masquer le menu

1 286 joueurs franchissent le Day 3

- 9 juillet 2019 - Par PonceP

WSOP Day 4
Interstate 15, Nevada

Day 3 : 2 880 joueurs / 1 286 restants (dont 66 français) sur les 8 569 joueurs au total
Chipleader : Preben Stokkan (Norvège) 2 184 000

CLIQUEZ ICI POUR LE CLASSEMENT COMPLET ET DEFINITIF DU DAY 3

Top 10

1 Preben Stokkan (Norvège) 2 184 000
2 Andrew Brokos (USA) 1 906 000
3 Ryan Dodge (USA) 1 800 000
4 Galen Hall (USA) 1 658 000
5 Cassio Pisapia (Brésil) 1 640 000
6 Chris Hunichen (USA) 1 618 000
7 Pavlo Veksler (Ukraine) 1 594 000
8 Duytue Duong (USA) 1 576 000
9 Jacob Daniels (USA) 1 560 000
10 John Patgorski (USA) 1 524 000

31 Français

30 Julian Milliard 1 200 000 
75 David Pecheur 1 000 000
183 Bertrand Grospellier 727 000
288 Pierre-Yves Joubert 606 000
314 Sarah Herzali 575 000
322 Ugo Faggioli 563 000
365 Ludovic Breau 518 000
390 Maxime Chilaud (Qualifié Winamax) 500 000
406 Romain Lewis (Team Winamax) 487 000

458 Hugo Pingray 435 000

585 Gregoire Auzoux 348 000
595 Jonathan Guez 343 000
612 Joseph Sabe 333 000 
666 Quentin Roussey 302 000
702 Clement Dumortier 280 000
724 Clement Tripodi 270 000
725 Jean-Pierre Besancon 270 000
750 Mohamed Mamouni 255 000
758 Kalidou Sow 250 000
794 Julien Duveau 227 000 

849 Samy Boujmala 198 000
942 Haim Haggiag 156 000
962 Serge Chechin 146 000
972 Paul Patouilliart 141 000 
1045 Christophe Pommier 117 000
1110 Julien Loire 91 000
1142 Mathieu Rabalison 81 000
1154 Morgane Portier 76 000 
1186 Cyril "DonLimit" Andre 66 000
1214 Benjamin Souriau 56 000

1276 Jean-Baptiste "AGNOoriginel" (KING5) 7 000

Le reste

Davidi Kitai (Belgique, Team Winamax) 76 000
Et bien d'autres, à découvrir dans le chipcount complet du Day 4

Le Variété Club de France

- 9 juillet 2019 - Par Flegmatic

Amateurs, revenants, inconnus et une poignée de stars : la liste des 31 Français ITM est variée et on aime ça
Main Event 10 000 € (Fin du Day 4)

ITM FR

N'y allons pas par quatre chemins, le casting tricolore dans les places payées du cinquantième Main Event WSOP de l'histoire est pour le moins atypique. C'est un doux euphémisme que de le dire : si on nous avait proposé de dresser une liste de 30 noms parmi les plus de 150 joueurs français qualifiés pour le Day 2 (un record, et de loin), il n'y aurait eu absolument aucune chance pour qu'elle ressemble de près ou de loin à celle à laquelle nous avons eu droit ce soir.

Julian Milliard

Tout d'abord parce que l'un d'entre eux a récupéré son drapeau bleu-blanc-rouge à quelques minutes seulement de l'éclatement de la bulle. Ironie du sort, Julian Milliard (photo), puisque c'est son nom, a même terminé tout en haut de notre chipcount national, avec un tapis monstrueux de 1,2 million, soit près de trois averages. Promis, on essaiera d'en apprendre plus lors du Day 4 sur ce Frenchie expatrié en Floride depuis 15 ans.

David Pêcheur

À noter que Milliard le bien nommé partage son statut de leader avec un joueur connu et respecté du circuit (même s'il préfère le statut d'amateur éclairé), notamment finaliste en 2015 puis 10e en 2017 de la Finale du Winamax Poker Tour, David Pêcheur. Un binôme qui domine d'assez loin le reste d'un listing où, autre surprise, les pros semblent quelque peu noyés dans la masse, submergés par une vague d'amateurs, passionnés et autres revenants.

Hugo Pingray

Ces derniers sont d'ailleurs parfaitement représentés, avec, en chef de file, un Hugo Pingray de retour sur la terre de son exploit, cinq ans après sa retentissante victoire à 1,3 million de dollars sur le Monster Stack. Et ce, même si le Londonien a terminé la journée avec un tapis plus faible que ce avec quoi il avait commencé. Derrière, Clément Tripodi se rappelle lui aussi à notre bon souvenir, retrouvant les places payées du Big One six ans après s'y est glissé jusqu'en 23e place. Et que dire de Cyril 'Don Limit' André, que l'on ne pensait même pas croiser ici, lui qui préfère rouler sa bosse depuis un bon moment déjà sur les tables de cash game les plus chères de Macao. Des tables qu'a également délaissées Benjamin Souriau, le temps de quelques jours à taper le carton sur le plus beau tournoi de la planète.

Morgane Portier

Le Main Event, c'est aussi et surtout l'occasion pour des milliers d'amateurs éclairés de tenter leur one time de l'année, ou parfois même leur one time tout court. Dans cette catégorie, difficile pour nous de ne pas penser en premier à nos collègues, présents et passés, comme Jonathan Guez et Jean-Pierre Besançon. Pour son premier Big One, le premier a atteint les places payées presque sans encombre, tandis que le second, désormais habitué de Sin City, tentera de faire mieux que sa 619e place de 2013. Un one time qui semble d'ores et déjà atteint pour ces anonymes qui ont franchi la bulle en serrant les dents, comme l'une des dernières Françaises du field Morgane Portier (photo) ou encore Christophe Pommier, annoncé à tort éliminé plus tôt dans ces colonnes et qui est venu nous voir lui-même pour s'inviter dans cet article (et nous l'en remercions).

JB KING5

Quitte à mélanger amateur et short stack, difficile d'imaginer meilleur combinaison aujourd'hui que celle de Jean-Baptiste (photo), capitaine de l'équipe victorieuse du KING5, ces fameux Dézanuseurs toulousains qui ne cessent décidément de nous faire vibrer. C'est d'ailleurs ensemble qu'ils ont souffert, jusqu'à ce que le tapis de JB fonde à 7 000 soit... exactement une blinde pour reprendre la partie demain ! Tous les moyens sont bons pour prendre 15 000 $ (et plus si affinités, sait-on jamais) en complet freeroll, même stall pendant deux heures.

Dézanuseurs Toulousains

L'indispensable photo d'équipe post-bulle.

Puisque l'on parle de cliqueurs de boutons, n'oublions pas ceux qui plutôt l'habitude de passer du temps derrière leur PC, tel un Paul 'La Patouille' Patouilliart, toujours en vie malgré un vilain bad beat subi peu avant la bulle (deux As craqués par une paire de Dames) ou le dernier représentant de nos qualifiés online via satellite, Maxime Chilaud.

Quentin Roussey

Et les pros dans tout cela ? Rassurez-vous si vous êtes membre d'un quelconque fan club, il en reste tout de même une poignée. En plus de notre Romain Lewis à nous, on pense évidemment à la superstar ElkY, largement au-dessus de la moyenne, aux sponsorisés Sarah Herzali (parfaitement lancée par un 3-way all-in opportun) et Kalidou Sow, ainsi qu'à Ugo Faggioli, qui décroche enfin son premier drapeau américain après une belle collection de perfs en Europe et à Marrakech et le dynamiteur Quentin Roussey (photo), adeptes de swings en tous genres.

Ils ont donc le même drapeau, la même passion, mais pas le même profil. Pas le même tapis non plus, certains devant se préparer à mettre leurs quelques pions en danger dès les premières minutes du Day 4. Mais cette histoire est pour une autre journée. En attendant, laissons-les savourer leur place parmi les 15% restants du deuxième plus gros Main Event de l'histoire. Ils l'ont bien mérité et nous, on a bien envie d'aller nous coucher.

Les 31 Français dans l'argent du Main Event 2019

Julian Milliard-Feral 1 210 000
David Pêcheur 1 200 000
Bertrand « ElkY » Grospellier 727 000
Pierre-Yves Joubert 606 000
Sarah Herzali 570 000
Ugo Faggioli 563 000
Ludovic Breau 518 000
Maxime Chilaud (Qualifié Winamax) 500 000
Romain Lewis (Team Winamax) 487 000

Hugo Pingray 435 000

Mohamed Mamouni

Grégoire Auzoux 360 000
Jonathan Guez 343 000
Joseph Sabe 333 000
Quentin Roussey 302 000
Jean-Pierre Besancon 277 000
Clement Dumortier 280 000
Clément Tripodi (Qualifié Winamax) 270 000
Mohamed Mamouni 260 000
Kalidou Sow 230 000
Julien Duveau 230 000
Samy Boujmala 200 000

Paul Patouilliart

Haim Haggiag 156 000
Serge Chechin 145 000
Paul Patouilliart 141 000
Christophe Pommier 117 000
Julien Loire 85 000
Mathieu Rabalison 81 000
Morgane Portier 76 000
Cyril « DonLimit » André 58 000
Benjamin Souriau 56 000
Jean-Baptiste "AGNOoriginel" (KING5) 7 000

Et aussi : Davidi Kitai (Belgique, Team Winamax) 76 000

1 286 joueurs restants
Blindes au Day 4 : 4 000 / 8 000 BB ante 8 000
Tapis moyen 400 000 (50 BB)

Eliminés avant la bulle : Jimmy Kebe, Alexandre Réard et Amaury Mamou-Mani

Le rookie et le vieux briscard

- 9 juillet 2019 - Par Benjo DiMeo

Romain Lewis et Davidi Kitai au Day 4
Main Event 10 000 $ - Fin du Day 3

romain dav
La doublette qui représentera le Team Pro mardi au Day 4 du Main Event offre de beaux contrastes, tout du moins en ce qui concerne l'expérience sur le Main Event.

D'un côté, Davidi Kitai, qu'on ne présente plus, et pour qui l'Amazon Room est devenue au fil des étés une seconde maison : 14 participations consécutives sur le plus beau tournoi du monde, avec un ITM dès la première tentative en 2007 puis trois beaux résultats successifs en 2016, 2017 et 2018.

De l'autre côté : Romain Lewis, première fois primé en trois tentatives, mais des années d'expérience virtuelle à regarder les WSOP devant son écran d'ordinateur, avec l'excitation et la passion d'un fan. Son premier Day 3 sur le "Big One", Romain l'a savouré comme il se doit : "Déjà, rien que le premier niveau était dingue. Je suis passé à une rivière d'avoir 300 blindes. Puis derrière, je resté patient, rigoureux. A un moment, j'ai eu un petit coup de mou, mais je me suis rappelé que c'est le plus long de tous les tournois : il faut prendre son temps, on joue des tas et des tas de coups !" Romain l'a prouvé en vivant une journée digne de celles qu'il a pu voir plus jeune en tant que fan : des swings dans tous les sens, vers le haut, vers le bas, vers le haut encore, pour terminer à 475 000, soit presque 60 blindes. Difficile de cacher son excitation dans ces moments-là : "Quand je gagnais un gros pot, je m'imaginais déjà appeler mes parents pour leur dire de venir à Vegas ! Et je me disais tout de suite : Oh, stop là ! Tu tires des plans sur la comète !"

Journée peut-être moins excitante pour Davidi Kitai, qui termine short-stack après une journée elle aussi pleine de swings et deux heures entières passées à folder en fin de journée. Et à l'image de Romain, le Belge sait que la patience est l'un des meilleurs atouts de la réussite sur le tournoi le plus deep du monde. Et c'est sans honte ni remords que Davidi a joué la montre dans la dernière ligne droite vers les payés. "A la bulle, je prenais mon temps sur chaque main. Et à un moment, un joueur m'a regardé, et a demandé "Mais, c'est pas vous Davidi Kitai ? Vous habitez où ?" Je lui ai répondu que j'habitais à Monaco, et qu'il fallait que je fasse l'argent pour payer le loyer !" Mardi, il nous faudra scruter la table de Davidi dès la reprise à midi : avec 8 blindes en sa possession, le triple vainqueur WSOP va soit doubler d'entrée de jeu, ou se contenter d'un min-cash.

Romain Lewis

Simple, basique

- 9 juillet 2019 - Par Benjo DiMeo

La plus grosse bulle de l'année ne fut qu'une formalité
Main Event 10 000 $ (Day 3)


bieres
1 286 joueurs qui entrent simultanément dans les places payées du plus gros tournoi du monde, cela se fête, et cela demande une logistique appropriée

A chaque édition du Main Event sa bulle : c'est à chaque fois un moment unique. Vous me direz que de loin, toutes les bulles se ressemblent : chacun attend l'élimination d'un unique et dernier joueur pour enfin être récompensé. Mais le diable se niche dans les détails. Il y a les années où on doit jouer à pas d'escargot pendant deux heures avant de voir enfin quelqu'un sortir. Les double-up miraculeux s'enchaînent, on finir par croire que ça ne va jamais finir, la patience des shorts-stacks et des organisateurs est mise à rude épreuve. Et puis il y a les éditions un peu plus fluides, où le premier coup à tapis du "hand for hand" est le bon.

Le cru 2019 appartient à une catégorie beaucoup plus rare : celle où l'on est passé de 1 287 à 1 286 joueurs sans avoir besoin de mettre l'action en pause. Il n'y a pas eu de main par main ! Et cerise sur le gâteau : le joueur qui a sauté n'était pas du tout short-stack, bien au contraire. Presque la moyenne ! Il y en a pas mal ce soir qui remercient ce joueur nommé Ryan Pochedly qui, au moment exact où Jack Effel prenait le micro pour annoncer qu'allait débuter le main par main, faisait face à un overbet à tapis sur un board 7-8-3-K-7 sans couleur possible.

Ryan Pochedly
La bulle fut tellement rapide que Ryan Pochedly a du patienter de longues minutes, le temps que les superviseurs s'assurent qu'il n'y avait pas eu une autre élimination en simultané

"Il avait relancé à 14 000, nous expliquera après coup le Colombien Pineda, son adversaire sur cette main. "J'ai 3-bet avec 76 et il a payé. Sur le flop, je c-bet 18 000 et il paie. Turn : check/check. Rivière : il check. J'overshove. Il lui reste à peu près 300 000. Il a fini par payer." Ce call, Pochedly aura tout loisir de le regretter au cours des jours à venir : son As-Roi n'était définitivement pas en tête. En tout cas pas sur la rivière !

Un bref moment de confusion a suivi ce call perdant : Pochedly a du rester debout devant sa table, sous l'oeil d'un superviseur tenant un talkie walkie attende le mot d'ordre. Quelques minutes plus tard : c'est OK, le compte est bon. Pochedly est emmené dans l'Amazon Room où l'attend Jack Effel.

bubble boy
Comme le veut une tradition non-officielle, le bubble-boy s'est vu remettre un trophée au look discutable et, plus important, une entrée pour le Main Event de l'an prochain. Ah : il n'a pas vraiment fait la bulle, en fait : il récupère 10K$ de value ! C'est pas faux, et l'histoire ne retiendra d'ailleurs pas l'identité de celui qui avait été éliminé juste avant Pochedly.

Avant de féliciter dans les prochains articles les Français primés sur cette édition 2019 (nous en avons compté 28), il nous faut nous arrêter un instant sur les derniers déçus, ceux qui ont sauté à quelques pas du premier palier de gains. Tombé short-stack durant la deuxième moitié de la journée, l'ancien footballeur pro Jimmy Kebe n'aura pas vécu le moment magique de la bulle. Même topo pour Amaury Mamou-Mani, qui a transformé une paire de 7 en bluff en envoyant tapis sur un flop As-9-2. Mauvaise pioche : son adversaire détient les As, et passe chip-leader dans la foulée grâce ce pot valant 1,2 million. Bravo, Preben Stokkan !

Réard
Et puis... A moins de 20 places de l'argent, Alexandre Réard a fait tapis pour 150 000 avec une paire de Dames. Le joueur qui avait relancé le paie avec les Valets. Ce qu'il s'est passé sur le board est rendu facultatif par le cliché ci-dessus : l'un des pros les plus expérimentés du clan français ne fera pas de deep run cette année.

Caroline
Caroline Kitai vit la bulle avec autant d'intensité que son mari

dario sammartino
Dario Sammartino avait semble t-il besoin de se détendre au milieu de ce moment compliqué

Richard_seymour_Ugo Faggioli
Le Français Ugio Faggioli met la pression sur la bulle à coup de gros pions verts (25 000) face à l'ancien pro de foot US Richard Seymour

Bouteille
Il y en a qui fêtent la bulle avec une bière, d'autres préfèrent la jouer plus raffiné


boivin foxen
Le belge Thomas Boivin et Alex Foxen (actuel numéro 1 au GPI) figurent parmi les têtes de série du Day 3


anton morgenstern gordon vayo
Anton Morgenstern et Gordon Vayo : deux joueurs qui savent ce que c'est, d'aller (très) loin dans le Main Event

Preben Stokkan
Le Norvégien Preben Stokkan est devenu chip-leader en toute fin de journée, aux dépends d'Amaury Mamou-Mani

Level 14 : un dernier point avant la bulle

- 9 juillet 2019 - Par Benjo DiMeo

Nous sommes à 100 places de l'argent !
Level 13 : Blindes 2 000 / 4 000 BB ante 4 000
Main Event 10 000 $ (Day 3)

foule

21h50 à Las Vegas et notre couvreur espagnol Álex vient de partager une info intéressante : le Day 3 s'arrêtera net à la fin du Level 15, que la bulle ait éclaté ou pas. "Même si il ne reste plus que cinq joueurs avant la bulle, ils arrêteront." Ce qui veut donc dire qu'il n'y aura pas d'extension in extremis de cette journée cruciale, comme cela a été décidé à deux reprises au cours des dernières éditions du Main Event.

Nous sommes à très exactement cent places de l'ITM : y parviendra t-on ce soir ? Le rythme de jeu va forcément se ralentir, mais nous restons fermes dans nos prédictions. On n'a jamais été en dessous de 2,5 éliminations par minute depuis midi : on devrait parvenir sans peine à perdre 100 joueurs en 120 minutes !

Quoi qu'il en soit, cet article sera probablement le dernier avant que nous nous calions confortablement dans les salles Amazon et Pavilion pour observer la phase d'aterrissage de la bulle. Avant d'y aller, il nous faut malheureusement vous rapporter quelques mauvaises nouvelles supplémentaires.

Merguez piqué

Il aura fallu moins de dix mots à Ivan Deyra pour résumer son élimination au reste du Team. Celle-ci est survenue durant le Level 14 :

"Bust 88 on 853hh vs AQhh"

Un message lapidaire pour une élimination violente. Ivan avait 75% de chances de remporter le coup : au lieu de ça, il sort à quelques encablures de la bulle, manquant de peu son premier ITM en quatre participations sur le Main Event.

Pour Sarah, tout va

Sarah Herzali

Ça s'active autour de la table de Sarah Herzali, où une poignée de Français a convergé comme un seul homme depuis toute la Pavilion Room. L'explication est toute simple, la membre du Team PMU est à tapis avant le flop contre deux joueurs et c'est elle qui a la meilleure main ! Un Mexican Standoff comme on aime et qui a tout du fameux "ça n'arrive pas que sur Internet". Jugez plutôt : paire de Roi chez la Française, paire de Dames chez le joueur au siège 9 qui la couvre et... paire de Valets pour le short stack à sa droite. Le board est sans mauvaise surprise, propulsant Sarah de 225 000 à près de 600 000 ! Et ce, après être tombée aussi bas que 100 000 pendant la journée. La Sudiste semble bien partie pour signer sa toute première place payée sur le Big One.

Narbo : niet

Philippe Narboni

Il n'y aura pas d'ITM sur ce Main Event pour Philippe Narboni, le Français étant porté disparu en table 440. C'est son ex-voisin Amaury Mamou-Mani qui me raconte. "Il a 3-bet AK et a open shove sur un flop hauteur Valet avec deux piques. Le blond au siège 5 a payé avec flush draw max et c'est rentré dès le turn. C'est bizarre, il s'est un peu chauffé alors qu'il avait joué très tight pendant toute la journée." Du danger de trouver une premium après une longue période card dead sans doute.

Français : le point complet

Nous avons ratissé en long et en large les salles Amazon et Pavilion : c'est bien, ça fait travailler les guibolles et cela nous a permis de trouver 29 Français bien installés. Il y en a 3 pour lesquels on n'est pas sûrs, et 35 qui ont bel et bien sauté.

Ils sont encore bien en place à 100 places de l'argent : ElkY, Mohamed Mamouni, Joseph Sabe, Grégoire Auzoux, Pierre Joubert, Jonathan Guez, Mathieu Rabalison, Serge Chechin, Maxime Chilaud, Benjamin Souriau, Jean-Pierre Besançon, JB du KING5, Samy Boujmala, David Pecheur, Morgane Portier, Hugo Pingray, Amaury Mamou-Mani, Alexandre Réard, Paul Patouilliart, Jimmy Kebe, Clément Tripodi, Cyril André, Quentin Roussey, Kalidou Sow, Julien Duveau, Ugio Faggioli, Romain Lewis, Julien Loire et Sarah Herzali.

On n'a pas réussi à remettre la main sur ces joueurs : Ludovic Breau, Tony Blanchandin et Rodney Assous.

Ils ont été éliminés au cours des 4 premiers niveaux du Day 3 (attention, liste de 35 noms) : Jimmy Guerrero, Ludovic Moryousef, Matthieu Rodriguez, Alexandre Amiel, Edouard Mignot, Loic Vaux, Gilbert Diaz, Laurent Polito, Bertrand Rosique, Jeoffrey Lhote, Adrien Allain, Baptiste Carteau, Christophe Pommier, Anthony Kazgandjian, Albert Balayn, Rémi Gohlke, Timothée Colcher, Romain Cabrillon, Ivan Deyra, Farid Bouares, Fabrice Maltez, Benoît Lam, Julien Polge, Benjamin Pollak, Nesrine Reilly, Patrick Sacrispeyre, Ludovic Riehl, François Tosques, Alexandre Fradin, Antonin Teisseire, Thomas Eychenne, Philippe Narboni, Samy Ouellani, Pierre Merlin, et Alexandre Saulnier.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

 86 : le nombre de billets de 100 $ qu'est allée récupérer en Pavilion Black cette joueuse qui fêtait son anniversaire il y a deux jours. Happy birthday I guess!

Follow Me

Pour déplacer en toute tranquilité tout un groupe de joueurs de la Pavilion vers l'Amazon, prenez le plus grand des superviseurs, faites lui tenir à 3m50 au-dessus du sol un écriteau bien visible et le tour est joué.