Good Morning Vegas : un week-end de finales françaises

- 25 octobre 2021 - Par Flegmatic

Ivan, David, Arthur et Adrien ont porté haut les couleurs de notre drapeau ces trois derniers jours dans l'Amazon Room, sans parvenir encore à décrocher ce fichu bracelet. Retour sur un week-end riche en bleu, blanc et rouge.

Les finales du week-end : des Français partout !

Ivan DeyraEt une, et deux et trois finales ! Le clan français a de nouveau fait parler la poudre ce week-end, plaçant quatre de ses représentants autour des dernières tables de tournois aux profils bien différents : un Pot-Limit Omaha à 1 500 $, le H.O.R.S.E. Championship à 10 000 $ et un tournoi Freezeout de No-Limit Hold'em à 2 500 $. Qui plus est, et contrairement à Jérémy Malod, qui nous avait pris par surprise il y a tout juste deux semaines, les quatre joueurs à l'honneur dans ce paragraphe font partie des figures de proue du poker tricolore. Commençons par celui qui a ouvert le bal dans la nuit de vendredi à samedi : Ivan Deyra. Bien placé au départ du Day 3 de l'Event #39 joué en PLO, avec le troisième tapis des cinq derniers prétendants au titre, au coude à coude avec Tommy Le et non loin derrière le leader Josh Arieh, ValueMerguez a connu ce que l'on est en droit d'appeler "une journée sans". Le Girondin a semble-t-il perdu la majorité des coups dans lesquels il s'est engagé, assistant à la lente fonte de son tapis jusqu'à tomber short stack et envoyer la boîte avec une main dominée face à un Josh Arieh qui ne s'est pas privé de le cueillir sur sa route vers le titre. Sa troisième finale WSOP lui permet de signer son cinquième meilleur résultat en live, une quatrième place qui laisse forcément des regrets, même dans une variante qu'Ivan maîtrise moins, mais bonne pour près de 65 000 $.

David BenyamineSe jouait en parallèle le Day 3 de l'une des épreuves les plus prestigieuses au programme cet automne, le HORSE Championship, avec en selle deux superstars françaises, d'autant plus de l'autre côté de l'Atlantique : le néo-quarantenaire et membre de la short list pour la prochaine nomination au Poker Hall of Fame Bertrand Grospellier et de notre valeur sûre à nous depuis une quinzaine d'années dès que l'on parle de Mixed Games, David Benyamine. Alors que ElkY échouait à la bulle de la dernière table (10e, 26 171 $), le plus Américain des Français parvenait lui à rallier une 17e finale WSOP, la deuxième en 2021, avec un tapis confortable le plaçant dans le quatuor de tête, en compagnie de pointures comme Jake Schwartz, Benny Glaser, Brandon Shack-Harris, Eddie Blumenthal, Chris Vitch ou encore Bryce Yockey. À partir de là, une férouche résistance démarre du côté des short stacks, qui ne donne lieu qu'à une seule élimination en plus de trois heures de jeu, celle de Benny Glaser. Le statu quo reprend alors, plusieurs joueurs tombés très bas trouvant le moyen de remonter... jusqu'à ce que vienne le tour de David Benyamine. D'abord malmené en Stud, il finit par rendre les armes suite à deux coups de Stud Hi-Lo perdus contre Eddie Blumenthal. Sa huitième place lui rapporte 38 035 $, qui ne tarderont pas à être réinvestis sur une nouvelle épreuve Championship au programme cette semaine, en attendant ce qui sera le point culminant de son automne : le Poker Players Championship à 50 000 $ qui débute dimanche.

Adrien DelmasMais la plus belle perf' du week-end est donc venue en No-Limit Hold'em, sur le Freezeout à 2 500 $. Cerise sur le gâteau : elle est double ! Tous deux membres de la génération dorée de grinders rompus aux joutes online, Arthur Conan et Adrien Delmas ont poussé le bouchon jusqu'en cinquième (86 757 $) et troisième place (161 731 $), au milieu de presque 900 entrants. En finale, les deux potos ont connu des trajectoires radicalement opposées. Tombé sous les dix blindes après avoir démarré la TF dans le camp des short stacks, le Top Shark 2018 a remporté le lancer de pièce de la survie avant d'effectuer une remontada de folie, doublant contre Sergi Reixach avant de remporter le pot du chiplead face à l'Espagnol. Une montée en puissance qui sera fatale à Arthur, sorti par le Londonien dans une confrontation préflop paire de 9 contre paire de 7. Alors largement en tête, Adrien subit plusieurs coups d'arrêt jusqu'à perdre une main décisive en 3-handed face à Carlos Chang avec overpaire (de Rois) contre couleur floppée. Deux ans après un passage éclair en finale d'une épreuve Shootout, l'ancien membre du Team Winamax a cette fois réussi à faire durer le suspense et explose au passage son plus gros gain en live. Le tout, en devenant le sixième Français à monter sur un podium depuis le début de ces WSOP. Nos compatriotes sont chauds bouillant : il va bien finir par arriver ce bracelet !

Crédit photos Ivan Deyra et David Benyamine - PokerGO.com

Les tweets du week-end

La fameuse, la légendaire "Coupe du Monde des Joueurs de Poker" est de retour ! Allez les Bleus, ramenez-la nous à la maison.

Joue la comme Pierrot.

Non, les croupiers des World Series ne sont décidément pas les plus expérimentés.

On pensait qu'il allait disparaître à jamais à cause/grâce au Covid, mais non, ce diable de poker à dix joueurs par table est ressorti de sa tombe pour venir de nouveau terroriser (et ennuyer à mourir) les joueurs de Las Vegas.

Alors que revoilà Tom Dwan... mais en Californie ! Pour l'heure, durrrr semble bien plus occupé et intéressé à jouer des partie high stakes en Californie avec un autre joueur qui manque terriblement à ces WSOP, Phil Ivey, que certaines rumeurs pointent du doigt comme non-vacciné. Autant dire que de là à voir ces deux légendes faire le trajet jusqu'au Rio, il y a un pas que nous ne franchirons pas.

La vidéo vintage du jour, qui permet de se rendre compte qu'il y a 62 ans, Vegas n'avait pas grand-chose de "Fabulous".

Lundi 25 octobre : demandez le programme !

Rio

Crédit photo - PokerGO.com

Après avoir tant vibré à distance sur tous ces exploits français, que peut-on bien attendre de ce lundi ? Eh bien potentiellement beaucoup de belles choses ma bonne dame, à commencer par l'Event #46, un Deepstack à 800 $ entamé avec un peu plus de 2 000 joueurs et qui se terminera cette nuit. Au casting des 120 derniers joueurs, par ailleurs dans l'argent depuis un bon moment, on retrouve deux Français, Mathieu Papineau (47e) et Florian Ribouchon (84e), ce dernier signant là son quatrième ITM de l'automne. Au bout du chemin : un premier prix de 214 830 $. Eux devront encore un peu cravacher pour espérer repartir avec un petit quelque chose, il s'agit des 82 joueurs ayant franchi le Day 1 du Freezeout à 5 000 $. Les mieux placés au chipcount côté tricolore se nomment Benjamin Chalot (2e), Alexandre Réard (12e) et Julian Milliard-Feral (38e), tandis que Yoh_Viral (70e), Arthur Conan (72e) et un Romain  Lewis épié par les caméras de Dans la Tête d'un Pro (80e) ferment la marche et auront fort à faire pour rallier l'une des 64 places payées. Ce sera quoi qu'il arrive une longue journée, qui ne se terminera que quand seront connus les cinq derniers finalistes.

Ce ne sera pas le cas du Double Stack à 1 000 $, qui a animé le week-end avec ses deux journées de départ, dont le Day 2 s'est terminé aujourd'hui avec 149 joueurs et qui doit apparemment s'étaler sur trois jours supplémentaires. Derrière le chipleader Jeff Platt, nous surveillerons tout particulièrement Antoine Saout (21e), ainsi que Samy Dubonnet (123e) et Arnaud Enselme (134e). Le PLO Championship a lui trouvé ses trois dernières tables, sans que n'y figure aucun Français (ni dans le reste des places payées d'ailleurs) mais une poignée de têtes d'affiche comme Dan Zack, Tomme Le, Dylan Linde, Mike Matusow, Eli Elezra ou encore Jeremy Ausmus.

Un mot enfin sur les épreuves du jour, une nouvelle fois aux antipodes l'une de l'autre : le seul Shootout à l'affiche cette année, accessible pour 1 500 $ et le Championship de Deuce to Seven Lowball Single Draw.