie de son célèbre sourire de gamin : « C’est combien, Lyle ? »

Après avoir eu sa réponse, Doyle paie et Tony G jette ses cartes rapidement.

Lyle Berman demande une carte. Doyle annonce « Je reste pat : j’ai un huit. »

Berman retourne lentement l’unique carte que lui donne le croupier :

Roi de pique

L’investisseur principal du WPT est éliminé : Doyle retourne

8 de pique 7 de trèfle 4 de pique 3 de trèfle 2 de coeur

Plus loin, Phil Hellmuth est à tapis, de même que son voisin de gauche. Un troisième joueur est dans le coup : un Russe qui les couvre tout les deux.

Phil annonce « Pat » Le second joueur, lui, demande une carte. Le Russe reste pat aussi.

Phil annonce, confiant : « J’ai un neuf »

Le joueur Russe rétorque : « Moi aussi »

Les deux comparent leur jeu, cela va se jouer à la pointure :

Phil 9 de carreau 8 de coeur 7 de trèfle 4 de carreau 2 de trèfle

Russe 9 de trèfle 7 de coeur 6 de trèfle 3 de carreau 2 de pique

Les deux mains sont quasi-similaires, certes, mais il n’en reste que le Russe remporte le pot avec son 9-7 contre le 9-8 d’Hellmuth.

Avec une moue de dégoût, son voisin montre son inutile quinte 2-3-4-5-6 : il a trouvé le 6 au tirage.

Deux joueurs sont éliminés sur la même main.

A côté, Philippe Rouas paie une relance au bouton et demande une carte. Son adversaire fait de même. Ce dernier mise après avoir regardé son jeu final. Rouas paie rapidement.

« Jack », annonce son adversaire.

« Ten », répond Rouas en montrant

10 de pique 8 de trèfle 7 de coeur 6 de pique 4 de trèfle

Philippe Rouas possède 75,000.

David Benyamine n’a pas gagné un coup depuis longtemps, et est tombé à 55,000.

Les blindes sont de 400/800 avec une ante en bonus, car c’est plus rigolo comme ça.