masquer le menu

On commence à y voir plus clair

- 11 novembre 2021 - Par Benjo DiMeo

PAR ICI POUR LE CHIP-COUNT
Moins de 1 000 joueurs franchissent le Day 2CEF
Ils seront un peu plus de 2 400 au Rio pour la grande réunification du Day 3
Le contingent Français est bien fourni
Main Event (Bilan du Day 2CEF)


Labrik
"Inscrivez correctement votre nom, prénom et stack sur votre sac. Le classement sera consulté dans le pays entier !" On s'est permis de discrètement corriger le superviseur qui tenait le micro. Beau joueur, il a repris, s'adressant de nouveau à l'Amazon toute entière. "Le classement sera consulté dans le monde entier." Dans "World Series of Poker", il y a "world" ! Dans ce classement, compilant les survivants du deuxième Day 2 (qui rassemblait à la base les joueurs ayant franchi les Day 1C, 1E et 1F), on retrouvera un peu moins de 1 000 joueurs, même pas la moitié du total des partants du jour.

Bières
La tradition de la "last level beer" a évidemment été respectée


Nous attendons comme vous la publication du chip-count officiel. En attendant, nous avons repéré (avec nos ptis yeux) et noté (avec nos ptits stylos) une vingtaine de noms en fin de journée. Collectés alors qu'il restait entre zéro et trois mains à jouer, ces décomptes sont à prendre avec les pincettes qui s'imposent, mais sont pour la plupart très proches de la réalité. Bien entendu, le bilan officiel comportera bien plus de noms : avec plus de 75 joueurs à suivre sur le Day 2CEF, nous n'avons pas pu être partout !

Benjamin Souriau 480 000
Julian Milliard 400 000
Yehoram Houri 255 200
​Gilbert Diaz 242 000
Christophe Benzimra 229 000
Lionel Lacolas 220 000
Vincent Louison 220 000
Moundir (WIP) 212 500
Slimane Mameche 200 000
Ivan Deyra 177 000
Remi Ducros 172 800
Antonin Teisseire 170 000
Joffrey Estève (Qualifié Winamax) 130 000
Brice Cournut 120 000
Mickael Lacaze 120 000
Pierre De Almeida 110 000
Samy Dubonnet 100 000
Romain Lewis (Team Winamax) 78 500
Yossi Ifergan 66 000
Rosalie Petit (Stream Gang / KING5) 65 800
Louis Linard 63 000
Tristan Forge 61 000
Jean Montury 58 000
Yoh Viral 52 400
Giuseppe Zarbo 52 200
Meddi Ferrah 48 000

Si vous avez bonne mémoire, les deux noms trônant en tête du classement français provisoire vous rappeleront des souvenirs : Jullian Milliard et Benjamin Souriau avaient deep run la dernière édition du Main Event que nous avions pu couvrir, terminant respectivement en 334e et 99e place.

Des rouges limés

Wina fin du Day 2CEF
De gauche à droite : Moundir, Leo Margets, Rosalie Petit, un Yossi Ifergan qui n'avait semble-t-il pas pigé qu'il s'aigssait d'une photo spécial Wina, Romain Lewis, et le qualifié Joffrey Estève

Du côté du contingent Winamax, les nouvelles sont plus ou moins aussi grisâtres que le ciel de Las Vegas en novembre. Au cours de la journée, on a regardé partir trois pros du Team (voir plus bas) et du côté de ceux qui restent, c'est un Day 3 en mode commando qui s'annonce. Leo Margets reviendra avec 30 BB, mais préférait positiver : "J'ai presque doublé depuis hier." Romain Lewis est parti se coucher avec un tapis similaire, tout comme Rosalie Petit, talonnée par la même équipe de TF1 qui n'a pas quitté Pierre Calamusa durant toutes ces WSOP. Le qualifié Expresso Joffrey Estève, dont on vous racontait l'ascension fulgurante dans le poker dans un précédent article (il y a 18 mois, il découvrait tout juste le poker, en plein confinement), vivra pour au moins une troisième journée le rêve qu'est une participation au plus beau tournoi du monde.

Moundir nous tire vers le haut

Moundir
En définitive, c'est une fois de plus notre plus célèbre WIP qui aura vécu la meilleure journée. Voir Moundir Zoughari aller loin dans le Main Event, c'est une chose à laquelle on pourrait facilement s'habituer. En 2019, c'est par exemple l'animateur du RMC Poker Show qui s'était un temps retrouvé chipleader en milieu d'épreuve. De retour en 2021, il n'a pas encore droit aux mêmes honneurs... mais tout de même, le parcours est à saluer : Moundir a fait rentrer 212 500 jetons dans son sac ce soir, soit 88 BB, et on pense que son voisin se souviendra de lui. "En fait, on a joué coup les deux, pot 3-bet préflop et j'ai J-T. Le flop est venu AKx, il a check raise ma mise 7 000 à 18 000. J'ai payé, turn une brique, j'ai encore envoyé 15 000, il a payé et river, doublette de l'As, je fais 25 000 - avec donc rien du tout - et il me paie avec une paire de Dames. Je suis tombé à 90 000, et je peux te dire qu'ensuite... ensuite..." Ensuite on n'a pas réussi à savoir, mais à voir le petit filet de bave qui traversait son masque, on a bien compris que c'est avec le mort qu'il partait se venger : "Je lui ai beaucoup repris, il n'a pas compris tout ce qui se passait."

Ils seront aussi au Day 3 : Matt Glantz, Chris Moneymaker, Qui Nguyen, Phil Hellmuth, Robert Mizrachi, Ted Forrest, Liv Boeree, Andre Akkari, Joe Hachem, Scott Blumstein...
Leur parcours s'est arrêté au Day 2CEF : Gaëlle Baumann, Bruno Fitoussi, Cédric Adam, Guillaume Diaz, Davidi Kitai, Borja Gross, Hossen Ensan, Paul Volpe, Brandon Cantu, Kevin MacPhee, Erik Seidel, Tony Miles, Quentin Roussey...
On n'est pas sûr de leur élimination mais on craint le pire pour : Paul-François Tedeschi, Bruno Benveniste, Antoine Labat, Nicolas Dumont, Idriss Ambraisse...

Le coup de bambou de minuit

Flopper une quinte flush, c’est bien. Sur le dernier niveau de la journée d’un Day 2 Main Event, c’est le rêve. Mais perdre quand même le coup, contre - évidemment - une quinte flush supérieure trouvée sur la rivière : c’est le cauchemar qu'a vécu Samy Dubonnet

Le membre de la Team ATM a joué en effet un coup surréaliste dont la dramaturgie n’a rien à envier aux meilleurs Shakespeare. Open UTG, flat de Samy Dubonnet avec 78 qui découvre le flop d’une vie : 9TJ. Quinte flush flopée ! Samy paye le C-Bet à 7000, plutôt serein. Sur la turn K, c’est Samy qui envoie l’assaut, pour 15 000 jetons, après un check de son adversaire, qui paye la mise de Dubonnet. La river est piégeuse. Un magnifique K, sur lequel Samy place un nouveau bet, pour 20 000 jetons. L’adversaire prend deux jetons verts et renvoie 55 000 dans la tronche de Samy, qui se lève de sa chaise. « I have a straight flush on the flop ! » se lamente le Français. Stupéfaction à la table ! A-t-il vraiment touché quinte flush au flop ? S’il dit vrai, songerait-il sérieusement à la folder ? Après deux minutes de maladie, Samy finit par payer, la mort dans l’âme, et est prêt à exploser lorsque son opposant révèle la main redoutée : KQ, pour une quinte flush supérieure.

La vraie question : Comment peut-il lui rester des jetons après une telle rencontre ? Samy a perdu un bras mais recolle quelques morceaux lors de l'orbite suivante. Il reviendra miraculeusement un stack de 100 000 jetons pour poursuivre l’aventure sur ce Main Event.

Le Marc Raquil du jour

Louison
Ses collègues de la Team ATM ont aussi connu de drôles de fin de Days. Parti avec plus de 120 000, Vincent Louison a vu son stack dégringoler toute la fin de journée. « Je n’ai pas gagné une main en cinq heures » résume le Top reg, qui ne compte plus que 25 000 jetons à 30 minutes du terme. Je repasse une demi-heure plus tard et voilà que Louison trône devant de grosses pilasses oranges (5 000) et une colonne verte (25 000). "Depuis vingt minutes, il est très chaud", glisse un adversaire, fier de prononcer quelques mots français avec l'accent américain. Louison vient en effet de s'offrir la remontada de la fin de journée.

Ça commence par un flip, avec un resteal pour 18 blindes 88 contre KQ. Ça tient. Un squeeze pour remonter au-delà des quarante blindes et cinq minutes plus tard, le décollage. Open bouton de Vincent avec 74, la blinde défend et Louison découvre un flop magique 635. C-bet petit et c'est payé. 2 barrels chers sur la turn K et c'est... relancé par la grosse blinde ! Louison just call pour laisser son adversaire s'empaler, ce qu'il fera en partant à tapis sur la river A : Tapis, snap call, nuts chez le Français, ça muck en face et Louison s'envole. Il se permettra même un petit brelan de 4 pour ponctuer cette fin de journée indécente : Il "bag" 210 000 jetons pour le Day 3. Ah, et au fait, c'est son premier Vegas !

Dans un style plus direct, le troisième larron de la Team ATM Mickael Lacaze trouve deux as contre deux rois en fin de journée pour "bagguer" 120 000 jetons.

La danse de King Julian

Il courrait déjà à un bon rythme depuis le début de journée. Il a terminé en marchant sur la table. Julian Milliard a acceléré en fin de Day pour enchainer les pots gros et petits, avec toutes sortes de mains, monstres et merguez. "J'ai gagné beaucoup de mains avec pas grand chose" affirme le Français, qui se refuse à prononcer le mot "bluff" à côté de ses voisins de tables "J'en ai mis un peu partout, j'ai joué très aggro. C'est en fin de Day qu'on peut faire des différences". Résultat des courses : 400 000 jetons à baguer pour le Day 3. A première vue, c'est bien lui qui mène la délégation tricolore de ce Day 2CEF.

Yehoram Houri
Journée tranquille pour Yehoram Houri, qui aura fait gonfler son tapis à plus de 255 000. Une belle rencontre entre sa paire de 4 et la paire de Roi d'un adversaire, sur un flop contenant un 4, lui aura permis de s'envoler aujourd'hui

Chris Moneymaker
Parmi les chip-leaders... un certain Chris Moneymaker, et oui ! Si l'on en croit le reportage officiel des WSOP, le vainqueur du Main Event 2003 (et initiateur involontaire du boom du poker) a bénéficié d'une belle dose de chatte sur la table TV secondaire

Qui Nguyen
Quatre autres anciens Champions du Monde ont franchi ce Day 2CEF : Qui Nguyen (photo), Scott Blumstein, Phil Hellmuth, et Joe Hachem. On a revanche dit "à la prochaine" à Hossen Ensan et Scotty Nguyen

Table TV
Barry Greenstein et Erik Lindgren ont passé une bonne partie de la journée en table TV. Ils seront tous deux au Day 3

Restez branchés pour le classement complet du Day 2CEF, que nous publierons dès que possible. Sinon, rendez-vous jeudi à 20h (heure française) pour la grande réunificiation du Day 3 : tous les joueurs encore en course - ils sont moins de 2 500 - vont combattre pour la première fois en simultané, réunis dans les salles Amazon, Pavillion et Brasilia. Et n'oubliez pas un détour par la galerie photo pour découvrir des tonnes de photos inédites !

Blindes au départ du Day 3 : 1 200 / 2 400 BB ante 2 400
 

Day 2CEF : le bilan chiffré

- 11 novembre 2021 - Par Benjo DiMeo

Vegas

Day 2CEF : 1 900 joueurs environ / 922 restants (dont 42 Français)
Chipleader : Conrad De Armas (USA) 744 000

CLIQUEZ ICI POUR LE CLASSEMENT COMPLET ET DÉFINITIF DU DAY 2CEF

CLIQUEZ ICI POUR LE CLASSEMENT COMPLET DU DAY 2ABD

Top 10

Conrad De Armas (USA) 744 000
Adam Walton (USA) 673 100
Keyu Qu (USa) 664 900
Cameron Mitchell (USA) 642 000
Daniel Lowery (USA) 625 600
Jorge Arriola (USA) 594 200
Matt Glantz (USA) 580 000
Artan Dedusha (UK) 577 100
Aristeidis Mischonas (Grèce) 555 400
Daniel Soltys (USA) 540 700

Paris
42 Français

32. Axel Hallay 412 900
39. Johan Martinet 393 600
44. Benjamin Souriau 386 000
47. Julian Milliard-Feral 382 500
86. Robin Guillaumot 333 000
94. Antoine Labat 323 000
95. Freddy Darakjian 322 100
107. Nicolas Dumont 306 900
148. Jean-Luc Adam 268 400
184. Jack Melki 246 300

191. Gilbert Diaz 242 000
211. Roger Tondeur 232 000
213. Vincent Louison 230 100
218. Christophe Benzimra 229 600
254. Moundir (WIP) 212 500
278. Slimane Mameche 201 100
353. Ivan Deyra 177 000
366. Remi Ducros 172 800
375. Antonin Teisseire 169 500
379. Sonny Franco 168 000

431. Oliver Posati 151 700
440. José Astima 148 700
447. Fabien Motte 146 900
467. Pierre Merlin 141 000
469. Pierre De Almeida 140 800
565. Brice Cournut 118 500
610. Joffrey Estève (Qualifié Winamax) 107 200
617. Arnaud Mattern 106 000
631. Samy Dubonnet 103 100
647. Arthur Conan 98 600

660. Mickael Lacaze 95 900
715. Franck Kalfon 81 000
725. Romain Lewis (Team Winamax) 78 500
777. Yossef Ifergan 66 000
780. Rosalie Petit (KING5) 65 800
793. Louis Linard 63 300
796. Tristan Forge 61 000
816. Jean Montury 55 000
825. Johan "Yoh Viral" Guilbert 52 400
826. Giuseppe Zarbo 52 200

850. Meddi Ferrah 44 200
871. Grégoire Boissenot 40 600

Porn
Le reste du field (sélection)

11. Chris Moneymaker (USA) 531 600
17. Qui Nguyen (USA) 479 100
26. Victor Ramdin (USA) 437 400
105. Robert Mizrachi (USA) 311 300
106. Dietrich Fast (Autriche) 310 900
114. Ted Forrest (USA) 298 100
126. Liv Boeree (UK) 289 500
180. Barry Greenstein (USA) 248 300
260. Ramon Colillas (Espagne) 210 000
349. Josh Arieh (USA) 177 800
394. Erick Lindgren (USA) 163 100
448. Andre Akkari (Brésil) 146 900
551. JC Tran (USA) 121 100
653. Ole Schemion 97 000
697. Andy Black 86 600
735. Leo Margets (Espagne, Team Winamax) 77 200
746. Eli Elezra (Israël) 74 700
809. Felipe Ramos (Brésil) 57 000
833. Scott Blumstein (USA) 50 800
834. Joe Hachem (Australie) 50 800
899. Phil Hellmuth 25 400

Blindes au départ du Day 3 : 1 200 / 2 400, ante 2 400

WSOP : le coverage Winamax

Un Génie miné

- 11 novembre 2021 - Par Benjo DiMeo

Main Event (Day 2CEF) - Level 10 (1 000 / 2 000 BB ante 2 000)

Willie
Malgré les heures qui s'accumulent, Willie garde le sourire : lui et ses collègues n'ont plus qu'une grosse heure à bosser ce soir

Davidi a un feeling

Davidi Kitai
Depuis sa chambre d'hôtel où il pourra prendre le temps de réfléchir, Davidi Kitai, éliminé de ce tournoi, a le sentiment d'être tombé sur un phénomène rare. Un joueur pas facile à oublier, notamment en raison de son patronyme : Jake Daniel : "Il est fou. Et pour perfer sur ce tournoi, il faut être un peu fou. Il a parlé à table, il a commencé à dire qu'il avait vendu sa société pour 40 millions de dollars. Ce sont des paroles importantes sur un tel tournoi." On a pigé : ce joueur - déjà croisé dans l'émission Poker After Dark, actuellement diffusée par PokerGO - est là pour le plaisir, celui qui accompagne l'absence de pression financière. "Le problème, c'est qu'il a parlé de ça un peu tard. J'ai eu un spot contre lui un peu plus tôt avec deux paires max... si j'avais su qu'il était si riche, je n'aurais jamais passé." Finalement, c'est ce même Jake Daniel qui s'est chargé de Davidi, avec deux paires pour notre Belge... contre brelan chez l'Américain. "Pour une fois, il avait une main... il avait déjà disputé au moins deux gros bluffs, avec environ 0 équité, et c'était passé, il avait montré à chaque fois." La recette du succès n'est peut-être pas aussi alcoolisée que celle proposée par Jake Daniel, mais elle lui permettra de shooter quelques adversaires, de mettre une pression folle sur plus d'un qualifié terrorisé... un profil parfait pour un bon épisode ESPN dans quelques jours à venir. On parie qu'on trinquera bientôt à sa santé ? - Veunstyle

Petit spew, gros gain

L'une des dernières héritières du KING5 profite pleinement de son ticket freeroll remporté sur les tables de Winamax.fr : Rosalie Petit a été comptée à plus de 200 000 jetons après un petit setup des familles qui fait plus plaisir ici que sur "Le Sud vs le Reste du monde", le fameux AA vs AK ! On en rêve de ce setup dans une vie sur le Main Event WSOP, on l'envie, on le prie, et il a déjà fini par arrivé chez 4bettencourt. Ce joueur qui était pourtant monté à plus de 450 000 jetons a "complètement craqué derrière", précisait Rosalie. "Dès qu'il a pu, il a tout mis, c'était fou". Il y a ceux qui veulent gagner le tournoi au jour 2, et il y a ceux qui ont compris que rien ne servait de courir. De surcroit, c'est peut-être un détail pour vous, mais je suis que pour elle, ça veut dire beaucoup : Rosalie est suivie par la journaliste de TF1, celle qui s'occupait de Pierre Calamusa depuis un mois. Pierre a bust et cette journaliste a donc complètement jeté son dévolu sur mademoiselle. Pour le moment, le reportage commence bien... - Veunstyle

Astima dans le grand bain

José Astima
C’est un des néophytes éclairés de ce Main Event. Mis en lumière lors du WPTDS Bruxelles, où il terminait runner up derrière Danny Van Zijp, Jose Astima n’a pas vraiment eu l’occasion de confirmer l'essai sur le circuit Live. Récemment, on l’avait croisé au Club Montmartre, avec un petit deep run lors de l’APO 2500. Mais cette fois, c’est à Las Vegas, sur le plus gros tournoi du monde que José est en train de creuser son trou.

Arrivé il y a deux jours en compagnie de son poto Paul-François Tedeschi, José Astima vit sa première dans la capitale mondiale du jeu. A peine le temps de se remettre du décalage horaire, il découvre la tension du Main Event. José passe la première épreuve avec mention, terminant avec un peu moins de deux stacks de départ. Mais sur ce Day 2, José a du s’armer de patience. « J’avais une table facile mais je n’ai touché rien de fou » résume le joueur… Jusqu’à ce superbe set up. Un enchainement de raises pré-flops, où José va jusqu’à pousser le tapis, avec deux rois. En face, son adversaire tient AK. Pas d’as sur le board et José s’envole au delà des 200 000 jetons. Patience et longueur de temps… - Fausto

Coup de timbale pour Yoh viral

Yoh Viral
Le Youtubeur français s’était invité dans la locomotive de ce Day 2. Il vient d’en être brutalement éjecté. Une river salasse a fait dérailler le récent braqueur des casinos chypriotes… Mais Johan Guilbert tient toujours debout et son moral est loin d’être entamé par ce coup.

Open du cut-off à 2 400 et Yoh découvre deux Rois rouges en SB. 3bet à 8 200, ce à quoi son adversaire riposte par un 4-bet à 22 000. Just call chez le joueur français. Sur le flop 1075, l’agresseur ralentit et check derrière Guilbert, qui repasse à l’attaque sur la turn 5. 27 000 payé par son opposant. La river est un 8 et après un temps de réflexion, Yoh Viral envoie la sauce et demande le tapis adverse, qu'il couvre. Malheureusement pour lui, son opposant tient 88 pour un full river qui entaille sévèrement le stack du joueur-vidéaste. Plutôt que de monter à près de 400 000 jetons, Yoh tombe sous les 100 000. Il reprendra quelques pions sur l’orbite suivante pour revenir à près de 120 000, soit un peu moins de 80 blindes. - Fausto

Wazo touché en plein bluff

Il planait haut dans le ciel de ce Main Event, esquivant les balles avec l’aisance qu’on lui connait. Mais sur un énième tir adverse, Maitre Wazo a tenté une acrobatie et y a laissé quelques plumes.

On joue alors l’ultime main de l’avant dernier niveau. UTG limp 1600, Quentin Roussey voit deux huit et limp également. Il compte alors 160 000 jetons. Un autre joueur se joint à la fête mais le bouton augmente les enchères à 10 000. UTG fold, Quentin paye ainsi que le joueur en MP.

Le flop vient 1076 et Wazo fait face à un C-Bet de 11 000 jetons. Il paye et se retrouve en heads-up face à son agresseur, qui attaque encore sur la turn J. 21 000 pour suivre. Avec ses bloqueurs, Wazo opte pour un check-raise à 56 000. Mauvais timing : Quentin prend un tapis dans le bec, et n’a d’autres choix que de passer. Il revient à 70 000 jetons, à l’aube du dernier niveau de la journée. - Fausto

Hallay à l’aise

Axel Hallay
Compagnon de voyage de Quentin Roussey, Axel Hallay connaît lui meilleure fortune sur cette fin de day. « J’ai touché plusieurs nuts, j’ai fait brelan contre top paire… j’ai run comme un dieu pendant une heure » raconte le runner-up du WSOP Deepstack 2019. De quoi monter un superstack de 250 000 jetons, soit 125 blindes à l’entame du dernier niveau. Et le grinder ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. « Je suis tombé sur une table full ricain, très friendly. Ca joue un poker ABC, des moves tranquilles, tout va bien ! ».

Troisième larron de la bande, Pierre Merlin vient lui aussi d’atteindre son pic de la journée. « J’ai gagné un flip sur le Main Event, je suis content ! » s’enthousiasme L’enchanteur. Faisant face à un resteal à 17 blindes du bouton, Pierre s’est réveillé avec deux dix qui ont tenu face aux AK adverse. Il enchaine derrière par quelques petits pots pour passer la barre des 110 000 jetons. - Fausto

Réunification

Lee Davy
C'est un nom et un prénom que vous connaissez sûrement si vous avez l'habitude de lire la presse poker en langue anglaise : Lee Davy. Depuis plus de dix ans, l'Anglais épluche inlassablement l'actualité de notre jeu préféré à travers articles, interviews, podcasts et vidéo. Un "couvreur" de longue date, donc, mais s'il a fait le déplacement à Vegas depuis le Texas (où il réside désormais), ce n'est pas seulement à cause des WSOP. Non, il avait une bien meilleure raison : retrouver son fils Jude qui a, comme tant d'autres citoyens anglais et européens, sauté dans le premier avion depuis Londres dès le lundi 8 novembre, et enfin pu renouer avec son papa. - Benjo

Le Gross busta

Borja Gross
Un Team Pro à terre ! Après Guillaume Diaz, Gaëlle Baumann et Davidi Kita, au tour de Borja Gross de mordre la poussière qui parsème la moquette de l'Amazon Room. Pas décontenancé, le premier Top Shark espagnol a immédiatement sauté dans le Stud High-Low à 1 500 $ dont le Day 1 a été lancé en milieu d'après midi. Pour représenter le Team sur la fin du Day 2CEF, ne restent donc plus que Leo Margets et Romain Lewis. - Benjo

Le Main Event de l'ère Covid se porte bien, merci pour lui

- 11 novembre 2021 - Par Benjo DiMeo

L'affluence sur le plus gros tournoi du monde est en baisse, mais reste tout à fait robuste compte tenu des circonstances
Main Event (Day 2CEF) - Level 9 (800 / 1 600 BB ante 1 600)


Moto
Les sondages l'ont prouvé : en cas de victoire, 76 % des participants au Main Event s'achèteraient aussitôt une moto

On les attendait, ils sont arrivés : les chiffres officiels et définitifs du Main Event. Voyons voir...

6 650 inscrits : la baisse est nette depuis la dernière édition en live (8 589 joueurs en 2019), mais elle n'est ni dramatique ni surprenante compte tenu du contexte. 22 % de baisse, cela correspond à peu près à ce à quoi on s'attendait après avoir observé des baisses comparables sur les autres grosses épreuves de No-Limit Hold'em au programme cette année. Bref, le Main Event se porte bien.

62 011 250 $ de dotation : c'est supérieur à ce qui est distribué sur des compétitions sportives telle que Wimbledon, l'US Open ou encore le Superbowl.

Affluence WSOP
Comparé à ses prédecesseurs de l'ère moderne, le Main Event post-Covid n'a pas à rougir du tout


Un petit heads-up à 3,7 millions de dollars

Argent
Marronnier indéboulonnable des WSOP : se plaindre de l'échelle des prix sur le Main Event. Et cette édition ne déroge pas à la règle, bien au contraire, offrant quantité de grain à moudre aux détracteurs en proposant une première place valant presque le double de la seconde (rappel utile : les deals ne sont pas autorisés aux WSOP) et des écarts oscillant entre le riquiqui (9e à 7e place) et le Grand Canyon (9 et 10e place). Un début d'explication ? Une tradition sur l'ère moderne des WSOP est de payer chaque finaliste au moins un million de dollars... ce qui oblige à quelques contorsions financières lorsque l'on souhaite dans le même temps payer 15 % des joueurs, alors qu'on se contentait de 10 % il y a dix ans.

Mille joueurs seront payés et vous l'avez lu ici en premier : après consultation de nos modèles statistiques, il y a fort à parier que la bulle éclatera durant le premier ou le second niveau du Day 4.
 

Rang Prix
Vainqueur 8 000 000 $
2 4 300 000 $
3 3 000 000 $
4 2 300 000 $
5 1 800 000 $
6 1 400 000 $
7 1 225 000 $
8 1 100000 $
9 1 000 000 $
10-11 585 000 $
12-13 470 000 $
14-15 380 050 $
16-18 305 000 $
19-27 241 800 $
28-36 198 550 $
37-45 163 900 $
46-54 136 100 $
55-63 113 800 $
64-72 95 700 $
73-81 81 000 $
82-90 68 900 $
91-99 59 000 $
100-162 50 900 $
163-208 44 200 $
209-225 44 200 $
226-288 38 600 $
289-351 33 900 $
352-414 30 000 $
415-477 26 700 $
478-505 23 900 $
506-540 23 900 $
541-603 21 600 $
604-666 20 000 $
667-828 17 500 $
829-1000 15 000 $

Anecdotes, statistiques et citations à la con

5,4 millions : en dollars, le prélèvement (rake) appliqué par le groupe Caesar's Entertainment sur la dotation du Main Event. C'est une constante sur le plus gros tournoi du monde : chaque année, les organisateurs sont assurés de faire mieux que la seconde place.

Ils ne verront pas la couleur de l'argent sur le Main Event : Scotty N'Guyen, Brandon Adams, Cédric Adam, Erik Cajelais, Jean-Paul Pasqualini, Bruno Fitoussi, Tony Miles, Brandon Cantu, Mike Watson...

One chip, one chair, one room : tous les joueurs encore en course dans le Day 2CEF sont désormais réunis sous le même toit, celui de l'Amazon Room.

On va manger des chips, t'entends ?

- 11 novembre 2021 - Par Benjo DiMeo

Main Event (Day 2CEF) - Level 8 (600 / 1 200 BB ante 1 200)

Croupiers
Trois niveaux sont derrière nous : c'est l'heure d'aller manger. Ce soir, on va retrouver avec plaisir Rincon de Buenos Aires, notre cantine argentine préférée en banlieue de Vegas. Parfait pour reprendre des forces avant les quatre dernières heures du Day 2CEF. Mais avant de passer à table, les dernières nouvelles fraîches.

Cours de respect, par le Pr. Petit

Rosalie Petit
Il ne faut pas énerver Rosalie Petit. Tombée à 15 000 jetons en début de Day 2, la membre du Stream Gang Winamax (et membre de l'équipe gagnante du KING5 2021) a sorti les crocs pour revenir dans la course. « Je leur ai fait comprendre que femme ne veut pas dire paillasson » résume Rosalie.

Tout commence avec une défense de grosse blinde avec paire de cinq. La grindeuse trouve brelan sur un flop 592 et check raise à tapis. En face, son adversaire tient un autre monstre : KJ. Les dieux du poker vont alors jouer avec les émotions de Rosalie. Un 10 sur la turn pour compléter la flush adverse et un autre 10 pour donner full : Petit revient à 35000 jetons et reprend la marche en avant.

« J’avais le cœur qui palpitait au moment de tomber short stack mais là, je suis dans un bon rythme. Il y a un joueur qui voulait s’essuyer les pieds sur mes blindes, je lui ai pris deux trois coups post-flops. Et mon voisin a voulu me 3-bet deux fois, je lui ai envoyé le 4-bet tapis deux fois » détaille la joueuse. De retour à plus 75 000 jetons, Rosalie a repris du stack, mais surtout une bonne dose de confiance.

Et au fait, on n'a pas entendu parler d’Antoine Goutard, grinder de renom et compagnon de Rosalie, lui aussi vainqueur du KING5 2021. « Il a sauté dès le Day 1 malheureusement, explique Rosalie. Il me disait « C’est le plus beau tournoi du monde, mais le pire tournoi de ma vie. Il n’a vu aucune main et s’est fait éliminer sur une rencontre standard. Mais il est de retour aujourd’hui sur le Little One for One Drop ». Et un Goutard revanchard, ça peut faire mal. - Fausto

Pas ça Benaissa

Benaissa
Ravi de pouvoir apporter des nouvelles satisfaisantes d'un nouveau joueur Français, on a rapidement déchanté en quelques instants après un coup de poker qui vaut cher. Sofian Benaissa trônait derrière un tapis plutôt correct d'environ 145 000, lorsqu'un flop T74 a fait son apparition. C'est précisément à ce moment qu'on a pu récupérer le coup en cours : trois joueurs au flop, donk bet 3 000 de Sofian qui était en BB, relance à 9 500 d'un joueur au CO, l'Américain Chase Fredensburg. Le temps s'arrête un moment sur le joueur au bouton, qui va finalement passer. C'est au Français de parler, et il va rapidement s'emparer de trois nouveaux jetons, pour faire monter les enchères à 35 000. C'est désormais Chase qui tank un peu... avant d'annoncer tapis, pour plus de 200 000 jetons. Sofian ne réfléchit pas longtemps et pousse le reste de son stack, quelque chose comme 145 000 donc... messieurs les jeux, on en peux plus : 1010 pour l'Américain pour top set, contre 75 chez l'habitué du Es-Saadi de Marrakech, pour pair et flush draw. La turn A n'apporte pas de changement, alors qu'un 7 est déroulé river. Sofian sert le poing... avant de réaliser environ 1,5 seconde plus tard que son adversaire venait de faire full house. Un Français de plus qui ne gagnera pas le Main Event cette année. - Veunstyle

Pas de coup de barre pour Julian Milliard

Julian Milliard Feral
On l’avait découvert il y a deux ans sur ce même tournoi, puisqu’il était l’un des derniers français en lice, au Day 5 du Main Event. Evidemment, Julian Milliard-Feral n’a pas oublié. « C’était un beau run, mais honnêtement, j’étais mort physiquement et mentalement. J’ai vraiment balancé mes jetons » confie le joueur de Cash game High Stakes. A 300 left d’un Main Event, de tels agissements peuvent nourrir des regrets. Et visiblement Julian a pris le temps d’y réfléchir.

« Cette fois, je suis bien plus prêt qu’il y a deux ans. J’ai plus d’endurance, de mental et de patience et je saurai mieux gérer mon stack ». Ses récentes performances semblent en témoigner. 5e d’un 10 000 $ de 1 328 joueurs au Wynn en avril dernier, Julian Milliard faisait péter une perf à plus de 456 000 $. « Cette fois, j’ai su saisir ma chance et je n’ai pas plié sous la pression » commente celui qui réside à Miami. En aura-t-il une autre sur le Main Event ? Pour l’instant, ça démarre pas mal. Julian a trouvé un double up massif suite à un 3-bet en SB avec A2. Patrick Lacy a payé au bouton et les deux joueurs ont vu un flop Q106. C-bet chérot à 25 000 chez Milliard, tapis 100 000 chez Lacy, payé par Julian, qui cherche donc un troisième cœur. Il ne le trouvera pas, mais doublera quand même puisque son adversaire tenait K9. Un peu plus de 200 000 jetons pour le jeune grinder de haute limites. - Fausto

Un vieux singe qui fait la grimace

Brice Cournut
Il faut croire que la passion ne s'éteint jamais complètement. Même si cela fait bien longtemps qu'il n'est plus un visage que l'on croise régulièrement sur le circuit live, même si sa fiche Hendon Mob renvoie désormais vers une Error 404, Brice Cournut ne dit pas non à une grosse compétition de temps en temps. Jouée en totale détente, on le devine, car l'ancien régulier des cercles parisiens (et finaliste du Partouche Poker Tour en 2008) a depuis atteint d'autres sommets dans des sphères bien différentes. Littéralement, car Cournut a passé quelques années dans les cabines de jets privés après avoir passé sa licence de pilote. Et figurativement, car il a fondé en 2015 Staffmatch, une agence d'intérim 2.0 qui a levé trois ans plus tard la somme de 3 millions d'euros pour se lancer à l'international. Présentement, Cournut tente de garder les pieds sur terre et de décrocher un contrat longue durée sur un Main Event qu'il a rejoint en toute dernière minute, au départ du Day 2. "Je suis arrivé hier, il n'y avait plus d'autre vol disponible ! Je n'ai pas eu le courage de jouer la fin du Day 1, j'ai préféré commencer aujourd'hui."

La dernière participation de Cournut sur le Main Event remonte à 2017. C'est donc sans surprise qu'on l'entend nous résumer sa table en les termes suivants : "Ils sont tous bons, c'est dur !" Et Cournut de nous raconter un hero call de l'espace d'un joueur muni de hauteur As sur un board de type Roi-Valet-8-9-2 après des mises et autres check/raises sur le flop, le turn et la rivière. "Le mec a pris 80 000, l'autre était en tilt complet. Quand je vois ça, je me dis que je n'ai plus le niveau !" Une minute plus tard Cournut défend sa grosse blinde face au bouton et check/call 2 000 sur un flop 1072. Le turn est un A et Cournut sort du bois avec une de 4 400. Son adversaire abandonne immédiatement. Pas si rouillé que ça on dirait, l'ex-reg Cournut. - Benjo

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Ivan Deyra commence à se la croustiller. "J'ai trouvé deux 3 au bouton, la Gironde, évidemment, ça a touché. Ça vient QJ3, le mec en face avait AsDame, plutôt pas mal comme flop". Un tapis payé plus tard, l'ex Team Pro a plus de 100 000 jetons.

"J'aime pas les sushis, mais ils veulent aller manger des sushis, alors je vais manger des sushis." - Signé : un reporter Winamax qui regrette déjà d'avoir accepté l'invitation d'un groupe de joueurs au lieu d'aller bouffer argentin avec nous.

Phil Hellmuth
La table TV streamée sur PokerGO est ouverte. On y retrouve (sans réelle surprise) Phil Hellmuth, actuellement assis derrière un stack honnête de 116 300