Winamax

Une grosse teuf, certes... mais avec beaucoup de retardataires

- 4 juillet 2024 - Par Benjo DiMeo

Le plus gros tournoi du monde débute dans le calme et une salle à moitié remplie. Mais ce démarrage lent n'a rien d'anormal : avec encore trois Day 1 au programme, le tournoi a tout le temps de se remplir !
Main Event 10 000 $ (Fin du Day 1A)

WSOP / Reportage
À l'heure où le premier des quatre "Flights" du Main Event des WSOP se termine (00h16), les chiffres officiels et définitifs de la participation ne sont pas encore connues. Mais nos estimations, basées sur un quart d'expérience, un quart d'observation et une moitié de doigt mouillé, nous amènent à penser que le nombre tournera autour de 920 participants. Si cela était avéré, cela témoignerait d'une affluence en baisse d'environ 10 % par rapport à l'historique édition 2023. Mais, s'empressera-t-on d'ajouter, ce constat pas encore vérifié n'a que peu de valeur. Tous les habitués le savent : le Main Event ne démarre jamais vraiment au Day 1A, simple journée d'introduction servant à contenter les joueurs les plus pressés, et ceux qui ne sont pas dispo les trois Day 1 suivants.

Nous vous transmettrons le plus rapidement possible le classement définitif du Day 1A, dès que l'orga l'aura mis en ligne. En attendant, quelques dernières infos de notre cru...

La seule et l'unique

Gaelle Baumann

On espérait bien voir deux logos W composter leur billet pour le Day 2 aujourd'hui et c'était plutôt bien parti pour en milieu de journée avec Gaëlle Baumann pointée à 120 000 et le qualifié Franck Jacon à 160 000. Et pourtant, seule notre Team Pro est parvenue à mettre des jetons dans le sac, malgré une fin de journée compliquée.

Complètement card dead sur les deux derniers levels, elle a vu son stack fondre jusqu'à tomber à 79 300. "J'ai perdu pas mal de petits pots, et j'ai trouvé aucun spot à prendre sur la fin de journée, j'avais vraiment pas une table facile pour un Day 1 de Main Event. Le seul gros pot que j'ai pris après le AA/QQ du début, c'est un pot où je me fais 3-bet preflop puis check/raise sur un flop 5-7-8 avec un flush-draw. Ca check/check sur la doublette du 8 turn et je value river sur une brique." À titre de comparaison, lors de son deep run de 2012, Gaëlle avait terminé avec un stack sensiblement équivalent, avant de décoller sur un Day 2 qu'elle terminait avec le chiplead du clan français. Le plan maintenant, c'est de chill pendant trois jours et d'arriver au Day 2 pour refaire la même chose qu'en 2012.

Notre seul qualifié de la journée a vécu des sensations très polarisées sur son premier Main Event, puisqu'après un début en boulet de canon, il a réussi à monter un stack de 160 000. Et puis, la bérézina, deux ou trois coups perdus, puis un énorme bluff raté contre un papy qui avait deux beaux Rois qu'il n'a pas voulu lâcher et son tournoi a radicalement changé. Redescendu dans le bas du classement avec une quarantaine de blindes devant lui, Franck a finalement cédé en toute fin de level 4, son shove au bouton avec Roi-Dame se fracassant contre une paire d'As dans les blindes.

Déçu du runout de sa journée, Franck semblait tout de même ravi de l'expérience. "Je me suis qualifié, mais j'aurais fini par le payer un jour. C'est le championnat du monde, quand même, y a que les WSOP qui proposent ce genre de tournois". Conscient d'avoir un peu gâché son tournoi sur ce bluff maladroit qui n'est passé, Franck avouait avec humilité qu'une de ses grosses faiblesses, c'est de ne pas savoir quand ralentir la cadence et arrêter d'appuyer sur le bouton raise. En guise de lot de consolation, ce gestionnaire de patrimoine va profiter encore une dizaine de jours de Vegas, avec dans le viseur le 800 € Independance Day sur deux jours. "Je sais que ce ne sera pas une structure aussi belle, mais ça va être vraiment cool comme tournoi à jouer."

Les douces pralines de Lehoussine

Lehoussine

« On avait un historique. Le mec m’a pédalé une couleur qui était tombé river. Il m’a pris 15 000. Je crois que j’ai pris ma revanche » lâche Karim Lehoussine, après avoir envoyé 2 000 pré-flop, 4 000 au flop, 10 000 turn et 25 000 river sur un board Q61024. Payé jusqu'au bout, Karim montre top brelan QQ, pour un superbe call-muck. Une méthode bulldozer qui permet à Lehoussine de construire un des stacks les plus solides du clan français : 110 000 jetons pour le troisième du dernier WiPT.

Tordjman

Karim laisse le rôle de porte-drapeau à Daniel Tordjman (à gauche). Le trublion s’est amusé à montrer des bluffs avec 9-5 off pour mieux se faire payer ses grosses mains. Un day savamment assaisonné, patiemment mijoté et pimenté de quelques mains fantaisistes pour enfourner un tapis de 140 000.

À l’expérience, Jérôme Zerbib (ci-dessous) place un astucieux “whine for win” à l’aube du dernier niveau pour provoquer un petit rush de cartes : + 20 000 sur la dernière demi-heure et 78 400 jetons dans le sac.

Zerbib

Derrière, un petit peloton français stagne autour du tapis de départ. Rémi De Rossi a fait les montagnes russes pour terminer presque à l’équilibre (54 000), moins de swing pour Greg Ravise, “card-dead et fatigué” (61 300), Jérémy Surinach sauve les meubles sur la fin de jurnée (51 200), tandis que son collègue Julien Martini valide un superbe double-up sur la dernière main du jour, avec deux Dames qui attrapent un As-Valet un peu ambitieux (65 200).

Choffardet

Journée compliquée, mais journée passée pour Clément Richez (34 000) et Mathieu Choffardet (32 000). Quant à Grégoire Auzoux, il est reçu avec mention, suite à un bluff qu'on vous conseille de ne pas reproduire chez vous.

Le gros bluff de fin de soirée

Auzoux

Jouer des petits coups, être patient, ne pas bluffer… Très peu pour Grégoire Auzoux. Ces conseils que l’on entend souvent pour appréhender un Day 1 de Main Event WSOP, le High Staker français, les a entendus plus d’une fois. « Je m’étais dit en revenant de la pause. Aujourd’hui, tu ne bluffes pas » affirme le Français, vite rattrapé par le naturel.

Limp 600 MP, call LJ, call HJ et la parole arrive sur Greg qui fait 3 600 avec deux Zizous. Payé par le HJ. Le flop vient K93 : C-bet 4 000… et clic à 9 000, payé par Auzoux. Turn 9, check, et check-back. River 2, check Auzoux, 10 000 chez vilain… et raise 25 000, en se laissant 3 000 jetons derrière, snap-fold !

De l’audace, du panache et 82 000 pions dans le sac pour le Day 2.

CL

Les journalistes du site officiel annoncent un certain Joshua Feiger au poste de chipleader, avec 311 900. Nous, on avait d'abord repéré l'Israëlien Assaf Zeharia (photo). Avec ses 276 600, il devrait se placer en deuxième position, ce qui est tout aussi bien

Katie Lindsay
Ce Day 1A fut aussi celui des mariages de pros. On est ravis de vous annoncer les qualifications de Phil et Farah Galfond, Felipe et Natalie Ramos, ainsi que Katie Lindsay (photo). Concernant cette dernière, son mari Chris Moorman n'était pas en lice, mais il est tout de même venu la chercher en fin de journée. Galant !

Et à part le Main Event, jeudi on joue à quoi ?

WSOP / Reportage
En parallèle du Day 1B du Big One, dont le coup d'envoi sera donné à midi, un seul autre tournoi va démarrer jeudi. Ou plutôt redémarrer, puisqu'il s'agit d'un autre Day 1B, celui du beaucoup moins cher (et très patriotique) Independance Day Celebration, programmé pile pour la Fête Nationale Américaine du 4 juillet. Mais alors, la question se pose : est-ce qu'il y aura du monde parce que c'est la Fête Nationale et qu'il n'y a rien de plus américain que de fêter l'indépendance de son pays en jouant au poker, ou est-ce qu'il n'y aura personne parce que les Ricains seront tous occupés à faire griller des burgers en faisant péter des feux d'artifice dans leur jardin ? Réponse imminente.

Sinon, il faudra garder un œil sur le troisième et dernier jour du PLO à 50 000 $ : il reste 5 joueurs et David Benyamine a terminé à une nouvelle place d'honneur, en 7ᵉ position. Enfin, inutile de trop s'exciter sur la fin du Mini Main Event, on ne reconnaît pas grand monde parmi les cinq derniers joueurs, et le dernier Français David Halimi a sauté en 39ᵉ place (15 234 $ de prix). Il faudra quand même se demander si Alexandre Barbaranelli, affichant le drapeau italien et résident monégasque, n'a pas un peu de sang français qui coule dans ses veines.

Benjo, Fausto, Tapis_Volant & Caroline Darcourt

WSOP 2024 : tous nos articles