Qu'importe le record pourvu qu'on ait l'ivresse

- 7 juillet 2022 - Par Fausto

Près de 8 000 joueurs en lice sur le Main Event 2022, dont 4 250 rien que pour le dernier Day 1
Le record ne sera (probablement) pas battu, mais le plus beau tournoi du monde reste le plus beau tournoi du monde
Main Event 10 000 $ (Fin des Day 1)


Salle pleine Day 1D
Plus de 4 250 joueurs ont pris part à la quatrième et dernière journée du Main Event… C’est beaucoup. C’est énorme. C’est plus que les trois jours précédents cumulés ! Mais… en définitive, ce n’est pas assez pour permettre au plus ancien tournoi du monde de battre son propre record. Un record qui fête cette année son seizième anniversaire : c’était en 2006, année de la victoire de Jamie Gold au plus fort du boom international du poker, que le field avait atteint 8 773 unités. Au passage, ce Day 1D n’est même pas le plus gros Day 1 de l’histoire du Main Event - de ce côté-là les honneurs reviennent à celui de l’édition 2019, année où 4 879 joueurs s’étaient agglutinés sur la dernière journée.

Bref : plus de 7 800 joueurs au total, c’est 1 000 de moins qu’espéré… et même si les inscriptions vont rester ouvertes pendant encore quatre heures sur chacun des deux Day 2, cela ne sera pas suffisant pour empêcher le communiqué de presse triomphal des organisateurs de rester à l’état de brouillon. Au moins jusqu’à l’année prochaine. Qu’importe. On s'en fout ! Nous autres observateurs avons largement eu de quoi nous contenter. Croyez-nous : essayer de couvrir un tournoi de poker avec 430 tables, c’est comme essayer de se désaltérer à une borne incendie : on s’en prend plein la gueule mais on ne boit pas grand chose.

Essayons tout de même de retirer deux ou trois trucs de cette journée, en plus des articles que vous avez déjà pu lire toute la nuit et qui sont accessibles d’un simple scroll… - Benjo

Team Winamax : quatre au départ, quatre à l'arrivée

Davidi Kitai
Davidi Kitai évoluait en solo dans la salle de bal du Paris aujourd’hui… ses trois coéquipiers ayant tiré au sort des tables au sein du Bally’s. Esseulé mais motivé comme au premier jour, le Belge a retrouvé avec bonheur son tournoi préféré, celui dont il n’a pas manqué une seule édition depuis 2006. Et en emballant un stack honnête de 111 700 après les dix heures de jeu réglementaires (deux fois la cave initiale), il était presque satisfait de ne pas terminer avec plus. « Souvent, quand je fais un très bon Day 1, je saute au Day 2 ! » Exemple le plus frappant : cette terrible édition 2007 où le tirage au sort l’avait placé à côté d’un certain Aurélien Guiglini, qui à l’époque venait d’intégrer un tout petit site de poker encore balbutiant qui n’allait pas tarder à lancer son Team Pro. « Cette année-là, je monte 14 tapis de départ au Day 1... je n'ai pas joué le Day 3 ! » Bref, si l’on en croit Davidi (et on n’a aucune raison de ne pas le croire), sur le Main Event rien ne sert de courir, il faut partir à point. - Benjo

Pierre Calamusa
LeVietF0u a fait du VietF0u. Au début de journée, on avait vu un Pierre Calamusa perdre un pot à 10 000, puis passer à deux doigts de sauter en milieu de Day un peu plus tard, de son propre aveu. Mais finalement, la fin de partie a été beaucoup plus fluide, et Pierrot emballe quasiment deux starting stacks (116 000), montant des pions comme il sait si bien le faire sur les Day 1. Alors évidemment, la satisfaction était de mise à l’heure de faire le bilan : "C’était une bonne journée de Main Event, pose le pro W. C’est dur de grinder, car les blindes sont très basses. Alors j’ai décidé de faire du Pierre Calamusa, de jouer à la VietF0u, en rentrant dans beaucoup de mains. Les coups ne coûtent pas cher préflop, on peut tenter d’influer sur le metagame, pour se faire payer lorsqu’on a des grosses mains. Je suis assez content du résultat, et je vais pouvoir me reposer tranquillement demain." De quoi se lancer vers sa première place payée sur le Big One ? - Rootsah

Gaëlle Baumann
En revanche, fin de soirée difficile pour Gaelle Baumann, qui se prend trois horreurs dans les derniers niveaux. Deux Valets contre deux 10 qui font brelan river. Deux Dames qui se prennent un 3-barrels contre un Roi-Dame et qui fait Roi river… O RLY a vu son stack fondre sur les deux dernières heures, mais notre Team Pro conserve un demi-stack de départ pour réenclencher la marche avant. - Fausto

Adrian Mateos
Pas non plus une journée idéale pour Adrian Mateos. Écoutons Alex, notre collègue ibérique : "Étant donné qu'il a très mal démarré et est tombé rapidement à 20 000, ce n'est pas si mal qu'il soit encore là avec 60 000." Et Adrian avait aussi quelque chose à nous dire en fin de journée : "Oh, je vais quand même le gagner ce tournoi !"

C'est un donc un total de 10 pros du Team Winamax qui seront au Day 2. A la liste ci-dessous vous pouvez ajouter Romain Lewis, Guillaume Diaz, Loic Debregreas, Alex Romero, François Pirault et Kool Shen. - Benjo

Sélection de chip-counts

On l’a dit et on le répète : le classement que nous vous proposons à chaud en fin de journée est forcément partielle : plongés dans l'océan de tables, nous sommes passés à côté de tonnes de joueurs. D'ailleurs, même après avoir reçu le PDF du classement officiel, il nous en manquera encore !

Elie Kessas 200 000
Mohamed Houssam 200 000
Benjamin Hammann 187 000
Thomas Cartier 169 200
Ludovic Sultan 168 000
Adrien Guyon 164 900
Anthony Soules 160 000
Timothée Scotti 150 000
Benjamin Ane 140 000
Nicolas Dumont 138 000
Marc Inizan 129 900
Alexandre Amiel 126 000
Pierre Calamusa (Team Winamax) 116 000
Mickael Guenni 103 900

Patrick Sacrispeyre
Patrick Sacrispeyre 102 000

Aurélien Guiglini 90 000
Julian Milliard 90 000
Elie Mosaki 90 000
Nesrine Reilly 87 700

Alexandre Réard
Alexandre Réard 84 400


Antonin Teisseire  87 300
Serge Chechin 82 000
David Susigan 70 000

Nicolas Vayssières
Nicolas « Chevre.Miel » Vayssières 58 000


Paul Amsellem 50 000
Clément Genon 48 000
Alexandre Girardin 47 200
Joffrey Lhotte 40 600
Gaelle Baumann (Team Winamax) 29 900
Erwann Pecheux 10 300 (avec un double up sur la dernière main !)

Benoit Lam
Benoît Lam : OUT

Samy Boujmala : OUT
Sony Franco : OUT
Moundir (WIP) : OUT

Gilbert Diaz
Gilbert Diaz : OUT


Alexandre Servies : inconnu
Florian Guimond : inconnu
Ivan Deyra : inconnu
Antoine Saout : inconnu
David Benyamine : inconnu

Davidi Kitai (Team Winamax) 111 700
Adrian Mateos (Team Winamax) 62 000


Phil Ivey
Bustos internationaux : Brandon Adams, Adam Friedman, Landon Tice, Phil Ivey, Adam Friedman...

(Le classement complet sera mis en ligne dès que possible)

KING1

Thomas Cartier
Parmi les meilleurs Français du jour figure Thomas Cartier alias S3rgeBenamou, visiblement peu habitué à bagguer des jetons au moment d’emballer un très beau 169 200. "Tous mes bluffs sont passés. Je suis content de ma journée.", lâche le seul membre de l'équipe gagnante du KING2022 présent aujourd'hui (ses camarades avaient joué le Day 1B). Il y a de quoi, pour un joueur qui n’a disputé qu’une poignée de tournois live dans sa carrière… - Rootsah

Le coup de bambou de minuit

Elie Kessas
Le bad beat sur le gong. Elie Kessas signe l'horreur de dernière minute pour se construire en un éclair, le plus gros stack français de ce Day 1D. L’entrepreneur français résidant à Los Angeles avait déjà produit un très beau deep run lors de la dernière édition. Cette fois, grosse vibration dès le Day 1 avec ce bad beat superbe pour un pot énorme.

« Je 3-bet un reg 7 000 avec deux Rois, il me fait 20 000, j’ai 100 000 devant moi, j’envoie le tapis. Il me paie pas tout de suite, donc je me dis qu’il a deux Dames. En fait, il n’avait juste pas entendu mon “all-in” puis retourne ses deux As. Et là, je fais le Roi river. Toute la table a hurlé » raconte Kessas, qui reviendra donc au Day 2 avec un superstack de 200 000 jetons. - Fausto

La remontada du soir

Alexandre Amiel
« Great come-back » lâche un random américain au moment de saluer Alexandre Amiel, dernier à partir de la table. Plusieurs autres joueurs félicitent le Français qui, avec son anglais irréprochable, a conversé avec de nombreux locaux pendant ces dix heures de jeu. Mais qu’a donc fait Amiel pour mériter toutes ces attentions. « J’ai vécu une journée épique » entame le journaliste.

« Je dégrinde tout le début de journée avec plusieurs coups qui tournent mal, puis je tombe à 12 000 après un fold de mutant. Je 3-bet AQ en position contre le seul bon joueur de la table et ça vient QQ9. Je fais 1 000 dans 5 000, il call. Turn 6, je fais 5 000, et là, il me check-raise à 13 000. Je paie et river 2, il me met à tapis ! Je réfléchis, je le vois sur un full, et je décide de fold. Davidi et Adrian m’ont dit que c’était trop fort pour coucher, mais en fin de journée, mon adversaire avec qui j’ai sympathisé m’a avoué qu’il avait la couleur avec J10 »

Alexandre tombe très bas, mais nous ne sommes alors qu’aux blindes 200 - 400. Il prend quelques petits pots pour remonter à 17 000, puis se redonne de l’air sur un pot 3-bet avec KQ. « On est 3-way, ça vient KJ2, l’OR fait 3 000 et je fais tapis 13 000. Il a deux Dames, mais ne trouve pas le bouton fold et je reviens dans la partie » précise Amiel, qui reprend la marche en avant.

Revenu autour des 45 000 jetons, il trouve « une livraison spéciale WSOP ». Un call en SB avec 107 face à trois joueurs, un full dès le flop 10-7-7, un c-bet 3 000 et un call en face de lui. « Je fais un coup que j’aurais jamais fait en EPT, en voulant faire le joueur qui fait croire qu’il a le 7 et je fais 7 500. Les deux joueurs paient. Turn 2, je fais 16 000 et là, le mec me fait tapis 35 000 avec deux Rois ». De retour dans les hauteurs, Alexandre trouver son rythme en fin de journée sur une table docile et prévisible pour fortifier son stack, qui pointe à 126 000 jetons sur la fin de journée. 

« Le secret sur ce tournoi, même si c’est vrai pour beaucoup d’autres, c’est que quand tu tombes très bas d’entrée, il ne faut pas être aveuglé par les mecs qui ont 200 blindes à côté de toi. 12 000 sur un Main event, c’était plus de trente blindes, plutôt un bon stack sur la plupart des tournois », conclut Alexandre, qui reviendra donc au Day 2 avec 150 blindes. - Fausto

Le vrai gagnant du jour

Fausto
Impossible de se quitter sans s'auto-congratuler un bon coup : Winamax a tout cassé sur le freeroll reservé aux médias. Cadreuse au sein de l'équipe de Dans la Tête d'un Pro, Angie s'est hissée jusqu'en quatrième place et derrière, notre rédacteur de choc Fausto a manqué d'un cheveu la victoire, déchattant une ultime confrontation Roi-6 contre Roi-4 sur le dernier coup d'un tournoi joué en mode super turbo. Recevant un iPad Mini flambant neuf en guise de prix, Fausto a commenté : "Il est bien mieux que l'iPad Air de la première place !" Pendant ce temps, Alex de Winamax.es pourra dormir deux nuits au Caesar's Palace aux frais de la princesse après avoir éliminé l'invité star du tournoi, Vince Vaughn. Cela valait le coup de se passer de pause-dîner (et de ne pas du tout faire attention au Level 4 du Day 1D !)

Le premier des deux Day 2 réunira les survivants des Day 1A, 1B et 1C. Soit 2 641 joueurs, dont 82 Français. Coup d'envoi ce jeudi à 11h (20 heures en France). Comptez sur nous !