masquer le menu

Good Morning Vegas : une soirée 100 % regs

- 8 octobre 2021 - Par Rootsah

Trois vainqueurs ont ajouté leurs noms au palmarès des WSOP jeudi soir. Chacun à leur façon, ils faisaient déjà partie de l'histoire du poker...

La perf' du jour : Koon, un nom de moins sur la liste


Koon
Il l'a fait, enfin ! (Crédit photo : PokerGo)

À chaque entame de WSOP c’est la même rengaine : on sait que Pokernews va nous pondre l’un de ses marronniers favoris, à savoir un papier sur le thème de « qui-c’est-les-meilleurs-joueurs-à-n’avoir-jamais-gagné-un-bracelet. » (mais on ne s'en lasse pas, hein). Parmi les gamblers régulièrement mentionnés (notamment dans la plus récente édition de l'article), le nom de Jason Koon revenait toujours aux côtés des Dan Smith et autres Steve O'Dwyer. Car il faut dire que depuis quelques années, l’Américain fait partie de ceux qui ont le plus profité de la déferlante des parties high stakes jouées en Asie ou organisées par Triton Poker : sans faire de vagues, sagement installé au milieu des Phil Ivey, Tom Dwan ou autres Paul Phua, le natif de Virginie-Occidentale est devenu l’une des figures incontournables de ces cash-games où les millions de dollars (hong-kongais le plus souvent) passent de main en main devant les caméras du monde entier, mais aussi un régulier des plus gros tournois Highroller de la planète. Songez qu’outre les fortunes accumulées en cash-game (il a gagné le plus gros pot de l’histoire du CG télévisé, 2 090 000 €), Koon occupe la 9e position de la All-Time Money List, avec plus de 32 millions de dollars de gains banqués en tournois live dont 17 titres, presque tous énormes. Une anomalie, donc, dans la liste des joueurs sans bracelets WSOP. Jusqu’à hier soir.

Car Jason Koon a fait en sorte que son patronyme n'apparaisse plus jamais dans le marronnier de Pokernews, en remportant le prestigieux Heads-up Championship à 25 000 $. Un tournoi extrêmement relevé, où l'on ne peut triompher sans talent. Alors certes, Koon semble avoir bénéficié d’un tableau plutôt favorable : pour aller au bout, il a successivement éliminé Chris Brewer, Nicolas Morris, Johannes Becker, Jack Daniels (ça ne s’invente pas), le spécialiste finlandais du heads-up (encore un) Henri Puustinen et enfin Gabor Sczabo en finale. Mais attention à ne pas sous-estimer sa performance : si cette liste est dépourvue de grands noms, elle n’en reste pas moins constellée de joueurs confirmés, qui lui ont donné du fil à retordre

Après être passé à deux doigts de la correctionnelle face à l'Allemand Becker en 8èmes (lui aussi joueur de HU réputé) et avoir bénéficié d’un petit coup de pouce du destin en demies contre Puustinen, Koon a ainsi dû s’employer lors dernier duel face au Hongrois (photo ci-dessous), qui avait notamment sorti YoH_ViraL en 16e de finale. 

Gabor SczaboS’il est plutôt inconnu dans la spère High-Roller, chez Winamax on sait de quoi le bonhomme est capable : il avait terminé quatrième du Highroller du WPO Dublin en 2018. Et au cours du tournoi qui nous intéresse aujourd'hui, Gabor a tout de même écarté David Peters, Mikita Badziakouski puis Dan Zack en demi-finales, rien que ça. Lors de l'ultime duel, il a résisté durant près de quatre heures à la machine Jason Koon, tout se jouant sur un coup à tapis préflop au bout de 3 h 30 de jeu : après cela, le Hongrois n’a jamais pu remonter la pente, finissant par rendre les armes mais étant récompensé avec le plus gros gain de sa carrière, 150 790 dollars. Déjà runner-up d’un tournoi de heads-up Hold’em/Omaha lors des WSOP 2012, Koon a donc attendu très longtemps avant d'avoir une nouvelle chance de faire mieux : il ne l'a pas laissée passer. Avec ce titre, ce joueur discret, qui avoue lui-même ne pas suivre la mode des streamers poker pour se concentrer sur le jeu, encaisse 243 981 dollars et fête de la meilleure des manières sa toute récente signature en tant qu'ambassadeur GGPoker ainsi que la naissance de son fils, venu au monde il y a tout juste deux semaines. Et appose enfin son nom dans les livres d’histoires des WSOP.


Koon-Bracelet
Crédit photo : PokerGo
 

Le fail du jour : des Bleus pâles dans le 3k

Ces dernières années, les tournois WSOP à 3 000 $ l'entrée ont clairement bien réussi aux Français. Prisés par le clan tricolore, ils ont ainsi rapporté deux des derniers bracelets bleus, gagnés par Ivan Deyra et Thomas Cazayous en 2019. Alors quand on a parcouru le chipcount pour le Day 2 de l’Event #13, un NLHE à 3k de buy-in donc, on s’est autorisé à rêver : pas moins de 6 Français, dont au moins 5 pros, étaient encore en course pour le bracelet parmi les 108 joueurs restants, avec un Anthony Darmani carrément second en jetons. Sauf que le rêve s’est finalement transformé en cauchemar.

ElkYEn effet, aucun d’entre eux n’est parvenu à se glisser dans le Top 20 : notre Team Pro Aladin Reskallah (80e), Benjamin Chalot (78e), Clément Van Driessche (64e), Jonathan Therme (56e), ElkY (32e, photo) et enfin Anthony Darmani (23e) ont tous sauté les uns après les autres. Bon, il faut dire que le field était bien relevé : parmi les joueurs ITM, on recense Niall Farrell (12e), Tristan Wade (14e), Maria Konnikova (25e), Brock Parker (26e), Matt Affleck (31e), Christian Harder (33e), JJ Liu (43e) ou encore Joe Kuether (50e), pour ne citer que les noms ronflants du Top 50.

Michael GathyMais tout de même, la déception est là, surtout quand on voit le casting du Final Day : le chipleader Brandon Caputo, qui a connu un gros rush en début de TF, et son dauphin, le détenteur de 4 bracelets WSOP Michael Gathy (photo), semblent avoir le champ libre pour un dernier acte où leurs adversaires paraissent moins expérimentés. Le Bruxellois a donc une belle occasion d'écrire l'histoire en trois pièces : distancer Davidi Kitai (qui possède 3 breloques) au classement du nombre de bracelets belges, rejoindre le cercle fermé et prestigieux des 26 joueurs ayant déjà remporté 5 bracelets WSOP, et intégrer le club mythique de ceux ayant gagné 5 bracelets en No Limit Hold’em : rien de moins que Phil Hellmuth et Doyle Brunson.

Le non-évènement du jour : Phil Hellmuth


Phil Hellmuth
Crédit photo : PokerGo

Avec aussi peu de jetons pour reprendre le combat, sa partie était loin d’être gagnée, et c’est somme toute logiquement qu’elle n’a pas été gagnée : éliminé rapidement en cinquième place de la finale du Omaha High-Low à 10 000 $ (remportée pour finir par le collectionneur de victoires Ari Engel), Phil Hellmuth devra attendre avant de pouvoir brag à propos d’un historique seizième bracelet. Bah, te fais pas de mouron, Phil : ton record est invincible pour cinq ans au moins, à part si un autre Phil (Ivey) ne décide de se réveiller en gagnant subitement les cinq qu’il lui manque pour te rejoindre.

Les Tweets du jour
 


Il y a trois ans, tous les joueurs de poker mélomanes avaient bondi en voyant son nom apparaitre au sommet d’une épreuve de Stud (et devant les caméras de Winamax) : la légende du rock indé Steve Albini est de retour aux WSOP ! Nous sommes en 2021 et le producteur de Nirvana, PJ Harvey, les Pixies et consorts (la liste est interminable) continue de se cantonner à sa variante favorite à sept cartes. C’est vêtu d’un superbe t-shirt à l’effigie de Queen Dolly Parton qu’il a manqué de peu une seconde finale (9e) sur l’épreuve dont il était sorti vainqueur en 2018. Parmi les cinq joueurs qui se battront ce vendredi soir pour le bracelet : les deux éternels online kids que sont David Williams et Shaun Deeb.
 
Premier tournoi, première place payée : welcome to Sin City, Romain Lewis. Après Mustapha, Adrian et Pierre, les membres du Team Winamax continuent de soigner leurs entrées sur ces WSOP…
 
Certains pros ont encore un peu de mal à s’ajuster à la nouvelle temporalité des Championnats du Monde.
 
Une émouvante pièce en quatre actes. Encore bravo !
 
De nombreux festivals annexes se déroulent à Vegas durant les WSOP, et ont d'ailleurs historiquement souvent réussi aux Frenchies : ça continue en 2021 avec Jonathan Pastore, qui après la win de Florian Ribouchon il y a quelques jours, remporte 73 000 $ pour sa seconde place sur un tournoi des DeepStack Championship Poker Series au Venetian ! GG !
 
La Cool Story Bro du jour (saupoudrée d’une pincée de whine) vous est offerte par le Top Shark en titre.
 
Pour ceux qui se posent la question : oui, la Poker Kitchen des WSOP n’a pas été épargnée par l’inflation.
Et la palme de la célébration la plus lapidaire revient à...


Les stats pas géniales du jour

Meme Hangover
Membre historique du forum ClubPoker et grand expert en toutes choses ayant trait à Las Vegas et les WSOP, salette s’est livré à un petit exercice de comparaison entre les tournois des éditions 2019 et 2021 des Championnats du Monde. Verdict ? C’est guère folichon. La chute de l'affluence va de moins 8 % (pour le tournoi de Stud qui n’allait de toute façon pas attirer grand monde) jusqu’à moins 39 % (pour le tournoi réservé aux employés de l’industrie casinotière). « On s’en doutait […] avec toutes les contraintes (travel ban, peur de certains joueurs, antivax, etc…), le tout était de savoir de combien ? » explique salette sur le forum du CP. Attention cependant, ces chiffres sont évidemment provisoires, les WSOP étant un festival très long : nous n’en sommes qu’à la huitième journée d’un marathon qui en compte plus de cinquante. Les joueurs de toute l’Amérique (à défaut, pour le moment, des joueurs du monde entier) ont encore largement le temps de se pointer à Vegas au cours des semaines à venir. « Un test important ce [week-end] avec le début du Millionaire Maker qui avait fait 8 809 entrées en 2019 (3 930 au 1A), on va savoir […] où on en est. »

Vendredi 8 octobre : demandez le programme !


Rio
Crédit photo : PokerGo

On vous en parlait plus haut : la finale du 3 000 $ pourrait bien voir Michael Gathy devenir l’un des meilleurs joueurs de l’histoire des WSOP, et Brandon Caputo gagner un premier bracelet après 22 ITM WSOP cumulés : à mater sur PokerGO à partir de 2 heures du mat’ en France si vous avez l'abo. On suivra aussi la conclusion du 1 500 $ Stud : Shaun Deeb et David Williams sont encore en lice avec de bons tapis.

Rendez-vous également pour le Day 2 de l’Event #15 à 1 500 $, le premier tournoi 6-Max en NLHE de ces WSOP, avec 9 Français en course à 94 joueurs restants dont un trio Sonnny Franco - Richard Amar - Hugo "GoD NaTT" Larachiche dans le Top 13, sans oublier nos Teams Pros Winamax Romain Lewis (66e au classement) et Joao Vieira (avant-dernier au chipcount) : tout ce beau monde est déjà ITM (218 places payées) et assuré de 3 373 $.

Ce vendredi, on attend aussi avec impatience le lancement du Millionnaire Maker à 1 500 $ (parce que ce genre de MTT nous rappelle des bons souvenirs et que c’est vraiment un tournoi de ouf) et une épreuve très spécialisée : le Mixed Triple Draw Lowball, qui mélangera Ace to Five, Deuce to Seven et Badugi, exclusivement en Limit. Inscription : 2 500 $.

Benjo et Rootsah