Winamax

Boudet, son plaisir

- 26 juin 2024 - Par Fausto

Un vétéran du clan français monte un énorme tapis sur le Mixed Omaha8/Stud8.
Un tournoi largement trusté par les Américains, choisi spécialement par Patrice Boudet pour faire son grand retour à Vegas, dix ans après sa dernière fois.
Event #61 : Omaha High Low / Stud High-Low 2 500 $ (Day 2)

Boudet

« Je suis d’un temps que les moins de vingt ans… Tu connais la chanson », lance Patrice Boudet, que je retrouve à la première pause du jour sur le Day 2 du tournoi de mixed games mélangeant Omaha8 et Stud8. Un combo de deux variantes “High-Low”, le format de prédilection de Patrice. « Je joue aussi en No-Limit. Mais après trente-cinq ans de jeu, les deux Dames contre As-Roi, ça me fatigue. C’est trop de loto. Ce que je préfère, c’est le “High-Low”. On jouait beaucoup de tournois de variantes à l’Aviation. Je te parle de ça, c'étaient les années 1990, début 2000. On avait du Stud, du Dealers Choice, j’ai toujours adoré ça. À Paris, je joue régulièrement avec des amis, on se fait des parties de cash-game en Omaha8 ».

Cette fois, c’est sur un tournoi WSOP, sous les projecteurs de Vegas que le Parisien tente de faire des “wheels”, dix ans après sa dernière venue. « Avec le boulot, c’est compliqué. Mais là, j’ai mon ami Serge Martel de La Chesnay qui m’a poussé et on s’est dit qu’on venait pour dix jours. Je ne viens même pas pour le Main Event. À mon âge, c’est difficile les tournois si longs ».

Dix ans après, Boudet remarque quelques changements notables. « Les fields sont devenus immenses. J’ai vu qu’il y avait plus de 10 000 personnes sur le même tournoi hier [le Millionaire Maker, NDLR], le poker est monstrueux maintenant. Sur les mixed games, on est un peu moins, mais c’est surtout des Américains. En Europe, on a un temps de retard. Ce sont surtout les vieux qui jouent, les jeunes, ils ne savent même pas ce que c’est. Là, c’est beaucoup de papis mamies et tu sens que ce sont des joueurs qui se connaissent et qui jouent toute l’année ».

"J'ai vendu à Benyamine son premier ordinateur"

Boudet

Lui-même est représentant de la vieille garde française, qu’il a longtemps côtoyé, de l’ACF jusqu’à Vegas. « Je jouais beaucoup à Hausmann, à l’Aviation. C’est même moi qui les ai équipés informatiquement, à l’époque où on sortait les machines pour imprimer automatiquement les tickets d’inscription, se souvient Patrice, qui a longtemps travaillé comme vendeur en informatique. J'ai vendu à David Benyamine son premier ordinateur. À Angelo (Besnainou) aussi, Paul Testud… Je les connais tous ».

En revanche, Boudet n’a aucune idée des nouveaux visages du poker de 2024 et ne reconnait pas les nouvelles stars du jeu, à l’instar de Yuri Dzivielevski, situé deux sièges sur sa droite. « Le Brésilien là ? J’ai vu qu’il jouait beaucoup de mains, mais à part ça, il ne m’impressionne pas du tout. J’ai tenté un bluff contre lui, après avoir loupé mon “Low”. J’avais aussi une paire de 7… Et il a call-muck » réagit Patrice, à qui j’apprends dans la foulée que ce “Yuri” a gagné cinq bracelets, dont le dernier il y a trois jours. « Ah oui quand même ».

Boudet Dzivielevski

Pour l’instant, Patrice a parfaitement muselé le récent vainqueur du 9-Game, en parvenant même à doubler son tapis, déjà conséquent en début de journée. « Je ne suis pas très en forme en Stud, mais j’ai touché beaucoup de mains en Omaha8. C’est un jeu que je pense bien maîtriser. Il faut vraiment éliminer beaucoup de mains préflop. Sinon, tu touches une paire ou un bout de quelque chose et tu pédales, tu pédales… » analyse Boudet, qui avait notamment atteint une demi-finale WSOP sur ce format.

« C’était en 2009. J’avais éliminé Vanessa Selbst. Elle voulait me tuer et j’avais réussi à la bluff-catch. Je me souviens encore qu’en demi, je fold préflop un 2-3-10-J sur lequel j’aurais bust deux joueurs si j’avais décidé de call ».

Le voilà à un peu plus de 100 left de ce nouveau mixed games estampillé WSOP, promettant un beau billet de 222 703 $. Dix ans après, Patrice espère pouvoir approcher une première finale WSOP mais pour l’heure, il s’agit déjà d’entrer dans l’argent, puisque seulement 77 des 507 partants verront la couleur de l’ITM (avec un min-cash à 5 000 $).

Eric Rabl

Seul Tricolore encore en course dans ce Omaha8/Stud8, Patrice Boudet est tout de même escorté par l'ami francophone Eric Rabl. Finaliste de ce même tournoi l'an dernier, le Suisse revêt le maillot de l'écurie Smardex... dont il est le créateur. Une Team de jeune joueurs High Rollers, menée notamment par le prodige Thomas Santerne.

Glaser

Les requins des variantes sont évidemment de la partie, avec ici un Benny Glaser parmi les chipleaders et en quête de son sixème bracelet.

WSOP 2024 : tous nos articles