Winamax
Main Event :Finale4321B1A
Event 3 :Finale21
Event 2 :Finale21
Event 1 :Finale21B1A
Affichage : Plus ancienPlus récent

Event #1 : deux français en piste pour le bracelet

- 21 septembre 2009 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Il est deux heures du matin à Londres, et l'on vient de perdre un joueur en dixième position dans l'Event #1 des World Series of Poker Europe. La nouvelle est désormais officielle : Anthony Roux atteint sa seconde table finale des championnats du monde en trois mois. Plus que jamais, les pros du Team Winamax sont au rendez-vous des grandes compétitions internationales, et n'ont pas manqué leur entrée dans cette édition 2009 des WSOP-E organisée dans la capitale britannique, terre d'accueil de bon nombre de joueurs de l'équipe.

En finale, Tallix sera accompagné d'un autre joueur français : Fabien Dunlop, en position d'écrasant chip-leader avec 33% des jetons en circulation. Lundi, à partir de 14 heures, les deux joueurs Winamax tenteront de décrocher le cinquième bracelet de l'histoire du poker français.

Cette seconde journée de l'Event #1 avait commencé en début d'après-midi avec 89 joueurs restants. Grâce à la structure rapide de l'épreuve, 90 petites minutes suffirent pour atteindre les places payées, au nombre de 63, après que furent éliminés des joueurs notables tels que Roland de Wolfe et Padraig Parkinson.

Coverage par Winamax

Une fois un chèque minimal de 2,006 livres sterling sécurisé, les sorties ont continué à rythme rapide. Autre pro du Team Winamax au départ aujourd'hui, Nicolas Levi dut se contenter d'une soixantième place, victime d'un vilain bad-beat avec une paire de Rois en mains.

Pendant ce temps, une personnalité émergeait parmi les visages majoritairement inconnus encore en course : Ganesh Bathmanathan. Une grande bouche professionnelle, commentant chacune de ses actions à voix haute en long et en large, poursuivant sa réflexion jusque plusieurs minutes après la fin des coups qu'il jouait. Ce qui lui a d'ailleurs valu une pénalité pour excès de célébrations, et l'exaspération de la plupart de ses adversaires. Un temps chip-leader, l'anglais s'est lentement laissé piéger par ses cordes vocales, donnant trop d'informations le rendant trop facile à jouer. Quand il se prit un joli bad-beat pour sauter en dixième place, ils furent peu nombreux à le plaindre.

Mais je m'avance un peu. Après l'élimination de CrocMonsieur, on allait ensuite perdre John Juanda, Raymond Rahme et les qualifiés Winamax, Sylvain Perrin et Stéphane R. L'action continuait sans relâche, et peu avant 23 heures, on tenait les demi-finales.

Coverage par Winamax

Un clair chip-leader s'était détaché : Fabien Dunlop, joueur professionnel français expatrié à Londres. Il allait conserver son statut jusqu'au bout grâce à une agression sans relâche, et plusieurs confrontations à pile ou face où la pièce est tombée du bon côté, notamment cet énorme pot joué préflop avec une paire de 7 contre As-Roi. Assurément, Dunlop n'a pas eu peur aujourd'hui, et son détachement à la table a merveilleusement porté ses fruits.

Assis à sa gauche une bonne partie de la journée, Anthony Roux s'est impliqué dans de nombreux coups, avec un tapis faisant des hauts et des bas en permanence. « Finalement, la structure n'est pas si mauvaise », a commenté le joueur du Team Winamax. « Si l'on arrive à passer les premiers niveaux avec un tapis confortable, on peut ensuite jouer un poker correct. » Tall a alterné les périodes de patience avec d'autres plus actives, trouvant beaucoup de situations pour mettre ses jetons au milieu, et au passage faire de très jolis calls.

Dernier joueur en course immédiatement reconnaissable auprès du grand public, Chris Ferguson allait lentement se laisser mourir, pour finalement mettre ses quatre blindes au milieu, et sortir en quinzième place. Ian Frazer allait le suivre un peu plus tard avec une poignée d'autres joueurs : on tenait la table finale à dix, puis, enfin, la vraie table finale.

Tall n'aura que dix grosses blindes pour se défendre mais cela ne fait cependant pas de lui le plus petit tapis de la table. Rien n'est joué d'avance : un double-up en début de partie, et la machine serait lancée. Les adversaires de nos deux français sont majoritairement des joueurs du cru : les anglais ont de bonnes chances de remporter un bracelet demain, chose qui ne s'est jamais produite durant les deux dernières éditions des WSOP organisées à Londres. A noter aussi la présence de Thor Drexel, joueur danois ayant effectué un bon résultat lors du WPT de Venise.

Je vous donne rendez-vous lundi pour la quatrième journée des WSOP-E 2009 qui s'annonce des plus chargées. A 13 heures (heure française), nous attaquerons les festivités avec le départ de l'Event #2, un mélange de Hold'em et de Omaha joué en Pot Limit (2,500£) l'entrée. Puis, deux heures plus tard, la finale de l'Event #1 commencera, et l'on espère bien qu'elle nous réservera de belles surprises côté français. A très bientôt !

Benjo

Coverage par Winamax

Les positions autour de la table

1. Fabien Dunlop (Joueur Winamax) 538,000
2. James Tomlin (UK) 49,000
3. William Martin (UK) 122,500
4. Richard Allen (UK) 332,000
5. Anthony Roux (Team Winamax) 88,000
6. Adnan Alshamah (Syrie) 121,000
7. John-Paul Kelly (UK) 317,500
8. Thor Drexel (Danemark) 77,000
9. Neil Suarez (UK) 217,500

La partie commencera aux blindes 4,000/8,000, ante 1,000.

Les prix qui seront remis aux finalistes

Vainqueur : 136,803 £
2/ 84,512 £
3/ 55,468 £
4/ 38,499 £
5/ 28,181 £
6/ 21,700 £
7/ 17,535 £
8/ 14,835 £
9/ 13,115 £

A trois places de la finale, le chip-leader est français

- 21 septembre 2009 - Par Benjo DiMeo

Fabien « zemetique » Dunlop fut incontestablement le joueur le plus actif de l'heure qui vient de s'écouler. Pas de gros pots à noter, non – le gros du travail a été fait avant la pause – mais plutôt une agression incessante qui porte ses fruits. Et dire que le français nous confiait un peu plus tôt qu'il allait ralentir la cadence à l'approche de la table finale. Cochon qui s'en dédit : le joueur Winamax est désormais chip-leader avec plus de 300,000 en jetons.

J'ai vu par exemple Fabien défendre sa blinde contre une relance UTG de Tallix... Les deux joueurs n'ont pas bougé sur le flop T-T-3, et le turn J... La rivière double le Valet, et Fabien mise. Il prend le pot : Tallix jette ses cartes après une longue réflexion.

Quelques minutes plus tard, Fabien relance au cut-off, et est payé par la grosse blinde, un joueur short-stack qui n'a pas trop l'air de comprendre ce qu'il fait – il ne possède qu'une douzaine de blindes après avoir double contre Tall (AQ contre KJ).

Le flop tombe J-J-4 et Fabien mise après un check de son adversaire, qui considère la situation un bon moment avant de passer, toujours aussi perdu.

Ils sont toujours treize autour des deux dernières tables. Les blindes vont bientôt augmenter et j'ai repéré au moins trois joueurs dans la zone dangereuse des dix grosses blindes. Ah, tiens, pendant que j'écris cette dernière phrase, un joueur vient de sauter, et il ne s'agit ni de Tall, ni de Fabien, ni de l'un des short-stacks. On y est presque, mais pour autant, je ne parierais pas pour une conclusion rapide. C'est que neuf places pour une finale WSOP sont en jeu : ce n'est pas rien, ma bonne dame.

Tableau de bord
12 joueurs restants (sur 608 au départ)
Blindes : bientôt 2,500/5,000, ante 500
Tapis moyen : 152,000
Tallix : 110,000

Table finale en vue

- 20 septembre 2009 - Par Benjo DiMeo

Appelage de malade

De son propre aveu un joueur solide en tournoi, Anthony Roux n'est pas forcément réputé pour ses bons calls, au contraire de, disons, un Ludovic Lacay ou un Antony Lellouche. Mais c'est vrai que Tallix n'est pas non plus reconnu pour ses mauvais calls non plus.

C'est pour cela que j'ai été agréablement surpris de voir le pro du Team Winamax faire un call difficile, et payant.

Tall mini-relance à 6,000 depuis la petite blinde, et son voisin défend.

Le flop est QPiqueKTrèfle8Carreau. Check du français. La grosse blinde mise cher : 13,000. C'est payé rapidement par Tall.

Turn : QCarreau. Check/check.

Rivière : 4Carreau

Un dernier check de Tall. La grosse blinde mise à nouveau 13,000, ce qui n'est maintenant plus très cher. Mais cela représente tout de même un quart du tapis de Tall.

Anthony se donne un long temps de réflexion, puis finit par payer avec... 9Coeur8Coeur pour la troisième paire.

Frustré, son adversaire ne peut montrer qu'une hauteur avec ATrèfle2Carreau.

Après ce coup, Tallix passe la barre des 110,000, et semble bien placé pour atteindre sa deuxième table finale en trois mois.

Coverage par Winamax

A sa gauche, de bonnes nouvelles aussi pour Fabien Dunlop, qui a éliminé un joueur pour passer à plus de 240,000. Le coup est assez bizarre. Pour résumer, l'adversaire de Fabien a bluffé flop, turn et rivière avec QTrèfle4Pique (une main qu'il avait relancée UTG+2). Fabien a payé sur le flop avec top-paire, puis trouvé un brelan sur la rivière, lui donnant un call facile, et le gros pot.

The nit is gone

Chris Ferguson a joué la barre de fer absolue tout au long de ce Day 2, se laissant tomber jusqu'à un maigre tapis de 12,000, soit quatre grosses blindes.

Le cynisme était de rigueur parmi les médias couvrant l'épreuve :

«  - Oui, il vient de passer deux Valets UTG, là. C'est un matheux, il sait qu'il y a 14,7% qu'un joueur ait une meilleure main derrière lui. Il ne veut pas prendre de risque. »

Et puis, Chris fait tapis, pour quatre blindes, donc.

De BB, Ian Frazer hésite, puis paie après trente secondes, avec... APiqueQCoeur. Slowroll ? Pas selon la presse, encore elle :

«  - Ben oui, il n'a pas joué une main depuis une heure, Frazer sait qu'il joue probablement contre les As, où deux Jokers. »

En fait de jokers, Jesus retourne QCarreauJCarreau, et garde ses chances au flop malgré l'apparition de l'As :

A – 9 – T

Mais le turn et la rivière ne changent rien, scellant l'élimination de Chris Ferguson en quinzième place. Le public applaudit : on vient de perdre la dernière vraie star du poker en lice dans cette épreuve.

Plus que cinq éliminations avant la table finale...

Tableau de bord
13 joueurs restants (sur 608 au départ)
Blindes : 2,000/4,000, ante 500
Tapis moyen : 140,300
Prix minimum : 6,980 £

Demi-finales

- 20 septembre 2009 - Par Benjo DiMeo

C'en est fini pour Stéphane R., victime d'un bad-beat avec ATrèfleKTrèfle qui perd contre ACarreauQCarreau à tapis avant le flop. Le qualifié Winamax repartira vers L'Isle sur la Sorgue enrichi de 4,153 livres sterling. Pas trop mécontent malgré ce coup final malheureux : « J'ai eu ma part de réussite auparavant. Difficile de se plaindre... »

Peu après la sortie de Stéphane, on avait atteint les demi-finales. Les superviseurs ont à nouveau retiré les tables. Anthony et Fabien, nos deux derniers français, se sont retrouvés côte à côte.

Sur l'autre table, Chris Ferguson possède un tapis modeste, et joue un coup par heure environ. J'ai vu Ganesh payer un petit tapis de 15,000, mais passer après une relance à 50,000 de Ian Frazer (qui ne lui laissait que 10,000 derrière). Ganesh a jeté As-Dame, mais n'a pas pesté longtemps en voyant le As-7 de Frazer : un 7 est apparu sur le flop pour battre la paire de 4 du short-stack. « Yes ! Good fold ! Excellent fold ! » a crié Ganesh.

Sur cette élimination, on passait à 17 joueurs.

Coverage par Winamax

Juste avant la pause, un coup marrant ou Tallix est impliqué indirectement : il jette ses cartes préflop après la relance d'un joueur. Mais l'une de ces cartes vient se poser sur celles de son voisin, qui vient de trouver deux As ! Avant que personne (pas même le croupier) ne se soit rendu compte de quoi que ce soit, le joueur en question chasse la carte de Tallix du revers de la main, et fait tapis. Il doublera son tapis contre deux Rois, après avoir manqué de peu que sa main ne soit brulée.

A la reprise, Fabien Dunlop et Anthony Roux gravitent autour de la moyenne.

Rappel des performances des joueurs Winamax aujourd'hui :

20. Stéphane R. (Qualifié) 4,153 £
34. Sylvain Perrin (Qualifié) 3,374 £
60. Nicolas Levi (Team Pro) 2,006 £

Tableau de bord
17 joueurs restants (sur 608 au départ)
Blindes : 1,500/3,000, ante 400
Tapis moyen : 107,300

Petites accélérations qui font du bien

- 20 septembre 2009 - Par Benjo DiMeo

Wow, pas mal de choses à vous raconter depuis ma dernière mise à jour. L'élimination du 28ème joueur a d'abord provoqué un retirage complet des tables. Tallix et Stéphane bougé, pour finalement se retrouver assis face à face (et non plus côte à côte, donc). A la droite du pro du Team, JP Kelly, qui était chip-leader en début de journée et qui semble être toujours en tête avec 160,000.

Fabien Dunlop, lui, est assis à droite de Chris « Jesus » Ferguson, mais va rapidement être déplacé à la table des deux français par un superviseur : l'action s'emballe et les tables doivent êtres équilibrées en permanence.

Le Sud-Africain Raymond Rahme joue un pot énorme avec deux Valets, et se retrouve à tapis avant le flop contre Ganesh qui détient As-Dame. Un As sur le flop plus tard, et le finaliste des WSOP 2007 est éliminé.

Au même moment, Tallix met un short-stack à tapis avec KK, il joue contre As-Dame et décidément, Doyle Brunson avait raison : As-Dame est une main qui ne sert à rien, si ce n'est à sauter des tournois. Après le coup, Anthony passe à 85,000, son point culminant à ce stade, lui qui semble ne jamais posséder un gros stack. Il s'engage immédiatement dans un pot contre JP Kelly, payant sa relance préflop et son c-bet sur le flop 8-5-2, mais abandonne sur le turn après une deuxième « barrel » de son adversaire anglais.

Et voilà donc que l'on est passé de 29 à 21 joueurs en trente minutes à peine. Je rassure ceux qui craignent que votre serviteur pourrait aller se coucher tôt : l'action va considérablement ralentir une fois les deux dernières tables atteintes.

Toujours est-il qu'il ne reste plus que 12 éliminations à observer avant la finale, et l'on a encore trois joueurs Winamax dans la partie.

Tableau de bord
21 joueurs restants (sur 608 au départ)
Blindes : 1,200/2,400, ante 300 pendant 30 minutes
Tapis moyen : 86,900
Prix minimum garanti : 4,153£