masquer le menu
Jours :321
Affichage : Plus ancienPlus récent

Capri, c’est fini : Omaha aussi

- 25 septembre 2008 - Par Benjo DiMeo

Comme prévu, nous sommes passés sous la barre des 50 joueurs durant les ultimes moments du Day 1. Parmi, les survivants, on compte Theo Jorgensen, Chris Ferguson, Robert Williamson, Stuart Nash, Erik Friberg, Sorel Mizzi, Dave Ulliot, Doyle Brunson, Allen Cunningham, Phil Laak, Erik Seidel, Markus Golser, Alex Kravchenko, Joe Beevers...

Coverage par Winamaxµ

Jason Mercier = chipped up

Quelques têtes de séries partiront à l’attaque du Day 2 avec un gros tapis. L’un de ceux là est l’Américain Shaun Deeb, qui a passé la barre des 230,000 après avoir éliminé Jerôme Bradpiece en toute fin de journée. Même constat pour Jason Mercier (160,000), Roy Brindley et Neil Channing ainsi que, surprise, David Williams. Il semble que j’ai été mauvaise langue avec Williams lors de mon dernier post : juste pour me faire mentir, il a opéré un come-back impressionnant en une heure à peine : de 15,000, il est passé à 140,000 en, je cite « floppant les nuts, les nuts, et encore les nuts » pour doubler trois fois.

Coverage par Winamax

Le (probable) unique joueur français ayant survécu se positionne parmi les chip-leaders, lui aussi. On se souvient qu’il y a deux jours, Bruno Fitoussi passait déjà le premier tour de l’épreuve de HORSE, cependant avec un tapis minuscule. Rien de tout cela ici. Rempli de confiance après un départ canon qui l’avait vu tripler contre Andy Black et Max Pescatori, Bruno a développé un jeu agressif efficace, rentrant dans de nombreux pots et semi-bluffant ses gros tirages avec succès. Quand la fumée du Day 1 s’est dissipée, le français possédait un tapis de 123,700.

Pour la suite de l’histoire, rendez-vous jeudi à 15 heures (UK time) : nous suivrons dans ces colonnes la constitution de la table finale.

Ah, et sinon, pour ceux qui se demandent où nous en sommes dans l’épreuve de HORSE, je n’en ai aucune idée. Bougez pas, je demande à Owen, mon collègue de PokerListings :

« Il ne reste plus que trois joueurs, ma poule [en français dans le texte] Howard Lederer est short-stack. Donev, l’Autrichien, est chip-leader après avoir été en difficulté toute la journée. Un sacré come-back. Quant à Sherkan Fahrnood, le président de, je cite, « The Bank of Dubai » [un milliardaire, donc], il se trouve à peu près entre les deux. Phil Ivey a sauté en milieu d’après-midi en cinquième position. »

Merci, Owen.

De la Gorce : dégrossi

- 25 septembre 2008 - Par Benjo DiMeo

Et c’en est fini du Team Winamax dans l’épreuve #3 des WSOP Europe : Johny001 vient de tomber aux mains du champion du monde 2000 Chris Ferguson.

Avant le flop, Jesus « pot » à 2,500. Guillaume paie avec

As de trèfle Dame de carreau 7 de trèfle 7 de coeur

Le flop tombe Roi de carreau 8 de trèfle 9 de trèfle

Ferguson envoie 5,000. Johny sur-relance pour 15,200 et tapis. Ferguson paie avec

As de pique Roi de coeur Dame de pique Dame de trèfle et Johny ne s’améliore pas.

Sans doute un peu trop optimiste avec son tirage, Guillaume pensait pouvoir faire passer Ferguson sur le flop (par exemple avec deux Dames)

On retrouvera le membre du Team Winamax au départ de l'EPT de Londres le 1er octobre.

Omaha-ha-ha-ha

David Williams ne remportera pas le prix du meilleur joueur de l’année en Omaha, c’est le moins qu’on puisse dire. Un temps chip-leader avec plus de 110,000, le runner-up du Main Event 2004 est aujourd’hui plus près de la sortie que du podium, après avoir fait une donation de plus de 60,000 à la fondation Roy Brindley.

Le coup :

Tom « Durrrr » Dwan limpe UTG pour 800. David Williams fait de même en milieu de parole, ainsi que Jeff Madsen au cut-off et Adam Junglen au bouton.

Depuis la petite blinde, Roy Brindley annonce « pot » pour un peu plus de 4,000.

David Williams et Jeff Madsen paient rapidement, tandis qu’Adam Junglen décline l’invitation.

Sur le flop Valet de coeur 10 de trèfle 8 de coeur,

Roy Brindley annonce à nouveau « pot », pour 16,000.

David Williams ne réflechit pas bien longtemps avant d’annoncer « pot ». Le croupier n’a pas entendu, alors Williams répète : « je relance du maximum ».

Jeff Madsen passe rapidement. Brindley s’arrête un instant, puis hôche la tête, dit « OK », et pousse le reste de son tapis (40,000 à peu près) au milieu.

Roy Brindley retourne une main de qualité :
As de coeur 9 de coeur As de pique 6 de carreau

David Williams retourne une poubelle injouable (limp puis call avec cette main, tout de même !)
Dame de carreau 10 de coeur 4 de coeur 3 de carreau

Brindley doit littéralement chausser ses lunettes pour voir la main de Williams de près : il n’en croit pas ses yeux.

Coverage par Winamax

C’est Noêl !

Turn 7 de carreau
Rivière Roi de carreau

Brindley se lève en attendant que le croupier fasse le décompte du pot. Je lui demande à part : « Comment tu penses que ton adversaire à joué la main ? »

Il me regarde, effaré : « Come on ! » Puis, quelques secondes plus tard, tandis qu’il empile les jetons : « Créatif. Il a été créatif. » Une manière bien diplomatique de résumer cette main !

Grâce à ce cadeau du ciel, Brindley passe parmi les chip-leaders avec 130,000, tandis que l’agenda de David Williams vient très probablement de se libérer pour la soirée.

Coverage par Winamax

Omaha : not his best game

- 24 septembre 2008 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Johny001 x 2

Sur un flop

Valet de carreau 5 de trèfle 2 de carreau, Guillaume est le premier à parler depuis sa position de grosse blinde.

Il mise le pot, soit 3,500.

Un seul joueur le paie et ils voient tous les deux tomber le turn

Dame de pique

Johny hésite, puis avance au milieu ce qui lui reste, soit 6,100.

Son adversaire réflechit, pas bien longtemps, et paie avec résignation : il est encore à tirage avec

As de carreau Dame de coeur 9 de carreau 3 de pique, un excellent tirage soit dit en passant. Johny avait une main faite dès le flop avec deux paires

Valet de trèfle 7 de coeur6 de coeur 5 de carreau

En fait, l’adversaire de Johny joue virtuellement tout le paquet : les carreaux, la gutshot avec le Quatre, les Dames pour faire brelan, et toutes les cartes lui donnant deux paires.

Ouf ! Johny pousse un soupir de soulagement quand la rivière tombe un

5 de pique lui donnant le full. Il double son tapis à 24,000, son plus haut point de la journée.

Coverage par Winamax

Et pendant ce temps, Chris Ferguson se fait interviewer par la presse Britannique entre deux coups...

Sinon, le field se réduit à vue d’oeil : on est déjà tombé à 80 joueurs restants et il reste encore deux heures à jouer. Il n’y aura probablement pas plus de 50 survivants quand se terminera le Day 1. Bruno Fitoussi n’est pas prêt de sauter, avec un tapis qui vient de dépasser les 100,000 !

Omaha Bitch

- 24 septembre 2008 - Par Benjo DiMeo

De retour de dinner-break, Johny se débat avec une vingtaine de blindes au round 250/500. Un Doyle Brunson au tapis impressionnant de 60,000 s’est assis à sa table, venant compliquer d’autant sa tâche. On trouve aussi à la table du membre du Team Winamax un Chris Ferguson, très calme comme à son habitude.

Guillaume nous a raconté l’élimination de Jacques Zaicik, qui, vous allez le voir, fut pour le moins super sick.

Sur un flop 8 de trèfle 9 de trèfle Dame de carreau, Jacques détenait la quinte max avec

Valet de trèfle 10 de carreau As de trèfle – X

contre

Roi de trèfle Valet de carreau 3 de trèfle – X

En gros, l’adversaire de Jacques ne pouvait compter que sur un des trois Dix restant dans le paquet, son tirage couleur étant pour le moins carbonisé.

Etant donné que Jacques Zaicik est désormais OUT, vous devinerez tous seuls quelle carte est tombée sur la rivière.

Pour la route, un petit coup joué par Doyle :

Debout derrière lui, je le vois relancer UTG avec

As de carreau Valet de carreau As de trèfle 9 de pique

Deux joueurs paient, le premier au bouton, et l’autre depuis les blindes.

Sur le flop 2 de pique 4 de trèfle 5 de pique,

Le blindeur checke et Doyle mise 4,500 (le pot, quoi)

Le bouton paie rapidement, et le troisième joueur sort du coup.

Turn Dame de carreau

Doyle checke. Le bouton mise 10,000, et Doyle paie un peu trop rapidement à mon goût, mais bon, là encore, c’est lui la légende et moi le moins que rien.

La rivière 2 de coeur stoppe net l’action : les deux joueurs checkent, rassurant peut-être Doyle quant à la qualité de sa main : il montre fièrement ses As, mais son adversaire retourne la « wheel » avec

As de trèfle 3 de carreau 10 de trèfle 8 de coeur

Après avoir observé ces coups, je descends au rez-de chaussée et constate que David Benyamine a trouvé une nouvelle table en compagnie de Simon Trumper et Allen Cunningham. DB possède 15,000 de tapis : en voyant le tas, je me dis qu’il va bouger rapidement.

Je m’intéresse ensuite à Bruno Fitoussi, qui a vu sa table s’enrichir de la présence de deux membres de la Hendon Mob qu’il connaît bien : Joe Beevers et Ross Boatman. Le tapis de Bruno a encore augmenté depuis mon dernier passage : il pointe désormais à 90,000.

Je quitte la table de Bruno pour me diriger vers la salle de presse : en passant devant la table de Benyamine, je tourne machinalement la tête : le meilleur joueur français du monde n’y est plus assis, et les jetons ont disparu.

Plus que 110 joueurs encore en vie sur les 165 qui avaient pris le départ en milieu d’après-midi. Les blindes viennent de passer à 300/60 : il reste trois heures à jouer.

Hey, ho, let's go

- 24 septembre 2008 - Par Benjo DiMeo

A peu près 115 joueurs ont repris la partie.

Blindes : 250/500
Tapis moyen : 29,000