masquer le menu

- 23 septembre 2008 - Par Benjo DiMeo



Fin du Day 1 : Fitoussi survit avec un petit tapis

J’ai passé la dernière heure de la journée dans le casino pour observer nos deux français. Un seul d’entre eux était encore debout quand le gong a retenti : Bruno Fitoussi, avec un tapis de 6,700.

David Benyamine, lui, fut éliminé au milieu du dernier niveau lors d’un coup de Omaha-Low contre David Williams. A ce moment là, le meilleur joueur français du monde ne possédait plus qu’un tapis de trois ou quatre grosses blindes. Le gros du travail a été effectué lors d’un terrible coup de Hold’em où les deux paires de Benyamine se sont heurtées à la couleur backdoor de son adversaire.

Bruno Fitoussi a eu une journée des plus difficiles, son tapis n’ayant jamais dépassé les 15,000. Son plus gros pot, il l’a joué avec Roi-Valet en trouvant la top paire sur le flop, puis le brelan sur le turn. Manque de bol, son adversaire possédait As-Roi pour le même brelan avec un meilleur kicker : le coup lui a couté 5,000 de tapis.

En fin de journée, le sort s’acharnait contre lui dans les coups de Stud : il tirait presque à chaque fois la low card (ou high card, selon la variante) qui le contraignait à poser une ouverture forcée, assassinne pour son tapis. Un coup de Stud remporté contre Barry Greenstein à deux minutes de la fin de la journée lui permit de respirer un peu. Bruno restait cependant philosophe au moment d’emballer son maigre tapis : « mieux vaut être pauvre et en vie que riche et mort... »

On retrouvera le dernier français encore en course dans cette épreuve HORSE cet après-midi à partir de 14 heures pour le Day 2. Un peu plus de 50 joueurs tenteront de se faire une place en table finale : seuls 8 d’entre eux y parviendront. Des joueurs tels que Phil Ivey, Phil Hellmuth ou Robert Williamson ont de bonnes chances d’y parvenir : ils figurent parmi les chip-leaders en fin de Day 1. Mais le HORSE est l’un de ces jeux qui sait réserver des grosses surprises : leur avantage ne tiendra qu’à un fil cet après-midi, augmentation croissante des blindes aidant.

Ami lecteur, je prendrai une pause cet après-midi. En effet, les deux prochaines semaines s’annoncent des plus chargées, et il convient de recharger les batteries une dernière fois avant le marathon qui m’attend. Jetez un œil à mon programme, ca me rappelle les WSOP cet été :

24/09 - 26/09 : WSOP-Europe Omaha 5,000£
27/09 - 02/10 : WSOP-Europe Main Event 10,000£
01-10 - 05/10 : EPT Londres

Ce qui donne, en théorie, douze journées consécutives passées à couvrir trois tournois différents. On verra si l’actualité m’oblige à tenir ce rythme. Je me demande d’ailleurs comment je vais faire pour être en même à l’Empire et au Vic lorsque se jouera, d’un côté, la finale des WSOP-E et de l’autre, le coup d’envoi de l’EPT Londonien.

En attendant, rendez-vous mercredi pour l’épreuve de Omaha des WSOP-Europe, où l’on retrouvera les membres du Team Winamax Michel Abécassis, Guillaume de la Gorce et Antony Lellouche. Si vous voulez absolument suivre le Day 2 du HORSE cet après-midi, je ne peux que vous conseiller de vous rendre chez mes amis de PokerListings (www.pokerlistings.com), des amis de longue date sur le circuit.

A très bientôt !

Happy wanderer

- 23 septembre 2008 - Par Benjo DiMeo

Le dernier niveau de la journée va commence dans l’épreuve de HORSE. Le rythme des éliminations a fini par décoller un tantinet durant l’heure qui vient de s’écouler (poil au nez), et on ne compte désormais plus que 75 joueurs encore en lice sur les 110 qui avaient pris le départ.

La plupart des grands noms sont encore en lice. On déplore tout de même l’élimination de Layne Flack, Jan Slavik, Chad Brown ou encore Andy Black, tous absents autour de leurs tables respectives.

Les deux Phil (Ivey et Hellmuth) possèdent des tapis tout à fait impressionnants. Voici le top 10 avant le début de l'ultime niveau du Day 1, aimablement fourni par www.worldseriesofpoker.com, cherchez l'intrus :

Phil Hellmuth 40,900
Phil Ivey 40,000
Isaac Haxton 32,600
Markus Golser 26,000
Woody Deck 26,000
David Williams 24,000
Kelly Kim 23,000
Howard Lederer 22,600
Istvan Novak (qui ???) 22,000
Gus Hansen 21,600

Tapis moyen : 14,700

Nos deux français sont encore en course : David Benyamine possède un tapis au dessus de la moyenne (19,000), tandis que Bruno Fitoussi est quelque peu en difficulté avec 6,500, alors que les enchères (à ne pas confondre avec les blindes, nous sommes en Limit) vont passer à 500/1,000.

Juste avant la pause, un mec qui passait par hasard, sans doute pas au courant des festivités en cours cette semaine à l’Empire, a nonchalamment traversé le cordon séparant les spectateurs des tables et s’est arrêté devant la table de Benyamine, Lisandro, Williams and co, se demandant s’il était possible de rejoindre la partie en pointant du doigt le siège 5 laissé inoccupé.

« Tu es le bienvenu », lui a lancé David Williams avec un sourire en coin.

Markus Golser rajoute, en rigolant : « Ramène du cash. »



Perché à quelques centimètres de la table, l’égaré observe la partie pendant quelques minutes (sans doute procédait-il à une analyse en préambule à la partie : qui est le pigeon à la table, semblait-il se demander), avant qu’un superviseur ne lui demande gentiment de sortir.

A man of not so few words

- 23 septembre 2008 - Par Benjo DiMeo

Si les premiers niveaux d’une épreuve de HORSE à gros buy-in ne présentent que peu de coups d’intérêt pour le reporter friand d’éliminations et de bat-beats, il est en revanche indéniable que le casting réuni aujourd’hui à l’intérieur de l’Empire Casino peut offrir de fascinantes conversations. Ces joueurs se connaissent, on fait du chemin ensemble, ont joué les mêmes parties année après années, depuis plusieurs décennies pour certains. La camaraderie est palpable entre toutes ces superstars du poker.

Ici, on pourra écouter Doyle Brunson et John Juanda se remémorer les meilleurs laydowns de leur longue carrière. A quelques mètres, c’est Daniel Negreanu qui vante les mérites de la bouffe végétarienne à Joe Beevers. Plus loin, Robert Williamson est intarissable sur les merveilles de l’architecture Britannique.

Mais la table remportant haut le main le concours de décibels, et recueille les faveurs du plus grand nombre de railbirds, c’est bien sur celle de Mike Matusow. On aurait pu le deviner.

Stratégiquement placé entre les tables de Chris Ferguson et Phil Hellmuth, The Mouth tient chaire tel un animateur de talk-shows, donnant son avis sur tout et n’importe quoi (pensez à Conan O’Brien ou Jay Leno), prenant à partie les joueurs, les croupiers, le public, tout le monde, donnant son opinion même quand on ne lui a pas demandée, surtout quand on ne lui a pas demandée. Si Mike Matusow a perdu du poids, sa langue, elle, est restée intacte.



« Je vais te dire, la couverture du HORSE à 50,000 dollars par ESPN, c’était une blague... Ils ont transformé Scotty en abruti... C’est facile de faire passer quelqu’un pour un idiot au montage... Que de la connerie... »

« J’attends avec impatience la retransmission du Day 5 du Main Event... On va voir s’ils font subir le même traitement à Phil [Hellmuth] Parce que j’étais à la table, et je peux te dire qu’il a été dix fois pire... »

« Hé ! Chris [Ferguson] ! Tu as fini de faire du shopping ? De manger ? D’Iphoner ? Allez viens, je vais t’emmener chez le concésionnaire... On va t’acheter une voiture... Une belle Aston Martin. Non, non, pas une décapotable... Il te faut un coupé ! Ou alors, tu préfère peut-être une Smart pour économiser sur l’essence ? »

« Je vais te dire, un mec qui fait des quintes hauteur six en Stud High-Low est promis à un bel avenir financier... »

La diarrhée verbale s’arrête – temporairement – quand Mike paie une relance de Jeff Madsen depuis la grosse blinde. Nous sommes en Hold’em et le flop tombe

Roi de pique Roi de coeur 3 de coeur

Matusow check, puis paie une mise de Madsen, et les deux joueurs checkent ensuite le turn

4 de coeur

La rivière

5 de coeur apporte un quatrième coeur sur le tableau. Matusow checke. Madsen vérifie sa main. Debout derrière lui, je peux voir

9 de carreau 8 de coeur

Madsen mise, et Matusow paie avec un air pas convaincu.

« Flush », annonce Madsen.

« Quelle hauteur ? » s’enquiert Mike en retournant

6 de coeur 6 de trèfle

Madsen remporte le pot, et Matusow bougonne quelques mots que je n’arrive pas à saisir entièrement.

« Putain de Texas Hold’em... Modernité... Jamais folder... Nouvelle mode... Neuf joueurs au showdown... »

Puis, le moteur redémarre :

« Hé ! Jack [Effel, directeur du tournoi] ! Regarde, Phil [Hellmuth] a des jetons [en effet, celui-ci affiche un assez gros tapis] ! Tu l’as prévenu que c’était pas du Hold’em aujourd’hui ? »

Hourra pour Hougaard ! L’Event #1 des WSOP-E a trouvé son vainqueur

- 22 septembre 2008 - Par Benjo DiMeo



C’est donc un joueur Danois qui a remporté la première épreuve des World Series of Poker Europe version 2008. Jesper Hougaard réalise à cette occasion le doublé Vegas/Londres, trois mois après sa victoire lors de l’épreuve 36 des WSOP. Au passage, il empoche la coquette somme de 144,218 livres sterling.

En 2007, les trois bracelets des WSOP-Europe avaient été remportés par des joueurs européens (venus d’Allemagne, Italie et Norvège), laissant les Américains rentrer chez eux les mains vides. Le même phénomène sera-t-il observé cette année ? Un quart de la mission est accomplie...

*** Reprise, balles neuves ***

- 22 septembre 2008 - Par Benjo DiMeo

Les deux tournois en cours aujourd'hui ont repris chacun de leur côté.

Il reste trois niveaux de 90 minutes à jouer dans l'épreuve de HORSE. En ce qui concerne la finale de l'Event #1, pas de limite de temps, bien sur : on jouera jusqu'à ce qu'un vainqueur soit désigné. Pas trop tard, s'il vous plaît.