Winamax

Tout le monde s'en foot

- 2 juillet 2024 - Par Fausto

La grande fête de l’Euro a commencé ! Mais comment vibrer pour cette compétition lorsqu’on est neuf mille kilomètres de là, avec neuf heures de décalage horaire, dans un pays qui n’a rien à carrer du “soccer” ? Peut-on multitabler poker, Euro et Copa America ? Reportage mi-ballon, mi-jetons avec les supporters de Las Vegas.

Allegiant Stadium

Home-game, betting et jetlag

Jour de match chez Romain Lewis. Pour le départ de l’Euro 2024, le Team Pro Winamax a réuni quelques amis dans sa villa au nord de Las Vegas. Angleterre - Serbie en ouverture, une affiche que le Franco-Britannique du Team avait coché à son agenda depuis longtemps.

Les amis supporters sont invités à pousser les “Three Lions” dans une coloc qui respire la blancheur : Arnaud Enselme, Corentin Ropert, Jérémy Saderne, Maxime Parys, et Romain donc, un quinté gagnant qui comme chaque année, partage l’aventure des WSOP dans la même villa.

Direction Summerlin, l’un des quartiers les plus cossus et le parfait cliché de la zone résidentielle des séries américaines. Des ruelles calmes et larges, une enfilade de villas qui se ressemblent toutes, devant lesquels sont parqués d’énormes SUV et pick-ups, à côté du traditionnel panier de basket, qui s’érigent tels des bittes d’amarrages devant les maisonnées.

Home Game

Malgré l’horaire matinal, les supporters respectent la Coupe d’Europe de football et arrivent bien évidemment chargés de bières. A quinze minutes du coup d’envoi, certains grinders dorment encore, tandis que d’autres amoureux du ballon rejoignent l’assemblée. Bruno Lopes par exemple, qui vient de débarquer à Vegas, et Maxime Chillaud s’étalent dans les canapés en s’informant des “bets” pris par les copains.

« On veut des coups-francs directs, informe Romain Lewis.
- Il nous a tous engrainés à mettre un billet sur la côte à 20. Apparemment, l’Angleterre a de bons tireurs, explique Corentin, pas plus convaincu que ça.
- Attends, on a Trent, Trippier, Kane, Saka, énumère un Romain absolument dithyrambique sur l’effectif britannique.

La coloc’ a également misé sur le doublé de John Stones (côté à 200), un défenseur auteur de 3 buts en 72 sélections et s’enflamme donc à chaque corner obtenu par l’équipe d’Angleterre, dans l’espoir de voir leur favori planter un coup de casque.

Corentin Ropert a servi au kop les boissons. Stella Artois, cappuccino, eau minérale : le plan de jeu varie selon les supporters. C’est l’un des dilemmes de cet Euro. Le football invite à s’ouvrir une bonne blonde, mais dans ces conditions, le risque est que nous soyons à la bière dès 11 heures tous les matins pendant un mois de compétition.

Multi-tabler poker et football

Dans les bars de la ville, les fans de football ont choisi leur camp et descendent les pintes sans se soucier de l’horaire. « Tu peux commencer dès 9 heures et même 6 heures du matin avec les premiers matchs du jour » remarque Yoshi, le vidéaste qui suit Jonathan Pastore dans ces épopées pokeristiques. De nombreux supporters tricolores se sont retrouvés lundi au Tilted Kilt, un pub américain niché dans l’allée piétonne entre le Linq et le Flamengo, pour l’entrée en lice de l’équipe de France face à l’Autriche.

Tiltet Kilt

Une grande salle, la quasi totalité des tables vides : on sent que les Américains ne vont pas se lever pour regarder du “soccer”, surtout à cette heure-là. Pour observer le match, un écran de trois mètres sur quatre. Et si le spectacle n’est pas à votre gout, vous pouvez toujours dévier le regard sur les autres télés placardées un peu partout sur les murs, retransmettant matchs de baseball et les talk-shows sportifs de la finale NBA, sans le son.

Une quinzaine de Français sont présents, les maillots bleus sont de sortie : Vegas ou pas, la priorité est donnée à l’équipe de France de football. « On prend nos jours off sur les jours de match des Bleus, informe Mathieu Cardona en attaquant sa troisième pinte. Aujourd’hui, c’est foot, outlet (grand marché de produits démarqués où les joueurs aiment faire le plein de vêtements et cadeaux), restau brésilien… Et il y a peut être une table de craps qui va passer par là ».

Toute la délégation se met au régime américain. Pour accompagner le match, une énorme assiette de nachos recouverts de cheddar fondu, cheese burger à toutes les sauces ou « steak salad » pour ceux qui tenteraient tant bien que mal de garder la ligne. Avec une grande pinte de Budweiser ou de Blue Moon, bien sûr.

Nachos

Le petit déjeuner est servi (Tilted Kilt Pub)

Dans l’assemblée, seul Léandry résiste à l’appel de la bière. « Je reste au coca aujourd’hui. On doit aller jouer après, il faut rester sérieux », affirme l’ex-membre du Stream Gang.

Certains de ses homologues sont d’ailleurs déjà au charbon. Leur qualification au Day 2 du Monsterstack les oblige à regarder le premier match de bleu directement depuis la Ball Room du Horseshoe. Plutôt que d’indiquer les niveaux de blindes et le payout, les immenses écrans latéraux diffusent les dribbles chaloupés d’Ousmane Dembelé.

Paris Football

« J’étais un peu tiraillé entre le foot et le poker, confesse Samy Dubonnet, qui monte des colonnes sur le Day 2 du Monster Stack. Je regardais sur mon portable avec les écouteurs, puisque je ne conçois pas qu’on puisse regarder un match de foot sans le son. D’un côté tu as l’équipe de France, de l’autre tu as un tournoi qui avance, mais c’est du 9-handed, donc tu as un peu le temps. Disons que c’est pas le moment où tu es le plus focus sur le tournoi. S’il y a un tell à observer, tu ne le vois pas ».

Les Américains, eux, ne semblent absolument pas perturbés par les débordements de Kylian M’Bappe. Même en période de compétitions internationales, on sent que ce pays n’est encore et toujours pas celui du ballon rond. « Le soccer n’est clairement pas un sport majeur, affirme Eric, un Américain que je croise dans le Sportsbook (zone des casinos quadrillée de divers écrans pour regarder et parier en direct sur d’innombrables rencontres sportives) du Cosmopolitan. On n’est pas comme en Europe. Moi, je suis venu pour regarder la MLB (ligue de Baseball), pas l’Euro » explique ce Texan, les yeux rivés sur le match des “Dodgers” de Los Angeles.

Sportsbook Cosmopolitan

Un match de football égaré entre deux affiches de MLB (Baseball) et une pub Coca-Cola (Cosmopolitan Sportsbook)

« En fait, la MLS (ligue de football des USA), c’est trop naze. Le niveau est trop faible. Faire venir des joueurs comme Messi (récemment transféré au FC Miami), ça aide. Ça monte doucement, mais la plupart des Américains n'en ont rien à faire. A la limite, ils regardent les équipes internationales pendant la Copa America. Les Etats-Unis jouent demain, d’ailleurs ».

24 heures plus tard, retour dans ce même Sportsbook pour assister au match des “Yanks” contre l’Uruguay. Au coup d’envoi, la salle est quasi vide, encore plus que la veille. Et pour cause, le match est programmé un lundi, journée creuse de la ligue de baseball, qui ne retransmet que trois matchs, contre huit hier. Au coup d’envoi du match, personne ne chante, personne ne bronche. « Je ne sais même pas quel est ce match, je suis juste venu ici parce que ma fille joue un tournoi de poker. Je me suis posé en attendant qu’elle finisse » me confie David, du Massachusetts.

Au milieu de cette assemblée somnolente, un homme se lève d’un bond pour s’agacer d’une faute non sifflée contre les Américains. Serait-ce le seul fan de football présent dans la salle ?

Sportsbook 2

« La plupart des Américains s'en foutent de la Copa America. Moi, je suis un grand fan de soccer. J’y ai joué pendant des années. Mais je suis un peu tout seul, concède Michael, venu de Dallas, Texas. La Coupe du Monde 1994 avait donné un petit élan au “soccer”, mais on ne peut pas dire que ça ait continué. Il y a peu de jeunes athlètes qui se dédient à ce sport, qui est plutôt pratiqué par les femmes. Même si elle se joue aux USA, cette Copa America n’est pas un grand évènement pour les Américains ».

Comme les Européens égarés à Vegas, les fans de football locaux doivent lutter pour vivre leur passion du ballon rond dans des conditions correctes. Devant l’indifférence générale, il faut se démener pour rassembler d’autres passionnés devant l’écran d’une maison, d’un Pub ou d’un Sportsbook. A moins d’aller chercher le soccer directement à la source.

Enflammer les stades climatisés

Allegiant Stadium

Si la Coupe d’Europe se joue à 9 000 kilomètres de Las Vegas, la Copa America, elle, se joue aux Etats-Unis du 20 juin au 14 juillet, en parallèle de l’Euro, et en plein pendant les WSOP. Plusieurs matchs sont d’ailleurs programmés directement à Sin City. Un match de football à Vegas, sous 40 degrés ? Ne vous inquiétez pas, les Américains ont tout prévu.

« Le stade est totalement fermé et climatisé. Tu ne comprends vite qu’ils ont abandonné l'idée de se soucier de l'écologie, parce que pour climatiser un stade de 69 000 places… Et il faisait vraiment 20 degrés ! On était bien au frais, raconte Adrien Guyon, qui a profité d’un spectaculaire Brésil - Paraguay à l’Allegiant Stadium, la fameuse arène des Raiders de Las Vegas (football américain). Le stade est absolument énorme, hyper bien fait, t’as de la place, des porte -gobelets, un espace-bar de 60 mètres avec une terrasse ou des milliers de supporters peuvent regarder le match en prenant un verre. Evidemment, tout est calculé pour que tu restes trois/quatre heures, que tu consommes, tu dépenses tes sous au bar, dans les boutiques… C’est à l’Américaine » raconte l'ancien Team Pro, qui nous partage l’addition de la soirée. « 50 balles la course Uber aller, 175 balles la place standard, 19 balles pour deux Coca ».

Allegiant Stadium

Des prix “végassiens”, complètement dans la lignée des tarifs des autres spectacles, concerts et autres évènements sportifs qu'on peut trouver en ville. Mais ici, c’est le prix à payer pour vivre un match dans une véritable ambiance de football.

« Les gens qui viennent au stade, tu sens qu’ils aiment bien ce sport. Un grosse passion même ! C’était un match du Brésil donc 90% du stade était jaune. C’était très festif. Les Brésiliens sont super excités, ils se lèvent à chaque dribble, à chaque corner. Il y avait aussi des Paraguayens, des supporters qui dansaient… Ils perdaient 4-0 mais ils étaient à fond quand même ».

La Copa America offre ainsi la possibilité aux visiteurs de vivre un vrai match de football en se mêlant à une ambiance locale. Les fans de “soccer” sont loin d’être majoritaires dans ce pays, mais ils existent. Mais il faut aller au Sportstbook, ou directement au stade, pour les trouver.

Quant à la Coupe d’Europe, elle se déroule dans une indifférence aussi troublante que compréhensible. Les plus fervents supporters redoublent d’efforts pour préserver ce moment sacré. Se lever aux aurores pour regarder un match à 9 heures du matin, tourner à la bière dès le réveil et enchainer en allant buy-in le tournoi du jour. C’est la vie qu’ont choisi les supporters/grinders en cette période de WSOP.

WSOP 2024 : tous nos articles