Winamax

Quand vlog rime avec émotion

- 1 juillet 2024 - Par Tapis_Volant

Après avoir réalisé une vidéo sur le poker pour Konbini, Baptiste Giudicelli passe à la vitesse supérieure à Vegas en faisant vivre son aventure sur les WSOP grâce à des vlogs quotidiens centrés sur l'émotion vécue par les joueurs de poker. On l'a rencontré après son bust sur le Colossus et alors qu'il suivait son pote JPL sur sa deuxième bullet.
Event #60 : Colossus 400 $ (Day 1C)

Baptiste Giudicelli

Son visage vous semble peut-être familier, mais vous ne saurez dire où vous l'avez aperçu. Baptiste Giudicelli, c'est le gars qui a réalisé une vidéo de poker mémorable pour Konbini l'an dernier, une vidéo très personnelle dans laquelle il nous raconte son histoire d'amour avec le poker, et se paye le luxe d'une longue interview avec Patrick Bruel. Si cette vidéo est marquante, elle l'est aussi pour son créateur, alors en passe de quitter son employeur pour se lancer dans une nouvelle aventure professionnelle.

Baptiste Giudicelli

Félicité par Grégory Chochon himself, le grand manitou français des WSOP, Baptiste se voit proposer un petit coup de pouce pour venir découvrir les World Series of Poker et documenter ça. L'occasion est trop belle, Baptiste décide de venir avec son pote de poker Jérôme Pradal, plus connu sous le pseudo "JPL" pendant près de trois semaines à Vegas, pour disputer quelques tournois et réaliser des vlogs dans lequel il partage son aventure. La vérité, c'est que c'est pas la première fois qu'il vient dans la ville du vice, puisqu'en marge de son taf à couvrir le Salon des Nouvelles Technologies (CES) pour Konbini, il s'était dépêché de boucler ses interviews pour aller jouer quelques tournois à 75$ au Ballys, "les tournois les moins chers que je pouvais jouer", aime-t-il à préciser avant de caser un petit brag sur le fait qu'il en a gagné un.

Joueur depuis 2018, principalement en mode associatif au sein du Paname Poker Club où il joue tous les lundis soirs dans un bar, Baptiste est le digne représentant du poker récréatif. "C'est vraiment l'endroit où j'apprécie le plus de jouer au poker, on joue dans des bars, on se chambre, on rigole bien, on est à la fois là pour bien jouer et pour passer un bon moment". Il a également testé les clubs de jeu et fait quelques trips poker sur des events WIna comme Bratislava ou le Sismix. C'est d'ailleurs sur le dernier Sismix qu'il a réalisé sa meilleure perf à ce jour, en atteignant la table finale du Monster Stack pour 4 528 $, de son propre aveu "un moment incroyable" pour celui dont le jeu est d'abord un amusement pour passer du bon temps avec ses potes. "C'est une des premières fois où je monte un gros stack et où je peux mettre la pression sur mes adversaires, c'est vraiment une sensation de ouf sur un tournoi et je pense que tout le monde rêve de vivre ça sur un tournoi."

Baptiste Giudicelli

Baptiste en train de rail JPL sur le Day 1C du Colossus

Mais alors, pourquoi Baptiste est-il là à Vegas ? Partageant la chambre avec son pote Jérôme a.k.a JPL, Baptiste a décidé de documenter son aventure, en livrant un vlog par jour, dans lequel il partage son quotidien à Vegas. Anecdotes de vie, moments dans le rail français, tournois disputés, tout y passe, un peu à l'image des vlogs de Daniel Negreanu qu'il avoue "avoir consommé avec délice", Baptiste essaye de faire vivre son aventure de l'intérieur. "J'aime beaucoup le format de vlog journalier, j'ai beaucoup consommé les vlogs de Casey Neistat ou ceux de Léna Situations, et je me suis dit que si on associait ça avec le milieu du poker, ça pouvait faire un truc vraiment sympa. Les gens peuvent suivre ce que tu vis, les moments où ça va bien, les moments difficiles. J'essaye surtout de montrer l'émotion. Comme quand on découvre les grandes salles du Horseshoe ou du Paris, qu'on s'inscrit à son premier tournoi, qu'on va s'asseoir en entendant la musique d'Ennio Morricone. Ça m'intéresse pas du tout de montrer la technique, je coupe au montage les mains qu'on me raconte en général, c'est plus l'émotion que j'essaye de partager."

Dans le genre émotion, Baptiste a été servi puisqu'il y a deux jours, il a assisté de près à la deuxième place de Michel Leibgorin sur le 2-7 Single Draw, passant à un cheveu du bracelet dont il rêvait depuis ses débuts au poker en ... 1995. "J'avais jamais vu ça, on était à 1 mètre de quelqu'un qui pouvait gagner un bracelet. Je connaissais pas ce joueur mais Jérôme m'a raconté son histoire. Le fait qu'il était presque aveugle, qu'il jouait avec une loupe, qu'il attendait ce moment depuis toujours. C'était fou, en plus quand on est arrivé, il était en train de crush complètement son adversaire. Voir son émotion après avoir perdu si proche du bracelet, c'était vraiment un moment plein d'émotion."

Neymar Giudicelli

Côté poker, c'est pas encore la fête puisque Baptiste a joué - et bust - sur son premier tournoi du séjour, le 400 $ Colossus, que rejoue aujourd'hui son pote Jérôme qu'il intègre très souvent dans ses blogs. Après avoir monté un stack de 110k (sur 50k starting), il s'est de son propre aveu un peu level "contre un papy de Vegas qu'il ne faut jamais call. Je l'ai call trois fois avec deuxième paire et il avait deux As." L'aventure s'est terminée ensuite sur un coup avec As-Valet contre les Dames en bataille de blindes. Il regrettait également un beau read qu'il avait et qu'il n'a pas osé suivre, quand il a frappé une top paire river et qu'un joueur a décidé d'overbet à tapis. "Je pense que j'ai pas osé mettre les couilles sur la table parce que c'était un tournoi WSOP", regrettait-il.

Si le vlog ne parle pas que de poker, et qu'on verra également les spectacles, les passages au Bowling du Orleans, les à-côtés, c'est surtout l'immersion avec des joueurs en plein kiff qui l'intéresse, essayer de faire en sorte que les gens s'identifient. "J'essaye de montrer ce que c'est que d'être un joueur, se retrouver aux WSOP, c'était le truc qui me faisait rêver en tant que joueur, la destination finale, plus que l'EPT ou les Triton. Quand j'arrive ici, l'émotion est folle, j'ai réussi à discuter 1 minute avec Daniel Negreanu, c'est hors-normes pour moi. Quand je fais le Colosssus, il y a la musique quand tu rentres dans la salle, je tremblais alors que j'ai joué des tournois à 500 balles plus chers que ça, mais c'est fou, il y a un rassemblement de joueurs, tout le monde est content d'être là, tu fais partie de quelque chose de magique. C'est l'émotion la plus forte que j'ai ressenti en jouant un tournoi, là juste le fait de m'asseoir sur ce Colossus."

JPL

JPL, bientôt le héros d'un documentaire ?

La suite, c'est surtout de continuer à profiter du moment, avec en ligne de mire le Tag Team qu'ils vont partager à deux, un moment qu'ils attendent avec impatience, et surtout, Baptiste a un plan qui pourrait donner lieu à un beau contenu dans les prochaines semaines. Son pote JPL a décidé de se chauffer pour jouer le Main Event, le rêve d'une vie, et Baptiste ne raterait ce moment pour rien au monde. Il ne sait pas encore s'il en fera des épisodes de vlog ou un véritable documentaire, mais en fonction de la matière qu'il aura, on imagine que ça pourra faire un contenu très cool comme on a pu voir par exemple l'an dernier avec la perf de Shishi sur le Main Event.

A sa grande surprise, les premiers vlogs ont vraiment bien fonctionné et il a reçu beaucoup de soutien pour continuer à documenter son aventure, histoire de faire vibrer les potes à distance. "Nos potes du Paname Poker Club nous encouragent, nous envoient des messages sur Discord, ils s'identifient, et pour certains ça leur donne grave envie. Le but, c'est qu'ils aient l'impression de vivre Vegas avec nous. Et qui sait, peut-être que l'an prochain, tous ceux qui étaient frustrés de ne pas venir viendront et on se retrouvera dans une ville à 6 ou 7 pour jouer quelques tournois et profiter."

Sans oublier les joueurs, Baptiste s'adresse d'abord au grand public à travers ses vidéos, et ne se cache pas de vouloir vulgariser un peu les notions trop floues pour un noobie. "En fait, je veux que ma copine qui ne joue pas au poker puisse comprendre. Si elle comprend, ça veut dire que c'est réussi. Elle a vu la vidéo sur Michel Leibgorin et elle m'a dit qu'elle était émue, et qu'elle trouvait ça cool. Si elle est émue, ça veut dire que c'est gagné. En fait, pour moi, l'important, c'est de montrer l'émotion qui est dans le poker, si tu es touché, c'est que peut-être tu auras envie de venir jouer. Moi, c'est comme ça que le poker m'a eu à la base."

WSOP 2024 : tous nos articles