masquer le menu

1 793 joueurs franchissent le Day 2C

- 8 juillet 2019 - Par Benjo DiMeo

Mount Charleston
Mount Charleston, Las Vegas, Nevada

Day 2C : 4 008 joueurs / 1 087 restants (dont 39 Français)
8 569 joueurs au total - 2 880 qualifiés pour le Day 3
Chipleader : Julien Milliard (USA) 947 900

CLIQUEZ ICI POUR LE CLASSEMENT COMPLET ET DEFINITIF DU DAY 2C
(Classement du Day 2A)

Top 10

Julien Milliard (USA) 947 900
Vlastimil Pustina (Tchéquie) 930 700
Andrew Brokos (USA) 895 400
Aleksa PAvicevic (USA) 867 700
Nai Hu (USA) 798 300
Kainalu McCue-Unciano (USA) 765 600
Dapeng Mu (USA) 762 700
Hugo Torres (Brésil) 720 400
Cody Brinn (USA) 708 800
Tom Cannuli (USA) 667 000

39 Français

(28 qualifiés sur le Day 2A / 2B)
 

ElkY
ElkY en 2009, année de sa meilleure perf' sur le Main Event (122e)


70. Bertrand "ElkY" Grospellier 428 200
109. Mohamed Mamouni 390 000
121. Ludovic Breau 371 600
130. Joseph Sabe 362 500
184. Grégoire Auzoux 327 200
207. Pierre Joubert 369 400
240. Thomas Eychenne 298 100
353. Jonathan Guez 260 300
380. Samy Ouellani (Qualifié Winamax) 252 000
642. Mathieu Rabalison 189 700

671. Pierre Merlin 186 300
675. Serge Checin 185 200
754. Alexandre Saulnier 171 000
767. François Tosques 168 200
779. Alexandre Fradin 165 700
800. Antonin Teisseire 163 000
805. Maxime Chilaud (Qualifié Winamax) 162 300
875. Benjamin Souriau 151 700
883. Ivan Deyra (Team Winamax) 150 100
1003. Nesrine Reilly 131 500

1009. Patrick Sacrispeyre 131 000
1028. Jean-Pierre Besancon 128 600
1085. Jean-Baptiste Alaux (KING5) 121 200
1114. Samy Boujmala 116 000
1139. Ludovic Riehl 113 400
1179. Romain Cabrillon (Qualifié Winamax) 107 900
1227. Julien Polge 102 400
1229. Benjamin Pollak 102 000
1397. Timothée Colcher 80 800
1464. Rémi Gohlke (KING5) 73 000

1503. Albert Balayn 68 000
1517. Anthony Kazgandjian 65 600
1542. David Pecheur 61 100
1627. Benoît Lam 48 000
1628. Christophe Pommier 48 000
1653. Baptiste Carteau 44 200
1716. Rodney Assous 34 000
1723. Morgane Portie 32 900
----. Farid Bouares : inconnu

Le reste

Le reste c'est plus de 1 700 joueurs, dont Davidi Kitai (115 900). Vous pouvez retrouver la liste complète ici.
 

L'histoire ne fait que commencer

- 8 juillet 2019 - Par Benjo DiMeo

Les préliminaires du plus gros tournoi du monde sont terminées
Main Event 10 000 $ (Fin du Day 2C)

villain
Les préliminaires sont terminés : après trois Day 1, et deux Day 2 qui ont à beaucoup d'égards ressemblé à des Day 1bis, tous les survivants du Main Event (quelque chose comme 2 900, selon nos estimations) seront réunis au Rio lundi, tous ensemble sous le même toit. Objectif du Day 3 : la bulle, bien evidemment, qui concernera 1 287 joueurs. On a hâte de découvrir lequel d'entre eux deviendra le joueur malheureux le plus médiatisé de l'année, mais en attendant, on fait le point sur le plus gros Day 2 de l'histoire du poker.

Avec la clotûre des inscriptions ce matin, les chiffres officiels ont enfin été rendus publics : 8 569 joueurs au total (2e plus grosse affluence en 50 éditions), plus de 80 millions de dollars de dotation, et 10 millions pour le vainqueur. 4 008 joueurs ont pris part au Day 2C (dont 344 inscrits directement ce matin) : plus de la moitié ont été éliminés aujourd'hui.

Davidi et Ivan rejoignent Romain au Day 3

Deux pros du Team (sur un total de cinq engagés aujourd'hui) ont réussi à valider leur billet d'entrée pour le Day 3. Ça casse pour l'Espagnol Adrian Mateos, l'Italien Mustapha Kanit et le Portugais Joao Vieira : à la fin du dixième niveau, seuls les francophones Davidi Kitai et Ivan Deyra ont emballé des jetons. Pas énormément de jetons, mais des jetons quand même.

De tous les pros du Team, Davidi est celui qui a le plus de Main Events au compteur : son premier était en 2007, il n'en a loupé aucun depuis. 625e en 2015, 223e en 2017 et 362e en 2018 : la machine belge est désormais bien rôdée. Son expérience lui permet d'ailleurs de remarquer les évolutions des tendances au fil des années. "Les américains, on voit qu'ils ne peuvent plus jouer online ! Ils sont en retard, stratégiquement." Ce Day 2C fut résolument swingy pour le belge, qui - ce n'est pas si fréquent - admettait publiquement avoir commis des erreurs aujourd'hui. "Je suis connu pour mes hero calls, résultat j'en ai fait deux qui n'étaient pas bons !" Une paire d'As et "trois bluffs gagnants" ont permis de compenser ces carences. Davidi ira au Day 3 avec 48 blindes.
 


ivan deyra
A côté de Davidi, Ivan Deyra (150 000) passerait presque pour un rookie sur ce Main Event, lui qui ne participe à ce tournoi que depuis 2016. A chaque fois qualifié via les sats de Wina, ValueMerguez cherche encore son premier ITM. "Je n'ai même jamais fait Day 3 !". Cette année semble un peu mieux se passer : "Avant je le jouais un peu comme un tournoi normal, assez agressif, là j'ai adopté une nouvelle stratégie, plus calme." Le coup le plus important de la journée d'Ivan s'est déroulé au cours des dernières orbites : un combo paire plus tirage couleur/ventrale manqué et transformé en bluff sur la rivière. Tapis de 60 000 dans 100 000 contre deux joueurs : une nouvelle stratégie, tu disais ? Mais c'est réfléchi : prenant tous les paramètres en compte, Ivan a conclu qu'il n'avait que très peu de chances d'être payé. Tout juste : les deux joueurs ont fold. Ce move osé lui permet d'emballer 62 BB. La première perf au Main Event, c'est tout droit.

Joao Vieira
Une journée "sans" pour Joao Vieira, trois jours après avoir connu la plus belle des journées "avec". Le verra t-on enchaîner avec un deuxième bracelet sur l'une des dernières épreuves des WSOP "Peut-être, mais pour l'heure je vais aller dormir !"

Le KING5 réduit à un duo

Team W / KING5
Les vainqueurs du KING5 2019 ont retrouvé le Team en fin de journée, avec une petite déception pour Nicolas (à droite), éliminé durant les derniers coups du Day 1C

Ils étaient comme les cinq doigts de la main lors du Day 1C, ils sont arrivés à quatre ce matin : c'est en tandem qu'ils reviendront au Rio pour tenter d'entrer dans les places payées, après avoir perdu deux membres aujourd'hui. "Quand on saute, c'est avec la meilleure main !" sourit Rémi alias ".Freeman." C'est une maigre consolation, mais les faits sont là : Séb alias "BellyBouster" n'a pas tenu sur une confrontation TT/99, et Nicolas "PhoeNicks" a vu son As-9 devancé par un As-7 trouvant un board magique 4-5-6-J-3. "Le coup que vous avez raconté sur le coverage, c'est le seul que j'ai gagné. Mon résumé, c'est "Une journée en enfer !" "Dommage, car normalement c'est lui le plus patient", reprend Freeman.

En ce qui concerne ce dernier, le Day 2 fut radicalement différent du Day 1. "J'avais une sale table. Autant sur la première journée, j'ai pu me débrouiller, là j'avais dès le départ des gars à un million de dollars de gains autour de moi. J'avais regardé le field sur Hendon Mob. J'ai eu deux coups un peu sales, après j'ai du beaucoup folder." Un jeu de patience qui a porté ses fruits : "J'ai fini par trouver des mains, j'ai doublé, puis j'ai repris des jetons sans m'engager. J'ai utlisé mon image serrée avec des 2-barrels bluffs... Je suis remonté en escalier, petit à petit !" , Freeman sera au Day 3 avec 73 000, soit 30BB. "J'ai peut-être manqué de value parfois... Comme ce coup avec les As... Je venais de dire aux autres sur Whatsapp que je n'avais pas encore eu les As en trois jours, et bim !" Freeman décide de slowplayer le coup, et se demande ce soir s'il n'aurait pas pu prendre un peu plus à son adversaire, qui a montré deux Dames au showdown.

Jean-Baptiste aka "AGNOoriginel" termine un peu au dessus avec 121 000, une belle séance de grind après une journée qui l'a vu tomber assez bas (23 000) et faire face à l'un des meilleurs joueurs de MTT actuels, Sergio Aido. "J'ai réussi à l'éviter. Il y a eu un seul spot où il a squeeze préflop, c'était un spot assez évident mais je n'ai pas cherché à contrer. Je suis un joueur tight ! Ma force, c'est de sélectionner mes mains, et je n'ai  pas été provoqué par les pros."

C'est déjà décidé : en cas de deep run d'un des membres, les équipiers éliminés resteront à Vegas pour soutenir l'heureux élu. C'est l'esprit que l'on veut voir au KING5 ! En espérant, pourquoi pas, qu'ils soient deux à entrer dans les places payées : ce fut le score des Flambeurs sur l'édition 2018 du Main Event.

Quelques caisses au milieu de la casse

Les éliminations ont été nombreuses aujourd'hui, et encore, nous ne pouvons nous vanter de les avoir toutes vues, loin de là. Tout comme il ne nous a guère été possible de tracker les jetons de tous ceux qui ont franchi ce Day 2C. Le listing qui suit est donc très, très partiel, mais on va tâcher de scruter le chip-count officiel dès sa publication d'ici une paire d'heures.

Thomas Eychenne
Grosse journée pour Thomas Eychenne (photo) qui a terminé la journée au dessus de la barre des 300 000 après l'avoir entamée avec 81 400. Bon Day 2C aussi pour Grégoire Auzoux (350 000), mais ni Thomas ni Grégoire ne sont nos chip-leaders français : il s'agirait, on dirait, d'un certain Bertrand Grospellier. ElkY a signé une joli démo d'alpinisme en grimpant de 60 à 428 000.

jo guez
Saluons aussi le début de commencement de deep run de Jonathan Guez, notre collègue de l'étage paris sportifs (mais pas du tout un nouveau venu au poker), qui aura plus de 100 blindes pour entamer le Day 3.

Antonin Teisseire m'a tendu son téléphone pour me montrer un message de Sonny Franco : il s'agissait du récit de son élimination. Une histoire qu'on ne racontera pas aux enfants avant qu'ils aillent au lit : Sonny a trouvé un full avec 88 sur un turn J-J-3-8 avec une couleur possible. Son adversaire a check/raise all-in : la rivière est un Valet ! "Un pot de 130 000, il avait une paire de Dix l'autre", glisse Antonin, que l'on retrouvera au Day 3 avec quelque-chose comme 157 000 : c'est pas loin de la moyenne. Antonin s'est pourtant fait craquer deux Dames au cours de ce Day 2C : la structure exceptionnelle lui a permis de se relever. Sur un EPT, tu aurais sauté ! "Ah oui, complètement."

Bertrand "ElkY" 428 000
Grégoire Auzoux 350 000
Thomas Eychenne 310 000
Jonathan Guez 260 000
Serge Chechin 185 200
Maxime Chilaud (Qualifié Winamax) 180 000
François Tosques 168 200
Antonin Teisseire 157 000
Ivan Deyra (Team Winamax) 150 000
Patrick Sacrispeyre 140 000

Jean-Pierre Besancon 128 000
Jean-Baptise "AGNOoriginel" (KING5) 121 000
Ness Reilly 120 000
Ludovic Riehl 115 000
Rémi ".Freeman." (KING5) 73 000

Aujourd'hui, on a dit "allez saluuuut" à : Victor Saumont, Fabien Perrot, Laurent Ravier, Yann Cohen, Sonny Franco, Victor Choupeaux, Abdulaziz Abdulaziz, Aurélie Réard, David Benyamine, Sébastien"BellyBouster" et Nicolas "PhoeNicks" du KING5, Clément Richez, Tom Jerry, Jérémy Saderne et (probablement) Basile Yaiche, Nicolas Cardyn, Hugo Lemaire, Philippe Ktorza, et plein d'autres...

Presque un million pour Milliard

julian milliard
Tout en haut du classement, on retrouve des noms qui nous sont totalement inconnus, c'est aussi ça le charme du Main Event : l'Américain Julian Milliard termine avec presque un million (et ce n'est pas un troll) soit bien plus que le chipleader du 2AB (Timothy Su, 791 000). Pas mal quand on sait que Milliard avait entamé le Day 2 avec... 16 000. Bien moins que ceux qui avaient late reg ! Il devance un Tchèque, Vlastimil Pustina (930 000) qui nous confiait avoir run comme un dieu pour monter autant de jetons. On ne va pas détailler tous les membres du Top 10, puisqu'on en connait aucun... hormis peut-être Thomas Cannuli, finaliste en 2015, et qui a monté 667 000. D'autres grands noms du circuit ont passé une bonne journée, comme Kevin Saul, Kathy Liebert, Adam Friedman, Sam Greenwood, Mike McDonald ou encore Bart Lybaert, tous au dessus de la barre des 500 000 unités.

tony miles
Fin de journée : un joueur open, un autre flat call, Tony Miles squeeze. Fold du premier, mais pas du second qui "New York back raise" Le runner up de l'édition 2018 finit par call avec As-Dame, à stack presque équivalent (il a 30 000 de plus). Tony tombe contre une paire de Rois. Pas de miracles : le compère de Pierre Calamusa reviendra très shortstack au Day 3.

John Cynn
Tiens, tiens : le champion du monde en titre est encore là

Lundi 8 juillet : demandez le programme !

11h (20h en France) : Event #75 - Little One for One Drop 1 111 $ (Day 1C)
Troisième et dernière journée de départ d'une épreuve où nombre d'éliminés du Main Event tentent de se refaire pour pas cher.

Midi : Main Event 10 000 $ (Day 3 - 2 900 joueurs restants environ)
On va se mouiller un peu : la bulle éclatera à la fin du Day 3, comme ce fut le cas lors des récentes éditions du Main Event. Certes, on en est encore loin (2 900 joueurs restants environ pour 1 286 places payées), mais si le taux d'élimination du Day 3 (55%) reste inchangé lundi, alors le palier devrait être franchi sans soucis en fin de journée. D'ailleurs, il y a fort à parier que si l'ITM est proche une fois joués les 5 niveaux prévus, les organisateurs rallongeront un peu la journée, histoire de se débarasser de ce qui est chaque année une grosse affaire sur le plan logistique : cette année, le processus de "main par main" concernera 143 tables réparties dans deux salles !

15h : Event #77 - Limit Hold'em 6-handed 3 000 $ (Coup d'envoi)
Hé oui : il reste encore un petit peu de variantes au programme de ces WSOP. Témoin cette épreuve Limit qui, vu le buy-in un poil élevé, ne devrait pas mobiliser tous les croupiers des WSOP.

Benjo & Veunstyle

Level 10, qu'on en finisse !

- 8 juillet 2019 - Par Veunstyle72

Level 10 : blindes 800 / 1 600 BB ante 1 600
Main Event 10 000 $ (Day 2C)


Dernier niveau du Day 2C ! D'ici peu, tous les survivants de la journée (quelque chose comme 1 803 sur un field initial de 4 000) seront libérés. Ils n'auront droit qu'à une douzaine d'heure de repos avant de devoir retrouver l'Amazon Room. C'est le prix à payer lorsque l'on deep run le plus long tournoi du monde... et pour certains, ce n'est que le début.

Bart attacks

Bart lybaert
Si Davidi Kitai reste notre Belge préféré, certains de ses compatriotes sont tout aussi agréables à croiser et plutot très costauds lorsqu'ils doivent déplacer des montagnes de jetons. On pense par exemple à Bart Lybaert. Pas forcément verni cet été, avec seulement deux petits ITM sur ces World Series (ainsi qu'une seconde place au Wynn pour 61 000$, qui lui permet "de break even", quand même) Bart a préféré garder son réservoir de chance totalement intact pour le Main Event.

En 2018, le nounours Belge avait terminé en 24e position, et avait surtout plutôt marqué les esprits des Américains, qui ne le connaissaient pas forcément. Cette année du coup, Bart a décidé de faire une petite piqûre de rappel. Après un Day 1 très solide (210 000), Bart a continué d'appuyer sur le champignon, pour proposer un tapis de 550 000 à quelques dizaines de minutes de la fin du jour. Et comme souvent avec les joueurs du Main Event, la même confrontation clé revient sur le tapis : "J'ai gagné QQ vs AK pour une centaine de milliers... et c'est à peu près tout." Comprenez par là que le poignet a fait le reste du boulot. 

Cannuli, repeat again 

tom cannuli
Au fin fond de la Pavilion Room, à la limite des tables de cash game du King's Casino, un Américain trône également derrière un tapis de près de 600 000. Ce jeune homme n'est autre que Thomas Cannuli, finaliste de ce tournoi en 2016. Il avait terminé 6e pour presque 1,5 million de dollars, après s'être fait craquer une belle paire d'As. Mais ce que je retiendrai surtout personnellement de ce joueur, c'est qu'il s'agit d'un jeune adorable, très serviable et très poli. Pas forcément ce qui caractérise toutes les stars de ce jeu. Peut-il encore le faire, 3 ans après ? C'est une plaisanterie, je précise, on ne se pose pas vraiment la question ici, tout ça parait encore beaucoup trop loin !

Pas mauvais qu'en variantes

Adam Friedman
Parmi les joueurs à surveiller à partir d'aujourd'hui, on a coché Adam Friedman sur notre petit carnet. Pour ceux qui ont dormi dans une grotte tout l'été, il est bien normal que ce nom vous paraisse totalement random : ce n'est que récemment qu'on a véritablement fait connaissance avec lui, avec ce back to back réalisé sur un tournoi très difficile, le Dealer's Choice. On se souvient d'ailleurs que c'est sur une main de No Limit Holdem qu'il avait fini par remporter son bracelet face à Shaun Deeb. Il faut croire qu'il se débrouille plutôt bien sur cette variante aussi, puisqu'on l'a compté à près de 600 000.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

117 : le nombre de tables toujours vivantes dans la Pavilion Room à un peu plus d'une heure de la fin du jour. Une salle dans laquelle on ne va pas tout le temps, mais où se trouve pourtant encore un paquet de (bons) joueurs.

"Thats it for me" : c'est ainsi que Joao Vieira annonce, sans tambours ni trompettes, sa sortie du Main Event, à 37 minutes de la fin du Day 2C. Nul doute qu'on le retrouvera au départ de quelques-uns des derniers tournois au programme des WSOP, histoire d'aller chercher un second bracelet : il faut battre le fer tant qu'il est chaud.

"QQ vs AA, il n'a pas eu de chance". Voilà comment s'est terminé le Main Event de Jean Jacques Zeitoun, selon ses anciens collègues de table. C'est simple, rapide et diablement terrible pour le Français. Mais c'est comme ça. 

0 : la somme que m'a couté mon dernier Milk Shake de chez All American Dave (13$ de base quand même). La faute à un flip express gagné contre les collègues de PokerNews qui faisaient la queue avec moi. Fous qu'ils sont d'espérer pouvoir contrer le run good des médias Français aux WSOP.

"Je suis en train de perdre plus en open face (chinese) que j’ai perdu sur le Main" - Signé : un couvreur Winamax ayant sauté du Main Event aujourd'hui, semble t-il décidé à aller au bout de la cagoule. 

Level 9 : comme l'impression d'avoir mangé un boeuf

- 8 juillet 2019 - Par Veunstyle72

Level 9 : blindes 800 / 1 600 BB ante 1 600
Main Event 10 000 $ (Day 2C)

Le moment post dinner break est toujours un peu compliqué pour les estomacs... surtout quand on s'est envoyé un boeuf, un mouton et quelques poulets pour le diner. Oui : on a un peu abusé, et j'espère pour eux que les joueurs ont été plus sages. Il reste exactement deux niveaux de deux heures à disputer avant que cette journée ne soit terminée.

Gus le francophile

gus hansen nicolas torossian
Nicolas Torossian est un homme heureux. Heureux de pouvoir participer à son premier Main Event, mais égalerment très heureux de pouvoir disputer un bout de ce tournoi en compagnie de la légende Gus Hansen. "Bonjour, comment ça va", lâche alors l'un des héros (malgré lui) du film Nosebleed, dès mon arrivée à la table, dans un Français assez parfait, comme pour bien me rappeler que grâce à Stephane Matheu, son coach de tennis de la grande époque, il a réussi à apprendre quelques bouts de phrases dans la langue de Molière. Et le poker sur cette table ? "J'ai 49 000", me confiait notre compatriote, installé directement à la gauche d'Hansen, et qui a directement buy in ce tournoi, "et encore, j'aurais pu bust sur une main où j'avais floppé brelan." Sauf que les choses se sont quelque peu envenimés avant lui et que Nicolas a trouvé le moyen de fold - un fold judicieux.

EDIT : quelques instants après notre rencontre, Nicolas a voulu qu'on se recroise... afin de m'expliquer que l'aventure était terminée : "J'ai shove TT et mon voisin de gauche a reshove... avec JJ". Un bon gros setup inévitable qui élimine Nicolas Torrosian de ce Main Event. Gus Hansen est tout seul avec ses 100 000 jetons, et attend désormais un nouveau Français pour taper la discute.

Piqué, Kitai

Davidi kitaiPas mal de swings du côté de Davidi Kitai. Après avoir raconté sur Twitter ses "downs" ("perdu tous les coups pendant deux niveaux") puis ses ups ("AA>AQ"), ce coup :

En début de parole, le Génie relance à 3 800 et ne trouve qu’un payeur, son voisin de gauche tatoué de la tête au pied. Puis sur Q836J, le Belge mise 4 300 au flop, 8 500 à la turn, avant de check river et d’entendre 22 700 chez son adversaire. Deux longues minutes de reflexion plus tard, Davidi pose son seul jeton de 25 000 au milieu de la table en guise de call. Son adversaire retourne J9 pour une couleur trouvée turn et plutôt bien rentabilisée river. Davidi souffle et rend ses cartes au croupier sans que personne ne les voit : il ne lui reste plus que 112 000 après cette main.

Les stats officielles du Main Event

Main Event
Les organisateurs nous ont livré toute une batterie de statistiques sur le Main Event, on vous en livre les morceaux les plus croustillants :

Total des jetons en circulation : 514,14 millions. La moyenne de la finale sera donc de 57 millions. Gloups.
Age moyen du joueur des WSOP : 41,46 ans. En légère hausse par rapport à l'année précédente... Comme chaque année !
Catégorie d'âge la plus représentée : les 31-35 ans, avec 1 894 représentants. Seuls 332 joueurs ont 25 ans ou moins.
Age du joueur le plus âgé : 85 ans. Il s'agit de Frank Passantino, venu de New York pour sauter dès le Day 1B. Le joueur le plus jeune a sans surprise 21 ans (et deux jours). Erwin Wiechers est Néerlandais et a lui aussi sauté lors du Day 1.
Les femmes : elles sont au nombre de 350, soit 4% du field. Une hausse de 16% par rapport à l'an dernier.
Concernant les statistiques de nationalités, on sait que 87 pays sont représentés mais on ne peut pas se fier aux détails car nombre de joueurs (en particulier en Europe) ont fait le choix de l'expatriation. Un exemple avec le pays que l'on connaît le mieux : les statistiques indiquent un chiffre de 151 participants Français. Or, nous avons compté de nos yeux un minimum de 154 tricolores rien que pour le Day 2. Selon nous, le vrai chiffre se situe aux alentours de 200, faisant de ce cru l'un des meilleurs de l'histoire pour le clan tricolore.
Les états américains les plus représentés : Californie (1 057 joueurs), Nevada (698), Floride (540), New York (478) et Texas (442). Aucune surprise ici. Seulement 3 joueurs viennent du Vermont, le petit état rural du nord-est rendu célèbre par trois trucs que personellement, j'aime beaucoup : les glaces Ben & Jerry, le groupe de rock Phish, et le sénateur socialiste Bernie Sanders.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

pierre merlinD'une discrétion sans égale, Pierre Merlin poursuit son aventure comme si de rien n'était. Je l'ai croisé avec 146 000, soit ...11 000 de plus qu'à 11h : "Je suis monté à 215 000, je suis aussi redescendu 70 000". Ça swingue pas mal chez le vainqueur du Winamax Poker tour 2013, qui s'accroche sans faire de bruit. Deux places payées cet été, c'est très peu pour Merlin, qui a bien évidemment buy in beaucoup plus de tournois. Dans ce milieu, on appelle ça "une cagoule". Pourvu que le Main Event serve à boucher tous les trous du portefeuille.

jake cody
Relance à 4 000, surrelance à 12 000, Jake Cody fait tapis pour 61 000. On est d'accord qu'il montre de la force ce bougre de vainqueur EPT Deauville 2010 ? Hugo Lemaire aurait surement payé, pour voir Dix et 4 chez l'Anglais. Le relanceur orignal s'est peut-être d'ailleurs dit la même chose aussi. Ou alors, c'était juste parce qu'il possédait QQ et qu'il avait bien évidemment envie de go broke. La parole est revenu sur le 3-betteur, qui a dû abandonner à regrets, ce qu'il dira être un "gros As". Jake Cody retourne ses cartes et là surprise, il n'a pas Dix et 4 mais une grosse paire de Rois. Pas de Dames sur la table, et voilà Jake Cody à près de 140 000.

Tony Miles
Un an après s'être fait connaître de la planète tout entière en devenant le dernier joueur éliminé du Main Event (il a fini deuxième, quoi), Tony Miles est prêt pour tout recommencer à nouveau. Nous l'avons croisé dans la Pavilion Room avec un stack solide de plus de cent blindes.

Représenté par 5 membres en début de Day 2C, le Team Winamax était resté intact jusqu'à la pause-dîner. Les choses ont changé une fois les estomacs rasassiés : on vient d'apprendre les éliminations de Mustapha Kanit puis Adrián Mateos au cours du Level 9. On peut encore compter sur Ivan Deyra, Davidi Kitai et João Vieira pour rejoindre Romain Lewis au Day 3.

3 : le nombre de Français installés à la table 150 de la Pavilion. L'occasion de faire le point sur les stacks de :

Siège 1 : Mesbah Guerfi - 75 000
Siège 2 : Joseph Sabe - 300 000
Siège 4 : Antonin Teisseire - 200 000


On vient d'ailleurs d'observer un joli call de Joseph Sabe, qui paie une mise rivière sur un board 10-Valet-Dame-Valet-10 (un carreau au flop, un carreau au turn) avec la main préférée de Davidi Kitai, Dame-Huit. Son adversaire montre une hauteur Roi un poil insuffisante.

Nous avons croisé David Benyamine dans le couloir. C'était un peu plus tôt dans la journée, durant la pause. "Ça va ?" ais-je demandé à celui que j'appelais à la grande époque "le meilleur joueur français du monde". "Ça allait", m'a répondu le MJFDM. David avait entamé la journée avec 50 000, mais n'a semble t-il pas réussi à faire démarrer la machine. Consolation : cette brève rencontre m'a permis de saluer un vieille connaissance, Claude Cohen  : le détenteur d'un bracelet WSOP (Omaha High-Low, 1999) accompagnait David. Cela faisait bien dix ans que je n'avais pas croisé Claude, qui se remet doucement dans le poker après quelques années en retrait de la scène.

Autres éliminations Françaises : Fabien Perrot, Yann Cohen, Victor Choupeaux, Clément Richez (qui annonce sur Twitter s'est mangé le mur avec les Dames contre les As) et les qualifiés Winamax Laurent Ravier et Abdulaziz Abdulaziz. Ce dernier ne fut pas du tout gâté aujourd'hui puisque ses deux paires de Rois se sont fait craquer en succession, avant que sa paire de Dames jouée à fond avec 15BB ne rencontre... les As. Quand ça veut pas !

Repérée dans la Pavilion Room : Ness Reilly, ex Ness Kourdourli. La désormais franco-américaine ne figurait pas sur les listings de fin de Day 1 : on en conclut que Ness a late reg le Day 2 ce matin.

Après son élimination du Main Event, Victor "TapisVolant" Saumont hésite encore entre rester un peu à Vegas, ou partir comme prévu demain. Face à cette incertitude, c'était le moment ou jamais pour immortaliser en photo l'équipe des couvreurs Winamax présente sur les WSOP 2019. TapisVolant, Veunstyle, Alex, Flegmatic et Benjo : nous vous faisons vivre les WSOP depuis plus d'un mois. On espère que notre travail vous plaît : il nous reste encore une petite dizaine de journées de poker à vous faire vivre en direct de Las Vegas !
 

Level 8 : dernières salves avant un dîner pas tardif

- 8 juillet 2019 - Par Veunstyle72

Level 8 : blindes 600 / 1 200 BB ante 1 200
Main Event 10 000 $ (Day 2C)

Il est 17h30 à Las Vegas, ne serait-ce pas l'heure d'aller diner ? Non, en tout cas pas pour des Européens âgés de moins de 102 ans, mais on va dire que oui quand même. Le dinner break a démarré et la partie reprendra vers 19h, heure locale. Certains vont s'envoyer un bon sandwich à 25$ de la Poker Kitchen, pendant que nous, on va avoir le plaisir d'aller se régaler à l'une des adresses préférées des couvreurs français depuis quelques années, le Rincon de Buenos Aires, un Argentin clairement nutsé si vous êtes fan de bonne viande. Et bon appétit bien sur !

Et bim Tarym 

tarym
Première fois à Las Vegas pour Tom Jarry, alias Tarym dans le microcosme du poker, premier WSOP et donc premier Main Event, premier Day 2 en carrière sur ce tournoi et... première désilusion aussi : le commentateur poker (de talent) est passé de l'autre côté de la barrière, à l'occasion de ces World Series, mais son rêve s'est brisé au milieu de ce 8e niveau. Tarym a essayé, mais il n'a rien su faire : "J'ai commencé avec 11 000, je suis remonté à 50 000, avant de redescendre à 19 000. Je perdais 10 000 par 10 000. J'arrive néanmoins à me maintenir, parce que ça va vite quand même, tu places un 3-bet et un c-bet, le pot gonfle vite. J'ai eu Nick Schulman à ma droite acec 150BB tout à l'heure, ce n'était pas facile, mais en vrai j'ai gagné quelques coups contre lui. Et puis il y a eu trois coups à tapis : contre l'Italien Sperenza, A3 contre 22, j'ai trouvé l'As à la rivière. Après je gagne un coup avec Roi-Valet sur un board hauteur Valet, ça m'a fait remonter à 26BB. Et enfin, il y a eu open, un 3-bet, et j'ai découvert AA au bouton. Tapis, le premier a fold, mais pas le second, qui m'a call avec une paire de 10." Vous voulez un 10 sur le flop ou la rivière ? Rien de tout ça, Tarym a doublé pour remonter à 47 000... jusqu'à ce dernier coup : sa paire de Dames s'est fracassée à tapis préflop sur une paire de 9, qui avait trouvé un brelan sur la table. Là, ce fut bien terminé pour Tom, qui est parti de cet Amazon avec ce qui le caractérise assez souvent : un beau sourire. 

En freeroll et en détente

KING5 Lunkin
Dans un coin de l'Amazon, l'un des membres de l'équipe KING5 victorieuse cette année est plutôt bien installé. Nico, alias "Phoenicks" pointe à près de 115 000, et ne semble pas plus impressionné que cela par ce Main Event. Et en même temps, quand tu connais personne, ça a ses petits avantages parfois. "Je vais te raconter une main, ça part d'une relance du vieux monsieur là". Le temps de jeter un oeil sur la table, pour m'apercevoir que le "vieux" monsieur en question s'appelle Vitaly Lunkin, 5e de la All Time Money List en Russie. Mais passons : "Il relance à 2 200 sur 500/1000, payé par UTG+2, +3 et le hijack. Je suis en grosse blinde avec 4 et 2 off. Je suis trop sûr de pouvoir jouer cette main, ça permet de faire une dédicace à "Poney", un mec de chez moi qui adore jouer cette main." Et alors, tu as floppé quinte direct ? "J'ai en effet appelé très fort un flop A35, mais finalement, c'est un autre flop pas mal qui est sorti : K42 ! C-bet du "vieux", le Highjack passe... et moi je relance à 10 000. Ils ont fold très vite tous les deux."

Les quatre vainqueurs K5 encore en course :

Nicolas "PhoeNicks" : 115 000
Jean-Baptiste "AGNOoriginel" : 83 000
Rémi ".Freeman." : 30 000 ("mon plus haut était 140 000")
Sébastoen "BellyBouster" : semble t-il éliminé, son siège était occupé par un autre joueur juste avant le dîner...

Théâtre de Guignol

Absolument rien ne va dans cette main jouée par Jean-Jacques Zeitoun et son voisin de gauche, un Américain ayant l'air sacrément perdu, on vous laisse juges avec cette main où les erreurs sont empilées les unes après les autres comme dans un jeu de Jenga, attention à l'écroulement :

Zeitoun
Zeitoun est UTG+1 et ouvre à 2 500. Derrière, le monsieur à casquette envoie un 3-bet bien musclé à 12 000. Les autres joueurs se barrent en courant, et la parole revient à Zeitoun qui en veut encore : il 4-bet pour 27 500. Son voisin n'attend que quelques secondes avant de payer.

Le flop tombe J93. C'est là que le train déraille :

Zeitoun porte la main à une de ses piles de jetons, s'apprêtant à miser mais...

Son adversaire lui coupe l'herbe sous le pied en annonçant all-in !

Le reste de la table s'anime :

" - Euh, c'est quoi la règle, là ? C'était pas à son tour de jouer...
- Je crois que si monsieur à gauche check, le all-in doit rester..
."

Interruption du monsieur à casquette :

"Hé, vous n'avez rien à dire, vous n'êtes pas dans le coup. C'est ma main, pas la vôtre."

Zeitoun ne pipe mot et du reste, les autres joueurs ont raison. : ce all-in est valable, sauf si le Français décide de miser (dans ce cas, le voisin aurait alors le choix de faire ce qu'il veut : fold, call, raise) De fait, Zeitoun check.

Son voisin est donc bel et bien all-in, et Zeitoun demande le compte au croupier : "Count, please".

L'homme à casquette double sa ration de gaffes en retournant ses cartes !

"Ben quoi, il a dit call, non ?"

Non, il n'a pas dit call, et malheureusement pour Zeitoun, ce dernier n'a pas vu les cartes durant le bref temps où elles ont été exposées aux trois-quarts (et moi non plus, je n'ai pas eu le temps de voir).

Il y a 37 000 à payer. Zeitoun réfléchit, réfléchit, puis... abandonne, l'air perplexe. L'homme à casquette reprend sa tirade envers les deux parleurs :

"Tout ce que je demande, c'est ce que si vous n'êtes pas dans le coup, vous ne parlez pas !"

Un des deux ne se laisse pas faire :

"Vraiment ? Je suis pas sûr, en fait. On va demander au floor."

Et le floor d'arriver et d'expliquer que oui, si un joueur remarque un fait de jeu anormal (comme ici), il se doit de le faire remarquer et/ou de demander ce qu'il se passe. La règle du "silence pendant le coup" s'applique aux discussions d'ordre stratégique ("Il n'a pas la couleur", "Il a floppé le brelan", etc).`

Le monsieur à casquette peut s'estimer heureux de ne pas avoir reçu une pénalité pour avoir, en succession, parlé alors que ce n'était pas son tour, puis montré ses cartes avant le showdown. Pendant ce temps, Jean-Jacques Zeitoun perd un coup important mais pointe toujours au dessus de 100 000.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Les payouts de la finale sont ronds comme on l'aime, et tous les finalistes seront millionnaires :

Vainqueur : 10 000 000 $
Runner-up : 6 000 000 $
(ouch le heads-up à 4 millions sans deal officiel possible !)
3e : 4 000 000 $
4e : 3 000 000 $
5e : 2 200 000 $
6e : 1 850 000 $
7e : 1 525 000 $
8e : 1 250 000 $
9e : 1 000 000 $


Quelques chiffres piochés sur l'échelle des prix :

10e : 800 000 $
20e : 324 650 $
50e : 173 015 $
75e : 98 120 $
100e : 59 295 $
200e : 50 855 $
500e : 27 390 $
750e : 20 200 $
1000e : 15 970 $
1286e : 15 000 $
1287e : les applaudissements de toute la salle*

* et peut-être le ticket offert pour 2020, mais on n'est pas sûrs car la chose n'est JAMAIS annoncée en avance.

johnny chan
Calvin Anderson et Johnny Chan régalent actuellement une équipe de 3 personnes chez ESPN, qui ne bougent plus de leur table. Je suis resté 10 minutes près de cette table, j'ai entendu "fold" et "ahahah" pendant 10 minutes.

chino rheem
Parmi les gros tapis de ce début de jour 2C, ce bon vieux Chino Rheem ne fait pas beaucoup de figuration. Avec plus de 300 000 devant lui, pour le moment, c'est plutôt la belle vie.

Dayan Kotoviezy
Et bon anniversaire à la Brésilienne Dayane Kotoviezy qui fête ses 36 ans aujourd'hui. Ça fait deux anniversaires en deux jours. Je suis du 9 juin et je n'ai reçu 0 ballon de la part de personne, je vais commencer à faire la gueule.