Winamax

La semaine des Ladies

- 25 juin 2024 - Par Flegmatic

Une semaine dédiée à ces dames s'ouvre ce lundi à Las Vegas

Ladies Milly Maker

Quatre joueurs assises côte à côte autour de la table 520 de la section Red du Horseshoe. Non, le Ladies Championship des World Series of Poker n'a pas démarré, nous sommes bien sur le Millionaire Maker, mais le hasard du seat draw nous offre un joli clin d'œil, puisque ce lundi marque le coup d'envoi à Vegas de la Ladies Poker Week. À partir de ce lundi et jusqu'à vendredi, date donc du coup d'envoi du Ladies WSOP, les joueuses auront le droit à leurs tournois rien que pour elle dans de nombreux casinos du Strip, et au-delà.

Orleans et Resorts World dès aujourd'hui, Venetian et Horseshoe mardi, South Point et Westgate mercredi et enfin Aria et Golden Nugget jeudi, pour des tarifs allant de 150 à 600 $ : il y en aura pour tout le monde, du nord au sud de la ville. En plus de tout ça, le South Point organisera jeudi soir un satellite à 150 $ pour le Ladies des WSOP. Une initiative qui se renforce d'année en année, pour culminer sur la scène des World Series avec une affluence qui suit également la tendance haussière de ces dernières années. Avec 1 295 entrées recensées l'an passé, le Ladies Championship avait pulvérisé le précédent record, permettant à Tamar Abraham d'empocher plus de 192 000 $.

Donc si la proportion de joueuses dans le monde du poker de tournoi reste toujours aussi faible, aux World Series comme ailleurs (on tourne autour de 3-4% sur le Main Event), elles n'en participent pas moins à l'engouement généralisé autour du poker live depuis la reprise du circuit après le Covid. Ce qui ne va pas sans son lot de polémiques. En début de semaine dernière, le Ladies à 600 $ du Wynn, qui ouvrait les festivités en avant-première, s'est achevé sur un deal... à quinze, dont est sortie "vainqueuse", à l'ICM, Lisa Childers, pour un peu moins de 10 000 $.

Un arrangement pour le moins massif, qui n'a pas manqué de faire réagir au sein de la petite sphère du Twitter poker, certains pointant du doigt la logique financière d'un tel accord sur une fin de tournoi où le tapis moyen ne dépasse pas les dix blindes, quand d'autres regrettaient le fait d'escamoter l'aspect compétitif en arrêtant le jeu aussi tôt.

Dans les faits, et votre serviteur peut en témoigner (comme l'on fait d'autres en réponse au tweet ci-dessus), pour avoir deal à neuf et à huit les deux tables finales auxquelles il a pris part à Las Vegas (mais il ne peut pas s'empêcher de brag celui-là ?) : ce genre d'arrangement est monnaie courante sur les épreuves à ce niveau de buy-in et ce type de structure. Peut-être n'est-il donc pas nécessaire de pointer les joueuses du doigt lorsque cela arrive sur un tournoi qui leur est consacré. Ou, éventuellement, d'améliorer les structures et la répartition des gains pour que ces deals ne deviennent pas une norme en plus d'une nécessité.

Aurélie Réard

"Je suis une grande défenseuse des tournois Ladies," nous confiait Aurélie Réard, rencontrée par hasard à l'aéroport de Londres alors que nous attendions d'embarquer dans le même avion. Venue à Vegas un peu plus tard que son mari Alexandre, qui a attaqué les WSOP dès leur coup d'envoi, notre ancienne pro a démarré sa carrière de joueuse sur ce type de tournois, dans les cercles parisiens ou les casinos d'Enghien et Cannes. C'est d'ailleurs sur un Ladies au nord de Paris qu'elle avait ouvert son palmarès en 2011, avant de remettre ça sur celui du SISMIX en 2016, puis en 2019, sur le Ladies Warm Up Tournament à 150 $, organisé chaque année en amont du Championship des WSOP.

Si elle avait également coché sur son programme le Monster Stack et le Millionaire Maker – sur lequel elle vient d'entrer dans l'argent et reste en course à l'approche du Top 1 000 – son calendrier de tournois est calqué sur celui de cette Ladies Week. L'objectif avant de mettre les pieds à Sin City était d'ailleurs clair. "Je veux gagner celui du Wynn ! Parce que je veux ramener le trophée chez moi. J'aime les trophées en général et celui-ci, qui reprend la forme de l'hôtel , je trouve que c'est le plus beau." Malheureusement, elle n'a pas atteint l'argent et devra donc se rabattre sur les autres épreuves au programme cette semaine... à condition de ne pas aller trop loin dans ce Milly Maker, qui couronnera son champion, ou sa championne, jeudi.

"Florence est bien dans celui du Resorts World," me glisse pour finir Aurélie, en parlant de Florence Mazet, ancienne collègue et consœurs chez plusieurs autres rooms, venue, pour cette fois, avec son costume de joueuse et, elle aussi, en bonne partie pour cette occasion. Rendez-vous maintenant dans une semaine pour savoir si une Française parviendra à égaler ou surpasser sur le Ladies des WSOP la perf' de Sandrine Phan – encore une ancienne collègue – troisième en 2019 pour près de 73 000 $. En attendant, mesdames, bonne chance à toutes !

WSOP 2024 : tous nos articles