Winamax

Fausse alerte, vraie frayeur

- 18 juillet 2022 - Par Fausto

La fin de ces WSOP a été perturbée par un évènement aussi rare que fâcheux. La rumeur d’un tireur actif dans l’un des casinos voisins a entrainé un mouvement de foule qui s’est propagé sur le Strip, au point de causer la panique jusque dans l’enceinte des WSOP. La cohue a entrainé la peur, de légères blessures et l’ajournement des tournois, qui reprennent aujourd’hui du côté du Bally’s, tandis que la police a confirmé qu’il n’y avait jamais eu de fusillade à Vegas ce samedi.

La cohue et le chaos

Paris Chaos

Crédit : Twitter / Joey Ingram

« J’étais au Paris, en train d’écouter ma musique tranquille, puis là, il y a un mec qui me tape sur l’épaule et je vois tout le monde courir. Il y en a qui se bousculent, des gens qui tombent et d’autres qui courent entre les personnes allongées terre. J’ai vu des gens se faire piétiner, des gens bondir de dos en dos, décrit Florian Ribouchon qui raconte le départ du tumulte qui a gagné la salle du Paris hier, autour de 22H.

Quelques centaines de joueurs sont dispersés autour des tables au moment où une meute de gens affolés fait irruption dans la salle. Certains hurlent qu’un homme est en train de tirer dans le casino. « Je n’ai rien compris de ce qu’il se passait, poursuit Florian. Les gens se sont barricadés derrière les tables, moi, j'ai pris quelques charriots et je me suis fait une petite cabane pour me protéger »

De nombreux tweets similaires à celui-ci ont propagé la Fake News, causant des mouvements de foule dans plusieurs casinos et sur les trottoirs du Strip.

La salle déguerpit à la vitesse de l’éclair. Dans la panique, des tables se retournent, des jetons volent, le chaos s’empare du Paris. Le cauchemar d’un homme armé tirant au hasard sur le public du casino, rappelant le drame du Mandalay Bay en 2017, est dans de nombreuses têtes. Plusieurs témoignages, comme celui partagé sur les réseaux par Pierre Calamusa, racontent la fuite vers les arrières-salles du casino, dans un climat de peur alimenté par le manque d’informations. Les réseaux sociaux évoquent la présence d’un tireur au Casino New York New York, d’autres au MGM… Des rumeurs rapidement écartées par les autorités locales. 

« Les rapports sur une fusillade près du MGM ce soir sont sans fondement, affirme la Police métropolitaine de Las Vegas. Les premiers rapports indiquent qu'une porte vitrée s'est brisée, causant un grand bruit qui a surpris les gens dans la zone des voituriers ». 

La fausse alerte est confirmée, le calme revient peu à peu sur le Strip. Le mouvement de foule a causé quelques blessures légères. Alex Réard revient ce dimanche avec le bras en écharpe tandis que Pierre Calamusa a subi quelques écorchures à la main droite. « Ce n'est pas grand-chose. J’ai surtout vécu ce que c’était que d’avoir peur, confie LeVietF0u, de retour sur le 10 000 $ 6-max. J’ai eu peur qu’il soit arrivé quelque chose Delphine (sa compagne).  Dans ces moments, tu agis un peu comme un animal, tu vois le troupeau qui court et tu cours avec eux ».

Calamusa

Pierre Calamusa a subi quelques éraflures, mais rien de grave pour notre Team Pro, qui livre son récit de l'épisode dans un post facebook. 

« C’est surtout que ça cause beaucoup d’adrénaline, bien plus que pour une partie de poker. Sauf qu’on est pas venu à Vegas pour ce genre d’adrénaline, commente Davidi Kitai, qui était lui aussi en train de jouer le 10 000 $ 6-max. Le jour même, je n’avais pas la tête à jouer. Mais après une nuit de sommeil, tu t’aperçois qu’il ne s’est rien passé. Mais tu te sens plus vivant après ce genre de choses ». Un sentiment partagé par son collègue Calamusa. « Tu te rends compte que l’humain est incroyable. Je n’ai pas eu de mal à dormir et le lendemain, c’est comme si ça n’avait pas existé. Je me sens presque plus libéré à table que d’habitude ».

Le poker reprend ses droits

Kitai

Et pour redémarrer un tournoi de poker, comment fait-on dans ce genre de situation ? Quelques minutes après le mouvement de foule, les organisateurs annonçaient la suspension des tournois en cours. Leur reprise était officialisée quelques heures plus tard, avec un horaire avancé pour pouvoir compenser le retard pris sur la structure. Mais entre les tables retournées, les jetons par terre et tout le désordre causé, la reprise de la partie demande un vrai travail de fourmi.

« Ça nous a fait mal aux fesses, concède volontiers le directeur de tournoi Bob Smith. On a dû partager les informations avec les joueurs, discuter avec tout le monde et s’appuyer sur les enregistrements vidéos pour reconstituer les stacks un par un. C’était long, ce n’était pas facile, mais nous avons fait un super travail d’équipe. Tout le monde a été bon ».

« C’est vrai que les WSOP ont bien géré, confirme Florian Ribouchon. Tout le monde a retrouvé son stack, sans aucune plainte et la partie a repris ce midi ». Le finaliste FPO Paris poursuit la bataille du Closer à 1 500 $, remporté l’année dernière par Leo Margets, mais pour ce dimanche, nous nous intéresserons plus particulièrement à un autre tournoi trusté par les membres du Team Winamax. Pierre Calamusa, Romain Lewis, Adrian Mateos et Davidi Kitai sont tous encore en course à 30 left du 10 000 $ 6-max. Et il y en a même certains qui ont monté de jolis stacks. Le poker reprend ses droits dans l’enceinte du Bally’s et le W rouge pourrait bien poser une dernière signature sur ce festival avant de plier bagage.