masquer le menu
Jours :21
Affichage : Plus ancienPlus récent

Ici Londres !

- 21 septembre 2010 - Par Benjo DiMeo

Quelques heures à peine après l'épuisante conclusion du Winamax Poker Open à Dublin, c'est les yeux rougis et les idées encore brouillées qu'Harper et moi sommes arrivés à Londres, non sans avoir auparavant loupé notre avion et dépensé une fortune pour embarquer le suivant. Il est vrai que ce n'était pas une très bonne idée de s'allonger à neuf heures du matin pour « un petit somme en vitesse » alors qu'il nous fallait être à l'aéroport à dix heures et demie.

Fatigue mise à part, quel plaisir de retrouver la capitale britannique : j'ai l'impression de rentrer à la maison après une longue absence ! Avant de déménager à Paris au printemps de cette année, c'est en effet à Londres que les quartiers généraux de Winamax étaient installés. Plusieurs joueurs du Team y résident encore, comme Nicolas Levi, Anthony Roux ou Guillaume de la Gorce, et la communauté londonienne des pros français installés dans les beaux quartiers de Chelsea, Notting Hill, ou Bayswater grandit de jour en jour. Il y aurait beaucoup à écrire sur les raisons de l'exode massif observé ces derniers mois dans la communauté high-stakes, mais là n'est pas le sujet qui nous intéresse aujourd'hui.

Coverage par Winamax

Leicester Square

C'est une tradition maintenant bien établie : chaque année en septembre, Londres devient le temps de quelques semaines la capitale mondiale du poker, avec plusieurs grosses compétitions organisées en succession. Cette fois, c'est avec un peu de retard que nous rejoignons la fête (Winamax Poker Open oblige), mais qu'importe : il reste encore pas mal d'action à couvrir en long et en large !

21/09 : WSOP Europe, Heads-Up 10,350£
Avec Ludovic Lacay

23/09 : WSOP Europe, Main Event 10,350£
Avec Almira Skripchenko, Ludovic Lacay, Michel Abécassis, Nicolas Levi, Manuel Bevand et Tristan Clémençon

29/09 : European Poker Tour, 5,250£
Avec Almira Skripchenko, Davidi Kitai, Ludovic Lacay, Nicolas Levi, Antony Lellouche, Tristan Clémençon, et Michel Abécassis

Coverage par Winamax

L'Empire Casino

Nous entamons donc notre campagne londonienne avec les World Series of Poker Europe. C'est en 2007 qu'Harrah's décida pour la première fois d'organiser des épreuves des championnats du monde hors de Las Vegas. En trois ans, la déclinaison à la sauce « Vieux Continent » des WSOP a petit à petit trouvé sa place dans le paysage du circuit des tournois professionnels. Avec la proximité de l'EPT britannique au calendrier, le détour à Londres en septembre est devenu incontournable pour de nombreux pros. Leur visite est facilitée par la position centrale de la ville sur la carte du transport aérien mondial.

Certes, les épreuves des WSOP-E n'ont jamais pu rivaliser en taille avec celles organisées chaque été à Las Vegas. Ce sont des petits fields auxquels nous avons affaire : le casino Empire où est organisé le festival offre une capacité d'accueil ridicule en comparaison avec l'Amazon Room du Rio, et le prix élevé des épreuves (couplé à l'absence quasi-totale de satellites en ligne) exclut la majorité des joueurs amateurs. Des fields petits, donc, mais costauds, avec une impressionnante armada de professionnels aguerris assis autour des tables. En trois ans, les WSOP-E nous ont offert quantité de moments mémorables. Qui pourra oublier le triomphe d'Annette Obrestad lors de la première édition du Main Event ? La norvégienne venait de fêter ses 18 ans et avait eu du mal à retenir ses larmes devant les caméras de télévision. De même, on se rappellera encore longtemps des extraordinaires batailles qu'on du livrer John Juanda et Barry Shulman pour remporter les deux éditions qui ont suivi, avec un dénouement obtenu aux premières lueurs de l'aube.

A l'heure où nous entamons notre reportage, trois épreuves ont trouvé leur conclusion, et là encore, les grands moments ont été légion. D'abord avec la victoire de Phil Laak lors de l'Event #1, le short-handed à 2,500 livre sterling. C'était un triomphe attendu de longue date pour l'homme à la capuche déjà détenteur d'un titre WPT, cinq ans après avoir échoué sur la dernière marche au Rio, le jour même où sa compagne Jennifer Tilly remportait l'épreuve Ladies. Puis il y a eu l'épreuve de Pot Limit Omaha à 5,000 livres, où l'impressionnant Jeff Lisandro a dominé un field de 120 joueurs pour s'emparer de son cinquième bracelet. Enfin, aujourd'hui même s'est terminé le tournoi de No Limit à 1,000 livres : JP Kelly a manqué de très peu une historique performance, terminant en seconde place derrière l'amateur Scott Shelley. L'anglais était à une marche de remporter son troisième bracelet en 18 mois, le second consécutif dans cette épreuve !

Coverage par Winamax

Jeff Lisandro

Côté français, l'épreuve short-handed a vu deux de nos compétiteurs aller loin, avec la cinquième place d'Ilan Rouah et la huitième place de Vincent Dalet. La performance du second nous a fait particulièrement plaisir : avant de passer professionnel, Vincent était en effet membre du staff de Winamax. Bravo Oryn !

L'épreuve de Heads-Up qui nous intéresse aujourd'hui est une nouveauté. Avec son buy-in de 10,350 livres sterling (12,250 euros environ), seuls les pros les plus aguerris et les amateurs les plus fortunés ont pris part. Au départ, un joueur du Team Winamax : dans le prochain article, je vous raconterai comment il a remporté son premier match en moins d'une heure...