masquer le menu

Good Morning Vegas : Kevin Gerhart, qui peut te battre ?

- 4 novembre 2021 - Par Rootsah

Un doublé (et un quatrième bracelet au total) pour Kevin Gehrart, cinq joueurs en quête de la reconnaissance ultime dans le Poker Players Championship, un Français qui brille au Wynn... Récit d'un mercredi encore bien rempli.

Le doublé du jour

 Kevin GerhartIl est signé Kevin Gerhart, second joueur du festival (le premier, c’était Anthony Zinno) à remporter deux bracelets d’affilée. Nous avons affaire à un véritable spécialiste des variantes : seulement dix jours après son sacre sur le H.O.R.S.E label Championship, c’est en Pot-Limit Omaha High-Low qu’il a de nouveau frappé, devançant 724 inscrits sur une épreuve tarifée un peu plus bas (1 500 balles). « C’est complètement dingue », a lâché Gerhart au micro de PokerNews peu après un duel final victorieux face à Dustin Dirksen. « C’est irréel et c’est plus que tout ce que j’aurais pu imaginer. Tous ces formats différents sont bien plus fun à jouer que le No-Limit Hold’em. » Mais le PLO joué en haut et en bas, qu’a-t-il de particulier ? « C’est un jeu de pression, il faut en mettre un maximum sur ses adversaires, les pousser à jeter leurs mains. Les pourcentages sont toujours très serrés, donc si jouer à fond te donne ne serait-ce qu’un soupçon d’edge, il ne faut pas hésiter. » Prenons par exemple cette dernière main, ou Gerhat engagea le tapis de Dirksen avec K10108 sur un board 926JK : il n’était pas en value ! « Je pouvais représenter Dame-10 et lui faire jeter une main moins bonne, mais en fait j’ai transformé ma top paire en bluff et il m’a snap-call [avec QJ75, NDLR]. Évidemment, en le voyant payer aussi vite, je pensais être mort. Je n’ai pas retourné mes cartes avec un air triomphal, c’est certain. »

Si vous aussi vous souhaitez tout casser dans les formats exotiques, Gerhart a en tête une bonne école : la partie à 80$/160$, anciennement jouée au Wynn et désormais organisée au tout nouveau Resorts World. « C’est là que je peux tester des idées et affronter quotidiennement quelques-uns des meilleurs joueurs de Vegas, ce qui m’a définitivement aidé. »

Crédit photo : WSOP.com

Le Français du jour de la veille

EychenneOn vous en a déjà parlé au début de ces WSOP (et on l'a un peu zappé hier en raison du bracelet gagné par Jean-Luc Adam) : Thomas Eychenne est l'un des Français à suivre sur les tournois vegassiens. S'il lui manque encore LA grosse perf' live qui ferait passer sa carrière dans une autre dimension, il vient cependant de s'en rapprocher ce mardi : le résident maltais, qui avait récemment raconté sur sa chaine Youtube qu'il avait échoué près de l'argent sur ses trois derniers tournois, a terminé ce week-end 6e du Championship à 3 500 $ (le Main Event, quoi) des Wynn Fall Classic dans le casino éponyme, l'un des plus gros tournois annexes aux WSOP, hors High Rollers. Jugez plutôt : 1 775 entrées, un prizepool de 5 724 375 $ (presque deux fois le garanti) et environ 800 000 $ réservés au vainqueur ! Thomas, 2e en jetons à 33 joueurs restants, a malheureusement subi un sale coup en finale qui l'a empéché de faire mieux... Il encaisse tout de même 153 127 $ en récompense de ses efforts, ce qui est tout simplement la meilleure perf' française à Vegas hors WSOP depuis la fin septembre et aussi le plus gros cash en live de sa carrière, de très loin, pour sa 5e place payées de l'automne à Sin City. À noter qu'un autre Français, Hassan Fares, termine 11e de ce tournoi pour 73 518 $, quatre places derrière Chris Moorman (7e), mais devant Brian Hastings (18e), Matt Waxman (20e), Michael Gathy (32e), Thomas Boivin (66e), Alex Reard (76e), Sonny Franco (107e), Arnaud Enselme (109e), Arthur Conan (162e) ou encore Samy Dubonnet (177e) et qu'un certain Jeremy Kottler s'est imposé pour 643 267 $ après un deal à trois.

La très grosse finale du jour
 

Chip Reese triophy
Crédit photo - PokerGO

Cela fait déjà quatre jours que les meilleurs joueurs s'écharpent sur dix variantes pour remporter l'un des titres les plus prestigieux de l'année, celui qui sacre le joueur le plus complet : celui du Poker Players Championship à 50 000 $, qui a enfin livré le casting de sa finale à cinq. Avant de vous le présenter, il faut savoir que Mike Wattel (10e), Daniel Negreanu (9e), Nick Schulman (8e), Matt Glantz (7e, qui a bust... 4 heures après la sortir de Schulman) et Josh Arieh (6e) ont été les cinq joueurs éliminés lors du Day 4 (qui avait commencé avec dix joueurs, oui), tous ITM pour un minimum de 82 623 $. Ils ne peuvent plus convoiter le trophée Chip Reese, au contraire des cinq finalistes.
 


Évidemment, il y aura du lourd pour aller chercher les 954 020 $ promis au vainqueur, alors que tous sont assurés de 211 235 $  : le chipleader Eli Elezra, déjà en tête au début du Day 4, suivi au classement par Paul Volpe, enfin à la fête après des WSOP discrets, Chris Brewer, Dan "Jungleman" Cates et le très en forme Ryan Leng, plutôt shortstack : il disposera tout de même de 17 blindes sur les jeux de No Limit et de Pot Limit, et d'environ 14 Big Bets sur les autres jeux. Un line-up qui pèse tout de même dix bracelets WSOP dont quatre pour Eli Elezra, un de plus que Leng et Volpe.  Alors que les écarts de tapis sont resserrés entre les quatre premiers du classement, bien malin qui pourrait prédire le futur vainqueur de ce tournoi... À suivre vendredi dès 1h du mat' en France et sur PokerGO.

Les tweets du jour
 

Vous voulez savoir comment Dan Smith a grimpé les marches menant vers le sommet des parties High-Stakes ? Voici un récap express et intense.
10 000 balles, ça fait cher la sieste...
T'inquiète Matt, ça finira par passer...
Vous comptez jouer le Main Event qui débute ce vendredi ? Déroulez ce thread pour une liste des choses à ne PAS faire.

Jeudi 4 novembre : demandez le Main Event !

Main Event
Une longue attente prend fin aujourd’hui. Après plus de deux ans d’absence, la plus belle, la plus ancienne et la plus grosse compétition de poker de la planète est de retour. C’est donc forcément un Main Event particulier qui nous attend, et pas seulement parce qu’il proposera un record de six journées de départ, dont deux ajoutées en dernière minute afin de pouvoir accueillir le contingent de joueurs étrangers pour qui les frontières des USA vont enfin s’ouvrir à partir du lundi 8 novembre.

Quelle affluence pour le premier Main Event WSOP de l’ère Covid ? Bien malin sera celui qui pourra le prédire : tout est possible. Les pronostiqueurs pessimistes tableront sur une baisse allant de « légère » à « forte » par rapport à 2019 (8 569 joueurs, le record de 2006 avait failli être battu), en se basant à la fois sur les chiffres enregistrés sur les épreuves qui se sont tenues jusqu’ici et le fait que pas mal d’étrangers vont passer leur tour, échaudés par l’idée de démarrer un tournoi à 10 000 $ avec un massif décalage horaire dans la tronche. Mais on en connaît aussi qui ont envie de croire qu’après une si longue période à ronger leur frein, l’excitation et l’impatience auront raison des doutes de milliers de joueurs : eux en sont convaincus, cette édition 2021 sera la plus belle de l’histoire des WSOP. Cette grande question de l’affluence, elle va trouver un début de réponse ce soir avec la tenue du Day 1A, dont le coup d’envoi sera donné à 11 heures (20 heures en France). Les joueurs du Team Winamax les plus pressés de retrouver le Big One ? Ils se nomment Pierre Calamusa et Mustapha Kanit. Ils seront les premiers à profiter d’une structure unique au monde : un tapis presque infini de 60 000 jetons, des niveaux XXL de 120 minutes, et un level plancher de 100/200, ante 200 pour démarrer le marathon. Miam !

Le dernier des Top Sharks François Pirault aurait bien voulu jouer le Day 1A lui aussi, mais il aura une très bonne raison de retarder son entrée : On_the_Road sera retenu par le Day 2 du Mini Main Event à 1 000 $, qu’il entamera déjà ITM et avec un tapis de 17 BB. Parmi les 282 survivants (sur un total de 3 823 inscrits), on repère aussi Martin Jacobson, Matthieu Rodriguez, Julien Perouse, Florian Guimond et, tout en bas de tableau, Freddy Caisson. Il y a près d’un demi-million de dollars à aller chercher sur cette version low-cost du Main Event.

Le Salute to Warrios à 500 $ et sa finale assez random nous intéresseront moins. Du côté du PLO High-Low au format Championship, c’est sans surprise un très beau casting qui se pressera sur la ligne de départ du Day 2, avec 101 joueurs dont Brian Hastings (chip-leader s’il vous plaît), Nick Schulman, Felipe Ramos, Anthony Zinno, Erik Seidel, Josh Arieh, Shaun Deeb, mais pas David Benyamine et Joao Vieira, tous deux éliminés dès le premier tour. Vendredi, la grosse affaire sera bien entendu la finale du Poker Players Championship, dont on vous a déjà causé plus haut

Benjo et Rootsah