masquer le menu

Chris Moneymaker et David Oppenheim rejoignent le Hall of Fame

- 17 juillet 2019 - Par Benjo DiMeo

Hall of Fame
A chaque édition des World Series of Poker sa nouvelle vague d'entrants dans le Poker Hall of Fame. Créé au Binion's Horseshoe en 1979, ce "cercle des légendes" est géré par Caesars depuis 2005 et comme chaque année, les débats ont fait rare quand à la légitimité des potentiels entrants.

"Chris Moneymaker a t-il sa place au Hall of Fame ?" se demandait Flegmatic avant le Main Event, au moment où les votants finissaient de remplir leur bulletin. Une question hautement clivante dans la grande famille du poker : en devenant en 2003 le premier joueur à remporter le Main Event des WSOP après avoir gagné son ticket via un satellite en ligne (pour 86$ !), l'amateur du Tenessee fait incontestablement partie de l'Histoire du poker avec un grand H. Mais certains pros (comme Daniel Negreanu) se sont permis de rappeler quelques-uns des critères d'éligibilité pour rejoindre le Hall of Fame : avoir joué en high-stakes, avoir tenu la distance sur une longue période, et avoir gagné le respect de ses pairs.

Des distinctions que Moneymaker ne peut se vanter de posséder, n'ayant jamais véritablement réédité son coup d'éclat au cours des années ayant suivi sa victoire sur le Main Event. Le Hall of Fame, disent ces critiques, c'est fait pour des légendes du jeu comme Doyle Brunson, Phil Hellmuth, Stu Ungar, Phil Ivey, et pas pour un "one hit wonder" tel que Moneymaker.

Chris Moneymaker
A ces arguments, d'autres ont répondu que des personnages historiques comme Benny et Jack Binion (le combo père-fils ayant fait naître les WSOP en 1970), Jack McClelland (mythique "tournament director"), Mori Eskandani (producteur de télévision derrière High Stakes Poker et les WSOP d'aujourd'hui, entre autres) ou Henry Orenstein (inventeur de la technologie "hole cam" qui a révolutionné le poker à la télévision) ont chacun à leur tour rejoint le cénacle au fil des années.

Bref, le HoF, ce n'est pas seulement pour les pros du poker, car il existe un critère d'éligibilité alternatif, que certains considèrent comme tout aussi important : avoir contribué à la croissance et au succès du poker. Et qui peut nier que que Chris Moneymaker fut l'un des grands catalyseurs du boom du poker qui a secoué la planète au mileu des années 2000 ? L'année après sa victoire, le field du Main Event a triplé, gonflant tellement qu'il a fallu installer des tables en dehors du Binion's Horseshoe, au beau milieu de Fremont Street. L'année suivante, les WSOP déménagaient au Rio, les sites en ligne poussaient comme des champignons et chaque semaine voyait un nouveau  évènement live apparaître sur la carte du globe.

David Oppenheim
Alors, qui pour cette année ? Un pro ou un influenceur ? Le HoF s'agrandit de deux membres à chaque édition, et cette année, toutes les opinions ont eu voix au chapitre : Chris Moneymaker a bel et bien été élu, mais en compagnie d'un compétiteur aguerri, un vrai pro, aussi efficace en tournoi que sur les cash-games les plus chers : le discret mais redoutable David Oppenheim. L'Américain n'a jamais remporté de bracelet mais a disputé trois fois la finale d'un des tournois les plus durs (le PPC 50K$), et a son rond de serviette à la Bobby's Room depuis plus de quinze ans. Il est considéré comme l'un des meilleurs joueurs de Limit Hold'em de l'histoire.

Ces deux joueurs aux profils bien opposés sont les 57e et 58e intronisés dans le cénacle. "Je parie que parmi les votants, les joueurs ont fait pencher la balance pour Oppenheim, alors que les journalistes ont choisi Moneymaker", a réagi Kevmath sur Twitter. Le comité de vote pour le Hall of Fame est en effet composé de deux catégories bien distinctes : les membres encore vivants (30 cette année), et un panel de 21 journalistes. Chaque année, les votant doivent répartir un total de dix points entre zéro, un, deux ou trois des 10 joueurs sélectionnés. L'ami Kevmath voit probablement juste : faisant partie de ce panel depuis 2010, j'ai cette fois choisi de miser l'intégralité de mes dix points sur Moneymaker. Franchement, imagine t-on raconter l'histoire du poker au 21e siècle sans y consacrer un chapitre entier au gaillard ? C'est le choix que j'ai fait, quitte à evincer des joueurs méritants comme Mike Matusow, Ted Forrest ou Huck Seed, tous présents sur la liste. Bah, pas grave : tous restent éligibles pour la prochaine édition.