Winamax

C'est d'la Bomb-Pot, bébéééé

- 16 juin 2024 - Par Fausto

Chaque année, le programme apporte son lot de nouveautés. Pour cette édition 2024, les organisateurs tentent le tout premier tournoi “Bomb-Pot” de l'histoire des WSOP. Et pour pimenter un peu les choses, il se joue même en deux variantes différentes... Et sur deux boards ! Reportage avec les premiers gouteurs.

Event #41: $1,500 Mixed NLH / PLO Double Board Bomb Pot

Bomb Pot Ribouchon

Des cartes partout sur la table. Devant les joueurs, sur le board, ou devrais-je dire les boards, recouverts par une pluie de jetons. Le croupier a en effet déroulé deux séries de cinq quartes l’une en dessous de l’autre. Quelle est donc cette diablerie ? La dernière nouveauté de ces WSOP : Le Double Board Bomb Pot !

Le jeu consiste tout d’abord en un mélange de No-Limit Hold’em et Pot Limit Omaha. 8 mains dans une variante et 8 mains dans l’autre. Jusque là tout va bien. Seulement, entre chaque alternance, on joue un “Bomb Pot double board" : pas de séquence pré-flop, les huit joueurs s’acquittent d’une blinde et reçoivent un jeu, puis la séquence reprend de manière traditionnelle, chaque joueur essayant de faire la meilleure main sur chacun des deux boards.

Bomb Pot

On alterne à chaque “Bomb Pot”. Un en NLHE, puis un en PLO. Tiens, voilà d’ailleurs un showdown à quatre cartes. Trois joueurs viennent d'aller à tapis sur la river. Aucune des trois mains ne pourrait être qualifiée de “bonne mains de départ”, mais Florian Ribouchon a trouvé les nuts sur le board du haut, son voisin américain sur le board du bas et le troisième se retrouve busto. C’est la beauté du Bomb Pot : 100% des ranges s’entrechoquent, on joue contre potentiellement “any 2” ou “any 4” et les supposés “merguez” peuvent vite se griller les noisettes.

A l’instar du runner-up du dernier Millionaire-Maker, de nombreux Français sont en piste pour tester cette innovation du programme.

Teisseire

« C’est Sonny (Franco) qui m’a trainé dans ce tournoi. Il a bien fait, je me régale ! » s’exclame Antonin Teisseire, d’une voix aussi fringante que son tapis de jetons. « C’est surtout qu’on a qualifié le Monster Stack hier (Day 1A), enchaine Sonny Franco quelques tables plus loin. On avait rien à faire. Ou plutôt, on avait du temps pour faire celui-là ».

A l’image de ces deux compères, beaucoup de joueurs ont cliqué sur ce tournoi pour s’amuser et s’offrir une pause entre deux guerres de No-Limit.

« Un mois et demi, c’est long, affirme Florian Ribouchon, bien content de se détendre sur un tournoi de ce genre. J’avais déjà fait quelques "Bomb Pot double-board" en cash-game à Miami. C’est le meilleur format, s’enthousiasme Florian, qui me partage même quelques spécificités théoriques sur le double board, invoquant même un concept “nuts relatives”. « Comment je peux t’expliquer ça. En fait, tu n’as pas besoin d’avoir les nuts pures. Avec certaines mains, tu peux être parfois sur que si tu ne prends pas le premier board, tu es sur de prendre le second. Dans ce cas, le but est d’essayer de faire sortir l’adversaire du coup ».

Un jeu aussi unique et extravagant nécessite effectivement quelques adaptations stratégiques. Pour les connaitre, j’ai trouvé un Français spécialiste des variantes, un homme qui a joué à plus d’un jeu farfelu et dont les conseils sont souvent très éclairants : Paul-François Tedeschi. « La strat’ ? Aucune idée, c’est la première fois que je fais un truc pareil » rapporte le Corse.

Lehoussine

La partie “Bomb Pot - Double board” apporte quelques spécificités mais elle ne concerne qu’une main sur huit. Pour le reste on joue avant tout un tournoi mêlant NLHE et PLO.

« Tant qu’il y a de l’Omaha, ça me plait » affirme Karim Lehoussine, qui enchaine effectivement les bonnes perfs dans les tournois à 4 quartes depuis le début de séjour. Le Bomb Pot, ça change, c’est agréable. Et puis, il y en a qui peuvent un peu glisser avec les Boom Pot. Ca peut faire des gros pots ».

Tordjman

Egalement spécialiste de Omaha, variante dans lequel il terminait runner-up WSOP il y a deux ans, Daniel Tordjman s’est également lancé dans cette curiosité du programme. Et comme toute nouveauté, elle suscite quelques débats. « Il y a des joueurs qui pensaient que ça allait être Bomb Pot - double board sur toutes les mains. Ca aurait été n’importe quoi. Mais ce que je trouve dommage, c’est qu’on ne fasse pas tous les “Bomb Pot” en PLO. En Hold’em, c’est très difficile de gagner les deux boards, alors que le but est évidemment de “scoop” (gagner les deux parties du pot) ».

« C’est plus rare, mais ça arrive, corrige Tonin. Et surtout, tu peux toujours faire sortir l’autre du pot ».

Tweet Williams

Le débat est également lancé sur les réseaux, le vainqueur WPT David Williams proposant effectivement de jouer toutes les mains en “Bomb Pot double Board”, uniquement dans la variante PLO. Comme le candidat Game of Gold, de nombreuses personnalités du jeu et quelques joueurs High Stakes se sont perdus dans ce field, ayant déjà dépassé les 1 100 entrées. Un tour de table rapide m’a permis d’apercevoir rapidement Patrik Jaros, Dimitar Danchev, Pads Leonard, Rien Lin ou encore David Benyamine, qui après avoir bulle la TF du Big O, a monté cinq starting en une heure sur ce nouveau tournoi.

Les amateurs, les curieux, les pros, les légendes ou les High Stakers… Cette innovation méritera certainement quelques adaptations mais elle séduit déjà tout le monde.

WSOP 2024 : tous nos articles