Winamax

Sitbon complète la Team Poulidorée

- 29 juin 2023 - Par Fausto

Deux runner-up français sur un même jour de WSOP. Quelques heures après Florian Ribouchon, Julien Sitbon échoue à son tour à une marche du bracelet WSOP. Cette édition ne sera - a priori - pas celle des champions du monde français. En revanche, elle sera celle des super-perfs françaises. Aux termes d'un scénario improbable, Julien valide une deuxième TF WSOP en deux semaines et explose son record de gains, devant un rail bleu qui a enflammé l'Event center de 13H jusqu'à minuit.

Event #59 : 3 000 $ Freezeout (Fin)

Sitbon

« On est des loseeeers ! On est des loseeeers ! On est, on est, on est des loseers ! » entonne Florian Ribouchon en tournant autour du plateau télévisé. Le protagoniste de l’après-midi a repris son rôle de prédilection. Celui du barde du rail, lançant les chants de supporters de sa voix enrayée et parfumée des différentes liqueurs apportées par les serveuses du Horseshoe.

Le refrain de Florian est bien trouvé. En bon Français, Ribouchon et Sitbon ont tous les deux terminé runner-up d’un tournoi WSOP. Le même jour. Des “losers” ayant respectivement gagné 1 003 057 $ et 417 338 $. Ça fera quelques billets pour sécher les larmes de la défaite… Ou pour célébrer leur magnifique performance. Comme Florian il y a quelques heures, Julien a vu le bracelet WSOP posé à quelques centimètres de lui au moment de jouer son duel final. Mais quelques minutes après sa sortie, le joueur ne voit que du bonheur.

Sitbon

« Je ressens beaucoup de gratitude. J’ai fait 2e d’un énorme tournoi avec 1 600 joueurs, rappelle Julien après s’être extirpé du large rail français. La “TF” c’était entre 15 et 20 deep, donc ça pouvait se jouer à n’importe quel moment, j’aurais pu faire 10e, 8e et j’ai fini 2e donc c’est quand même énorme. J’ai démarré le HU avec avec 12 millions contre 51. Il y avait quand même plus de chance que je perde, je pense avoir fait ce que je pouvais. Je suis quand même très satisfait ».

Arrivé en finale avec le 2e plus gros stack, Julien perd un flip important contre Naza Buhaiov, avec 77, qui ne tiennent pas contre le AJ de l’Ukrainien. « Ça m’a remis dans le ventre mou, ce qui était assez compliqué puisqu’il y avait beaucoup d’ICM. Il fallait vraiment être très solide, très rigoureux. Ça s’est bien passé par la suite, les paliers ont sauté 10, 9, 8, 7 et là je gagne un gros coup à tapis ».

Dernier en jetons, Julien voit en effet Robert Schulz lui mettre la pression maximum en bataille de blindes. Le Français se réveille avec AQ et paie debout sur la table. C’est bien devant le J6 de l’Allemand, quoique Julien sue un peu sur le flop AK2. Pas de carreaux, Sitbon double et revient dans la partie, avec une petite quinzaine de blindes.

Après la sortie Burlacu (6e, pour 125 170 $), Sitbon remporte un nouveau coup crucial, avec QJ qui frappe le J turn pour abattre le AK. « C’est un coup qui change tout. Parce que Dario se retrouve cripple et bust derrière (5e, pour 166 604 $). Ensuite, c’est Barak Wisbrod qui se prend flush contre full (chez Robert Shulz), il se retrouve cripple et je le bust. Et après, deux Rois contre deux Dix qui sont partis en couille, je ne sais pas comment, et je me retrouve en HU ! Clairement, je ne peux pas me plaindre, c’est vraiment magnifique ».

Sitbon

Un enchainement de péripéties qui ont permis à Sitbon d’effacer un à un des paliers colossaux. « C’est des grosses sommes, mais je t’avouerai que je n'ai pas regardé. De toute façon, on connait un peu les structures de pay-out. Je savais ce que je devais faire en termes d’ICM ». Il demandera tout de même combien au moment de récupérer son ticket pour le pay-out : 417 338 $.

Son score de 237 000 € acquis au MCOP d’Amsterdam il y a de cela huit mois est explosé. Après sa finale d'il y a une semaine, c'est son troisième gain à six chiffres en huit mois, après des années à enfiler les perfs entre 50k et 80k. Une progression mathématique qui montre que Julien est passé sur un autre niveau du jeu.

« Ça va avec le travail que je fais depuis l’année dernière. J’ai décidé de jouer plus cher, que ce soit des 5k, des 10 et des 25k bien sélectionnés, sur lesquels je vends un peu. Et mon cœur de buy-in, c’est le 2 500 - 5 000. Même sur le 10 000 $ d’il y a deux semaines, je me sentais très bien. J’aime ces structures un peu rapide de 30-40 minutes. Quand on joue en finale pour des sommes très élevés, il ne faut pas faire d’erreur. Moi qui n’ai pas beaucoup bossé le jeu, c’est vraiment un truc d’instinct et d’expérience. J’essaie vraiment de faire mon maximum là-dedans ».

« J’avais dit un bracelet avant mes 40 ans »

Sitbon

Le palmarès de Julien était encore vierge de tables WSOP au début de cette édition. Une semaine après le 3 000 $ 6-max, le numéro 1 GPI France de l’année 2022 remet ça avec une deuxième place. Voilà deux belles cases de cochées. « Honnêtement, je m’étais donné un objectif qui était très élevé cette année. D’habitude, je me dis toujours “le bracelet, le bracelet”. Cette année, j’ai préféré me dire “objectif difficile : + 500k”. Ce qui était très relevé. Et je suis virtuellement dedans. Je suis très content ».

Et le bracelet alors ? Sommes-nous condamnés à faire des finales inachevées tout le long de ces WSOP ? Si on ne peut plus compter sur Julien Sitbon en heads-up, comment allons-nous faire ? « J’avais dit que je voulais un bracelet avant mes 40 ans. J’avoue, il me reste quatre jours (avant son 40e anniversaire), ça risque d’être compliqué. Il me reste le 5k, je vais quand même le buy-in demain. Et puis, je n’ai pas dit mon dernier mot du tout dans ces WSOP. Il reste encore 7 ou 8 events pour aller chercher un bracelet, avec en ligne de mire, le Main Event ».

Il l’attaquera justement le lendemain de son anniversaire. La fête sera double, en célébrant le passage vers la quarantaine et la plus belle perf’ de sa carrière. Avant d’ouvrir cette nouvelle décennie par le plus beau tournoi du monde.

Tableau 3 000 $ Freezeout - 1 598 joueurs

1er - Robert Schulz (Allemagne) : 675 275 $
2e - Julien Sitbon  (France) : 417 338 $
3e - James Mendoza (Philipines) : 303 884 $
4e - Barak Wisbrod (Israël) : 233 657 $
5e - Dario Sammartino (Italie) : 166 404 $
6e - Robert Burlacu (Roumanie) : 125 170 $
7e - Nazar Buhaiov (Ukraine) : 95 203 $
8e - Kunal Patni (Inde) : 73 225 $
9e - Jesse Lonis (USA) : 56 963 $
10e - Shon Aroeti (Israel) : 44 823 $

Sitbon

Deux "losers" plein d'amour

WSOP : le gros reportage Winamax