Winamax

Tapis_Revenant

- 24 juin 2024 - Par Flegmatic

Un ancien couvreur/joueur revient à Las Vegas après une bien trop longue absence
Event #54 : Millionaire Maker 1 500 $ (Day 1C)

Tapis_Volant

Il est de retour messieurs, dames ! Non, pas Gus Hansen sur le Poker Players Championship, ça on vous en parlera plus tard, car il y a des priorités. Et l'arrivée en ville de Victor Saumont, en est une. Cela faisait cinq ans que Tapis_Volant n'avait pas remis les pieds dans la Cité du Vice, le temps d'un été où il avait enfilé sa double casquette de reporter (pour Winamax), puis de joueur. "2019, ce n'est pas un super souvenir, se souvient Victor. J'avais fait le Main Event en entrant au Day 2 et je n'avais pas joué plus de quatre heures." Il faut remonter encore quelques années en arrière pour faire renaître la belle histoire d'amour entre Tapis et Vegas.

"Je suis venu pour la première fois en 2011, faire le coverage pour ClubPoker. Ensuite, je suis venu tous les ans jusqu'à 2019, excepté en 2015 où j'étais à la Fémis. C'est une ville vraiment spéciale pour moi, chaque année, j'ai des souvenirs de dingues. Nosebleed, mon premier Main Event, première table TV, les Flambeurs, Tony Miles, le Golden Nugget : voilà mon Top 6. Pas forcément dans cet ordre d'ailleurs." Après avoir suivi pendant des années Alexandre Luneau, Sébastien Sabic et le reste des joueurs français présents sur place, un premier changement s'amorce en 2016.

Venu en tant que joueur, Victor se faufile en demi-finale d'un tournoi à 570 $ au Golden Nugget, pour un peu plus de 10 000 $. L'impulsion nécessaire pour le pousser à tenter sa chance sur le Big One, pour lequel il se qualifie à partir d'un satellite à 500 $. Une belle histoire qui se poursuit jusqu'à la toute fin du Day 4, en 257ᵉ place (sur 6 737), pour 36 708 $. Ce, après avoir lâché les Rois à la bulle face à Shaun Deeb. "J'avais cold 4-bet, il a cold 5-bet, j'ai fold et il a retourné les As."

Tapis_Volant - Daniel Negreanu

On savait s'amuser en 2017.

Une aventure qui donne forcément l'envie de revenir. Alors quitte à le faire, autant marquer les esprits. De nouveau au Golden Nugget, cette fois sur un 150 $ Flight qui rassemble plus de 1 900 entrants, Victor décroché carrément le trophée et 18 000 $ après un deal signé entre les neuf derniers finalistes, dont votre serviteur (oui, ceci est un brag). La suite, c'est un nouveau Big One, qui ne se soldera pas par une nouvelle place payée, mais un Day 1 inoubliable passé en table télévisée, aux côtés de... Daniel Negreanu et Jason Mercier, rien que ça.

En 2018, de retour du côté des médias, Tapis_Volant reprend sa caméra pour suivre l'épopée des Flambeurs, cette équipe de potes qualifiée pour le Main Event des WSOP via le KING5. Il aura même l'occasion de faire quelques heures supplémentaires, pour filmer la préparation de Tony Miles, cet anonyme américain, découvert et coaché par Pierre Calamusa, avant sa finale du Main Event, dont il terminera runner-up.

Tapis_Volant ChipsCette année, avant de dégainer carnet et stylo, Victor s'offre un petit kiff', financé par des stakers/amis de confiance, sur le Millionaire Maker. Pour l'heure, le run est comme qui dirait fluide, malgré un départ chaotique. "Je suis rapidement monté à 35 000 sur les 25K de départ, raconte-t-il. Je retombe au tapis de départ sur "un fold de nit" et je me level un peu contre la joueuse à ma droite en essayant de la bluffer. À ce moment-là, j'ai 17 000, et je ne suis pas au top. J'ai encore de la marge, mais je sens que j'ai pris un petit coup sur la tête. Je me reconcentre et je remonte à 25 000." Avant un rush de cartes assez délirant, qui commence en éliminant avec deux As un joueur qui a poussé ses 22 000 au milieu avec deux Valets.

"Dix minutes plus tard, j'ai encore deux As. J'ouvre à 1 300 (sur 300 / 500) au lo-jack, payé par le bouton. La SB, qui vient d'arriver avec un tapis de 18 000, shove et là, le bouton, qui joue 45 000, just call le tapis. Je reshove, le bouton lâche ce qu'il dira être As-Roi et call de la grosse blinde avec deux Rois. La SB a deux 9 et ça tient." Et voilà comment on se retrouve (temporairement) tout en haut du classement, avec 120 000 jetons, au milieu de près de 4 000 joueurs. Une affluence gargantuesque où pullulent les amateurs, ce qui ne l'a pas empêché de voir arriver à sa droite un certain Bill Klein, businessman et high staker de son état, avec 7,5 millions de dollars au compteur.

Mais au fait, ça fait quoi de revenir ailleurs qu'au Rio, dans ce nouvel antre du Horseshoe/Paris ? "Au départ, je trouvais ça assez étonnant. Comme si on avait mis les WSOP dans un coin d'un casino qui n'est pas du tout consacré au poker. Ou plutôt dans deux coins avec ces salles séparées. Et il y a vraiment beaucoup de monde dans les couloirs. J'avais peur qu'on ne retrouve pas tout à fait l'ambiance des WSOP. Mais une fois à table, on y est. Les salles sont même un peu plus classes qu'au Rio. En revanche, l'Event Center, là où vous travaillez, il fait assez vide." Là où tu travailleras bientôt aussi Victor, puisque vous pourrez vous délecter de ses articles à partir du milieu de la semaine prochaine, on espère le plus tard possible. Au hasard, vendredi, après avoir empoché un million de dollars. S'il ne décide de tout plaquer pour aller jouer un quatrième Main Event. Quoi qu'il en soit : on sera là pour suivre ça !

WSOP 2024 : tous nos articles