masquer le menu

Good Morning Vegas : un départ en douceur

- 1 octobre 2021 - Par Flegmatic

WSOP Coverage Bandeau

Tout au long du mois d'octobre, et jusqu'à notre arrivée sur place pour la Grand-messe du Main Event (on croise les doigts), retrouvez chaque jour sur cette page notre récap' des événements marquants de la nuit à Las Vegas. Petites et grandes histoires, anecdotes et polémiques, photos et tweets, sans oublier bien sûr de vous donner des nouvelles des membres du Team Winamax et des Français qui ont fait le déplacement : c'est parti pour votre dose quotidienne de Sin City. Au programme de cette journée inaugurale : de premiers affrontements high rollers entre têtes d'affiche, un Français qui manque de peu une finale, et une affluence qui pose question.

Le tournoi du jour : HORSE 25 000 $ (Day 1)

Les organisateurs des WSOP étaient semble-t-il pressés. Pressés de nous rappeler que les Championnats du Monde, ce n’est pas seulement des hangars remplis à craquer d’amateurs de coin-flips, mais d’abord une affaire de riches spécialistes : des pros et amateurs fortunés se rassemblant en petit comité pour cramer des fortunes sur des formats désuets qui n’intéressent plus grand monde. La preuve avec cette épreuve de HORSE à 25 000 $ programmée dès le premier jour de la rentrée des classes. Ici, point de confrontations préflop entre As-Roi et deux Dames ni d’overbets sur la rivière : c’est en gentlemen qu’on se relance et sur-relance à enchères fixes en Hold’em, Omaha High-Low et dans trois variations de Stud.

BenyamineUn très gros buy-in, des formats pointus : c’est logiquement que le field de cet Event #2 n’a pas dépassé les 100 joueurs, et c’est encore plus logiquement que la plupart des fans de poker reconnaitront sans peine les visages au casting. Voyons voir : Shaun Deeb, Daniel Negreanu, Phil Hellmuth, Dan Shak, Robert Mizrachi, Matthew Ashton, Anthony Zinno, Mike Matusow, Eli Elezra… On n’ira pas jusqu’à écrire « ils sont venus, ils sont tous là », mais en l’état il y a déjà de quoi se réjouir quant à l’action qui nous attend au cours des 60 prochains jours.

Un seul Français parmi les 73 participants (chiffres non définitifs car le guichet des inscriptions ne fermera qu’en début de Day 2) et on aurait pu deviner son identité avant de même de consulter le listing : il s’agit bien entendu de David Benyamine (photo). Le plus américain des tricolores (il vit désormais à L.A. après avoir quitté son fief ancestral de Vegas) figure parmi les 47 qualifiés pour le Day 2, avec un stack correct de 243 000. Le chip-leader se nomme Chad Eveslage : le pro de Floride survole la mêlée avec 860 000 en jetons. En bas de tableau avec un starting stack, un nom familier des fans de toute la planète mais dont la présence nous surprend tout de même : Norman Chad, commentateur historique des WSOP. Amis pros, surtout ne laissez pas Norman gagner : il en deviendrait encore plus intenable au micro.
 

Mike Matusow
Perdu, Mike : les masques ne sont pas obligatoires aux WSOP... mais la vaccination, si (Photo : PokerNews, qui comme chaque année a envoyé une armée au Rio pour couvrir l'intégralité du festival. Bon courage, confrères !)

 

Le Français du jour : Johan Guilbert

Yoh ViralIl a affolé les compteurs à Chypre fin août en signant deux perfs à plus de 500 000 $ sur le Super High Roller Bowl Europe (victoire sur un 25K et 3e place sur un 100K), avant de régaler ses nombreux followers d'énormes pots remportés aux tables de cash game : Johan Guilbert est arrivé en pleine forme sur ces WSOP et n'a mis que quelques heures à s'illustrer en terre américaine. À peine descendu de l'avion, Yoh_Viral s'est invité au sein du field riquiqui (on y reviendra) de l'Event #3 à 1 000 $, sous-titré Covid-19 Relief Charity Event (10% du buy-in était reversé à des associations d'aide aux soignants), et en a profité pour signer la toute première place payée française du festival. Certes, cette 16e place sur 260, bonne pour 2 253 $, ne changera ni la face de ces World Series, ni la vie du Maltais, mais elle a le mérite de prouver sa confiance et d'ouvrir le compteur tricolore.

La stat du jour : 260

Forcément, pour ces premiers WSOP live de l'ère Covid, on ne pouvait pas faire autrement que de scruter de près les différents chiffres de participation. On rappelle les règles en vigueur : il faut être vacciné pour pouvoir s'inscrire à un tournoi et les Européens doivent toujours observer une quatorzaine dans un pays désigné comme sûr par les États-Unis avant de pouvoir y mettre les pieds. Avec deux tournois inédits sur trois au programme, cette journée n°1 ne fait pas office de meilleur comparatif, mais on peut toutefois évoquer le cas du Casino Employees Event. Épreuve réservée aux professionnels de l'industrie qui ouvre traditionnellement le bal, elle a enregistré une baisse d'affluence de presque 40%, passant de 685 à 419 inscrits.

ChipsMais la véritable surprise est venu du Charity Event à 1 000 $. Première épreuve accessible de cet automne, tant au niveau du prix que des prérequis, elle n'a attiré que 260 entrants. Si notre W rouge Adrián Mateos était de la partie pour lancer l'automne vegasien du Team Winamax, ainsi que plusieurs pros connus et reconnus (Ryan Riess, Dylan Linde, Shannon Shorr, Ali Imsirovic, Pavel Plesuv, Ryan Laplante...), force est de constater que le compte n'y est pas, surtout lorsqu'on regarde d'un peu plus près le prizepool : 4 309 $ pour une accession en finale et 54 844 $ pour le futur vainqueur, on est loin des standards d'un tournoi WSOP.

En l'absence de certitude pour expliquer cette entrée en matière décevante, plusieurs raisons peuvent être pointées du doigt. D'abord l'absence d'amateurs européens, qui n'ont sans doute ni la bankroll, ni le temps, ni l'envie de passer 14 jours en dehors du Vieux Continent avant de rejoindre Sin City. La vaccination joue peut-être également un rôle sur la présence d'amateurs américains, à moins que ceux-ci ne se préservent pour The Reunion, le premier gros tournoi low stakes dont les trois Day 1 seront étalés tout au long du week-end. On imagine aussi que le début de l'automne, encore proche de la rentrée, est une période moins propice aux vacances pokeristiques que l'été. Avant que la planète poker toute entière ne se retrouve dans la joie et la bonne humeur lors du Main Event ? On ne peut que l'espérer.

Les tweets du jour

Si vous avez déjà eu la chance de jouer les précédentes éditions des WSOP à Las Vegas, entre mai et juillet, une chose n'aura pas manqué de vous frapper, environ dans les 12 secondes suivants votre descente de l'avion : il fait chaud, très chaud. Sauf qu'en octobre, la température extérieure dans le désert du Nevada est bien plus supportable, comme ne manque pas de le signaler notre confrère de PocketFives Donnie Peters. "Je viens de marcher dehors et soyez-en sûr, de très loin, à 110%, sans aucun doute, il s'agit de la meilleure météo de tous les temps pour des WSOP." Voilà qui nous donne encore plus envie d'y être.

Les World Series sont de retour et avec elles les randoms photos de jetons balancées sur les réseaux à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Le vainqueur du jour s'appelle Josh Arieh, avec pas moins de sept clichés postés sur Twitter le temps du seul Day 1 du H.O.R.S.E. à 25 000 $. L'été l'automne sera long.

Trois bracelets à eux deux entre Daniel Negreanu et João Vieira et un Highroller pour Chris Brewer : telles sont les prédictions de l'Anglais Patrick Leonard pour ces WSOP, qui officialise en même temps le fait qu'il ne viendra pas à Vegas avant, au mieux, novembre. See you there Patoche!

On termine avec un petit tour du propriétaire de la villa de type "pas dégueu" dans laquelle logera l'Espagnol Sergi Reixach et, on imagine, quelques uns de ses potes. "J'ai joué au tennis dans cette maison... je crois," n'a pas manqué de signaler le membre le plus expérimenté de la rédaction. La saison des brags aussi est lancée.

La photo du jour

Au cas où vous n'avez pas encore jeté un œil à son vlog mexicain, n'ayez aucun doute : Pierre Calamusa est chaud, très chaud pour ces WSOP. Au point de commencer son automne ce samedi par le tournoi le plus cher de sa carrière : le Highroller à 25 000 $. Good luck Pierrot !

L'article du jour

Notre confrère de PocketFives Jeff Walsh avait un objectif simple en se levant ce jeudi matin : raconter l'histoire de la toute première main de la toute première table des WSOP 2021. Il avait beau être dans les couloirs du Centre de Convention du Rio dès 8 heures, tout ne s'est pas exactement passé comme prévu. Un article (en anglais) tout en fails, auto-dérision et en forme de preuve indiscutable que la machine des World Series est encore en rodage, 806 jours après la dernière édition organisée "en dur". En plus d'être la toute première bad beat story de cet automne. Bonne lecture.

L'info en + du jour

Poker Hall of Fame

Comme l'an dernier, le Poker Hall of Fame permet à n'importe qui doté d'une adresse mail de proposer une première série de noms en vue d'une possible intronisation dans leurs rangs lors des semaines à venir. En clair, vous avez jusqu'au 14 octobre pour proposer sur cette page votre ou vos favoris. À la fin de cette consultation, le Poker Hall of Fame Governing Council sera le seul juge pour décider si les dix noms les plus donnés respectent leurs fameux critères d'éligibilité, à savoir : être âgé d'au moins 40 ans, avoir affronté les meilleurs, avoir joué les plus grandes compétitions, avoir résisté aux affres du temps, avoir gardé un niveau constant et gagné le respect de ses pairs et enfin, pour les non-joueurs, avoir contribué de manière significative à la croissance et au succès du poker. Donc non, votre beau-frère qui a gagné trois fois l'After Foot le mois dernier risque de ne pas passer le cut. Au contraire de, par exemple, ce bon vieux Bruno Fitoussi, notre chouchou désigné... À vos votes !

Vendredi 1er octobre : demandez le programme !

En ce vendredi inaugurant le mois d’octobre, le premier Day 1 du bien nommé tournoi The Reunion devrait attirer des hordes de week-end warriors alléchés par son garanti de 5 millions de dollars, accessible contre seulement 500 $ de buy-in. De quoi nous offrir (on l’espère) les premiers clichés des salles Amazon et Pavilion en mode « full house » depuis 2019. En parallèle, on jouera aussi un Omaha High-Low qui devrait attirer infiniment moins de monde malgré son tarif raisonnable de 1 500 $. Le HORSE à 25 000 $ avancera vers les places payées, tandis que les premiers bracelets seront décernés sur le tournoi des employés de casino (50 joueurs restants, le chemin est encore long) et sur le Covid Relief, dont la table finale est déjà prête - on y reconnaît notamment Steve Gross et Jeremy Ausmus.

Flegmatic & Benjo