masquer le menu

Ciao Hugo, salut Bertrand, à plus Paul

- 10 juillet 2019 - Par Veunstyle72

Il ne reste plus que cinq Français en course
Level 20 : Blindes 10 000 / 20 000, BB ante 20 000
Main Event 10 000 $ (Day 4 - 378 joueurs restants)

Pingray, un retraité encore frais

Le clan français a perdu un champion de qualité sur ce Main Event (un de plus !) : Hugo Pingray est éliminé en 475e position, pour un gain de 30 780 $. Le vainqueur du Monster Stack WSOP 2014 n'avait plus présenté le bout de son nez sur une série de tournois comme ces WSOP depuis bien longtemps, mais il faut croire qu'il n'a encore rien perdu de son talent : "J'ai fait 40 000 $ de bénéfice sur le premier tournoi que j'ai joué ici, plus 30 000 $ grâce au Main Event… ouais, si je fais plus 50 000 $ à chaque fois, on peut dire que ce sont des bonnes vacances..."

Hugo Pingray - Veunstyle
Hugo est comme tous les professionnels de ce jeu qui ont eu beaucoup de jetons à un moment donné : il y a cru. Et forcément, le moment de l'élimination est un peu compliqué : "Ça fait chier de bust le Main comme ça… Quatre jours d’efforts… ça met toujours un petit coup au moral", nous glissait-i avant de relativiser immédiatement : "En 2015, j’avais bust en deux niveaux, mais je n’avais pas le droit de l’ouvrir parce que je venais de gagner un bracelet. Là, je termine ITM, j'imagine que je n'ai toujours pas le droit de me plaindre !"

La journée d'Hugo n'est pas forcément partie sur de bons rails, la faute à un gros pot perdu avec "flush max contre full house. C'était un pot de 700 000 qui m’aurait mis bien, à 1,2 million. Au lieu de ça, je suis descendu à 400 000 et je n’ai plus bougé. J’ai perdu pas mal de coups avec As-Roi contre paire de 2 par exemple, qui trouve As et Roi au flop, mais aussi un 2 à la rivière. En vrai, globalement, je n’ai pas eu de vrais spots."

Sa dernière main, le Français de Londres l'a disputée avec Dame-Valet. Un joueur situé UTG a relancé, payé par trois autres joueurs, dont Hugo en BB. Puis un flop Q-5-2, Hugo a check raise à tapis ses douze dernières blindes, payé par un joueur avec Roi-Dame. "Demain, je serai probablement content de l’avoir deeprun un peu ce tournoi, mais là maintenant, je plutôt déçu. Quand tu vois les tables encore existantes, ça fout les boules quand même… "

Il est désormais temps de retourner à la vie normale pour le Français : "J’ai déjà prolongé de quelques jours, il faut retourner au bureau travailler un peu, direction Londres. Il ne faut pas pousser non plus." Avant de se revoir dans 6 ans ? "Non ! Il est possible que tu me croises sur quelques EPT cette année." Le champion est de retour, vive le champion !

Une idole tombe

ElkY
L'hécatombe française se poursuit dans cette terrible soirée pour le clan tricolore, puisque Bertrand Grospellier, assurément l'un de nos représentants les plus emblématiques, termine son Main Event en 425e place. ElkY remporte lui aussi 30 780 $, et n'améliorera donc pas son résultat de 2009 (122e pour 40 000$). Et c'est un ElkY bien tilté que nous avons retrouvé après son élimination, un état bien compréhensible vu la tournure que son tournoi a pris : "J'avais 400 000 et une paire de Valets, j'ai resteal derrière une relance, et le mec a fini par me payer pour tout son tapis, 350 000, avec paire de 8. Mais qu'est-ce qu'ils font ?!" Un 8 sur la turn est venu couper les jambes de notre blondinet national, qui a immédiatement trouvé réconfort dans les bras de sa fiancée.

Paul Patouilliart : "J'ai encore des étoiles dans les yeux"

Paul Patouilliart
Encore une étoile qui s'éteint dans le ciel de Vegas, avec l'élimination en fin de soirée de Paul Patouilliard, qu'on connait mieux sous le pseudo de "Lapatouille". Le jeune Français s'incline 412e et remporte 34 845 $ pour le premier Main Event WSOP de sa carrière. "Je n'ai aucun regret : quand t'es short, tu te prépares à l'idée de bust." Oui car si on ne l'a pas mentionné hier soir, Paul a bien pris une belle horreur juste avant de mettre des jetons dans le sac en fin de Day 3, en perdant avec AA contre QQ : "En gagnant ce coup, je passais à 900 000. Au lieu de cela, j'ai terminé avec 140 000. J'ai donc passé le Day 4 entre 10 et 30 blindes tout le long. Je pense que c'est le plus mauvais souvenir que j'ai de ce tournoi, cette paire d'As craquée. Mais bon, quand tu connais la variance au poker, il ne faut pas trop faire la fine bouche, il y a finalement très peu de gens qui sont entrés dans les places payées, moi j'ai réussi à le faire, donc j'arrive à relativiser."

Près de douze heures après la reprise de ce Day 4, "Lapatouille" encaisse donc près de 20 000 $ de plus que la veille, un mal pour un bien : "J'insiste, mais je n'ai vraiment aucune frustration, que de la gratitude d'avoir vécu ce moment là, c'était incroyable. Le Main Event, c'est un rêve de gosse. Et comme ça s'est bien déroulé online cette année, j'avais prévu de le buy in entièrement. Problème, mon Vegas a été un peu délicat en terme de résultats, j'ai fini par vendre la moitié du coup. Je ne regrette vraiment pas, j'ai encore des étoiles dans les yeux..."

Ravi de la façon dont il a géré sa patience et son niveau de focus, Paul savait qu'il lui fallait être concentré à 100% dans ce tournoi. Ce qu'il a parfaitement réussi à faire : "Normalement, un tournoi de poker, je le prend à la légère. Et là, j'ai vraiment essayé de focus dès la première minute. Chaque détail comptait. Résultat, quand je rentrais chez moi le soir, je dormais comme un bébé, j'étais vraiment KO." 

Et maintenant ? Place au repos ! Paul ne se voit pas buy in un tournoi à 1 000 $, ni s'assoir en cash game au Bellagio, pour jouer sur une table aux enchères 2$/5$ : "Désormais, il est temps de retrouver la famille. J'ai mis un post sur Facebook hier pour dire que j'étais encore dans le tournoi, j'ai reçu des centaines de messages, de potes, ma cousine, ma grand mère, tous essayait de trouver des infos, c'était génial. J'ai reçu beaucoup d'amour de la part de tout le monde, je n'oublierai pas. Ces quatre jours, c'était incroyable." 

Il reste une quinzaine de minutes à ce jouer ce soir (heure locale : 01h) et seulement cinq français (sur un total de 30 ce matin) sont en passe de franchir le Day 4 : Julian Milliard-Feral, Grégoire Auzoux, David Pecheur, Benjamin Souriaux et Romain Lewis. Au compteur : 372 joueurs. Restez branchés pour nos traditionnels bilans de fin de journée !