Magnus Carlsen ouvre son répertoire WSOP

- 5 juillet 2022 - Par Fausto

Le champion du monde d'échecs, passionné de poker de longue date, vient de prendre place pour son premier Main Event des World Series of Poker
Main Event 10 000 $ (Day 1C)

Magnus Carlsen

Une attraction dans la salle de bal du casino Bally’s de Las Vegas. Tous les médias se sont passés le mot : Magnus Carlsen dispute les World Series of Poker ! Le prodige norvégien, quintuple champion du monde d’échecs et invaincu depuis 2013 joue pour la première fois un tournoi des Championnats du Monde. Évidemment, les journalistes guettent chacune de ses pauses pour tenter de lui poser quelques questions. Il les rembarre de la même manière qu’il a écarté Ian Nepomniachtchi lors de la dernière finale pour le titre mondial : sans perdre de temps et avec autorité.

64 cases, 52 cartes

Voir le champion du monde se présenter sur un tournoi de poker n’a finalement rien de surprenant. Entre le jeu à 64 cases et celui à 52 cartes, les points communs sont innombrables. La dimension stratégique, la capacité à s’adapter aux décisions adverses comme à rester concentré pendant de longues heures devant une table sont des atouts de poids, que Magnus maîtrise depuis son plus jeune âge grâce au jeu auquel il a dédié sa vie.

Magnus Carlsen

Devenu Grand Maître International à 13 ans (record de précocité à l’époque, battu ensuite par Sergej Kerjakin), Magnus Carlsen est sacré champion du monde en 2013 en sortant vainqueur d’un duel épique face à la légende Viswanathan Anand. Depuis, personne n’a réussi à lui reprendre la couronne mondiale, en attendant le prochain duel donc face à "Nepo".

Tandis que son rival russe remportait il y a trois jours le fameux Tournoi des Candidats (compétition permettant de désigner le challenger qui défiera le champion du monde en titre), Magnus Carlsen posait lui ses valises à Vegas, pour jouer ses premiers WSOP. 

Un grand maître peut-il être un fish ?

Magnus Carlsen

Magnus n’est pas nouveau dans le poker. Le champion d’échecs y joue depuis qu’il est en âge. En 2009 déjà, il se rendait à Macau, où il gagnait même un tournoi de l’APPT pour 11 000 dollars de gains. Presque chaque année, il apparait sur les tournois du circuit scandinave, à Malmo, à Copenhague ou bien en République tchèque, du côté de Prague ou de Rzovadov.

Et puisqu’il aime le jeu avec un grand J, Carlsen ne se limite pas au No-Limit Hold’em. Stud, Razz, Hi-Lo ou PLO : le Norvégien aime toutes les variantes, pourvu qu’il y ait de la stratégie.

Magnus ne cache pas son gout pour le poker et le poker ne cache pas son gout pour Magnus. Il y a quelques mois, Daniel Negreanu sortait même une vidéo pour analyser un bluff, aussi étonnant qu'audacieux, à l’occasion du championnat de poker du Danemark, tout en espérant que le Grand Maïtre ne fasse pas l’exercice inverse, en faisant une review d’une partie d’échecs du Canadien.
 


En attendant que Magnus veuille bien répondre à nos questions, le Norvégien manœuvre correctement ce début de journée, avec 6 000 jetons de plus que le stack de départ de 60 000.

Level 1 : un troisième départ calme d'affilée

- 5 juillet 2022 - Par Benjo DiMeo

Level 1 : 100 / 200 BB ante 200
Main Event 10 000 $ (Day 1C)

Jack Effel
Pas de star du poker ni de célébrité du show-biz au micro ce matin : Jack Effel était seul sur le podium pour lancer le Day 1C du Main Event. Pas de long discours ni d'enthousiasme exacerbé de la part du vice-président et TD des WSOP, mais un simple rappel des paramètres de la journée (cinq niveaux de deux heures, pause-dîner après trois niveaux, etc). Les traditions se perdent, mais il est vrai que c'est le troisième matin de suite qu'Effel joue la même comédie : difficile d'éviter le côté Un Jour Sans Fin. Qui sait, demain se pointera-t-il peut-être avec une marmotte sur l'épaule et nous fera un bulletin météo ?

Immédiatement après le shuffle up and deal, nous autres observateurs commençons à compter le nombre de tables actives dès le shuffle up an deal, afin d'avoir une première indication de l'affluence. Voyons-voir... Dans la grande salle de bal du Bally's, 115 tables sont occupées, mais la grande majorité sont loin d'être remplies : on en voit pas mal avec seulement 3 joueurs assis (le minimum requis pour que la partie commence). Dans la "TV room", on compte 75 tables. Total provisoire : 190 tables, donc, ce qui représente un maximum de 1 710 joueurs. Mais à ce total, on doit ajouter une vingtaine de tables encore vides mais prêtes à l'emploi dans la salle de bal, avec des croupiers au garde à vous pour accueillir les joueurs en late reg qui ne manqueront pas d'arriver au cours des prochaines heures. On s'achemine donc vers un Day 1C à la population inférieure à 2 000 joueurs... Soyons honnêtes : on s'attendait à plus. Car si l'on ajoute les 900 joueurs du Day 1A et les 879 joueurs du Day 1B, on arrive à la conclusion suivante : si ce Main Event 2022 est bel et bien celui du record, comme beaucoup le prédisent, alors le Day 1D pourrait bien rassembler 5 000 joueurs ! Les WSOP vont-ils pouvoir supporter une telle charge ? Réponse dans 24 heures... - Benjo

Craqué d'entrée

Quentin Roussey
Mon premier tour de tables m'a permis d'observer, déjà, un gros pot du côté de Quentin Roussey. Le Français est installé à une table voisine de celle de Daniel Negreanu. J'arrive juste à temps pour voir Roussey miser 3 800 depuis la SB sur un flop 2910. Un gros c-bet : le pot a très probablement été 3-bet, voire 4-bet avant le flop. Son unique adversaire est au bouton et paie rapidement les 3 800. Turn : 3. Roussey continue d'envoyer, augmentant la mise à 6 000. C'est payé, là encore assez vite. La rivière est un Q et Roussey appuie sur le frein avec un check. Très vite, le bouton mise 12 000. Roussey se met à réfléchir, d'abord silencieusement, puis à voix haute. "I have a big hand..." Un temps de pause, puis : "Pair of Aces..." Au bout du compte, Roussey, va décider qu'il ne peut jeter la meilleure main de départ au Texas Hold'em : il avance les jetons. Son adversaire retourne une mauvaise nouvelle - une mauvaise nouvelle pour lui : 33 pour un brelan assez miraculeusement trouvé sur le turn. On ne le savait pas encore au moment d'observer ce gros coup, mais Roussey jouait contre un compatriote. On vous le présente deux paragraphes plus bas... - Benjo

Putain, dix ans !

Yoh Viral
Il est encore jeune comme ça, mais du haut de ses 33 ans, YoH ViraL joue déjà son dixième Main Event WSOP ! "Oui, j'ai fait mon premier à 23 ans, en 2012. C'est la seule année où j'ai fait ITM, j'avais terminé 336e [pour 32 871 $, NDLR]. On se souvient de ces trucs-là. Je ne suis pas passé loin de faire l'argent l'année dernière : j'avais pris set over set floppé..." Mais il ne faut pas croire que les WSOP ne réussissent pas à YoH, toujours à la recherche d'un premier bracelet après être passé à une marche de la consécration en 2019 sur un 3 000 $ Shootout. "J'ai quand même terminé 2e du dernier Main Event WSOPE pour plus de 800 000 € ! Ça compense mes pertes sur le tournoi de Vegas." Alors même s'il rêve évidemment plus grand, lui qui joue désormais de nombreux tournois Highrollers sur le circuit, Johan a eu le temps d'apprendre le plus important sur un Day 1 du Big One : "Passer la journée. Pareil lors du Day 2. Je ne vais rien forcer. Bon, sauf si j'ai K9 à deux ou trois tables restantes..." YoH pense être tombé sur une bonne table ("Il ne semble y avoir qu'un pro au siège 3") et est filmé en permanence : vous pouvez suivre toute sa vie de pro sur sa chaîne Youtube, notamment son parcours dans le 10k Bounty. - Rootsah

Développement perpétuel

Franck Kalfon
Franck Kalfon, lui, n'est certainement pas un grinder professionnel. Mais avec le joueur de live parisien, nous avons tout de même affaire à un gambleur très expérimenté, qui prend le poker très au sérieux. "J'essaie de faire les choses bien, car le niveau augmente sans cesse avec les solvers, et si on ne fait rien on sera vite largué, confirme l'ex-finaliste de l'EPT Deauville 2015. Je travaille déjà la technique avec un bon ami à moi, Mehdi Ferrah, et j'ai un coach mental depuis deux semaines. On travaille sur la respiration, sur les phases ou je suis card dead : j'essaie d'apprendre à ne plus en souffrir, à rester froid par rapport à ça, sans me dire que le monde est contre moi." Car Franck ne veut pas refaire les erreurs du passé dans le plus beau tournoi du monde : "J'en ai fait l'année dernière, où j'ai poussé jusqu'au Day 4, mais où j'ai mal géré la bulle. [Franck a tout de même terminé 601e pour 21 600 $, NLDR] J'aimerai bien revivre le même deep run, avec davantage d'expérience." Pour cette année, Franck est venu avec son habituel groupe d'amis, composé en grande partie des Entram's. "Il y a Alex Reard, Eddy Sadoun, Yossi Ifergan, Laurent Polito, Moundir, Clément Maestracci... Je loge au Paris, on est posé chacun de notre côté, mais on se retrouve pour des moment communs. Je reste jusqu'au 10 juillet, et plus si affinités !"

Franck, qui s'est bien remis au live depuis la reprise post-Covid, compte maintenant récolter les fruits de son travail, et faire mieux que les places payées qui lui ont simplement permis de rester "à flot" sur sa bankroll poker. Et ça commence plutôt pas mal : "J'ai pris 17 000 sur un coup où un joueur relance, un autre paye, et je complète ma blinde avec une paire de Deux. Le flop vient K-Q-2, l'OR c-bet 700, l'autre paye, et je check-raise 2 700. Les deux suivent. Le turn est un 7, je fais 4 100, payé une fois. Sur une river As, on check tout les deux. Je dois peut-être miser, mais je ne veux pas qu'il relance, je ne veux pas me value cut, et il peut se mettre à bluffer..." Oui, Franck se remet en permanence en question. On l'a aussi vu faire brelan de Rois floppé pour ramasser quelques pions : "Je suis en forme !" s'exclame t-il. On lui souhaite que cela dure quelques jours... - Rootsah

Fitzwilliam, Microsoft et Gus Hansen

Au moment où il se prend d’amour pour le jeu, Nicolas Torossian travaille pour Microsoft à Dublin. C’est là d’ailleurs qu’il rencontre ses premiers potes de poker, notamment un certain Alexis Fleur, à l’occasion du Winamax Poker Tour 2015 millésime Calamusa. Durant ses années irlandaises, il se rend régulièrement au Fitzwilliam Card Club pour jouer les tournois réguliers, entre 50 et 100 $. Les évènements Winamax l’emmènent du côté de Paris, de Marrakech, puis Nicolas fait le grand saut à Las Vegas, pour ses premiers WSOP en 2017. « Depuis que j’ai gouté à ça, je ne joue plus vraiment d’autres tournois, affirme Nicolas, qui dédie presque exclusivement au Live. J’ai fait quelques MTT à Paris depuis que j’y suis réinstallé, mais je préfère me concentrer sur Las Vegas et l’EPT Barcelone, où j’essaie d’aller chaque été ».

Au cours de ses quelques tentatives, Torossian a franchi la barre des cinq chiffres à l’occasion d’une bulle TF sur le Battle of Malta 2017. Il a également connu une grosse vibration sur les WSOP, perçant un field dantesque de plus de 3 000 joueurs sur le défunt Goliath à 250 €, atteignant alors la 16e place pour 6 briques en 2019. Quelques semaines plus tard, il découvrait la tension d’un Main Event, avec un premier essai en 2019, dont il se souvient encore. « Vous aviez écrit un article sur moi, quand j’étais assis à côté de Gus Hansen, rappelle le jeune homme. J’avais bust avec un brelan contre un gars qui fait runner-runner ».  Trois ans plus tard, Nicolas est de retour à Vegas. Arrivé il y a une petite semaine, il a pu gérer le décalage horaire, retrouver le vieux copain Alexis Fleur, se chauffer les doigts en Cash et désormais, de nouveau goûter aux sensations du plus beau tournoi du monde. Avec bien évidemment l'envie de tester cette fois la saveur d'un ITM. - Fausto

Pas de pseudo, pas d'expérience, beaucoup de plaisir

Cyril Henneveux
« Je ne me rappelle même pas de mon pseudo… J’ai pas allumé Winamax depuis des mois » confesse Cyril Henneveux. Quelle belle manière de remercier le site qui lui a permis de transformer 250 € en un ticket Main Event. « Je l’ai joué qu’une fois, un peu par hasard. On était 46 joueurs, il y a fait qu’une seule place payée. J’ai explosé de joie quand j’ai chopé le ticket ».

Pour l’occasion, l’amateur a motivé son pote François Gozzelino à l’accompagner dans ce voyage. « C’est lui qui m’avait invité pour mon premier festival au Sismix Costa Brava » raconte le Francilien, qui n’a pas vraiment joué de tournois réels à part à Lloret Del Mar. Pour redécouvrir les sensations du Live, le voilà sur le Main Event WSOP à 10 000 $ l’entrée

« C’est un énorme plaisir. Le but c’est de kiffer notre moment » commente le fabricant de moteur d’avion. Et le plaisir est au rendez-vous pour l’instant puisque après seulement une heure de jeu, Henneveux compte déjà plus de 80 000 jetons.

« J’ai pris des jetons à Monsieur le professionnel, explique Cyril en désignant Quentin Roussey, assis deux sièges à sa gauche. Il relançait beaucoup de mains, il attaque beaucoup, cette fois j’ai décidé de défendre avec 33. Il continue d’attaquer sur sur le flop 1092, je paie et je trouve mon brelan turn. Il remet 6 000, je paie. Et river Q, il check, je mets 11 000 et il call-muck ». Amateur 1, Pro 0. Mais connaissant l’Wazo, je vous parie que le duel n’en restera pas là. - Fausto

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Humberto Brenes
Parmi les joueurs qui étaient assis dès le coup d'envoi à 11h : Franck Kalfon, Kool Shen, Maxime Chilaud, Daniel Negreanu, Magnus Carlsen (oui oui, la superstar des échecs), Julien Sitbon, Yoh Viral, Lucien Cohen, Mehdi Ferrah, Shaun Deeb, Joe Cada, Brian Hastings, et la légende du Cota Rica Humberto Brenes (photo).

"Salut Alex, ça va ?" "I'm not Alex" - Signé : un couvreur français qui a confondu Alexandre Reard avec un random joueur américain, et qui s'est mangé un regard plein d'incompréhension quand il a lâché son meilleur bonjour. Bon en même temps, on a bien le droit de tomber sur un sosie ou deux dans un field de plusieurs milliers de joueurs, non ?

33 : Soit le nombre de minutes qu'aura tenu Chase Turnquest dans ce Main Event des WSOP 2022. La faute aux Barbus : "Tout d'abord, je perds donc avec mes deux Rois contre AK, qui finit en flush runner-runner. " La seconde fois en tombant tout simplement contre deux As, où Chase n'a pas hésité à envoyer près de 100 blindes préflop. Sourire un peu dépité aux lèvres, l'Américain n'aura donc pas pu faire kiffer ses quelques supporters présents dans le rail, ni vivre un beau one time, lui qui ne compte que 20 000 $ de gains sur des tournois à moins de 2 000 $ l'entrée.

La structure du Day 1

Croupière Day 1C60 000 jetons attendent chaque joueur du Main Event. Entre chaque niveau de deux heures, une pause de vingt minutes pour se dégourdir les jambes, sauf celle après le Level 3, qui s'étale sur 75 minutes. Le Day 1 se terminera aux alentours de 23h20 (8h20 en France).

Level Blindes BB Ante
1 100/200 200
2 200/300 300
3 200/400 400
4 300/500 500
5 300/600 600

Téléchargez la structure complète du Main Event

Main Event 2022 : le programme

Ce fut LA grosse annonce officielle d'hier : en raison de l'affluence - ultra-super-giga massive - prévue sur le Day 1D, les joueurs qui franchiront le Day 1C aujourd'hui rejoueront jeudi, au lieu de vendredi. Pour ceux qui n'ont pas envie de se cogner ce qui seront immanquablement d'interminables files d'attente pour s'inscrire au Day 1D, il reste toujours la possibilité de débuter le Main Event sur le Day 2 : les inscriptions resteront ouvertes sur les quatre premières heures des Day 2A/B/C (jeudi) et Day 22D (vendredi).

Dimanche 3 juillet Day 1A
Lundi 4 juillet Day 1B
Mardi 5 juillet Day 1C
Mercredi 6 juillet Day 1D
Jeudi 7 juillet Day 2A / 2B / 2C
Vendredi 8 juillet Day 2D
Samedi 9 juillet Day 3
Dimanche 10 juillet Day 4 (jour de bulle)
Lundi 11 juillet Day 5
Mardi 12 juillet Day 6
Mercredi 13 juillet Day 7
Jeudi 14 juillet pause
Vendredi 15 juillet Finale (jusqu'à 4 joueurs)
Samedi 16 juillet Finale (fin)

Mardi 5 juillet : demandez les bounties !

- 5 juillet 2022 - Par Flegmatic

Don't miss a hand

Pas question de rater une main aujourd'hui : chacun d'entre elle peut rapporter (très) gros !

11h (20h en France) - Event #70 : MAIN EVENT World Championship NLHE 10 000 $ (Coup d'envoi du Day 1C)

900 joueurs sur le Day 1A, 897 sur le 1B : ce Big One cuvée 2022 a démarré timidement, mais personne n'est surpris. Les observateurs et surtout les organisateurs le savent : le Day 1D de mercredi emportera tout sur son passage, potentiellement jusqu'à faire atteindre au plus beau tournoi du monde un nouveau record de fréquentation. Entre le mouillage de nuque et le raz de marée, où se situera donc ce Day 1C ? En toute logique, on peut tout de même attendre une augmentation substantielle de l'affluence par rapport à la veille, surtout après que les WSOP eux-mêmes ont incité les joueurs à s'y inscrire pour éviter d'interminables files d'attente et de jouer à dix par table. Reste maintenant à voir jusqu'à quel point leurs arguments seront entendus.

Les 634 joueurs ayant franchi le Day 1B du Main Event

13h - Event #68 : Million Dollar Bounty NLHE 1 000 $ (Day 2)

14 137 : c'est le chiffre final de l'affluence de l'un des plus gros rendez-vous de ces World Series, faisant rêver pareillement petites et grosses bankrolls. Au terme des quatre Day 1 disputés tambour battant sur trois jours, ils ne sont cependant plus que 827 à pouvoir prétendre aux nombreuses primes mises en jeu, dont celle à un million de dollars (ça nous donne des frissons à chaque fois) qui fait tourner toutes les têtes. Parmi eux, de nombreux joueurs Français, le mieux placé étant Jimmy Guerrero (28e), devançant notamment le chipleader du Day 1D Jack Melki (46e, du haut de ses... 37 blindes), Quentin Lecomte, Kalidou Sow, Erwann Pécheux, Alexandre Réard, Antoine Labat, ainsi que nos pros Pierre CalamusaFrançois Pirault, Guillaume Diaz et Leo Margets. Tout le monde est bien sûr déjà payé et pourra en plus aller piocher une petite enveloppe surprise pour chaque joueur éliminé à partir de 16 heures. Comptez sur nous pour camper devant dans l'attente de voir tomber le jackpot... à moins qu'il ne se fasse attendre jusqu'au Day 3.

Les 827 joueurs au Day 2 du Million Dollar Bounty

14h - Event #69 : Pot-Limit Omaha Championship 10 000 $ (Day 4, finale - 5 joueurs restants)

Avec 130 blindes devant lui - contre 78 pour son plus proche poursuivant Michael Dudek - Shiva Dudani est l'immense favori de cette quatrième et dernière journée. Mais de Tom Hu à Joachim Haraldstad en passant par Sean Troha, personne n'est complètement décroché et tout le monde peut encore légitimement prétendre au gros chèque de 1 246 770 $ à la gagne. Bonne chance, messieurs !

Les 5 finalistes du PLO Championship

634 joueurs franchissent le Day 1B

- 5 juillet 2022 - Par Rootsah

Day 1A : 900 joueurs (officiel) / 631 restants (dont 16 Français)
Chipleader : Cedrric Trevino (USA) 317 800
Day 1B : 879 joueurs (officiel) / 634 restants (dont 23 Français)
Chipleader : Patrick Hagenlocher (USA) 332 800

CLIQUEZ ICI POUR LE CLASSEMENT COMPLET ET DÉFINITIF DU DAY 1B

Top 10

Bags

Patrick Hagenlocher (USA) 332 800
Matthias Kribben (Allemagne) 268 100
Julien Loire (France) 254 100
Daniel Zogman (USA) 253 100
Linglin Zeng (Canada) 239 900
Ognjen Sekularac (Serbie) 223 200
Guilherme Garcia (Brésil) 217 500
Paul Michaelis (Allemagne) 213 700
Caleb Henson (USA) 213 000
Phuoc Nguyen (USA) 205 000

23 Français

King5

3. Julien Loire 254 100
32. Fabrice Bigot 167 200
60. Bruno Mandagaran 151 100
69. Thomas De Leiris 147 000
97. Boris Berthomet 133 000
130. Victor Hoogstoel 118 400
132. Sébastien Varenne 117 700
139. François Pirault 115 000
202. Sylvain Loosli 99 600
225. Jordan Pailha 95 000

230. Emrah Cakmak 94 200
243. Damien Le Goff 91 100
290. Mathieu Sélidès 80 700
298. Johan Martinet 77 000
313. Eric Bensimhon 74 100
317. Léo Soma 73 400
321. Abou Sy 72 900
351. Riccardo Giacalone 68 000
438. Samuel Anclevic 53 000
484. Tom Jarry 45 600

562. Dylan Cechowski 28 700
617. Patrick Caverivière 16 100
625. Arnaud Enselme 11 400

Le reste du field (sélection)

Tom Bedell

8. Paul Michaelis (USA) 213 700
66. Roland Israelashvili (USA) 149 000
99. Jeff Lisandro (Australie) 132 100
107. Andreas Kniep (Allemagne) 127 500
110. Andre Akkari (Brésil)126 600
164. Seth Davies (USA) 106 800
169. Eugene Katchalov (Ukraine) 106 300
216. David Baker (USA) 96 000
250. Ben Heath (UK) 89 500
383. Cary Catz (USA) 61 500

Alejandro Romero

423. Gianluca Speranza (Italie) 55 100
433. Erik Seidel (USA) 53 500
497. Matt Stout (USA) 43 400
424. Naoya Kihara (Japon) 54 900
583. Vitaly Lunkin (Russie) 24 900
585. Tom Bedell (Norvège) 24 400
586. Alejandro Romero (Espagne) 24 200

Blindes au départ du Day 2 : 400 / 800 BB ante 800

Une grosse cylindrée toujours en rodage

- 5 juillet 2022 - Par Rootsah

Pour son deuxième tour de piste, le tournoi s'est calqué sur ses temps de passage d'hier
Au moins 13 Français de plus seront au départ du Day 2
Main Event 10 000 $ (Fin du Day 1B)

Strip on fire
Une excitation mesurée. Une affluence manifeste, loin d’être débordante (880 joueurs, contre 1 915 en 2019). Un field partiellement étoilé, sans être trop brillant. Quelques bonnes prestations françaises, mais pas de quoi sauter au plafond. Même sur le Strip, on tirait de magnifiques feux d'artifices depuis le toit du Caesar pour la fête nationale... dans une étrange indifférence. Bref, une bonne journée de Main Event, qui laissera les gourmands sur leur faim.

Après la fringale, Pirault se régale

Au rayon des sucreries, commençons par la délicieuse remontée de François Pirault. Notre Team Pro digère mal les premiers niveaux de la journée et ne compte plus que la moitié de son stack au moment de partir dîner. « Les joueurs sous-jouent un peu leurs mains dans ce genre de tournoi. Je me suis retrouvé à bluffer dans des mains que je n’avais pas anticipées et je me suis value cut à quelques reprises » analyse l’ex Top-Shark. 

L’estomac plein, François se charge ensuite de se remplir le tapis. Il se refait d’abord avec une grosse bouchée dans un spot étonnant. 

Pirault

« Il y avait cette joueuse qui jouait très face-up post-flop. J’open AK 1 100, le bouton 3-bet 3 500 et elle 4-bet en BB 10 000. Ça ne sent pas bon, j’ai pas envie de go-broke ici, il me reste que 22 000 derrière, mais je décide de payer. Bouton paie aussi et là le flop parfait : A76. Elle fait 3 500, je paie, bouton fold. Turn 7, elle check, je fais 7 000, elle tank-call et river 2, je mets les 12 000 qu’il me reste, elle tank-fold ». 

En un coup sans show-down, Pirault fait plus que doubler. La machine est lancée. Le Team Pro se montre plus actif, arrache de nombreux coups et grimpe progressivement sur les deux derniers niveaux pour terminer la journée à plus de 115 000. « J’ai eu plus de mains, j’ai passé pas mal de petits bluffs… J’étais descendu mais la structure est magnifique : j’ai attendu, j’ai eu une bonne table, j’ai pu remonter, je suis content. Et en plus, j'ai le Day 2 du Million Dollar Bounty demain » résume le joueur, avant que Caroline ne l’intercepte pour la photo souvenir.

Pirault Romero

Deux sur quatre pour le Team Winamax. Musta et Leo passent à la trappe, François Pirault et Alejandro Romero poursuivent l'aventure.

Il y pose avec son collègue Alejandro Romero. Pour le premier Main Event et le tournoi le plus cher de sa jeune carrière, le Top Shark Espagnol a emprunté le chemin inverse. « J’ai bien commencé la journée, j’avais 100 000 au moment du dinner break. Puis je n’ai pas eu de mains pendant les deux derniers niveaux » résume Romero qui met tout de même 24 000 jetons dans le sac, soit 30 BB pour le Day 2. Pas de quoi entamer le moral ni les espoirs du garçon, qui avait montré ses capacités à survivre et à revenir dans les plus grands tournois, pas plus tard que lors du dernier EPT. 

Le cordon Bleu

Cette journée ressemblait un peu à la précédente. Rien de surprenant donc à retrouver une bonne dizaine de Français au rendez-vous du Day 2, comme hier. En attendant les chipcounts officiels, celui qui s'en est le mieux sorti semble être Julien Loire (254 000), suivi par Fabrice Bigot, qui n'était pas loin de tripler son stack de départ et termine avec 167 200.

Berthomet
Il est suivi par notamment Boris Berthomet (photo) alias Lebordelaiii (133 000) : "Je suis monté tout droit, tranquille." Derrière, on retrouve aussi le membre de La Singerie Victor "LiveIsRigged" (118 000), qui n'a visiblement pas suivi le plan habituel à une table de poker : "J'ai roulé sur les tops regs, et j'ai redonné aux fishs !" Il reviendra avec 118 000, alors que Léo Soma, l'autre membre de la Team NutsR à avoir franchi ce Day 1B, se satisfaisait de ses 73 400 : "C'est mon plus haut point de la journée. " Samuel Anclevic, en revanche, était davantage déçu : "Je suis tombé à 30 000, puis je suis remonté à 90 000. Malheureusement, j'ai perdu un pot à 75 000 en fin de journée : j'avais quinte au turn, c'est parti à tapis contre un brelan, mais il a fait la doublette river. Ma table était d'une nullité, peut-être la plus faible que j'ai eu durant ce Vegas. J'aurai voulu jouer encore six heures !" Enfin, Tom Jarry, lui, espère tout simplement "enfin gagner un gros coup au Day 2." Mais il reste en vie, et c'est bien là l'essentiel.

Chipcount partiel des Français

Victor
Julien Loire 254 000
Fabrice Bigot 167 200
Boris Berthomet 133 000
Victor "LiveIsRigged" 118 400
François Pirault 115 000
Sylvain Loosli 99 600
Jordan Pailha 95 000
Léo Soma 73 400
Abou Sy 72 900
Samuel Anclevic 53 000
Tom Jarry 47 000
Arnaud Enselme 11 400

À l'international

Akkari
348e l'an passé, 409e en 2017... Andre Akkari connait la recette pour faire un peu d'argent sur le Main Event WSOP. Sa petite cuisine lui a déjà permis de monter un stack de 126 600

Paul Michaelis 213 000
Roland Israelashvili 149 000
Kevin Rabichow 148 600
Andreas Kniep 127 800
Andre Akkari 126 000
Eric Afriat 100 500
Ben Heath 91 000
Erik Seidel 53 500
Matt Stout 43 500

La blancheur du Playmobil

Un New-Yorkais qui commence bien ses vacances dans le Nevada. Venu pour le Main Event, Patrick Hagenlocher a monté des gratte-ciels pour s’installer sur le toit de ce Day 1B. « Le coup de folie, c’est avec 1010. J’ouvre 1 200 UTG, un gars me paie en position, le flop vient KJ4 et je fais cher, 4 500. Il me paye, turn Q, je fais 21 000, plus que le pot. Il tank genre 7 minutes, puis décide de faire tapis pour 32 000 de plus. Il a brelan de valet, je fais l’As river ! » raconte le vacancier du Queens.

Patrick

« Ha oui, j’ai aussi fait deux As contre deux Rois derrière » poursuit Patrick, visiblement porté par la chance en ce lundi. Une réussite qu’il doit certainement à ce petit chien en Playmobil assis sur son stack. « Il s’appelle Bluey, c’est la première fois que je l’emmène sur un tournoi, ma fille me l’a donné avant de partir » précise Patrick, qui reviendra donc avec son chien jeudi, en possession de l’un des plus gros tapis : 332 800.

Une info de la plus haute importance est tombée aujourd'hui : elle concerne l'évolution du programme de ce Main Event. Initialement, il était prévu que les rescapés du Day 1A et deux du Day 1B se retrouvent pour un Day 2 commun, et le plan était le même pour ceux des Day 1C et D. Sauf qu'il semble que les organisateurs attendent une énorme déferlante de joueurs jeudi pour le dernier des Days 1, qui devrait battre tout les records de fréquentation pour un Day 1 du Main Event WSOP. Il a donc été décidé qu'on réunirait les survivants des trois premiers Jours 1 sur un Day 2A/B/C, et que les survivants du Jour 1D... joueraient seuls leur propre Day 2. 

Les WSOP ont également poussé les joueurs à s'inscrire si possible lors du Day 1C, pour éviter de devoir jouer sur des tables de 10 joueurs jeudi et une trop grande waiting list... Même chose pour les joueurs qui avaient prévu d'entamer le One More for One Drop jeudi : il risque de ne pas y avoir assez de place pour faire entrer tout le monde, alors s'inscrire pour le Day 1 du lendemain pourrait être une meilleure idée. 

Ce sera encore votre rendez-vous durant deux jours : 11 heures tapantes pour le Day 1C ce mardi (20 heures en France). L'affluence de la journée devrait grimper en flèche par rapport aux deux premiers Day 1, mais le package de départ, lui, reste le même : 10 000 $ de buy-in, un tapis de 60 000 jetons, un coup d'envoi aux blindes 100 / 200, et cinq niveaux de deux heures à jouer. On vous souhaite une bonne journée !

USA

Fausto & Rootsah

Vous voulez voir plus de photos ?