Winamax

3 295 joueurs franchissent le Day 1D

- 7 juillet 2022 - Par Flegmatic

Day 1A : 900 joueurs (officiel) / 631 restants (dont 18 Français)
Chipleader : Cedrric Trevino (USA) 317 800
Day 1B : 880 joueurs (officiel) / 634 restants (dont 24 Français)
Chipleader : Patrick Hagenlocher (USA) 332 800
Day 1C : 1 800 joueurs (officiel) / 1 376 restants (dont 41 Français)
Chipleader : Patrick Clarke (Irlande) 397 200
Day 1D : 4 370 joueurs (officiel) / 3 295 restants (dont 89 Français)
Chipleader : Hao Chen (USA) 580 100

CLIQUEZ ICI POUR LE CLASSEMENT COMPLET ET DÉFINITIF DU DAY 1D

Top 10

Jack Sparrow

Hao Chen (USA) 580 100
Randal Heeb (USA) 339 000
Mathieu His (France) 316 000
Joseph Bold (UK) 299 400
Bjorn Stoweno (Allemagne) 289 000
Jared Hyman (USA) 285 000
Daniel Hachem (Australie) 283 700
Matthew Wiegman (USA) 283 300
Sergio Coutinho (Portugal) 277 000
David Finkel (USA) 273 500

89 Français

3. Mathieu His 316 000
16. Steve Savio 260 500
19. Nicolas Noguera 252 400
80. Eliott Kessas 197 800
117. Sarah Herzali 183 700
175. Thomas Cartier 169 200
179. Ludovic Sultan 168 000
187. Eric Sfez 167 000
193. Adrien Guyon 164 900
195. Benjamin Hammann 164 600

Benjamin Ané

209. Adel Naoun 162 200
214. Florian Guimond 161 300
221. Benjamin Ané 160 000
223. Anthony Soules 159 700
289. Mathieu Rabalison 146 600
317. Timothée Scotti 143 100
338. Alexandre Servies 140 500
363. Nicolas Dumont 138 100
463. Thomas Pinaud 126 700
464. Alexandre Amiel 126 700

David Susigan

496. Julien Leloire 124 000
544. Marc Inizan 119 900
545. Simon Wiciak 119 700
584. Stéphane Boutot 116 900
597. Pierre Calamusa 116 000
602. Thomas Cazayous 115 500
630. Florent Le Neillon 114 200
723. David Susigan 108 600
748. Emmanuel Nakache 107 100
802. Mikael Guenni 103 900

Julian Milliard-Feral

803. Julien Pérouse 103 800
817. Patrick Sacrispeyre 103 000
849. Pierre Gineste 101 500
860. Samuel Dray 101 000
887. Julian Milliard-Feral 100 000
892. Victor Briffard 99 700
987. Damien Gayer 95 000
1 032. David Rothschild 92 900
1 043. Elie Mosaki 92 400
1 046. Lois Dufouleur 92 300

1 050. Sébastien Garcia 92 200
1 103. Laury Vanlerberghe 90 000
1 154. Antonin Teisseire 87 300
1 239. Alexandre Réard 84 400
1 252. Nesrine Reilly 83 700
1 278. Matthieu Teffaud 82 900
1 299. Serge Chechin 82 200
1 348. Aurélien Guiglini 80 900
1 355. Jérôme Dumayet 80 500
1 357. Steve Berdah 80 400

Nicolas Vayssières

1 496. Vincent Robert 75 200
1 498. [joueur inconnu] 75 100
1 517. Quentin Crutel 74 600
1 562. Virgil Deblangy 73 200
1 647. Jérémy Malod 70 800
1 658. Mickael Vassallo 70 200
1 676. Franck Makaci 69 500
1 679. Gregory Teboul 69 400
1 701. Ange Besnainou 68 800
1 740. Fabien Motte 67 400

1 869. Clément Genon 63 300
1 791. Lyor Yiflach 66 000
1 794. Dimitri Joubert 65 800
1 853. Nicolas Vayssières 64 000
1 905. Julien Labarrière 62 200
1 913. Jérémy Palvini 62 000
1 947. Ivan Deyra 61 000
1 947. Jonathan Therme 60 500
2 011. Pierre De Almeida 59 300
2 092. Adrien Amorella 56 800

Bruno Soutavong

2 162. Paul Amsellem 54 500
2 368. Sylvain Mazza 47 200
2 371. Alexandre Girardin 47 200
2 466. Olivier Brun 44 000
2 481. Cédric Muller 43 600
2 595. Joffrey Lhote 40 600
2 695. Frédéric Monedero 37 400
2 722. Bruno Soutavong 36 200
2 804. Yannick Durand 32 500
2 836. Ugo Faggioli 31 500

2 855. Antoine Saout 30 800
2 856. Tristan Forge 30 700
2 880. Gaëlle Baumann 29 900
2 944. Vincent Chauve 27 400
3 075. Sébastien Guinand 22 000
3 079. Simon Franek 21 800
3 150. Hassan Fares 17 900
3 192. Matthieu Rodriguez 15 000
3 242. Erwann Pécheux 10 300

Le reste du field (sélection)

Alejandro Lococo

52. Christian Rudolph (Allemagne) 214 000
126. George Holmes (USA) 181 100
145. Robert Mizrachi (USA) 176 600
155. Loni Harwood (USA) 173 900
246. Phillip Hui (USA) 155 000
248. Mikita Badziakouski (Belarus) 154 400
256. Alejandro Lococo (Argentine) 152 600
280. Florian Duta (Roumanie) 148 200
355. Pablo Mariz (Canada) 138 600
383. Paul Volpe (USA) 135 500

Davidi Kitai

404. Chino Rheem (USA) 132 400
434. Shannon Shorr (USA) 128 700
483. Damian Salas (Argentine) 125 000
520. Dzmitry Urbanovich (Pologne) 122 100
533. Cliff Josephy (USA) 121 000
641. Frederik Brink (Danemark) 113 600
664. Amir Lehavot (Israël) 112 000
670. Davidi Kitai (Belgique) 111 700
729. Vanessa Kade (Canada) 108 200
765. Jeff Hakim (Liban) 106 500

Davidi Kitai

806. Greg Merson (USA) 103 700
821. David Peters (USA) 102 800
979. Ole Schemion (Allemagne) 95 300
1 000. Jeremy Ausmus (USA) 94 300
1 028. Felipe Ramos (Brésil) 93 100
1 099. Martin Finger (Allemagne) 90 000
1 193. Bryn Kenney (USA) 86 300
1 293. Daniel Mizrachi 82 400
1 294. Mark Newhouse (USA) 82 400
1 342. JC Tran (USA) 81 000

Koray Aldemir

1 375. Eric Mizrachi (USA) 79 700
1 392. Harry Lodge (UK) 79 000
1 397. Bart Lybaert (Belgique) 78 800
1 427. Sean Winter (USA) 77 800
1 444. Upeshka De Silva (USA) 77 300
1 499. John Monnette (USA) 75 100
1 555. Anthony Zinno (USA) 73 400
1 570. Darren Elias (USA) 72 900
1 609. Koray Aldemir (Allemagne, tenant du titre) 71 800
1 628. Ben Yu (USA) 71 300

Dietrich Fast

1 745. Dietrich Fast (Allemagne) 67 200
1 840. Matas Cimbolas (Lituanie) 64 600
1 912. Adrián Mateos (Espagne) 62 000
1 975. Nikita Luther (Inde) 60 400
1 986. Natalie Hof Ramos (Allemagne) 60 000
2 184. Melanie Weisner (USA) 53 600
2 227. Manig Loeser (Allemagne) 52 300
2 384. Javier Garcirreynaldos (Espagne) 47 000
2 419. Tobias Peters (Pays-Bas) 45 700
2 460. Ryan Laplante (USA) 44 200

Adrián Mateos

2 490. Darryll Fish (USA) 43 500
2 654. Allen Cunningham (USA) 39 000
2 662. Chris Moorman (UK) 38 800
2 709. Jason Wheeler (USA) 37 000
2 905. Maria Lampropulos (Argentine) 28 900
2 908. Ismael Bojang (Autriche) 28 800
3 051. Sylvain Naets (Belgique) 23 100
3 125. Robert Campbell (Australie) 19 000

Blindes au départ du Day 2 : 400 / 800 BB ante 800

Qu'importe le record pourvu qu'on ait l'ivresse

- 7 juillet 2022 - Par Fausto

Près de 8 000 joueurs en lice sur le Main Event 2022, dont 4 250 rien que pour le dernier Day 1
Le record ne sera (probablement) pas battu, mais le plus beau tournoi du monde reste le plus beau tournoi du monde
Main Event 10 000 $ (Fin des Day 1)


Salle pleine Day 1D
Plus de 4 250 joueurs ont pris part à la quatrième et dernière journée du Main Event… C’est beaucoup. C’est énorme. C’est plus que les trois jours précédents cumulés ! Mais… en définitive, ce n’est pas assez pour permettre au plus ancien tournoi du monde de battre son propre record. Un record qui fête cette année son seizième anniversaire : c’était en 2006, année de la victoire de Jamie Gold au plus fort du boom international du poker, que le field avait atteint 8 773 unités. Au passage, ce Day 1D n’est même pas le plus gros Day 1 de l’histoire du Main Event - de ce côté-là les honneurs reviennent à celui de l’édition 2019, année où 4 879 joueurs s’étaient agglutinés sur la dernière journée.

Bref : plus de 7 800 joueurs au total, c’est 1 000 de moins qu’espéré… et même si les inscriptions vont rester ouvertes pendant encore quatre heures sur chacun des deux Day 2, cela ne sera pas suffisant pour empêcher le communiqué de presse triomphal des organisateurs de rester à l’état de brouillon. Au moins jusqu’à l’année prochaine. Qu’importe. On s'en fout ! Nous autres observateurs avons largement eu de quoi nous contenter. Croyez-nous : essayer de couvrir un tournoi de poker avec 430 tables, c’est comme essayer de se désaltérer à une borne incendie : on s’en prend plein la gueule mais on ne boit pas grand chose.

Essayons tout de même de retirer deux ou trois trucs de cette journée, en plus des articles que vous avez déjà pu lire toute la nuit et qui sont accessibles d’un simple scroll… - Benjo

Team Winamax : quatre au départ, quatre à l'arrivée

Davidi Kitai
Davidi Kitai évoluait en solo dans la salle de bal du Paris aujourd’hui… ses trois coéquipiers ayant tiré au sort des tables au sein du Bally’s. Esseulé mais motivé comme au premier jour, le Belge a retrouvé avec bonheur son tournoi préféré, celui dont il n’a pas manqué une seule édition depuis 2006. Et en emballant un stack honnête de 111 700 après les dix heures de jeu réglementaires (deux fois la cave initiale), il était presque satisfait de ne pas terminer avec plus. « Souvent, quand je fais un très bon Day 1, je saute au Day 2 ! » Exemple le plus frappant : cette terrible édition 2007 où le tirage au sort l’avait placé à côté d’un certain Aurélien Guiglini, qui à l’époque venait d’intégrer un tout petit site de poker encore balbutiant qui n’allait pas tarder à lancer son Team Pro. « Cette année-là, je monte 14 tapis de départ au Day 1... je n'ai pas joué le Day 3 ! » Bref, si l’on en croit Davidi (et on n’a aucune raison de ne pas le croire), sur le Main Event rien ne sert de courir, il faut partir à point. - Benjo

Pierre Calamusa
LeVietF0u a fait du VietF0u. Au début de journée, on avait vu un Pierre Calamusa perdre un pot à 10 000, puis passer à deux doigts de sauter en milieu de Day un peu plus tard, de son propre aveu. Mais finalement, la fin de partie a été beaucoup plus fluide, et Pierrot emballe quasiment deux starting stacks (116 000), montant des pions comme il sait si bien le faire sur les Day 1. Alors évidemment, la satisfaction était de mise à l’heure de faire le bilan : "C’était une bonne journée de Main Event, pose le pro W. C’est dur de grinder, car les blindes sont très basses. Alors j’ai décidé de faire du Pierre Calamusa, de jouer à la VietF0u, en rentrant dans beaucoup de mains. Les coups ne coûtent pas cher préflop, on peut tenter d’influer sur le metagame, pour se faire payer lorsqu’on a des grosses mains. Je suis assez content du résultat, et je vais pouvoir me reposer tranquillement demain." De quoi se lancer vers sa première place payée sur le Big One ? - Rootsah

Gaëlle Baumann
En revanche, fin de soirée difficile pour Gaelle Baumann, qui se prend trois horreurs dans les derniers niveaux. Deux Valets contre deux 10 qui font brelan river. Deux Dames qui se prennent un 3-barrels contre un Roi-Dame et qui fait Roi river… O RLY a vu son stack fondre sur les deux dernières heures, mais notre Team Pro conserve un demi-stack de départ pour réenclencher la marche avant. - Fausto

Adrian Mateos
Pas non plus une journée idéale pour Adrian Mateos. Écoutons Alex, notre collègue ibérique : "Étant donné qu'il a très mal démarré et est tombé rapidement à 20 000, ce n'est pas si mal qu'il soit encore là avec 60 000." Et Adrian avait aussi quelque chose à nous dire en fin de journée : "Oh, je vais quand même le gagner ce tournoi !"

C'est un donc un total de 10 pros du Team Winamax qui seront au Day 2. A la liste ci-dessous vous pouvez ajouter Romain Lewis, Guillaume Diaz, Loic Debregreas, Alex Romero, François Pirault et Kool Shen. - Benjo

Sélection de chip-counts

On l’a dit et on le répète : le classement que nous vous proposons à chaud en fin de journée est forcément partielle : plongés dans l'océan de tables, nous sommes passés à côté de tonnes de joueurs. D'ailleurs, même après avoir reçu le PDF du classement officiel, il nous en manquera encore !

Elie Kessas 200 000
Mohamed Houssam 200 000
Benjamin Hammann 187 000
Thomas Cartier 169 200
Ludovic Sultan 168 000
Adrien Guyon 164 900
Anthony Soules 160 000
Timothée Scotti 150 000
Benjamin Ane 140 000
Nicolas Dumont 138 000
Marc Inizan 129 900
Alexandre Amiel 126 000
Pierre Calamusa (Team Winamax) 116 000
Mickael Guenni 103 900

Patrick Sacrispeyre
Patrick Sacrispeyre 102 000

Aurélien Guiglini 90 000
Julian Milliard 90 000
Elie Mosaki 90 000
Nesrine Reilly 87 700

Alexandre Réard
Alexandre Réard 84 400


Antonin Teisseire  87 300
Serge Chechin 82 000
David Susigan 70 000

Nicolas Vayssières
Nicolas « Chevre.Miel » Vayssières 58 000


Paul Amsellem 50 000
Clément Genon 48 000
Alexandre Girardin 47 200
Joffrey Lhotte 40 600
Gaelle Baumann (Team Winamax) 29 900
Erwann Pecheux 10 300 (avec un double up sur la dernière main !)

Benoit Lam
Benoît Lam : OUT

Samy Boujmala : OUT
Sony Franco : OUT
Moundir (WIP) : OUT

Gilbert Diaz
Gilbert Diaz : OUT


Alexandre Servies : inconnu
Florian Guimond : inconnu
Ivan Deyra : inconnu
Antoine Saout : inconnu
David Benyamine : inconnu

Davidi Kitai (Team Winamax) 111 700
Adrian Mateos (Team Winamax) 62 000


Phil Ivey
Bustos internationaux : Brandon Adams, Adam Friedman, Landon Tice, Phil Ivey, Adam Friedman...

(Le classement complet sera mis en ligne dès que possible)

KING1

Thomas Cartier
Parmi les meilleurs Français du jour figure Thomas Cartier alias S3rgeBenamou, visiblement peu habitué à bagguer des jetons au moment d’emballer un très beau 169 200. "Tous mes bluffs sont passés. Je suis content de ma journée.", lâche le seul membre de l'équipe gagnante du KING2022 présent aujourd'hui (ses camarades avaient joué le Day 1B). Il y a de quoi, pour un joueur qui n’a disputé qu’une poignée de tournois live dans sa carrière… - Rootsah

Le coup de bambou de minuit

Elie Kessas
Le bad beat sur le gong. Elie Kessas signe l'horreur de dernière minute pour se construire en un éclair, le plus gros stack français de ce Day 1D. L’entrepreneur français résidant à Los Angeles avait déjà produit un très beau deep run lors de la dernière édition. Cette fois, grosse vibration dès le Day 1 avec ce bad beat superbe pour un pot énorme.

« Je 3-bet un reg 7 000 avec deux Rois, il me fait 20 000, j’ai 100 000 devant moi, j’envoie le tapis. Il me paie pas tout de suite, donc je me dis qu’il a deux Dames. En fait, il n’avait juste pas entendu mon “all-in” puis retourne ses deux As. Et là, je fais le Roi river. Toute la table a hurlé » raconte Kessas, qui reviendra donc au Day 2 avec un superstack de 200 000 jetons. - Fausto

La remontada du soir

Alexandre Amiel
« Great come-back » lâche un random américain au moment de saluer Alexandre Amiel, dernier à partir de la table. Plusieurs autres joueurs félicitent le Français qui, avec son anglais irréprochable, a conversé avec de nombreux locaux pendant ces dix heures de jeu. Mais qu’a donc fait Amiel pour mériter toutes ces attentions. « J’ai vécu une journée épique » entame le journaliste.

« Je dégrinde tout le début de journée avec plusieurs coups qui tournent mal, puis je tombe à 12 000 après un fold de mutant. Je 3-bet AQ en position contre le seul bon joueur de la table et ça vient QQ9. Je fais 1 000 dans 5 000, il call. Turn 6, je fais 5 000, et là, il me check-raise à 13 000. Je paie et river 2, il me met à tapis ! Je réfléchis, je le vois sur un full, et je décide de fold. Davidi et Adrian m’ont dit que c’était trop fort pour coucher, mais en fin de journée, mon adversaire avec qui j’ai sympathisé m’a avoué qu’il avait la couleur avec J10 »

Alexandre tombe très bas, mais nous ne sommes alors qu’aux blindes 200 - 400. Il prend quelques petits pots pour remonter à 17 000, puis se redonne de l’air sur un pot 3-bet avec KQ. « On est 3-way, ça vient KJ2, l’OR fait 3 000 et je fais tapis 13 000. Il a deux Dames, mais ne trouve pas le bouton fold et je reviens dans la partie » précise Amiel, qui reprend la marche en avant.

Revenu autour des 45 000 jetons, il trouve « une livraison spéciale WSOP ». Un call en SB avec 107 face à trois joueurs, un full dès le flop 10-7-7, un c-bet 3 000 et un call en face de lui. « Je fais un coup que j’aurais jamais fait en EPT, en voulant faire le joueur qui fait croire qu’il a le 7 et je fais 7 500. Les deux joueurs paient. Turn 2, je fais 16 000 et là, le mec me fait tapis 35 000 avec deux Rois ». De retour dans les hauteurs, Alexandre trouver son rythme en fin de journée sur une table docile et prévisible pour fortifier son stack, qui pointe à 126 000 jetons sur la fin de journée. 

« Le secret sur ce tournoi, même si c’est vrai pour beaucoup d’autres, c’est que quand tu tombes très bas d’entrée, il ne faut pas être aveuglé par les mecs qui ont 200 blindes à côté de toi. 12 000 sur un Main event, c’était plus de trente blindes, plutôt un bon stack sur la plupart des tournois », conclut Alexandre, qui reviendra donc au Day 2 avec 150 blindes. - Fausto

Le vrai gagnant du jour

Fausto
Impossible de se quitter sans s'auto-congratuler un bon coup : Winamax a tout cassé sur le freeroll reservé aux médias. Cadreuse au sein de l'équipe de Dans la Tête d'un Pro, Angie s'est hissée jusqu'en quatrième place et derrière, notre rédacteur de choc Fausto a manqué d'un cheveu la victoire, déchattant une ultime confrontation Roi-6 contre Roi-4 sur le dernier coup d'un tournoi joué en mode super turbo. Recevant un iPad Mini flambant neuf en guise de prix, Fausto a commenté : "Il est bien mieux que l'iPad Air de la première place !" Pendant ce temps, Alex de Winamax.es pourra dormir deux nuits au Caesar's Palace aux frais de la princesse après avoir éliminé l'invité star du tournoi, Vince Vaughn. Cela valait le coup de se passer de pause-dîner (et de ne pas du tout faire attention au Level 4 du Day 1D !)

Le premier des deux Day 2 réunira les survivants des Day 1A, 1B et 1C. Soit 2 641 joueurs, dont 82 Français. Coup d'envoi ce jeudi à 11h (20 heures en France). Comptez sur nous !

Level 5 : une dernière cuillérée de Day 1

- 7 juillet 2022 - Par Fausto

Level 5 : 300 / 600 BB ante 600
Main Event 10 000 $ (Day 1D)

With a little help from my friends

Benjamin -Tireseas-
Il a bullé son ticket Main Event sur l’un des satellites organisés chaque dimanche sur Winamax. Il a bullé l’un des satellites live à 2000 $ organisés au casino Paris à la veille du Main Event. Il a deep-run le Mini Main Event puis le Million Dollar Bounty, montant un gros tapis à chaque fois avant de sauter en fin de journée, à cent places de l’ITM. Bref, on ne peut pas dire que Benjamin Hammann n’a pas tout tenté pour rejoindre le Main Event des WSOP, son tout premier. Et face aux vents contraires, avec la fermeture des inscriptions qui approchait à toute vitesse, le récent vainqueur du Battle Royale du WPO Madrid a fait comme dans Qui Veut Gagner des Millions : il a fait appel à un ami.

Plusieurs amis, en fait. « J’ai mis en vente 50 parts à 1 % », explique le joueur alsacien (mais relocalisé à Malte) à une heure de la fin du Day 1D. 1 % du Main Event, cela représente une centaine d’euros : un crowd-funding somme toute abordable. « Il y a des gens qui ont pris plus que ça, mais je voulais aussi faire kiffer des amis restés à la maison, des gens qui ne sont pas forcément des joueurs de poker, qui voulaient mettre une petite pièce. » L’opération a plus que fonctionné : « J’ai posté une annonce sur Facebook, il était 9 heures du matin en France, donc minuit ici. En une heure et demie, j’avais tout vendu ! Comme je continuais de recevoir des messages, j’ai même lâché quelques % supplémentaires, alors que ce n’était pas du tout prévu. »

Et pour le moment, celui qui a gagné un titre Winamax Series en septembre derrière le pseudo - tiresas - (changé depuis) fait le bonheur de ses investisseurs, au moins pour les bonnes nouvelles qu’ils reçoivent, si ce n’est pour le retour sur investissement qu’ils en tireront (ça, ça viendra plus tard, avec un peu de chance et de patience). Car Benjamin devrait terminer le Day 1D avec un stack plus que triplé. « J’avais gagné sur Winamax le package ‘Side Events’. Sur le Mini Main Event et Million Dollar Bounty, je n’ai pas fait l’argent mais au moins j’ai réalisé que je savais monter des jetons sur ces tournois. Ce n’était pas juste une histoire de gagner des flips, j’ai réussi à jouer. » Et sur le Main Event, tournoi au tarif dix fois plus élevé ? « Les joueurs sont plus serrés, forcément. On voit moins de suicides de jetons, la structure est trop belle pour ça. » Je pose à Benjamin une de mes questions favorites pour grinders : sa table sur ce Day 1, elle ressemble à quel tournoi sur Winamax ? « C'est très, très hétérogène. J’ai envie de te dire que c’est l’After Work. Dans le sens qu’il y a trois joueurs compétents à la table, pas plus. Les moins bons ont le niveau d’un 5 €, c’est parfois même un Le Sud vs Le Reste du Monde pour certains. Les meilleurs, ils ont le niveau du Prime Time. »

Aujourd'hui, Benjamin a fait d’une pierre deux coups en prenant les jetons d’un des meilleurs joueurs de sa table, le compatriote Samy Boujmala (que l’on avait croisé ITM sur ce tournoi en 2019). Un coup standard : « il a As-Roi, j’ai deux Dames, pas grand chose à faire car il n’avait plus que 20 ou 25 000. » On laisse Benjamin se concentrer pour la dernière heure de la journée. À quelques mètres de là, son coloc de Vegas Paul Amsellem tente de faire de même. On espère recroiser les deux sur la suite du tournoi au moins une fois. Puis deux fois. Puis trois fois. Et plus, si affinités… - Benjo

Passeport pour le bonheur

Thomas
On vous les avait présentés mardi lors du Day 1B : les vainqueurs du KING5 2022 ont fait le voyage à Las Vegas pour jouer leur Main Event en freeroll. Sauf que le quintet n'était pas au complet : Thomas alias "S3rgeBenamou" n'a fait son entrée en lice que sur ce Day 1D. Et s'il n'a pas joué le même jour que sa Team, c'était pour une bonne raison : il est arrivé à Vegas quelques jours après, la faute à une histoire de passeport. " Quand on a gagné le KING5 fin avril, je me suis rendu compte que mon passeport expirait fin juillet, explique le grinder. Or, il faut qu'il soit valable dans un délai de six mois après le voyage retour. Mais chez moi, à Nantes, il y avait trop de temps d'attente pour avoir un rendez-vous. Alors je suis allé dans une petite mairie à côté, et on m'a dit que je l'aurai dans un mois. Mais ensuite, on m'a dit que le délai serait de deux mois, et je n'ai pas pu accélérer le processus pour raisons professionnelles. Finalement, j'ai repoussé une première fois mon vol, et j'ai finalement reçu mon passeport vendredi ! C'était sur le fil. Je suis parti dimanche."

Préférant donc faire l'impasse sur les premiers Days 1, Thomas a tout de même tâté du jeton en cash game où il a "monté quelques pilasses", avant de se lancer sur le Big One, pour lequel il arrive donc en meilleure forme. "C'est dingue. Ça fait tout drôle quand tu fais ton premier 4-bet sur un 10k... Je n'ai fait que trois ou quatre tournois live avant ! Mais après finalement, on joue comme sur un tournoi classique." Pour l'instant, ça se passe bien pour Thomas, qui est monté à 140 000 en gagnant pas mal de coups moyens. En espérant aussi repartir de Vegas le plus tard possible... - Rootsah

Deuxième Servies

L’année dernière, c’était l’émerveillement, la grande première. Alexandre Servies, jeune ingénieur informatique, expatrié à Seattle plongeait dans le grand bain du Main Event. L’enthousiasme rayonnait sur son visage, avec un sourire qui s’agrandissait de jour en jour, à mesure que l’ancien Parisien franchissaient les Days, jusqu’à atteindre une superbe 556e place. Venu en solo à Vegas, l’amateur venait d’ITM le plus beau tournoi du monde, dès sa première tentative. 

Un an plus tard, revoilà Alexandre Servies. Son enthousiasme et ses bouclettes n’ont pas changé, mais au moment de se présenter de nouveau sur le Main Event, Alex n’est plus tout à fait le même joueur. « Je suis beaucoup plus décontracté, confesse l’ingénieur. J’arrive avec plus de confiance, je me suis organisé un programme, j’ai même pris un peu de coaching avant le Main Event, avec le groupe de Faraz Jaka. On a bien développé l’importance de l’aspect exploitation dans un tournoi comme celui-là ». 

Loin de se considérer comme un grinder, Servies a juste posé des congés pour retenter l’aventure Main Event, et retrouver les picotements, le plaisir, les émotions qui l’ont porté pendant sa semaine au Rio en novembre. « J’avais gagné assez l’année dernière pour pouvoir m’offrir à nouveau ce voyage. Ca y est je suis un piqué des WSOP. Le Main Event, c’est tous les ans maintenant » déclare le joueur, revenu en piste sur ce Day 1D.

La deuxième épopée a plutôt bien démarré, avec une jolie table finale au Venetian il y a un mois sur un Monster Bounty à 800 $ pour près de 17 bâtons. Après cette perf, Alexandre avait prévu un retour à Seattle afin de se réserver des jours pour le Big One… Qui a lui aussi plutôt bien débuté. 

« J’ai vécu une matinée de folie ! J’ai monté 150 000 en deux niveaux, j’ai floppé les nuts quatre fois, que des pots énormes… C’était magique, je n’ai pas eu à faire grand-chose » raconte Alexandre, qui malgré un petit creux en milieu de journée, compte un peu plus de deux stacks de départ à l’entame de la dernière difficulté du jour. - Fausto

Level 4 : vivre le moment présent

- 7 juillet 2022 - Par Rootsah

Level 4 : 300 / 500 BB ante 500
Main Event 10 000 $ (Day 1D)

Pas là pour s'emmerder

Sfez
On dit qu'il faut être patient quand on joue le Main Event des WSOP. Sauf que ce n'est clairement pas le style de jeu d'Eric Sfez, toujours prêt à en foutre partout (bon, il sait aussi se calmer quand il le faut, hein). Mais sur ce Day 1, Eric a visiblement décidé de se faire plaisir : en restant dix minutes à sa table, nous l'avons vu jouer presque toutes les mains. Une stratégie qui lui permet de pointer à 100 000 jetons en fin de level 4, grâce notamment à ce coup : Eric relance une énième fois, et se retrouve à miser sur un flop 379, puis sur un turn 8, pour 1 200. Son adversaire relance à 3 200, et Eric suit... Avant de donk-bet pour 7 000 la river J. Il obtient un fold, et il valait sans doute mieux : Eric, qui détenait A-7, avait transformé sa main en bluff... Une belle activité qui contraste avec le parcours de son fils Lucas sur ce Main Event : "Il a été éliminé au tout début de la journée, il a fait deux paires max contre un brelan..." Après deux semaines à Vegas durant lesquelles il n'a de son propre aveu perfé que sur un tournoi sur invitation au format winner takes all, Eric, dont on se rappelle le deeprun mémorable sur ce tournoi en 2018 (il était chipleader avant de spew et de finir 275e), aimerait bien effacer cette "perf" des tablettes. - Rootsah

Girardin dans le grand bain

Girardin
Souvent, quand on parle à des qualifiés Expresso pour le Main Event, on a le droit à des histoires assez improbables. Celle d'Alexandre Girardin n'est pas mal dans son genre. "C'était l'an passé, j'étais en vacances en Espagne, mais il faisait très chaud, explique celui qui porte un beau tee-shirt Wina. Alors je suis allé prendre un bain après une bonne journée de soleil. Au bout d'un moment, j'ai ouvert des Expresso, et sur la troisième table, je vois apparaitre le package !" On devine la suite... Résultat, voilà Alexandre, qui joue au poker depuis 18 ans tout de même, parti pour la première fois à Las Vegas, où il s'est fait plaisir en prenant une suite pour 10 jours au Bally's. Déjà venu aux WPO Dublin et Madrid, il joue sur Winamax où il possède un statut Diamond sous le pseudo "FightTheRock" (avec lequel il a déjà gagné deux fois le Prime Time) et en live quand il gagne des tickets, en parallèle de ses activités professionnelles : manager dans la restauration et gérant d'un distributeur de pizza dans les Vosges, à Epinal. Mais cette année, tant pis pour la haute saison touristique, pourtant essentielle dans son métier : "Je devais y aller l'année dernière, mais les frontières étaient fermées, alors cette année, je suis parti quand même, et c'est que du bonheur. Je prends du plaisir, on est là pour prendre les jetons des Américains !" Pour l'instant, il n'a pas pu joindre le geste à la parole, puisqu'il stagne aux alentours du tapis de départ. Avant une belle livraison ? - Rootsah

Ils jouent aussi le Day 1D

Sarah Herzali
Sarah Herzali

Loni Harwood
Loni Harwood

Michael Mizrachi
Le seul, l'unique Michael Mizrachi

Chris Moorman
Chris Moorman

Le mec avec un chapeau
Lors de la naissance des WSOP, la proportion de mecs avec un chapeau dans le field avoisinait les 77%. Aujourd'hui, les Texans sont un peu plus dilués, il y a beaucoup plus de monde en lice, bref le ratio a chuté pour se stabiliser autour de 0,03 %. Raison de plus pour vous présenter ce beau specimen désormais rarissime.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

"Dites le dans votre reportage : ce mec a relancé à 17 000 au bouton !" Signé : un joueur visiblement agacé du move de l'un de ses voisins. "Mais ils ne lâchent jamais leurs blindes", se défend ce dernier. Au moins, c'est radical...

200 000 : c'est le stack de Mohamed Ali Houssam 30 minutes avant la fin du level 4. Un tapis qui ne cesse de grossir, grâce notamment à une quinte runner-runner touchée contre une overpaire. "J'adore ma table", sourit le Marocain.

Moundir ne revivra pas un deeprun sur le Main Event cette année, comme il l'a expliqué sur sa page Facebook (nous citons verbatim) : "Bust du main event des World Series of Poker (WSOP) … comment dire le goût amère que j’ai sur les coups violent Et pour me finir (pour revenir à 60k) open du CO 1000 , call bouton, call sb j’ouvre K8s Et squeeze a 3900 payer par tous … flop 783 a pique, j'ai K8, le cuttoff avance sa pile de 90k, fold du bouton et sb. Et snap chez moi . Il open A4o avec l'A et de suite le  turn … je reviendrais…"

Ludovic Sultan est compté à 100 000, grâce notamment à deux check-raises river. Le reg des cercles parisiens compte déjà un deep run sur les WSOP, sur un 1 000 $ en 2011 (27e pour 20 303 $), et a récemment fini 4e du High Roller des TexaPoker Series à Paris pour 13 000 €.

Level 3 : les anciens sont toujours là

- 7 juillet 2022 - Par Rootsah

Level 3 : 200 / 400 BB ante 400
Main Event 10 000 $ (Day 1D - le dernier Day 1 !)

Mohamed Ali, un combattant complet

Ali
On est repassé faire un tour du côté du meilleur représentant marocain de ce field, Mohamed Ali Houssam, désormais assis derrière de jolies pilasses : "J'ai 130 000", compte Mohamed, qui a gagné deux jolies mains pour en arriver là. "Sur la première, je fais un bon hero call. Un joueur relance 900 UTG sur 200/300, et je paye en middle avec 98. Je paye ensuite 1 900 sur un flop J-8-2, puis 3 500 sur le turn 10, et il me fait 9 000 river. Je suis, et il a A-Q." Un joli coup qui a été suivi un peu plus tard par un autre de belle facture, plutôt en value cette fois. "Un joueur raise 700, je fais 2 100 avec deux Rois, et le bouton fait 6 000. La BB cold call les 6 000, et je fais 19 000. Seul le bouton passe. Sur le flop J-4-2, la BB fait directement tapis pour 25 000. J'ai un peu peur qu'il ait les Valets, mais je paye. Il a Q-Q." Deux mains rondement menées par l'un des meilleurs joueurs marocains des années 2010 (qui ne semble pas avoir perdu la main, d'ailleurs), et qui lui permettent d'aborder sereinement la suite de ce Day 1D. - Rootsah

Marc Inizan, toujours fringant

Inizan
On a eu du mal à le reconnaitre : il faut dire les journalistes de notre équipe qui officiaient au début des années 2000 avaient gardé l'image d'un Marc Inizan portant des lunettes avec une barbe soigneusement rasée. Désormais, l'un des ex-petits prodiges du poker français laisse plus de liberté à sa pilosité, et possède un stack qui selon ses propres termes a oscillé entre 50 000 et 75 000 aujourd'hui. En temps normal, Marc joue en cash-game à Londres, en parallèle de son boulot de Data Scientist, qu'il pratique depuis un an et demi. Fini la vie de joueur pro sponsorisé par Winamax au début des années 2010, et fini le feu des projecteurs des tables finales des WSOP Europe et de l'EPT Berlin en 2010, ses meilleures perfs à ce jour. "Mais j'ai démissionné en janvier, notamment pour pouvoir jouer davantage. Je suis aussi allé en Thailande d'où ma copine est originaire. Je suis arrivé le 24 mai ! J'ai fait quelques events WSOP, j'ai notamment fait 230e du Housewarming, et aussi au Wynn et au Venetian. Les fields sont assez fous sur les events WSOP, je regrette de ne pas en avoir fait davantage. Je joue aussi en cash-game, en 1/2 et 2/5." A bientôt 36 ans, Marc se fait donc un gros kiff sur ce Main Event qu'il n'a pas disputé depuis six ans. Car oui, pas question pour lui de refaire du poker son métier. "Je n'ai pas bossé le GTO, ce n'est plus le même jeu. Les joueurs défendent beaucoup plus leurs blindes, il y a plus d'overbet. Et je veux rester dans mon corps de métier." Marc a en tout cas un objectif en tête pour ce tournoi : "La finale a lieu le jour de mon anniversaire." Difficile d'imaginer un plus beau cadeau... - Rootsah

Happy Nes

Nes
À la table de Marc évolue également une joueuse bien connue de nos services, qui elle aussi jouait de beaux tournois au début de la dernière décénnie : Nesrine Reilly. Elle avait notamment terminée 4e du WPT Amnéville en 2010. Mais "Nes" n'a pas arrêté de se faire plaisir pour autant : celle qui est mariée au joueur Tim Reilly, et qui compte plus de 600 000 $ de gains en live a par exemple atteint la finale du WPT Lucky Hearts Poker Open en 2018 pour 182 289 $. "Et j'essaie de jouer tous les ans le Main Event." Car hors des casinos, Nesrine a un job autrement plus prenant : mère de famille. "Ma belle-mère est là, du coup j'en profite pour jouer !" Elle en est à son 4e tournoi des WSOP, et aimerait certainement faire encore mieux que sa 245e place de 2015 dans ce Main Event. Pour l'instant, Nesrine avait bien fait grimper son stack, grâce à "plein de petits coups gagnés". On espère que la belle-famille a prévu de rester assez longtemps... - Rootsah

Anecdotes, statistiques et citations à la con

100 : en dollars, c'est la somme gagnée par l'un de nos émérites couvreurs en ayant simplement... fait la queue pour acheter à dîner au Dave's Hot Chicken. En effet, un joueur qui n'avait pas mangé et qui devait reprendre sa place aux tables du Main Event, a proposé 100 $ à la volée pour celui qui lui donnerait son repas. Complètement cagoulé depuis le début de son Vegas, notre collègue a sauté sur l'occasion... Et le mieux, c'est qu'on lui a finalement donné un repas gratuit. Elle est pas belle la vie de broke ?