Winamax

Toutes les femmes du Ladies

- 30 juin 2022 - Par Fausto

Une armée de joueuses bataille dans l'arène du Paris. Plus de 1 013 guerrières ont déjà lancé l'assaut. Présentation de ces combattantes, renommées ou non, qui partent à la conquête du fameux Ladies Event.

Event #61 : Ladies Event No-Limit Hold'em 1 000 $

« Toutes les femmes du Ladies
Glamour ou Sexy,
L’héroïne des World Series,
Je suis toutes les femmes, tu vois toutes les femmes du Ladies »

Un air des L5 au moment de pénétrer la Paris Ball Room. Des femmes sur toutes les tables : grindeuses, joueuses pro, amatrices, compagnes de joueurs, mères de famille, superstars et illustres inconnues, prennent place sur les dizaines de tables qui quadrillent la plus grande salle de poker jamais dressée pour les WSOP. 

Déjà plus de 1 000 joueuses se sont lancées dans la bataille, 1 013 très exactement, un total qui devrait faire trembler le record de 2007 (1 286), alors qu’il reste encore près de trois heures d’inscriptions tardives.

Mais qui sont donc toutes ces joueuses ? Ma connaissance du poker féminin outre-atlantique étant limitée, j’ai pu compter sur une experte du circuit américain pour m’aiguiller dans ce field et repérer les reines du jeu. Petit tour en images avec Gaëlle Jaudon pour vous présenter ce field, où se cache bien entendue quelques joueuses de chez nous.

Katie Lindsay

On l’avait aperçu dans le rail du 500 $ pour soutenir son mari Chris Moorman. Cette fois, c’est au tour de Madame de faire parler la poudre et dans le couple, il n’y a pas que le champion WSOP / WPT qui tient bien les cartes. « Elle a aussi gagné une tonne en ligne comme en Live » me précise celle qui déniche les meilleurs interviews du poker américain presque chaque semaine sur ClubPoker. La reine Katie Lindsay est en piste.

Heidi May

Heidi May tentera de se rappeler aux bons souvenirs de 2017. L’Australienne avait alors réglé un field de 717 joueuses pour signer la plus grosse perf de sa carrière, pour rapporter en Australie un chèque de 135 098 $. A Vegas depuis le début des WSOP, elle a déjà trouvé deux deep runs sur le Monster Stack et le 2 000 $, dont elle a fini 14e pour 23 bâtons.

Saliba Vivian

Derrière ce sourire se cache une grindeuse redoutable. Vivian Saliba a démarré par de petites perfs sur les tournois des Brazilian Series of Poker de Sao Paulo. Elle s’est révélé en 2017 en terminant 11e du 10 000 $ PLO des WSOP avant d’enchaîner dix jours plus tard par un deep run sur le Main Event. 

Deux ans plus tard, la Brésilienne récidive avec un énorme deep run sur le Crazy Eights dont elle terminait 4e pour 308 888 $. Sponsorisée 888, Vivan Saliba fait partie de ces nouvelles pépites du poker brésilien et compte bien refaire parler d’elle sur cette nouvelle édition. 

Lara Eisenberg

La grindeuse du Maryland, habitué du circuit World Series enquille les perfs un peu partout sur le circuit américain depuis près de dix ans. Un parcours auréolé l’année dernière d’un titre WSOP sur ce même tournoi, pour 135 patates. Lara Eisenberg est venue naturellement défendre son titre.

Tarah Wheeler

Auteur, conférencière, spécialiste en cybersécurité, twitteuse, grindeuse, Tarah Wheeler multiplie les casquettes, ou devrais-je dire les chapeaux. Aujourd’hui, c’est celui de joueuse que la directrice de Red Queen Technologies a revêtu, et comme toujours, avec beaucoup de succès. Déjà quatre tapis de départ pour Tarah Wheeler.

Rebuiti

Streameuse et créatrice de contenu pour GG Poker, Rebeca Rebuitti profite d’un de ses Day-off pour se faire un petit tournoi de World Series of Poker.

Marquez

Enfin du travail pour notre collègue Alex Hernando ! Dépourvu d'ibériques depuis le début des World Series, le field de ce ladies compte l’ambassadrice espagnole d’Americas Cardroom, Ana Marquez. La serial perfeuse, finaliste WSOP et WPT tentera de dépasser la barre des 2 millions de dollars de gains en carrière sur ce tournoi.

Rosalie Petit

Grindeuse de talent, membre du Streamgang, vainqueur du KING5, représentante de la Team Beyond The Limit, Rosalie Petit grimpe pas à pas les marches du circuit. Un visage que l'on commence à bien connaître et qui défendra les couleurs françaises sur ce Ladies.