masquer le menu

On bulle avec Sylvain Loosli

- 30 octobre 2018 - Par Martin

La bulle est passée, après une heure de jeu main-par-main

Ils sont 81 à aller dîner en étant assuré de repartir avec au moins 15 000 €

Loosli

Sylvain Loosli et Andy Black auront échangé quelques coups pendant le main-par-main. Avantage au Français, sous les yeux ravis de son collègue Team Pro Joao Vieira !

Contrairement à ce que le titre de ce post pourrait laisser entendre, Sylvain Loosli n'a pas fait la bulle du Main Event. Il est toujours dans le tournoi et en très bonne position même ! Vous voilà rassurés ?

Mais c'est justement à l’approche de la bulle que la compagnie de Sylvain Loosli me fait de l’œil. D’abord, il est sympa, et quand on sait ce que peut durer une bulle, surtout à 15 000 €, cet élément n’est pas négligeable.

Et puis Sylvain est un Team Pro Winamax et l'un des plus beaux palmarès français. Et donc une belle chance d'aller loin dans ce tournoi.

Enfin, il vient de remporter un gros coup contre Alex Foxen. Dans cette rencontre de poids lourds, c’est le Français qui a le dessus, dans une sombre histoire de 7, laissant Foxen sonné et déstacké. L’Américain sortira d’ailleurs quelques mains plus tard, à deux places de l’ITM.

Alors on va passer cette bulle avec le Team Pro Sylvain Loosli.

Le main-par-main est lancé et Sylvain m’annonce qu’il a 1 400 000 environ devant lui. Le garçon est donc serein.

Quand je lui demande quelle est la stratégie qu’il compte mettre en place (mais c’était bien mieux formulé que ça à l’oral et Sylvain a même eu l’air de trouver la question intelligente. Ce garçon est décidément bien poli), Sylvain répond.

« Je compte clairement en profiter. Et puis la bulle peut ne pas durer longtemps. Dans ces cas-là il faut prendre des jetons. »

« Ma table est plutôt facile » ajoute-t-il. « Ce serait dommage de ne pas y aller. » Et en effet sa table a l’air plutôt passive. Le départ de Foxen, « très aggro » nous précisera Sylvain, lui ouvre la voie. Ses adversaires donnent le sentiment de ne pas vouloir d’histoire. La bulle d’abord. On se disputera les jetons après. Alors le Pro a clairement raison de vouloir en profiter.

Première main. Andy Black en MP relance à 25 000. Call de Sylvain du bouton.

Flop J 4 4

Nouveau barrel de 35 000 et nouveau call de Loosli. Sur la turn 9, Sylvain abandonne le coup après une nouvelle salve de l’Irlandais pour 60 000. Le Pro est là pour gagner des jetons, pas pour en perdre. Andy annonce paire de 10, sans montrer.

Main suivante et nouvelle ouverture de Black. 3-bet de Sylvain, histoire de montrer qui est le patron. Cette fois, Andy fold face-up As Valet.

Les deux mains suivantes sur lesquelles Andy est de blind sont également remportées par Sylvain, qui relance tous les coups. L’Irlandais, bien moins profond que le tapis français, n’ira pas au combat sans être équipé.

« Get your bloody money » lance-t-il à Loosli dans un sourire bien entendu, en envoyant au milieu de la table ses jetons de blinds. On sent tout de même qu'il ne faudrait pas que ça dure trop longtemps...

D'ailleurs, lorsque Loosli est de blind, Andy est décidé à lui rendre la monnaie de sa pièce. Le Team Pro folde sagement et l’Irlandais moustachu dévoile dans un éclat de rire deux beaux As, qui n’ont pas trouvé preneur. C’est ce qu’on appelle passer entre les gouttes.

Cohue

Un tournoi au moment de la bulle, ça ressemble souvent à ça. Tout le monde est debout, à chercher de l'action. Des petits airs des salles du Rio ou du Binions à Vegas, dans une joyeuse cohue

Mais il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte, et un « All-in and call » résonne dans la grande salle des tournois. Difficile de se frayer un passage entre les tables, obstruées de boissons, de masseuses et de joueurs agglutinés. On arrive péniblement pour assister à la sombre exécution du tout petit tapis de Viktor Taranenko, qui était en mode survie depuis déjà quelques orbites.

Bubble boy

Viktor Taranenko a le sourire du joueur qui sait déjà que la bulle est pour lui. Bingo

Avec 10 4 en tapis blind, le Russe ne fait pas le poids contre le A K du Belge Gary Hasson.

La patience de Viktor n’aura pas payée car personne n’aura eu la bonne idée de sauter avant lui. Il est donc officiellement le bubble-boy de ce Main Event WSOPE 2018. Bravo quand même pour son parcours, même si la fin est cruelle. Le joueur s'était qualifié online pour 0,01€ et a quitté la salle abattu. Dura lex, sed lex .

Désormais assurés de se remplir les poches, les joueurs peuvent songer à aller se remplir la panse. Une heure de pause pour dîner.

Sortie

Pas besoin de passer par la caisse pour le bubble boy Viktor Taranenko : direction la sortie en ligne droite

Le chipleader est le Tchèque Robert Skopalik avec environ 2 000 000. Il bénéficie d'une pause dîner de deux heures, dans la mesure où il a quitté les tables dès l'annonce du main-par-main. Le privilège des riches.

Ils ont été éliminés avant la bulle

Alex Foxen, Kristen Bicknell (décidément ces deux-là ne se lâchent pas d'une semelle...), Vladimir Geshkenbein

Geshkenbein

Le Russe Geshkenbein peut faire la moue. Il a longtemps été dans le haut du classement avant de céder à quelques places de l'argent