masquer le menu

Préparez vous à frémir

- 13 novembre 2021 - Par Veunstyle72

292 joueurs, dont 9 Français, avancent au Day 5
Main Event (Fin du Day 4)


Jetons
Si l'on se représentait le Main Event comme une casserole remplie d'eau posée sur une cuisinière (si si, imaginez), alors cela ferait à peine deux minutes que l'on a ouvert le gaz. Les premières bulles commencent seulement à apparaître sur les parois. Jeudi soir, les 1 000 joueurs ayant franchi la bulle sont entrés dans un nouveau tournoi : celui où disparaît une partie de la pression financière, celui où l'on est assuré d'être récompensé - plus ou moins bien - de ses efforts. Samedi, les 292 survivants en débuteront encore un autre. Ils entameront un tournoi à taille humaine, comme on peut en jouer tous les jours dans des tas de casinos du Strip. Un tournoi où l'on peut se lever et voir autour de soi non pas les océans de joueurs d'une salle pleine à craquer, mais juste une poignée de tables, où chaque visage est bien visible. 33 tables, très exactement. Parmi ces 292 joueurs, il y en a beaucoup qui vont commencer à croire que l'impossible est possible, que la dernière de ces tables est à portée de main, que leurs quinze minutes de gloire en streaming sont à portée de main. Et comment leur en vouloir ? Ils ont déjà fait mieux que 95 % de leurs 6 650 adversaires. Mais on suppose qu'aucun n'oubliera que les 5 % restants vont leur demander autant de temps, d'énergie, et de talent qu'ils n'ont déjà dû en fournir jusqu'ici.

Comme toujours avec les journées post-bulle, le Day 4 fut celui ayant enregistré le plus fort taux d'éliminations. 70 %, rien que ça. Des centaines de short-stacks ont logiquement et rapidement quitté le tournoi en début d'après-midi, plus ou moins déçus mais conscients qu'ils n'avaient que peu de chances de s'en sortir. Quelques-uns ont réussi à passer entre les fourches caudines des assauts des chip-leaders, tandis qu'au sommet, quelques-uns de ces gros stacks chutait brutalement. Un seul exemple suffira, celui de Jessica Cai : partie ce matin en première position parmi mille joueurs, elle disparaîtra en rase campagne en 430e place. Pourquoi ? Selon elle : des flips, des flips, des flips. Ah oui, c'est vrai : il ne faut pas que du talent pour gagner à ce jeu.

Demain, la casserole va commencer à frémir. Qui sont ceux qui, d'ici au mercredi 17 novembre, la feront bouillir ? On vous présente quelques-uns des candidats. - Benjo

Clan Français : la preuve par 9

Cocorico, messieurs-dames ! Nos neuf derniers survivants français ont mis sur le dernier niveau de la journée. À l’instar de Kortex et de Chèvre Miel, les grinders ont sonné la charge, avec un rush dans le money time pour surgir parmi les top stacks de ce Main Event. Le reste de la délégation n’est pas mal non plus : Sur les 9 survivants tricolores (ils étaient 32 à midi), tous débuteront le Day 5 avec 40 blindes ou quasi.

Chevre.Miel
Porte-drapeau de la délégation, Nicolas Vayssieres a eu la main particulièrement chaude sur cette fin de Day. Deux brelans dans les deux dernières orbites, dont un superbe 77 qui a trouvé brelan sur un flop Q74 pour déstacker son adversaire qui tenait deux as. Dans la foulée, il éliminait un short stack avec AQ contre AJ pour boucler la journée avec 2 790 000 jetons. Le dernier larron du King 5 reviendra demain pour un Day 5 de Main Event avec plus de 110 blindes.

Grosse fin de journée aussi pour Clément Van Driessche. « J’ai eu un petit rush sur la fin » confesse l’homme fort de la Team Nutsr. Kortex a attiré les jetons dans les dernières minutes, en s’offrant même une balle de chipleader, qu’il aurait converti si son adversaire n’avait pas trouvé un fold de l’espace. Clément défend 96 en grosse blinde sur un open en EP et paye deux barrels sur un board 10728, avant de check/raise tapis sur la river 4. Visiblement touché par la grâce des dieux du poker, il trouvera le fold en montrant 88, pour un brelan que peu auraient lâché. Van Driessch prend tout de même un large pot pour culminer désormais à 2 600 000 jetons.

Sur la table voisine, Julian Milliard a boxé toute la fin de journée avec son nouveau copain Stephen Chidwick. Les deux joueurs High Stakes se sont envoyés de belles torgnoles, qui ont d’abord fait très mal à notre Français, mais Milliard est un dur à cuire. Le Tricolore a repris sa marche en avant pour pointer lui aussi à 2 600 000.

Nicolas Dumont est posté juste derrière avec 2,2 millions de jetons. Le vainqueur EPT a tranquillement géré sa belle masse de jetons suite à son full floppé avec 6-4.

<À quelques encablures de ce quatuor, Pierre De Almeida a passé le flip qu’il fallait avec AQ contre 99 pour retrouver le million et demi qu’il avait atteint en milieu de journée. Jean-Luc Adam est surement l’un des derniers joueurs encore en course sur ce Main Event à pouvoir prétendre à un deuxième bracelet WSOP sur cette édition 2021. Avec 1,5 million de jetons, il aura même une grosse soixantaine de blindes pour manœuvrer sur le Day 5. Idem pour Johan Martinet, dont la machine a été légèrement enrayée sur le dernier niveau, sans trop de gravité.

Arnaud Mattern
Légèrement en dessous de la moyenne, Arnaud Mattern et Ivan Deyra n’ont pas non plus à s’alarmer, ni à rougir de leur prestation. Le premier n’a pas vu grand-chose de la journée et a trouvé les spots pour se maintenir à un stack plus que raisonnable, tandis qu’Ivan Deyra a esquivé les balles avec une intuition qui en dit long sur sa forme du moment. Après son fold inspiré avec KJ sur un board AKJ4, il a trouvé un nouveau fold de l’espace avec 55 sur un board 5JK10, face au chipleader, qui avouera en fin de journée tenir Q9.

23 Français ont quitté le Day 4 sans jetons mais avec des lots de consolations compris entre 15 000 et 34 000 $. Vous n'aurez qu'à scroller cette page pour découvrir ce qu'il est advenu de Kool Shen, Slimane Mamèche, Franck Kalfon, Sonny Franco, Romain Lewis, Yehoram Houri et les autres. GG all ! - Fausto

Vous connaissez le chip-leader

Ramon Collilas
Le contingent international est représenté par quelques pointures du milieu, avec en tête de lice, un joueur venant d'Espagne : Ramon Colillas termine avec 5 millions de jetons tout rond, ce qui fait de lui le chipleader de ce Main Event. Un chip-leader à 300 restants immédiatement reconnaissable : la chose n'est pas fréquente sur le plus gros tournoi du monde. "Et encore, j'ai eu plus... j'ai perdu 800 000 à la fin, j'ai payé un tapis avec A-J, il avait deux Dames... mais bon, je ne vais pas me plaindre." Le vainqueur du PSPC aux Bahamas en 2019 - 5,1 millions dans la poche et un gros contrat de sponsoring dans la foulée - s'est pris pour Fernando Alonso, son compatriote en Formule1. Une machine qui avance tout droit sans jamais s'arrêter et sans aucune pitié pour les autres.

"Il a eu une très belle table tout du long, sans qu'elle ne casse jamais", ajoutait Alex notre collègue espagnol, forcément beaucoup plus proche de son joueur que nous, "Ses adversaires ont fait beaucoup d'erreurs, et c'est surtout comme ça qu'il a bati son gros stack, à la force du poignet, rien d'autre". Pas de gros coups à tapis préflop très peu de showdown, Ramon Colillas fut d'une précision chirugicale et sera un adversaire redoutable pour la suite. - Veuntsyle

Chidwick, sérial perfeur

Stephen Chidwick
Dans le reste du field, inutile de préciser que la présence d'un Stephen Chidwick à 4,37 millions est également une grosse nouvelle. L'Anglais s'est éclaté toute la journée, et pourra remercier Julian Milliard pour le combat que le Français lui a offert en fin de journée. Les deux joueurs ont bien boxé, disputant notamment un gros pot qui a tourné en la faveur de l'ancien numéro 1 mondial. Lui aussi est plus que chirurgical, déstabilisant à souhait lorsqu'il vous fixe du regard sans jamais cligner des yeux, parfaitement caché derrière un masque qu'il porte toute la journée sur le nez. On a pris l'habitude de le voir dérouler sur des compétitions plus chères et avec moins de joueurs, mais on connait bien évidemment sa capacité à s'extirper de fields bien plus conséquents comme celui-ci. S'il y a quelques joueurs à peine que tout le monde devrait craindre, lui en fait forcément partie.

Parmi les autres visages familiers, on notera les qualifications de l'Américaine Marle Cordeiro (302 000), Steve Zolotow (310 000) ou encore Matthew Waxman (289 000)... sans oublier que deux anciens champions du monde sont toujours en course. Chris Moneymaker a énormément fait le yoyo en table télévisée toute la journée, et boucle son parcours du jour avec 621 000 jetons, alors que Qui Nguyen a terminé au dessus du million.

Au rayon des joueurs un peu plus anonymes, ceux qui tentent de se faire un nom grâce à une perf' mémorable, on pourrait cliquer sur Stephen Song, dont on vous parlait en début de journée, et qui termine Top 3 avec pres de 4,5 millions. Dragana Lim est toujours l'une des derniers femmes en course, et elle n'a pas changé de rythme, terminant avec plus de 3,8 millions, de quoi la placer dans le Top 10 du jour. Chance Kornuth (2,7 millions), Toby Lewis (2,6 millions) ou Jason Koon (1,3 milion) sont tout autant de joueurs qu'il faudra surveiller de près...

Leur rêve a pris fin aujourd'hui :
314e - Garry Hasson
327e - Ben Yu
347e - Anton Wigg
348e - Andre Akkari
350e - Alex Livingston
388e - Barry Greenstein
408e - Kitty Kuo
428e - Gianluca Sperenza
432e - Chris Moorman
439e - Tim Reilly
452e - Leo Margets
493e - Andrew Talbot 
503e - Mike Matusow
523e - Will Failla
530e - Victor Ramdin
554e - Harrison Gimbel
557e - Christian Pham
576e - Bart Lybaert
577e - Ronnie Bardah
604e - Chris Vogelsang
681e - Jared Bleznick
688e - David Williams
708e - Sergio Coutinho
718e - Robert Mizrachi
723e - Garry Gates
730e - Dietrich Fast
733e - Billy Baxter
805e - Roland Israelashvili
830e - Eric Mizrachi
844e - Martin Jacobson
868e - Samantha Abernathy
910e - Mark Newhouse
938e - Kathy Liebert
971e - Mustapha Kanit
 

Jean-Luc Adam
Il fait son bonhomme de chemin, sans faire de vagues, mais avec efficacité : vainqueur du Super Seniors il y a deux semaines, Jean-Luc Adam a réussi à transformer un stack tendu de 272 000 en un "above average" 1,5 million

Dragana Lim
Repérée avant la bulle avec un stack qui n'en finissait pas de monter Dragana Lim a poursuivi son ascension aujourd'hui : demain, elle entamera une nouvelle journée dans le club des plus gros stacks. Son palmarès des plus atypiques (trois ITM sur des cent balles il y un siècle, une finale sur un 10K en mars, et c'est tout) va-t-il bientôt accueillir une ligne ultra-prestigieuse ? On a hâte de savoir

Steve Zolotow
Au chapitre des joueurs ultra old-school, j'appelle Steve Zolotow : 2,9 millions de dollars de gains depuis 1984, et deux bracelets dont un en Poker Chinois (!). Son stack est moins impressionnant que son palmarès : une douzaine de blindes à tout casser

Qui Nguyen
Avec Chris Moneymaker (qui a perdu pas mal de plumes), Qui Nguyen est une boussole pour tous les joueurs encore en course, ayant déjà vécu l'expérience intégrale du Main Event en 2016. Il sera au Day 5 légèrement en dessous de la moyenne


Tapis moyen : 1,35 million
Blindes au départ du Day 5 : 12 000 / 24 000 BB ante 24 000
Coup d'envoi samedi à midi (21h en France)