masquer le menu

Destins liés, rêves intacts

- 15 novembre 2021 - Par Benjo DiMeo

Vayssieres et Dumont, les deux Nicolas ont tenu bon : ils se qualifient pour les demi-finales
Leurs tapis ont chuté en deuxième moitié de journée, mais tous les espoirs sont permis
Il reste 36 joueurs et les deux Français seront à la même table lundi
Main Event (Fin du Day 6)


Nicolas Vayssieres et Nicolas Vayssieres
Grosso modo, il y a deux options. Soit vous découvrez cet article à la pause-café, vous n'avez rien suivi de la sixième journée du Main Event et vous vous dites : génial, Nico et Nico ont franchi une étape supplémentaire vers la table finale, ils ne sont plus très loin, trop cool ! Vous, vous voyez la vie en rose. L'autre option est que vous êtes resté éveillé assez tard, vous avez lu tous nos articles, et votre réaction, ça sera plutôt : fait chier, Nico et Nico sont en bas de tableau alors qu'ils étaient pas mal il y a quelques heures. Surtout le Chevre.Miel, il avait éliminé plein de monde, monté une tonne, et même accroché brièvement le totem de chip-leader. Vous, vous êtes un pessimiste.

Inutile de vous dire laquelle des deux catégories on préfère. Nicolas Vayssieres et Nicolas Dumont sont dans l'antichambre de la plus belle et la plus grosse table finale de l'année, celle du premier Main Event live organisé depuis deux ans, et c'est évidemment une nouvelle tout à fait réjouissante. Comme le disait un Antoine Goutard excité comme jaja à la conclusion de la journée : "30 blindes en demi-finales du Main Event, c'est magnifique !"

Nicolas Dumont
De nos deux Français, celui qui a le plus de raisons de voir le verre à moitié plein est Nicolas Dumont : à midi, il prenait place dans l'Amazon avec un stack de 11 blindes dégageant une forte odeur de roussi. Le champion EPT savait que quoi qu'il arrive, il allait devoir subir l'épreuve du showdown préflop. De fait, il en vivra une ribambelle. Un premier double up avec As-Valet contre Roi-10 le remettra debout. Un coin-flip favorable contre le même joueur - Raul Manzanares - le remettra sur son cheval. Derrière, Dumont repassera encore par la case coin-flip, dans un pot de 7 millions - plus que la moyenne à ce stade - qui finira encore une fois entre ses mains. S'ensuivra une période très dansante, sur le mode du swing : des hauts, des bas, encore des hauts, dont une confrontation deux As contre deux Dames juste avant de débarquer en table télé. Sa dernière main du Day 6 se révèlera couteuse : le call/muck d'une relance rivière du dominateur Ramon Collilas sur un board 4J579. L'Espagnol a montré un As-Valet correctement value betté.

Nicolas Vayssieres et Nicolas Vayssieres
"Oui, j'ai fait des swings aujourd'hui. D'habitude, j'ai une approche plus conservatrice, mais je peux aussi jouer comme ça. La table n'était pas facile. D'un côté, j'ai eu de la réussite sur les coups à tapis, mais de l'autre je n'ai pas fracassé les boards." En tout cas, 22 blindes au départ du Day 7, c'est mathématiquement deux fois mieux que 11 blindes vingt-quatre heures plus tôt. "Je saurai jouer ce stack, c'est ce que j'ai fait toute la journée. 22 BB, ce n'est pas juste un tapis pour tout mettre préflop. Je peux open, je peux 3-bet light... Je peux très bien monter à 30 ou 35 BB sans showdown." Dimanche, Nicolas Dumont est parvenu à éviter les assauts de son compatriote Nicolas Vayssieres. Lundi, les deux prendront encore place à la même table. Leurs rêves intacts, et leurs destins liés.  - Benjo

"Je réalise que ça part d'un freeroll, tout ça"

Nicolas Vayssieres
Quand on a été chipleader du Main Event, quand on a touché des millions de jetons, construit un mur de céramique pendant des heures, et qu'on finit avec un tapis qui nous classe parmi les joueurs les moins fringants du tournoi (24e sur 36 avec 28 BB), forcément, il y a de la déception dans l'air. C'est un peu le sentiment qui traversait Nicolas Vayssieres alias Chevre.Miel au moment de quitter la table TV : "Journée difficile, je suis quand même crevé. Les trois premiers niveaux, ça allait, mais les deux derniers niveaux, j'ai vraiment commencé à sentir la fatigue. Cumulé au fait que j'ai eu moins de cartes sur la fin, ça n'aide pas. C'est dur parce que quand j'avais 16 millions, j'avais deux fois la moyenne. Arrivé en table TV, j'étais vraiment card dead."

Si la première table de Nicolas était belle, ça s'est forcément un peu corsé par la suite : "Les joueurs moins bons ont été remplacés par de meilleurs joueurs, il y avait beaucoup moins de spots qu'en début de journée. Donc finalement, j'ai fait comme la veille en fin de journée, j'ai dû jouer beaucoup plus tight." C'est la grande spécificité du Main Event : le mélange des joueurs amateurs et professionnels. Chaque année y brillent des joueurs sortis de nulle part... mais en fin de course, c'est plus souvent que jamais l'expérience qui prévaut.

Même si le vainqueur du KING5 repartira quoi qu'il arrive avec 200 000 dollars minimum, la pression financière va se faire de plus en plus ressentir. "Pendant longtemps, je ne regardais pas les paliers, ou alors c'était pour mettre la pression aux autres. Sur la fin, c'était différent. Je réalise que ça part d'un freeroll tout ça, alors forcément chaque palier commence à avoir son importance. Pour demain, je sais qu'il n'y a pas d'écart de prix avant qu'on tombe à 27 joueurs, du coup je pense que j'hésiterai moins à prendre des risques. J'ai 28 blindes. Rien n'est fini."

Débarqué dans le rail en fin de soirée, Alexandre Reard, 16e en 2017 sur le Big One, avait également son avis et un petit conseil à glisser à Chèvre.Miel : "Demain est un autre jour, un jour qui vaut énormément d'argent. Le mental sera déterminant, ce sera une journée très difficile. Personne n'a l'habitude de naviguer avec autant de jetons, il faudra être vigilant, il faudra que Nico s'installe dans une bulle. Et il faudra bien dormir aussi pour être dans les meilleures conditions." - Veunstyle

La table de Nicolas et Nicolas

Siège 1 - Nicolas Vayssieres (France) 6 705 000 (28 BB)
Siège 2 - Demosthenes Kiriopoulos (USA) 24 905 000 (103 BB)
Siège 3 - Arkadi Onikoul (USA)13 450 000 (56 BB)
Siège 4 - Nicolas Dumont (France) 5 260 000 (22 BB)
Siège 5 - Alejandro Lococo (Argentine) 17 950 000 (75 BB)
Siège 6 - Philipe Pizzari Pinto (USA) 12 940 000 (54 BB)
Siège 7 - Jesse Lonis (USA) 6 259 000 (26 BB)
Siège 8 - Sean Ragozzini (UK) 13 435 000 (56 BB)
Siège 9 - Andreas Kniep (Allemagne) 11 185 000 (46 BB)

La partie débutera par le niveau 31 : blindes 120 000 / 240 000, BB ante 240 000.

Les 36 demi-finalistes

À la fin du Day 3, on avait râlé lorsque les organisateurs nous avaient embarqués dans une bulle de minuit et rallongé la journée de deux heures. Ce soir, on a été surpris qu'ils nous ne refassent pas le même coup. Cela aurait eu beaucoup plus de sens qu'il y a trois jours : 36 joueurs restants, c'est loin de l'objectif de 27 annoncé en début de journée. Vous l'avez compris : nous nous préparons à un lundi très, très long.

Jesse Lonis
24 heures après avoir entamé le Day 6 dans le haut du tableau parmi les 96 derniers joueurs, c'est dans une position moins confortable que Jesse Lonis abordera les demi-finales : 26e sur 36 avec 26 BB. 5e d'une étape WPT organisée en Floride en janvier, et presque Champion du Monde sur l'épreuve inaugurale "Covid Relief" fin septembre (runner-up), Lonis ne cherchera évidemment pas qu'à battre son meilleur score en carrière au cours du Day 7...

Norbert Koh
Son palmarès est une liste interminable de résultats dans des compétitions organisées à Macau, aux Philippines, à Singapour ou en Chine : pour ce qui semble être son premier trip à Vegas, Norbert Koh est déjà certain qu'il n'aura pas fait le voyage pour des prunes. Celui qui fut un moment chip-leader après la bulle disposera de 30 BB pour tenter de devenir le premier finaliste du Main Event originaire de Singapour.

Chase Bianchi
Avec sa barbe à la Action Brunson, Chase Bianchi a continué d'escalader le classement avec décontraction durant le Day 6. Assis derrière 86 blindes, le détenteur d'un bracelet WSOP (un 1 000 $ NLHE en 2016) est tout près du sommet.

Ramon Colillas & David Cabrera
Deux Espagnols au Day 7 : Alex de Winamax.es est aux anges, il va avoir encore plus de boulot que d'habitude (ceci n'est pas ironique : plus il bosse, plus il est content). "Cela faisait depuis 2016 qu'on avait pas eu deux joueurs en demi-finales", glisse-t-il en tapant son 37e article de la journée. Si le public francophone ne connaît probablement pas David Cabrera (350 000 $ de gains en 20 ITM), personne n'a oublié Ramon Colillas, devenu une sorte de Chris Moneymaker version espagnole en 2019 après une historique victoire à 5,1 millions de dollars sur le monumental PSPC. Célèbres ou pas, les deux ont vécu un Day 6 aussi succulent qu'une tortilla de patatas : leurs deux noms sont dans le Top 10.

Lewis Spencer
Un autre européen au départ du Day 7 : Lewis Spencer. Le Britannique se décrit sur Instagram comme joueur professionnel : dans ce cas, cela se passe probablement en ligne et/ou en cash-game puisque sa fiche Hendon Mob ne renseigne que 4 220 dollars de gains et sept résultats depuis 2016. Il entamera les demi-finales avec 40 confortables blindes.

Leur parcours s'est achevé lors du Day 6 : Stephen Chidwick (89e), Dragana Lim (64e), Jon Shoreman (54e), Nick Petrangelo (45e)

1 Hye Park (USA) 29 500 000
2 Demosthenes Kiriopolous (Canada) 24 905 000
3 Joshua Paige Remitio (USA) 21 490 000 
4 Chase Bianchi (USA) 20 765 000
5 Koray Aldemir (Autriche) 18 905 000
6 George Holmes (USA) 18 425 000
7 Ramon Colillas (Espagne) 18 200 000
8 Alejandre Lococo (Argentine) 17 950 000
9 Ugur Secilmis (Turquie) 14 700 000
10 David Cabrera (USA) 14 530 000
11 Chance Kornuth (USA) 13 654 000
12 Arkadi Onikoul (USA) 13 460 000
13 Sean Ragozzini (UK) 13 435 000
14 Jareth East (UK) 13 085 000
15 Philipe Pizzari Pinto (USA) 12 940 000
16 Andrea Kniep (Allemagne) 11 185 000
17 Matthew Jewett (USA) 10 550 000
18 Vasu Amarapu (USA) 10 290 000
19 Stephen Gerber (USA) 10 100 000
20 Jung Woo (USA) 10 029 000
21 Lewis Spencer (UK) 9 765 000
22 Robert Mitchell (USA) 7 380 000
23 Norbert Koh (Singapour) 7 265 000
24 Nicolas Vayssieres (France) 6 705 000
25 Mitchel Halverson (USA) 6 370 000
26 Jesse Lonis (USA) 6 259 000 
27 Jack Oliver (UK) 6 043 000
28 Jonathan Dwek (Canada) 5 945 000
29 Nicolas Dumont (France) 5 260 000
30 Glynn Beebe (USA) 4 415 000
31 Matthew Schulte (USA) 3 515 000
32 Denys Prydvor (Ukraine) 3 095 000
33 Matija Dobric (Croatie) 2 800 000
34 Ronnie Abro (USA) 2 490 000
35 Ruslan Dyshttein (USA) 2 200 000
36 Roogsak Griffeth (USA) 2 120 000

Les récompenses du Day 7

10e et 11e : 585 000 $
12e et 13e : 470 000 $
14e et 15e : 380 050 $
16e et 18e : 305 000 $
19e à 27e : 241 800 $ 
28e à 36e : 198 550 $

120 battements par minute

- 15 novembre 2021 - Par Benjo DiMeo

44 joueurs restants
Main Event (Day 6) - Level 29 (80 000 / 160 000) BB ante 160 000)


rail Chevre.miel
Railbird, ce n'est pas une occupation tranquille pépère. On crie, on sue, on pleure et on tremble au rythme des fluctuations des tapis de ses poulains, des cartes retournées lors des showdowns, des jetons qui s'en vont puis qui reviennent. Au sein du clan tricolore, toutes les émotions furent au menu de l'heure qui vient de s'écouler.

Dumont simple flip

nicolas.dumont
Si on parle beaucoup de Nicolas Vayssieres, et à juste titre puisqu'il fait pas mal bouger les masses, il ne faudrait pas non plus oublier Nicolas Dumont. L'autre Français de ce tournoi est d'un calme olympien et attend gentiment les bonnes confrontations pour doubler à chaque fois qu'il est à tapis. Ça tombe bien, c'est encore une fois ce qu'il a réussi à faire lors de ce niveau de reprise après le dinner break.

Le joueur Brésilien Breno Campelo s'est retrouvé bien short à tapis, avec un petit million de jetons, ce qui a cette heure bien précise, représentait un peu plus de six blindes. Nicolas Dumont fut le seul à payer... avec AA. Nico tombe contre QQ et ne va pas rencontrer trop de soucis après l'apparition d'un tableau 97622 : "même si je t'avoue, le cœur à la turn ne m'a pas rassuré." Nicolas Dumont remonte à près de 8 millions et l'espoir de deeprun toujours plus ce tournoi existe encore. 

Comme vous le voyez sur la photo, Nicolas et tous les joueurs de sa table ont eu besoin de remplir quelques petites fiches car oui, les spolight de la table TV secondaire se braqueront sur nos deux Français juste après la pause. - Veunstyle

Chevre.Miel, un coup dans l'aile

Lors de ce niveau, l'Espagnol Ramon Colillas est venu rappeler à nos deux Français qu'il faudra également compter sur lui. Après avoir limp sa petite blinde, il décide de payer la relance à 4x de Chèvre.Miel en BB. Puis sur un tableau 3QJ6J, les deux joueurs ont check le flop, avant que Ramon ne propose 1 million sur la turn et 3,2 millions sur la river. Nicolas Vayssieres va réfléchir un bon moment... avant de call ! Ramon Colillas peut sereinement retourner QJ pour le full. On pourrait croire que ce coup lui a fait très mal, mais si c'est le cas, c'est surtout dans la tête. Parce qu'en ce qui concerne son stack, il est toujours au-dessus de la barre des 10 millions de jetons. Attention en revanche à Collilas, car il pointe désormais à presque 17 millions. - Veunstyle

Nick amer

Nick Petrangelo
Avec son confrère des High Rollers Stephen Chidwick, il affichait la plus grosse Hendon Mob de tout le field restant : on a perdu Nick Petrangelo en 45e place. Un flip des plus classiques a mis fin à l'interminable odyssée short-stack de l'américain barbu : deux Valets contre le As-Dame de David Cabrera. Pour représenter la confrérie des joueurs qui aiment bien buy-in des tournois à 50 000 balles et plus, on peut encore compter sur l'Autrichien Koray Aldemir, toujours en position de force avec un tapis tournant désormais autour de 24 millions. - Benjo

Anecdotes, statistiques et citations à la con

"Putain il est énorme ce présentateur, regarde-le, il est vraiment en train de faire ça : il se gratte les couilles en passant par la poche, tout en parlant à son collègue tranquilou." - Signé : une photographe Winamax qui a rodave le mec direct en pleine séance d'auto-massage intime en public car, je cite, "j'ai deux garçons, je les connais vos méthodes." OK d'accord Caroline, mais le monsieur n'est pas présentateur, il est journaliste : il a donc l'habitude d'avoir les mains sales.

Les Français au break
Nicolas Vayssieres 11 millions
Nicolas Dumont 7,4 millions

44 joueurs restants - Tapis moyen 8,93 millions
Prochain payout 163 900 $

Ils mangent après manger

- 15 novembre 2021 - Par Benjo DiMeo

52 joueurs restants
Main Event (Day 6) - Level 29 (80 000 / 160 000) BB ante 160 000)


PokerGO équipe
75 minutes de pause-dîner, c'est toujours un poil trop court pour ceux que la Poker Kitchen des WSOP ne fait pas rêver. Résultat : c'est avec trente minutes de retard que vos reporters favoris reviennent dans l'Amazon Room. L'horloge est tombée à moins de 55 joueurs restants. Heureusement, Nicolas Dumont sera assez sympa pour nous rencarder entre deux coups. "Vous avez loupé mon double up, et Chevre.Miel qui élimine un joueur."

Pour 7 millions tu flippes

Nicolas Dumont
Commençons par Nicolas Dumont. La main est ultra simple à raconter, mais on imagine que dans le feu de l'action la tension a dû être insoutenable. "Cut-off ouvre pour 320 000, flat call du bouton. De petite blinde je shove 3,3 millions avec AQ. Le relanceur original reshove." En face : une paire de 7, Dumont joue le coin-flip le plus important de son tournoi. La pièce tombera de son côté suite à un board Dame-Valet-10-brique-rien. Pfiou ! Le champion EPT revient pile dans la moyenne, actuellement équivalente à 47 BB (un peu plus de 7 millions).

[EDIT] Je finis à peine de taper ce post que Veunstyle me Whatsapp pour annoncer que Dumont est retombé à 3,2 millions. Quelques minutes plus tard, le voilà qui court jusqu'à notre bureau : "Full double up !" Pas une seconde d'ennui en cette deuxième moitié de Day 6. - Benjo

Il continue de les rendre chèvre

Ehsan Amiri
Pendant ce temps, Nicolas Vayssieres continue de faire le boulot qui vient avec son statut de giga-stack : celui de bourreau. C'est encore l'autre Nicolas qui raconte : "J'open à 325 000, derrière ça fait call du cutoff et call du bouton. Nico squeeze pour 1,3 million de grosse blinde. Je passe, le cutoff passe, le bouton fait tapis pour 1,7 million." Évidemment, Vayssieres ne va nulle part et son As-Dame va trouver un flop As-Dame-Valet pour battre la paire de 8 d'Ehsan Amiri (photo) Rappelez-vous, on parlait de lui lors du Day 3, c'est lui qui avait éliminé Gilbert Diaz.

Nicolas Vayssieres
Entre deux coups, Chevre.Miel se lève. "C'est dingue ce qu'il a fait, non ? Il a 12 BB, il ne fait pas tapis préflop !" Étrange en effet. En tout cas, le retour de dîner se passe bien Vayssieres, qui a pu profiter d'une pause-dîner calme et solitaire dans une chambre du Rio prêtée par un ami. Parfait pour faire le vide et revenir encore plus concentré... afin d'affronter une table ayant subi pas mal d'inflation : "Avec Ramon Colillas qui vient d'arriver, on a presque tous 12 millions ou plus à la table. C'est celle où il y a le plus de jetons. Avant la pause, j'ai perdu 2 millions, je suis tombé à 12 millions, je me sentais mal. Puis au retour de la pause j'ai vu que la moyenne était de 7 millions. Avant, elle n'était pas affichée. Ça change tout de savoir ça !" - Benjo

Le passeur

Kevin Mathers
Vous ne connaissez pas forcément sa tête mais si vous suivez l'actualité du poker, vous connaissez forcément son pseudo et l'inestimable compte Twitter qui va avec : Kevmath. Encyclopédie vivante de notre jeu préféré, inlassable relais d'informations en provenance de la planète poker entière, robot connecté 24h/24 ayant réponse à tout sur tout (structures, horaires, résultats, mais aussi ragots et scandales), Kevin Mathers est sollicité par tout le monde, et il répond à tout le monde, qu'il soit un random passionné ou Daniel Negreanu. C'est simple : Kevmath est tellement réactif et exhaustif que les WSOP ont tout bonnement fini par l'embaucher afin qu'il gère leurs réseaux sociaux durant l'intégralité du festival. S'il ne fallait suivre qu'un seul compte poker, ce serait assurément le sien. - Benjo

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Jon Shoreman n'est plus. Le vétéran activiste de la scène poker européenne a vu son As-9 battu par le As-Roi d'Hye Park.

Autre élimination : celle du bon gars de Pittsburg, Nicholas Rigby, suite à un KQ joué à fond pour moins de 20 BB. En face, le As-2 de Jareth East reste en tête. Du coup, on perd aussi un rail très bruyant sur le podium TV.

49 joueurs restants - Tapis moyen 8 millions
Prochain payout 136 100 $


 

Welcome to the Men Event

- 15 novembre 2021 - Par Veunstyle72

60 joueurs restants
Main Event (Day6) - Level 28 (60 000 - 120 000) BB Ante 120 000)


Sécurity
Tout le monde dehors ! C'est l'heure d'aller manger. Les 60 derniers joueurs (dont zéro joueuse) disposent de 75 minutes pour se remplir la panse.

La dragonne a cédé

Dragana Lim
Spectaculaire, cette explosion en vol de Dragana Lim. On vient de la voir éjectée du Main Event par Mikiya Kudo aux alentours de la 65e place. Certes, son dernier coup est un bad-beat caractéristique de cette phase du tournoi (un As-Roi ne tenant pas contre As-Dame), mais il s'est joué avec une vingtaine de blindes seulement. Qu'est-il arrivé à son énorme tapis, qui culminait à 12 millions il y a un niveau seulement ? On pourrait dire que la joueuse Croate est morte comme elle a vécu : en s'engageant dans beaucoup de coups, en tentant sa chance sur des grosses confrontations préflop, en payant avec la main perdante plus souvant que jamais, et en se risquant à des gros bluffs face à des gros jeux. Pour autant, on se gardera bien de jeter la pierre à Lim, joueuse amateur récemment arrivée à Las Vegas et qui disputait le Main Event pour la première fois : la doctorante en pharmacie nous a offert un poker panache qui n'avait absolument rien de monotone et a, malgré ses carences, causé nombre de maux de tête à des adversaires plus expérimentés qu'elle. Celle qui était la dernière féminine en course remporte 95 700 ou 113 800 $, selon qu'elle ait franchi ou non le "payout jump" de la 63e place, on n'est pas encore trop sûrs. - Benjo

Chèvre.Miel, taille patron

ChevreMiel_huge
Alors qu'une bonne partie du field garde les yeux rivés sur le tableau du tournoi, attendant patiemment l'élimination d'un joueur pour gratter le premier palier à six chiffres du Main Event, les gros tapis pensent légèrement différemment et cliquent avec beaucoup d'ardeur.

Bonne nouvelle, Nicolas Vayssieres fait partie de ceux-là, puisqu'il aura même été un court instant chipleader. Un Français chipleader du Main Event des WSOP, non vous n'êtes pas en train de rêver. Ce n'est clairement pas un grand classique dans les annales du poker... et en même temps, ça ne veut encore absolument rien dire. On imagine tout de même le bouillon actuel dans la tête de Chèvre.Miel : "Je suis grand fan des WSOP, je regardais toujours les épisodes sur ESPN. Je me souviens très bien quand l'Allemand Anton Morgenstern a deeprun deux fois, été chipleader deux fois, pour finalement terminer 20e puis 22e", lâchait-il sur de lui. "Pas à moi..." 

Pour le moment, la vie est belle pour Nico, son rail du KING5 est là au quasi complet, prêt à l'encourager jusqu'au bout de la soirée, jusqu'à ce qu'il n'en reste que 27. La grande nouveauté pour le Français, c'est qu'il vient de voir arriver quelque chose devant son stack qui fait toujours plaisir : le jetons d'un million ! Compté à 16 millions, il a encore appuyé sur l'accélérateur dans ce niveau. On pourrait par exemple évoquer cette défense de BB avec 45 contre un open UTG. Le board est venu 239T6 ce qui lui offrait la quinte. Nico a check/call flop pour 650 000, et 1,2 million ensuite sur la turn, avant que son adversaire n'arrête les frais sur la river.

Cody Wiegmann
"Juste pour te dire que Chèvre.Miel vient encore de bust un mec !" Antoine Goutard est logiquement excité et est venu me rapporter l'information à grandes enjambées. Son collègue du KING5 vient de terminer Cody Wiegmann (qui venait de perdre deux paires à l'As contre deux paires de l'As juste avant, contre Lewis Spencer) avec QT contre K7. Une Q a atterri comme par enchantement sur le flop, et au revoir monsieur, au suivant. 

Dans toute cette histoire, Nicolas Dumont est toujours à table et attend patiemment que les croupiers lui offrent l'opportunité de décoller. Et en même temps, cela commence à faire un bon moment qu'il s'accroche à sa quinzaine/vingtaine de blindes. Une situation qui semble lui convenir malgré tout. - Veunstyle

Courrier international

Dans le reste du field, on notera que le chipleader actuel au dinner break est le même que celui du début de journée, l'Allemand Koray Aldemir. Il brille de mille feux en table télévisée, et ne semble pas avancer avec le frein à main : près de 20 millions de jetons lui appartiennent déjà et la journée est loin d'être terminée.

Un Brésilien est actuellement second au chipcount, à notre plus grande joie, car à chaque fois qu'il remporte un pot, toute la salle le sait. Philippe Pizzari Pinto est légèrement passé devant Nicolas Vayssieres au chipcount, avec plus de 17 millions de jetons.

Chance Kornuth
L'Espagnol Ramon Collilas, l'Américain Chase Bianci ou encore le Canadien Jonathan Dwek sont toujours dans le Top 10, alors que Chance Kornuth (photo), et Alex Goulder sont plutôt dans le milieu du tableau. Plus bas au chipcount, Nick Petrangelo va commencer à avoir besoin d'aide, car son tapis fond, ce qui est également le cas l'Australien Ehsan Amiri (l'homme que l'on suit depuis le jour 2, depuis qu'il a éliminé Gilbert Diaz) - Veunstyle

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Jetons
"Mec, tu pousses le brag à des niveaux jamais atteints." - Signé : le voisin de table de Chevre.Miel, remarquant les chip-tricks de notre Français effectués avec des jetons valant chacun un million.

"Ils font pas le même bruit, c'est plus aigu." - Signé : le reporter PokerNews Christian, à propos des fameux jetons d'un million. Ils sont plus gros mais aussi plus légers, ce qui explique la différence de sonorité. Comment ça vous vous en foutez ?

4 : Le nombre de packs de bière qui viennent d'arriver sur les gradins de la table TV. Mec, trop tôt : on part en pause-dîner, là.

Il a aussi quitté le Main Event avant le dîner : Josh Prager.

Rail Chevre.Miel
Le rail de Nicolas Vayssieres se met petit à petit en place. Si ce n'était pour
Cap Haddock, resté en France, l'équipe gagnante du KING5 serait au complet dans l'Amazon Room

This is beyond fairy tale, it's inconceivable

- 15 novembre 2021 - Par Veunstyle72

68 joueurs restants
Main Event (Day 6) - Level 27 (50 000 / 100 000 BB Ante 100 000)

Norman Chad
Un Main Event des WSOP n'est jamais tout à fait complet sans la présence de Norman Chad. Avant d'entendre sa voix (et ses punchlines pétées à propos de l'une ou l'autre de ses ex-femmes), on a pu le voir en chair et en os entre les tables du Day 6, prenant des notes à propos des joueurs qu'il s'apprêtait à commenter

La Chèvre, le Miel et les abeilles

Jetons Chevre.Miel
Et ça monte, et ça monte, et ça monte

Mais qui est ce jeune cliqueur d'Internet qui en met absolument partout à 70-80 left du Main Event WSOP, et rend fou tous ces renards américains du live ? C'est notre amateur de pizzas saveur chèvre et miel, accessoirement vainqueur du KING5 et, plus à-propos, l'un des chip-leaders actuels à 68 joueurs restants. Le jeune Français est à moitié euphorique aujourd'hui. Pas par les actes, les émotions, non : là-dessus, sa poker face ne change pas, elle en terrorise toujours plus d'un. Plutôt grâce à sa façon de jouer toujours plus agressive. Son tapis ne prend qu'une seule direction aujourd'hui: il grimpe encore et toujours. On l'a vu disputer un pot intéressant dans ce niveau. Michael Nugent a relancé à 200 000 (2bb), entrainant avec lui Nicolas Vayssieres au bouton et Bryan Braswell en SB. Un flop KT7 est checké par l'assemblée, avant que l'américain en SB n'ouvre à 475 000 sur une turn 6. Son compatriote passe, mais pas Chevre.Miel qui accepte l'invitation. La river 3complète ce tableau, et Braswell envoie une nouvelle petite sacoche 850 000. Vayssieres est embêté, mais semble ne pas vouloir rendre sa main au croupier aussi facilement. Il arrive à se convaincre au bout de quelques instants et pose la somme au milieu pour découvrir A7 chez le copain Braswell pour un flush draw au flop (plus une paire) qui n'a pas amélioré. Nicolas peut retourner sa main, 66 pour brelan trouvé à la turn... ouf, cette fois il n'avait pas !

"J'ai 55% ici, je suis obligé de call. Mais contre lui, j'avais besoin de réfléchir un peu." À chaque mauvaise décision prise, le tournoi peut également se terminer subitement. Personne ne lui en voudra de vouloir réfléchir un peu. - Veunstyle

Christopher Trang
Il subissait les foudres de Chevre.Miel depuis l'entame de la journée : Christopher Trang vient d'envoyer ses onze dernières blindes dans la direction du Français, jouant son va-tout au bouton avex K10. Vayssieres paie avec A5 et le board J-J-3-4-9 ne change rien à l'affaire. Player out !

Le préflop, une guerre pas comme les autres

Sur une autre table, l'une des dernières stars de ce jeu continue son petit bonhomme de chemin sur le tournoi, ce qui ne manque pas d'attirer l'attention des spectateurs proche du rail. Lui, c'est Nick Petrangelo, et il fut justement l'instigateur d'un coup fumant qui vient de se dérouler sur cette table. Spoiler : vous ne verrez que deux cartes, mais vous devriez beaucoup aimer.

L'Américain star est justement à l'initiative de ce pot. Il ouvre à 250 000 (2,5bb) en second de parole et son voisin ne perd pas son temps avant de le 3-bet, à 515 000, il s'agit du Tchèque Roman Hrabec. La parole arrive sur le joueur au cutoff, l'Américain George Holmes qui paie ce 3-bet en pleine froideur. On arrive sur le joueur en petite blinde, l'Américain Zachary Mcdiarmid qui tank un moment... avant de cliquer à nouveau : cette fois, ce sera tapis. Pour compter, c'est facile, il couvre tout le monde. Retour sur Petrangelo, qui va fold sa main en moins de cinq secondes. Ce sera un peu l'inverse pour Hrabec, qui va réfléchir si longtemps qu'un joueur finira pas appeler le Time contre lui. Après quelques belles minutes, il finit par rendre sa main au croupier. De l'extérieur, on aurait dit un parent qui lâche son enfant à un inconnu, le cœur totalement déchirée. Le pauvre, il devait être sexy ce As-Dame... Holmes va mettre beaucoup moins de temps à jeter face up JJ, et Zachary Mcdiarmid pouvait encaisse ce joli pot, sans avoir eu besoin de faire grand chose. Et tout ça, en pleine bulle d'un palier à 14 000 $ ! Pression, vous avez dit pression ? - Veunstyle

Les vrais savent

Josh Prager
Vanité idiote du couvreur roulant sa bosse sur le circuit depuis longtemps (trop longtemps ?) : repérer une ancienne gloire du circuit plus ou moins rangée des voitures, et qui passe donc inaperçu auprès de mes confrères arrivés plus tard dans le métier. En tant que vieux con assumé, je vous présente donc aujourd'hui Josh Prager. J'ai découvert l'Américain en 2007, pile lorsqu'il faisait irruption sur la scène live avec une belle 5e place sur l'EPT Monte Carlo - bonne pour 500 000 € de gains. Cela reste aujourd'hui son plus gros score en live, car Prager n'est pas un pro à temps plein : il est d'abord coach de tennis à Yuba City, bourgade de 60 000 habitants dans la vallée de Sacramento. De nos jours Prager ne traverse plus l'Atlantique pour se frotter aux Européens, mais sa dégaine décontractée et son attitude désinvolte - on le voit rarement jouer sans une bière ou un cocktail à portée de jetons - continuent de hanter la côte Ouest des Etats-Unis, en témoigne une victoire à 116 000 $ récoltée en Californie il y a tout juste deux ans. Arrivé au Day 6 en milieu de peloton, Prager a quelque peu degrind, en témoigne un stack de moins de 20 BB après quatre heures de jeu. - Benjo

Captain Morgan reste à quai

John Morgan
Le doyen du Day 6 nous a quittés. Réduit à 6 blindes après quatre heures de jeu, John Morgan fut plus ou moins forcé de tenter le tout pour le tout avec As-5 de coeur : il s'est heurté à un As-10 qui restera en tête. "Je vais vous manquer", a rigolé le businessman habitué des parties highstakes en prenant sa veste. - Benjo

Anecdotes, statistiques et citations à la con

1 : le nombre de chiens que l'on a aperçus se faire promener dans une poussette pour bébé dans l'Amazon Room. Un chiffre constant chaque jour depuis le début du Main Event. Vous ne nous croyez pas ? Tss, évidemment qu'on a pris la photo :

Chien


68 joueurs restants - Tapis moyen 5,78 millions
Prochain payout 95 700 $