masquer le menu

Un podium, un de plus !

- 18 octobre 2018 - Par Benjo DiMeo

Romain Lewis termine en troisième place de l'Event #3 (Pot-Limit Omaha 550 €)
Son quatrième (!) podium WSOP de l'année 2018

Le premier bracelet, ce ne sera pas pour cette fois. Pas encore. Pour sa quatrième table finale sur les World Series of Poker (rien que pour 2018), Romain Lewis doit une nouvelle fois se contenter d'un podium. On vous rembobine le film d'une après-midi riche en sensations.

Finalistes PLO 550 €
La table finale a débuté à 15 heures

Comme on pouvait s'y attendre avec un tapis moyen qui ne dépassait pas les 25 blindes, il n'a pas fallu patienter longtemps pour assister à de l'action sur le stream, commenté par Fabien Richard et Guillaume Diaz avec trente minutes de décalage et toutes les cartes visibles. En à peine plus de quarante minutes, la moitié des huit finalistes ont pris la porte, à commencer par le short stack officiel Florian Sarnow (8e, 5 198 €) - runner-up la veille du Turbo Bounty, et donc, à notre connaissance, le premier joueur en 50 ans à disputer DEUX finales WSOP le même jour, bravo à lui -, l'Israëlien Michael Magalashvili (7e, 6 896 €), l'Indien Manish Goenka (6e, 9 313 €) et le Chilien Tarek Sleiman (5e, 12 802 €). Pendant ce temps, Romain a réalisé le départ rêvé, trouvant très vite deux paires d'As pour doubler autant de fois, et se repositionner dans la course au bracelet, derrière le chipleader Hanh Tran, en contrôle total des opérations.

Romain Lewis
La première des deux paires d'As gagnantes de Romain

La suite fut une longue phase de jeu à quatre, durant laquelle Romain ne fut pas spécialement verni au niveau de la donne. Témoin ce brelan d'As servi (qui ne valait pas plus qu'une paire, Omaha oblige), que le pro du Team fut obligé de jeter sur un turn dangereux face à une mise de Sebastian Obermeier. Peu après le cap de la 100ème main, Romain se retrouva de nouveau à tapis : avec AJ108 contre le KQ108 du même Obermeier, Romain souffrira un peu plus (60% d'équité, un coin-flip amélioré, quoi) mais parviendra à doubler une nouvelle fois au terme d'un board à renbondissements lui offrant une quinte in extremis : Q53KJ.

Structure rapide oblige (rappelons que nous avions affaire à un tournoi à 550 € avec des rounds de 40 minutes), ce double up ne représentait que 15 blindes pour Romain. Mais à sa droite, Obermeier était encore plus en difficulté, avec même pas 10 BB pour tenter de se refaire. Ce dernier ne tarda pas à s'engager depuis la SB, avec une main correcte (Q984) mais dominée par Romain, qui s'empressa de payer depuis la BB avec QJ105. Là encore, son équité avoisinait les 60%, une équité qu'il réalisa en trouvant une quinte sur le turn.

Avec seulement deux adversaires restants face à lui, Romain pouvait commencer à y croire, et encore plus deux minutes tard, lorsque ses deux paires max floppées sur As-7-6 restèrent en tête contre le combo paire plus tirage par les deux bouts d'Oleg Pavlyuchuk.

Il était très exactement 19h18, heure de Paris, et ceux qui, comme moi, avaient deux fenêtres de stream ouvertes simultanément sur leur ordinateur ont alors assisté à un parallèle surréaliste. D'un côté, sur le stream officiel WSOP diffusé en différé, le visage souriant d'un Romain Lewis  venant de passer chip-leader. De l'autre côté, sur Winamax TV, le visage déçu de... Romain Lewis, qui rejoignait Guillaume Diaz devant Skype pour annoncer en direct son élimination en troisième place !
 



Spoiler en live : Romain débarque sur Winamax TV alors qu'il est chip-leader sur le stream !

Que s'était-il passé ? Comment Romain avait-il pu passer de robusto à busto en seulement 30 minutes ? D'abord en payant un 3-bet de Pavlyuchuk avec KJ97. Une main spéculative qu'il n'allait pas pouvoir jeter une fois tombé le flop A53, le Letton n'ayant plus que 11BB à mettre au milieu. Ce dernier retourne les As. Romain rentre son tirage avec le 10 sur le turn, il est à une carte de passer directement au heads-up final avec la quasi totalité des jetons, mais non : la rivière est un autre 10, donnant le full à Pavlyuchuk !

Coup final
Le coup fatidique

20 minutes plus tard, le pro du Team Winamax joue son dernier coup avec 15BB et AQ94 : une bataille de blindes en limp contre Pavlyuchuk. Romain tente un premier barrel en bluff sur 875, puis un second sur le turn 9, et le dernier, à tapis évidemment, sur la rivière 8. Avec 55J3 (un petit full), Pavlyuchuck ne s'est pas fait longtemps prier pour payer.

"C'est la folie !" réagira Romain à chaud sur Winamax TV. "C'est un bon départ pour ces WSOP-E, je me suis bien amusé, comme d'hab' en PLO. Chaque spot est super intéressant, et je suis toujours pas un expert dans cette variante. Je suis heureux d'être arrivé jusque la troisième place, sur chaque main aujourd'hui j'aurais pu sauter." Merci à Romain de nous avoir fait une fois de plus vibrer ! Comme il le dit lui-même à propos de cette édition européenne des WSOP, "il en reste encore six !" Six bracelets à aller chercher avant le 2 novembre. Allez, ça va finir par passer.
 


Romain Lewis sur les WSOP 2018 jusqu'à présent, c'est :
Event #13 (NLHE 1 500 $) - 2e sur 1 306 pour 194 837 $
Event #69 (PLO 6-max 3 000 $) - 2e sur 901 pour 293 553 $
Event #74 (NLHE 6-max BB Ante 10 000 $) - 3e sur 355 pour 325 842 $
Event #3 Europe (PLO 8-max 550 €) - 3e sur 572 pour 25 473 $

Hanh Tran Winner Photo

En se chargeant de l'élimination de Romain pour aborder le heads-up final avec une large avance (35 blindes contre 12), on voyait bien Pavlyuchuk faire main basse sur le bracelet. Il n'en fut rien. Leader pendant une majeure partie de la finale, Hanh Tran parvient à doubler deux fois son petit tapis, avant de remporter un coup décisif pour repasser devant. Une douzaine de minutes, le titre et les 59 625 € de la victoire étaient siens. Déjà sacré cet été à Vegas sur un tournoi de Deuce to Seven à 1 500 $, enrichit sa collection d'un bijou supplémentaire.