masquer le menu

Julian Thomas, métier : Phénix

- 30 octobre 2018 - Par Martin

Julian Thomas remonte à la moyenne

Niveau 17 - 5000 / 10000

Julian Thomas

Julian Thomas (en rouge) élimine Paul Hoefer (en bleu à gauche). Une table haute en couleurs !

C'est une position que semble apprécier Julian Thomas. Celle de short-stack. Celle d'outsider aussi. Celui qui a fini 3ème du Super Highroller 100 000 € il y a quelques jours à peine avait déjà abordé sa table finale dans la peau du petit tapis (troisième plus petit tapis). Et dans celle de l'outsider également.

Son pote Steffen Sontheimer nous confiait alors, hilare, que "Julian est le plus faible de tous. C'est avec lui que je suis le plus ami pourtant." Les chiffres allaient dans son sens, Julian étant des huit finalistes celui qui avait le moins gagné en carrière live. La fin de l'histoire, on la connait. Julian finit troisième pour plus d'un million d'euros. Environ ce que va gagner le vainqueur du Main Event WSOPE 2018.

Alors la table finale est encore loin bien entendu. Le bracelet encore davantage. Les joueurs ne sont même pas encore dans l'argent !

Mais Julian réaiise une remontada comme il a l'air de les affectionner. Parti avec le plus petit tapis à midi (45 000), il est désormais à la moyenne, avec environ 600 000.

Après avoir doublé une première fois contre le Britannique Jack Sinclair, dans un flip standard avec les Huit contre As Neuf, il se retrouve dans une confrontation fratricide la main suivante contre son compatriote Paul Hoefer.

Le coup démarre par un open de Sinclair, shove de Hoefer (154 000), re-shove de Julian (environ 300 000) et fold de Sinclair.

Paul Hoefer : A J

Julian Thomas : A K

Board :  Q 3 6 5 9

Hoefer est éliminé. Sinclair lève les yeux au ciel. Julian laisse poindre un sourire radieux, qui se transforme en éclat de rire.

En grec ancien, "phénix" veut dire "rouge pourpre". Est-ce en pensant à cette possible résurrection que Thomas a décidé ce matin de porter ce coupe-vent vermillon vif ?

ITW

Julian Thomas en interview télé, entre deux niveaux

Interviewé un peu plus tôt dans la journée, les propos flatteurs de Dominik Nitsche a son endroit lui avaient été rapportés. En substance, Domiinik disait que Thomas était surement le joueur allemand le plus en forme du moment et le meilleur en Highroller.

Dans un éclat de rire teinté de gêne, Thomas avait alors lâché :

"Si Dominik le dit, alors je ne peux que me plier aux propos du meilleur d'entre nous ! En tout cas, ce qui est sûr est que je ne lâche jamais."

Un phénix on vous dit. Et le phénix renaît toujours de ses cendres.