masquer le menu

[ITW] Florian Guimond : 'J'ai fait un gros tout droit !'

- 22 octobre 2021 - Par Rootsah

Guimond
Plutôt habitué aux coups d'éclat en ligne depuis Londres, où il est un membre éminent de la bande des grinders français installés à Wimbledon, Florian Guimond s'est offert son premier gros séjour à Vegas pour disputer les WSOP de l'après-Covid. Il a bien fait : dès son deuxième tournoi à Sin City, l'Arlésien a signé sa meilleure perf' en carrière en montant sur le podium du 800 $ Deepstack devant plus de 2 700 joueurs. Un baptême du feu à cinq chiffres (124 671 $ très précisément) pour celui qui a déjà remporté plusieurs majors sur Wina. Joint par téléphone entre deux tournois, Florian revient sur ce deep run fort en émotions et raconte son séjour à Vegas au sein du clan tricolore.

Sur Wina, on te connait sous plusieurs pseudos successifs : 50KforVegas, miichel59266 et Potamophobe notamment, avec lesquels tu as gagné deux magnums Series, un Main Event et le Sunday Surprise, entre autres. Mais pour ceux qui viennent juste de te découvrir à l'occasion de ces WSOP, faisons d'abord les présentations.

J'ai commencé le poker grâce à des amis pendant mes études en école d'ingénieur. Cela fait deux ans que je suis passé professionnel et je suis maintenant coach sur Spinforwin. Concernant mon activité de joueur, je fais trois ou quatre sessions en ligne par semaine en moyenne, seulement en MTT : je joue les plus gros buy-ins du .fr, et sur le .com je grind les MTT de 50 à 1 000 $. Je pratique uniquement le Texas Hold’em : mes potes ont essayé de me faire jouer le Deuce to Seven Triple Draw des WSOP il y a quelques jours, mais je reste concentré sur le Hold’em... Pour les variantes, on verra plus tard.

Et c’est donc en Hold’em que tu t’es illustré dès ton arrivée aux Championnats du Monde, en atteignant la troisième place de l'Event #33.

En fait, j'étais arrivé deux jours plus tôt, pour prendre possession d'une villa avec des amis. Il y a Maxime Chilaud, Matthieu Rodriguez, François Pirault, et deux joueurs de cash-game, Ulysse Harry et Thibault Letort. Ce 800 $ était un très beau tournoi, et tout s’est très bien passé, même si au dinner break du Day 1 il ne me restait que 15 blindes. Mais après, j’ai fait un gros “tout droit” ! Je n’ai pas perdu un coup à tapis, j’ai fini le Day 1 avec deux fois la moyenne, et c’était pareil au Day 2 jusqu’à trois joueurs restants. Là, c’est devenu complètement fou, car la phase en 3-handed a été très longue : il y a eu plusieurs all-in and call où à chaque fois le short stack doublait. À la fin, j'ai un peu manqué de réussite pour aller chercher le bracelet : j’ai perdu un coup avec As-Roi contre Dame-Valet pour 80% des jetons… Alors le soir même, j’étais un peu déçu, c’était très dur et frustrant car il y a une énorme différence en termes de gains [la première place valait 269 478 $, NDLR] mais aussi en terme de reconnaissance. Mais dès le lendemain, j’étais content, j’ai reçu plein de messages de félicitations, et 124 000 dollars c’est tout de même une très grosse somme. On est sorti fêter ça avec mes colocs !

Guimond5Tu as déjà perfé sur quelques tournois live depuis le début de ta carrière, notamment sur le circuit français. Mais on imagine que tu n’avais jamais rien vécu d'aussi exaltant à une table de poker.

Ça n’a rien à voir. C’est mon premier gros deep run sur un tournoi international, avec le bracelet au bout et beaucoup d’argent à gagner... Après c’est un peu dommage, on devait terminer le Day 2 à cinq joueurs restants, puis jouer la finale sur la table TV principale en direct sur PokerGO le lendemain. Sauf que le tournoi s'est achevé le soir même, à l’arrache. Il y avait une bonne dizaine de mes potes pour me soutenir dans le rail, mais on jouait sur la table annexe au plateau télé…

Pourquoi avoir décidé de tenter l'aventure à Vegas cette année ?

J'étais déjà venu il y a deux ans, j’avais gagné un package en ligne. Mais je n’étais resté que quinze jours et j'avais très peu de bankroll. Depuis, j’ai progressé, mon capital aussi, et c’est donc la première fois que je viens en tant que pro. En ce qui concerne la quarantaine hors de l'Europe, j’étais presque content que ce soit obligatoire : je me suis fait deux semaines de vacances au Mexique avec des amis. J’ai vraiment kiffé, j’ai visité plein d’endroits cools. Nous ne sommes pas restés à Playa del Carmen comme l’ont fait la plupart des joueurs français. D'ailleurs, on a tout de même un gros contingent de Français à Vegas, entre les expats maltais, londoniens et cambodgiens. On peut faire un très bel été. Il y a aussi quelques joueurs amateurs, mais pas beaucoup, seulement ceux qui pouvaient se permettre de prendre deux semaines de vacances avant les WSOP.

Justement, l'absence d'une partie du pool européen a-t-elle un impact sur le niveau global aux tables ?

Pour l’instant, je n’ai fait que deux tournois, le 800 $ et le Monster Stack [interview réalisée mercredi soir, NDLR], et le niveau est extrêmement faible. Mais apparemment, rien n’a changé par rapport aux années précédentes. Les fields sont peut-être un peu plus beaux en moyenne car il y a moins d’Européens, mais je ne pense pas que cela fasse une grosse différence. Il y a beaucoup d’amateurs américains. J’ai été briefé par mes potes qui ont plus d’expérience à Vegas, et c’est vraiment un monde à part, différent des fields online ou live en Europe. Il faut vraiment s’adapter et c’est compliqué : la plupart des joueurs vont être hyper tight, mais t’en a toujours un ou deux qui seront complètement fous, sans oublier les craquages possibles de ces mecs serrure, qui vont se lancer dans un bluff de malade sans savoir pourquoi. C’est très dur à analyser, c’est là que des joueurs très forts en poker live comme Alex Réard, Sonny Franco ou Ivan Deyra font la différence.

Guimond masquéComment se passe la vie à Vegas en ce moment ? On peut profiter à fond de la ville malgré les restrictions sanitaires ?

Ils sont hyper stricts au niveau des masques dans le casino : ils sont obligatoires partout, sauf quand on est assis à table. Moi et la plupart de mes potes jouons d'ailleurs avec le masque, c’est bien pour dissimuler des tells, et comme en plus la clim' est fraîche ce n'est pas plus mal ! Je n’ai eu vent d’aucun cas de Covid ici, tout le monde est vacciné, je pense que les risques sont minimes. Sinon, on a fait les magasins, et il faut aussi porter le masque dans le centre commercial. Les boîtes de nuit sont ouvertes, et là on peut y enlever le masque à l’entrée.

Quelle est la suite de ton programme ?

Je reste presque un mois à Vegas, jusqu’au 22 novembre. À la base, je devais jouer les tournois entre 500 et 3 000 $, plus mon premier Main Event, ça faisait environ 50 000 $ de buy-in, en incluant les très beaux tournois annexes au Wynn et au Venetian. Mais je pense que je vais me croustiller le 6-Max Championship à 10 000 $, qui va être incroyable. J’ai vraiment hâte aussi de faire le 3 000 $ 6-Max. On ne se rend pas forcément compte, mais jouer sur Winamax donne vraiment beaucoup d’edge aux Français sur ce format. On sera plus à l’aise sur les ranges, sur les 3-bets au bouton, dans les pots 3-bets en général, sur les défenses depuis la grosse blinde… Plein de micro-détails sur lesquels on est plus expérimentés. Sinon, je vais aussi faire des petites activités annexes : j’ai bien envie d’aller à l'Atelier de Joël Robuchon, de tester le golf. Mais soyons honnêtes, mon programme restera très focalisé sur le poker !

Après cette première grosse perf', comment vois-tu la suite de ta carrière, du haut de tes 27 ans ?

Ce n’est que le début, mais je compte continuer à mon rythme et mes buy-ins actuels, avec quelques tournois à 10K. Franchir l’étape au-dessus est très compliqué et exigerait énormément de travail, de bankroll, de rigueur… de tout ! Je préfère exceller dans des buy-ins jusqu’à 5K ou 10K, sans jouer les 25K et les 50K, et profiter aussi un peu de ma vie à côté. Avoir une vie uniquement axée sur le travail nécessaire pour jouer ce type de tournois Highroller n’est pas mon ambition. Pour l'après-Vegas, ce sera peut-être l’EPT Prague, si j’ai encore faim de live. Et l'année prochaine, je compte faire le package classique du joueur de poker : circuit EPT plus les WSOP !

On souhaite bonne chance à "La Twice" en espérant qu'il continue sur sa lancée à Sin City !

Suivez les Bleus aux WSOP avec le coverage Winamax