masquer le menu

Fin du Day 4 avec 189 joueurs restants

- 12 juillet 2008 - Par Benjo DiMeo

Je crois que tout est dit dans le titre. La fin de la journée nous a un peu pris par surprise – j’étais dehors en train de fumer une cigarette avec Tim Vance, le fou qui a gagné l’EPT de Copenhague (mais si, souvenez vous) quand le gong a retenti au beau milieu du level 19.

Nous n’avons pas eu le temps de relever les hauteurs des tapis de Sylvain Cœur et Diren Yildiz.

En revanche, Lucille a pu s’entretenir avec Stéphane Hornet...

Benjo

Stéphane Hornet peine un peu à jouer une main se trouvant à une table très active, avec des très gros tapis et des joueurs qui n'arrêtent pas de toucher des premiums preflop (un d'eux en est à sa troisième paire d'As depuis la reprise!). Alors que sonne la fin de la journée, Stéphane possède encore 204,000 de tapis.

Lucille

C’est fini pour aujourd’hui ! Après sept journées marathon, le Main Event a finalement levé le pied, et nous offre un Day 4 raccourci : il n’est même pas minuit et nous pouvons déjà partir. Rendez-vous samedi à partir de midi pour la suite des festivités : on devrait tomber à moins de 60 joueurs durant le Day 5.

Je vous laisse avec un post mélancolique signé Jomannix...

Benjo

Ca sent la fin...

"This is the end
Beautiful friend
This is the end
My only friend, the end"


Il ne reste que 2 frenchies en course, ManuB est parti filmer son interview de sortie avec Régis, et un sentiment de nostalgie est en train de lentement me submerger.

Coverage par Winamax

La partie de l'Amazon Room qui nous fait face est désespérement vide. La "zone Orange" d’où nous parvenait des ondes de tension et d'excitation d'une intensité indescriptible, n'est plus qu'un espace vide intangible.

Coverage par Winamax

La Poker Expo, les nombreux stands dans les couloirs, la Poker Kitchen et le magnifique lounge Everest Poker qui nous a si généreusement accueilli, ont tous fermé boutique les uns derrière les autres.

"Can you picture what will be
So limitless and free
Desperately in need...of some...strangers hand
In a...desperate land"


Coverage par Winamax

Même les spectateurs se raréfient, l'action étant de plus en plus difficile à suivre depuis le rail. Fini les ruées de joueurs tel un troupeau de bison furieux dans et hors de l'Amazon Room.

Fini le stress du matin à courir pour arriver à l'heure et réserver une place à la tribune bondée réservée aux médias.

Fini de courir dans tous les sens, en cette fin de Day 4 il ne reste que 19 tables.

Coverage par Winamax

Les World Series of Poker, le plus beau et le plus grand tournoi du monde s'est réduit aux dimensions d'un MTT de cercle Parisien.

"The west is the best
The west is the best
Get here, and we'll do the rest"


Une bonne partie de cash game, une bonne nuit de sommeil et le moral remontera en flèche avant de participer de près à ces dernières parties enflammées. Matusow, Hansen, Cunningham, Hellmuth et consorts, voilà qui nous promet de sacrées joutes pour le Day 5.

Pour le moment je ne souhaite garder qu'une seule image en tête (mise à part la scène hallucinante qui vient de se passer sous nos yeux : un Matusow indigné parlant à un Hellmuth survolté) : celle de la bulle qui explose, un moment tout simplement hallucinant et inoubliable.

Coverage par Winamax

Je laisse le mot de la fin à Phil Hellmuth, le dernier qu'il ait prononcé ce soir dans l'Amazon Room désertée, et le premier que s'est dit chaque joueur qui s'est assis pour la première main du premier jour des World Series : "I'm gonna win this tournament !"

"It hurts to set you free
But youll never follow me
The end of laughter and soft lies
The end of nights we tried to die

This is the end"


Jomannix

23h15
Joueurs restants : 189
Blindes : 6,000/12,000, ante 2,000 à partir de samedi midi
Tapis moyen : 724,000

Moins de 200 joueurs

- 12 juillet 2008 - Par Benjo DiMeo

Il me semble bien qu’on a perdu Paulo Loureiro peu après la reprise. Son siège est actuellement occupé par un autre joueur. Ne restent plus comme français qu’Eric Bremond (180,000 : il a perdu un gros coup avec As-7 contre As-6 sur un board 3-6-2-9-As), Stéphane Hornet (300,000) et Sylvain Coeur (370,000)

EDIT : Mon collègue Maanu vient m’annoncer sur le banc de presse qu’Eric Brémond vient de sauter. Cerise sur le gâteau, le français s’est fait « slowroll » par un joueur qui a attendu deux bonnes minutes avant de payer sa relance à tapis avec...

As de pique As de trèfle

Eric était loin derrière avec

As de coeur 5 de carreau

Flop 4 de trèfle 3 de trèfle 10 de carreau

Turn 8 de carreau
Rivière 3 de carreau

Au terme de son tout premier tournoi professionnel, Eric Bremond est éliminé aux alentours de la 199 ème place, il remporte 38,000 dollars. Plus que deux français en course !

Avec seulement 23 tables encore en activité, on commence à y voir plus clair dans ce Main Event, et l’on peut se prendre au jeu de la spéculation sur la forme que va prendre la table finale.

Ce qui est sur, c’est qu’elle sera, comme chaque année, peuplée de joueurs inconnus auparavant. Un détour parmi les tables restantes m’a permis d’en repérer un paquet où je ne reconnaissais personne. Des amateurs, qualifiés sur Internet ou non, des semi-pros, des pros de l’ombre réalisant leur première grosse performance : nul doute qu’ils seront légion autour de la table finale.

Coverage par Winamax

Qu’en est-il des pros médiatiques ? A nouveau, Gus Hansen est là, avec un tapis énorme (1,4 millions au dernier décompte) : il entendra bien faire mieux qu’en 2007, où son parcours s’était arrêté en 61 ème position. A sa table actuelle, trois autres dangereux pros, cependant avec beaucoup moins de jetons : Thomas « Thunder » Keller, Keith « The Camel » Hakwins et Mike « The Mouth » Matusow. C’est long à taper, tous ces surnoms.

Benjo

Manub : on refait le match

Comme Benjo vous l'a dit avant la pause, ManuB a quitté le tournoi juste avant la pause-dîner. Nous perdons notre français sur un squeeze qui se passe mal:

Le joueur en hijack relance à 20,000, le cut-off suit et Manu squeeze en relançant all-in pour 270,000, avec Valet-7 à coeur. Manu a une lecture sur le joueur en hijack et sait qu'il relance avec rien. Le problème est qu'il n'avait pas vraiment considéré le cut-off qui suit juste la relance du premier et qui donc n'est pas supposé avoir grand chose. Il s'avère que ce joueur suit avec une paire de 10. Manu ne touche pas son Valet : ses WSOP sont terminés.

Manu m'explique: "Je fais ça parce que si cela passe, je monte un tapis de 350,000 ce qui m'aurait permis d'être une menace plus importante après le flop. J'étais sur à 99% de mon read sur le premier joueur mais j'ai oublié le second a aussi parfois une main même si cela sera très rare avec un joueur de ce profil"

Il prendra quand même le temps de me donner ses impressions sur ses premiers WSOP:

"Je suis fatigué mais je ne suis toujours pas redescendu du rush provoqué par l'action. Je n'ai pas encore de recul quant à la fin de mon tournoi même si j'aime de moins en moins la main sur laquelle je suis sorti. Mais il faut savoir prendre des risques quand on a une intuition. Mon move était bon mais mon stack était trop important.
Je réalise de plus en plus les bêtises que j'ai fait pendant ce tournoi, ce qui est bien vu que je suis dans une dynamique d'apprentissage. J'ai bien joué si on excepte quelques petites erreurs. Je suis globalement très content. J'ai fait de gros progrès sur les reads physiques sur les autres joueurs même si je n'ai pas toujours eu le courage de les suivre (cf la main où je me suis fait bluffé au jour 3 lorsque j'avais Roi Valet). J'ai fait des progrès quant à mon self-control et à ma gestion de l'ennui même si j'ai encore besoin d'y travailler. Notamment avec la main sur laquelle je sors: le spot n'est pas mauvais mais il n'est pas génial non plus. J'avais envie de jouer mais je n'étais pas obligé (quoique ça reste EV+)."

Manu me décrit deux situations où ses lectures (dans des coups auxquels il ne participe pas donc dénués de stress) se sont avérées très justes:

-Un joueur relance à tapis sur un flop:

8H 8D 6C 3S

L'autre hésite énormément. Manu se retourne vers la journaliste de PokerNews et lui que le joueur all-in bluff. Il montrera effectivement As Dame.

-Sur un board AD 6D 7D 8H 9S

un joueur mise sur le flop et la turn. Manu dit à son voisin de droite: Il a floppé la couleur". Et le joueur montrera

4D 2D au grand étonnement du voisin en question.

Il me confiera finalement: "Etre dans une team, parler des mains avec et voir comment ils réfléchissent va me permettre une énorme progression pendant les mois à venir. J'ai déjà remarqué que nos discussions m'avait permis d'avoir un degré plus avancé de réflexion."

Lucille

22h45
Joueurs restants : 191
Blindes : 5,000/10,000, ante 1,000 pendant encore une heure
Tapis moyen : 709,000

Dernière ligne droite

- 12 juillet 2008 - Par Benjo DiMeo

Les joueurs sont de retour à leur siège. Si les rumeurs que j’entends depuis le banc de presse sont vraies, il s’agit du dernier niveau de la journée, puisque le tournoi a atteint un nombre de joueurs restants satisfaisant pour les organisateurs. Rappelons qu’il reste encore trois journées de poker entières (après celle-ci) avant l’obtention de la table finale.

Lucille et Jomannix sont en train de recueillir les impressions de Manub, dernier éliminé français en date. Ils seront de retour bientôt pour tout vous raconter.

Benjo

21h42
Joueurs restants : 216
Blindes : 5,000/10,000, ante 1,000 pendant deux heures
Tapis moyen : 634,000

Pause dîner

- 12 juillet 2008 - Par Benjo DiMeo

Dernière minute : Manuel Bevand vient d'être éliminé à quelques minutes du dinner-break. Plus d'informations dès la reprise de la partie. Snif. Manub sort aux alentours de la 225ème place et remporte plus de 38,000 dollars pour sa performance.

A très bientôt.

Through the roof !

- 12 juillet 2008 - Par Benjo DiMeo

J'ai le plaisir de vous annoncer un remontée en trombe de Stéphane Hornet sur une main des plus excitantes. Au hijack (avant le cut-off), avec 230,000 de tapis, il trouve

As de pique Roi de coeur

Il y a énormément d'action préflop:

Le joueur UTG relance à 20,000.

Trois joueurs suivent, dont Stéphane.

La SB surelance pour 130,000 de plus.

Le joueur UTG, relanceur initial, envoie son tapis pour 400,000 de plus.

Les autres passent tous jusqu’à Stéphane. Notre français hésite un peu puis me dit: "Bon, je vais sauter" et suit.

La SB passe, abandonnant 130,000 dans le coup, en expliquant: "Il y a forcément une paire d'As".

Stéphane retourne ses cartes, son adversaire fait de même et montre

Roi de trèfle Dame de coeur

Stéphane, qui se voyait déjà sortant, s'éloigne de la table pour apprécier ce rush d'adrénaline qui lorsque vous êtes à tapis. Il revient pour voir le flop qui décidera de son sort. Je ne vous décris pas la tension qui règne de notre côté de la table. Voici, le board, à fond:

7 de carreau 3 de coeur 3 de carreau 8 de pique 6 de trèfle

Stéphane hurle un "YES!" des plus retentissants, remercie la SB qui avoue avoir jeté une paire de Dames ! Notre français ne tient plus en place. Il va voir des joueurs français amassés derrière le cordon de sécurité à un autre bout de la salle, revient à sa table ne cessant de manifester son contentement (le tout finalement très calmement en comparaison à d'autres joueurs que nous connaissons) pour finalement retourner auprès de ses compatriotes. Ce coup le propulse à 660,000 jetons.

Lucille

Fans de Stéphane

Xavier Van Belle et Samuel Gosselin sont venus en "touristes" au Rio supporter Stéphane Hornet, le dernier qualifié Winamax en course. Je leur donne un peu les dernières nouvelles. A la table de Stéphane Hornet, le joueur qui a sorti Van Belle en trouvant une quinte floppée avec As Dame contre ses As. Xavier ne peut réprimer un soupir : "dire que je devrais être à sa place !". C'était une belle aventure en tout cas et ils gardent le sourire c'est bien l'essentiel.

Coverage par Winamax

Rémy Biéchel Admiratif

Rémy parle d'un joueur qu'il a eu à sa table auparavant dans ce Main Event et qui maintenant est très bien placé avec un gros tas de jeton : "Ce joueur est vraiment très bon, agressif et surtout illisible. Son visage est concentré, mais pas fatigué. Vue comme il joue il va être très dur à descendre." Je vais essayer de trouver son nom avant ce soir.

Coverage par Winamax

Phil Hellmuth dans la lumière

Dès qu'il y a de l'action à la table de Phil Hellmuth et Evelyn Ng, les caméras et les reporters se précipitent car ils savent qu'il n'y a guère plus médiatique que le 'Poker Brat'. Ce dernier s'est refait une solide santé et semble encore plus en forme que les jours précédents.

Coverage par Winamax

Coverage par Winamax

Deux monstres sacrés enfin réunis

Une autre table a les faveurs des médias : celle qui réunit Allen Cunningham et Gus Hansen. Sur 239 joueurs restants, Allen est classé 15ème actuellement (1,300,00), et Gus est 33ème (980,000). On peut les voir deviser joyeusement mais il ne se passe quasiment rien entre eux, Hansen préférant aller voir comment ses amis de la planète poker se débrouillent sur les autres tables. Ces deux-là sont très bien partis pour la table finale, même si cette dernière est encore bien loin.

Coverage par Winamax

A friend in need is a friend indeed

Traduction : c'est dans le besoin qu'on reconnaît ses amis. Le soutien de Rémy Biéchel est donc forcément apprécié de Manuel Bevand qui peut discuter avec lui de ses coups les plus problématiques.

Sur un de ceux auxquels j'assiste, Manuel est en grosse blinde et paie une relance à 24,000 (un peu moins d'un dixième de son tapis) avec une main qui peut se révéler très intéressante sur un flop favorable :

As de trèfle Dame de trèfle

Malheureusement le croupier n'est pas vraiment indulgent :

Roi de pique Valet de pique 4 de coeur

Le relanceur envoie 60,000 en milieu de position et ManuB folde sans hésitation. "Je pense qu'il a brelan de valets, éventuellement Dame Roi.". Je lui demande ce qu'il aurait fait si les deux figures avaient été des trèfles. Quasiment sans hésitation il me répond "j'aurais fait pareil, je folde". Manuel n'est clairement pas prêt de gambler son Main Event, il joue solidement et on est tous à fond derrière lui pour une énorme perf en plus de son premier "cash in" sous les couleurs de Winamax.

Jomannix

Coverage par Winamax

J’aimerais tellement qu’un jour, Phil Hellmuth cesse de se comporter comme un gamin trop gâté, et apprenne à perdre avec dignité. Ce jour n’est pas prêt d’arriver, en témoigne le coup que je viens d’observer.

Sur un turn 5 de coeur As de coeur 2 de pique As de carreau,

le petit blind mise. Hellmuth (de grosse blinde) réflechit et opte pour une mini relance.

C’est payé par son adversaire, et les deux joueurs checkent rapidement la rivière

6 de trèfle

Le petit blind retourne

5 de carreau 7 de coeur

Hellmuth est battu avec

Roi de coeur 10 de coeur

Plutôt que de se poser des questions sur la manière dont il a joué le coup (mini relance au turn avec hauteur Roi ? Esperait-il vraiment faire passer son adversaire ?) le possesseur de 11 bracelets préfère prendre un air offusqué, et pointer du doigt son adversaire.

« Mais regardez moi ça, » s’exclame Hellmuth en direction des caméras, qui bien entendu ont accouru en masse. « Cet idiot d’Europe du Nord m’a payé avec 5 et 7 dépareillés. Bravo, vraiment. »

Le joueur en face ne dit rien, et empoche le pot avec un sourire en coin.

Benjo

Faisons le point :

Manuel Bevand (Team Winamax) 270,000
Stéphane Hornet (qualifié Winamax) 660,000
Eric Bremond 550,000
Sylvain Cœur 475,000
Paulo Loureiro 300,000

Diren Yildiz (Belgique) 370,000

20h
Joueurs restants : 229
Blindes : 5,000/10,000, ante 1,000 après une pause dîner de 90 minutes
Tapis moyen : 597,000