masquer le menu

Chutes à l'arrière du peloton

- 10 juillet 2019 - Par Flegmatic

Six bustos français de plus
Main Event 10 000 $ (Day 4 - 630 joueurs restants)

Bravo, Jo !

Jonathan Guez
Si on vibre fortement dans ce Main Event notamment grâce aux Team Pro Romain Lewis et Davidi Kitai, un autre membre de la grande famille Wina a réussi à faire se lever les foules quatre jours durant : Jonathan Guez, trader à l'étage des paris sportifs dans la vie de tous les jours, termine 746e pour sa première participation au plus beau tournoi du monde. "Et je ne suis même pas déçu, au contraire. C’était cool de rentrer dans l’argent, j’ai quand même vraiment bien run pour en arriver là. Et c’est là que tu réalises qu’à ce jeu, il n’y a pas de mystère, il faut quand même bien chatter !" N’allez pas croire que Jonathan a ouvert 17 paires d’As en quatre jours : "non, le bon run good c’est faire KK contre QQ par exemple, c’est de la chance, et en plus il faut que ta main tienne bon."

Pas plus impressionné que cela par ce field, qu’il juge semi pro, semi amateur, Jo Guez n'a jamais tiré de plans sur la comète sur le Main Event. Il était venu pour souhaiter un joyeux anniversaire aux WSOP, se faire kiffer, et ça a marché : "C’est déjà cool de rentrer dans l’argent. J’ai fait énormément de brelans pour en arriver là, je crois qu’au plus haut, j’ai du avoir 500 000, pas plus. Impossible de se plaindre. Et puis en rentrant, je vais faire des heureux, puisque j’ai vendu 30% de mon action à mes collègues, à coup de 1% par personne." Résultat, lundi prochain, quand il retournera déjà au travail auréolé de ce min-cash à 20 200 $, Jonathan distribuera 60 billets de 100€ à ses collègues. Une bonne excuse pour fêter ça au bar d'à côté, même si nos collègues n'ont jamais eu besoin de la moindre excuse pour passer des soirées entières là-bas.

Ce n'est pas qu'un au revoir

Clément Tripodi
Souvenez du Main Event 2013 : pendant que Sylvain Loosli terminait 4e pour près de 3 millions de dollars, deux autres Français ont eu la chance de connaitre la vibration des derniers jours : Benjamin Pollak, qui avait pris la 27e place et... Clément Tripodi, qui s'était incliné 23e. Six ans après, Clément a décidé de revenir à Las Vegas pour vivre des vibrations qui lui manquaient quelque peu. Au final, il s'incline aujourd'hui 732e, sans le moindre regret : "Je suis un peu déçu de sauter, forcément, mais je suis quand même très content de cette place. Je ne voulais pas revenir à Vegas à la base, j'aimais l'idée de rester sur cette belle perf' de 2013 et je n'avais plus trop envie de jouer de tournois. Et puis mes potes sont venus, ma femme voulait également découvrir la ville, donc on est venus." Clément s'apprête à quitter Las Vegas très bientôt... pour toujours. "Je ne pense pas qu'on me reverra ici. C'est bien de savoir tourner la page. Je tire ma révérence, et sans me cagouler ! C'est pas mal de hit'n'run Vegas de cette façon !" 

C'est lorsqu'il s'est retrouvé pour la première fois à tapis couvert que Clément Tripodi a été éliminé, avec AK vs AA pour ses 15 dernières blindes. Mais cette main restera anecdotique pour lui : "Non ce que je retiendrai plutôt, c'est que j'ai passé un bon moment. L'ambiance générale est notamment très bonne, les tables étaient sympas... je pense même que c'est impossible de trouver ça ailleurs." Son avion pour Londres, ville dans laquelle il réside depuis des années, décollera dans quelques jours... mais d'abord, Clément va tout de même se faire un dernier petit plaisir, cartes en main, lui qui a connu une autre époque des WSOP : "Quand j'étais venu en 2013, le Main Event était le dernier tournoi. Il n'y avait plus personne, ils démontaient même les tables pour installer du billard ! Cette année, je vois que ça grouille dans tous les sens, alors je me dis "pourquoi pas". Un dernier pour la route et on y va. Il y a un Pot-Limit Omaha, ce sera l'occasion de tester cette variante en live. On est tous un peu piqué quand même... Mais c'est plus pour le kiff de toute façon. "

Samy, le Main Event lui sourit

Samy Boujmala
Deuxième ITM sur le Main Event pour Samy Boujmala... en seulement deux tentatives, s'il vous plaît ! Un an après sa 375e place l'an dernier ("deux Rois contre As-Valet qui fait flush, un pot de 2,7 millions à 15 minutes du Day 5 !"), le sudiste chute cette fois en 731e place. Il y a ceux qui ont envie de tuer quelqu'un après avoir sauté du Main Event ('"Oh mon Dieu, c'est la pire sensation de la terre", vient-on d'entendre à l'instant devant le bureau des payouts) et il y a ceux qui gardent le sourire. Samy appartient résolument à la deuxième catégorie : "Je suis pas frustré, c'est énorme !"

C'est que le jeune pro - 25 ans - a tout l'avenir devant lui, et une trajectoire semblant l'emmener toujours plus haut : "Je suis un joueur Internet. J'ai découvert ça à 18 ans, avec mon pote Sonny Franco. A l'époque, il n'était pas encore celui qu'il est devenu. J'ai commencé à m'y mettre et très vite, je ne faisais plus que ça, un vrai passionné. J'étais en train de finir mon apprentissage en plomberie, je m'apprêtais à rentrer dans une boîte au SMIC, mais j'ai tout plaqué. J'ai eu la chance de progresser avec Sonny, mais j'ai aussi beaucoup travaillé seul."

Avance rapide quelques années plus tard : après avoir traîné sa bosse et signé quelques perfs dans les petits tournois des casinos du coin (Gujan-Mestras, La Grande Motte), avoir avoir signé quelques perfs en ligne, notamment chez nous ("J'ai gagné deux ou trois Winamax Series" dit-il, non sans ajouter "mais je n'aime pas brag, d'ailleurs c'est la première fois que je raconte tout ça !") Samy s'est monté une bankroll lui permettant de voir un peu plus grand. "Cela fait un ou deux ans que je fais plus de live. Je me suis installé à Southampton, en Angleterre, avec deux amis joueurs : Lorenzo Lavis et Adrian Garrigues. L'an passé, je découvrais Vegas, le Main Event. Quand on l'a joué une fois, on a envie d'y revenir. Il n'y a aucune épreuve comme ça. Hier, j'ai vu plein de mecs qui ont fait ITM avec juste le tapis de départ, c'est beau !"

Le Day 4 de Samy fut marqué par un double-up durant le deuxième niveau ("As-Dame, je shove au cut-off après une relance, la SB se réveille avec deux Rois, je trouve l'As rivière") puis un coup où, dixit, il "s'en veut" : "UTG+1 shove pour 17BB, je suis de petite blinde avec As-Dame. Je n'ai pas trouvé le bouton fold. C'est dur avec ma position, en milieu de parole ça aurait été plus facile." Après cette main, Samy tombe à 200 000. "Je passe deux orbites à fold, puis je resteal au bouton 16BB avec paire de 7 : le hijack me paire avec As-Valet. Valet rivière."

Celui qui a récemment bullé la table finale du 2 Million Event des Winamax Series va mettre le poker de côté quelques temps, histoire de "retrouver la famille, les amis et la plage" On le recroisera bientôt à l'EPT Barcelone. Une grosse perf' au programme ? On a bien envie de miser là-dessus !

Rôti Duveau

Julien Duveau
Terrible élimination que celle de Julien Duveau, en 716e place : "On m'a 4-bet jam avec As-Roi... Je n'avais "que" deux Rois", nous lâche t-il, l'air jaune. On a mal pour lui. "Quand tu commences une journée avec 50 BB, forcément tu ne t'attends pas à sauter aussi vite." A la base, Julien avait son avion du retour demain. "Hier j'ai fait des plans pour repousser le vol. Au final, je vais bien rentrer demain, avec l'aide d'Assistance Rapatriement." Autant voir les choses avec humour, en effet !

That is so Sabe

Sabe
Au milieu de toutes ces éliminations, une qui est passée en travers : celle de Joseph Sabe, 707e pour 20 200 dollars. Muni d'un matelas relativement confortable de 330 000 à midi (42BB), Sabe a quitté le Main Event juste avant la deuxième pause du Day 4, après avoir pourtant raflé un gros coup en début de journée avec deux Rois contre paire de 10 et... paire de 10. Celui qui cumulait déjà plus de 280 000 $ de gains signe là son premier ITM sur le "Big One".

Haggag de fin

Haim
"Dans les derniers Français il y a mon meilleur pote, Haim Haggiag, sauf que ce neuneu [sic] n'a pas renseigné sa nationalité et par défaut a le drapeau américain sur le site des WSOP. Si vous pouviez le mentionner dans votre reportage s'il vous plait, ce serait beaucoup de fierté pour un amateur."

Sans ce tweet signé @Mikowitter (que l'on remercie chaudement au passage), nous n'aurions sans doute jamais découvert la présence dans ce tournoi de Haim Haggiag (prononcez "Ahime"), naviguant effectivement sous pavillon américain depuis le Day 1. Heureusement pour nous, ce début de Day 4 fut enfin l'occasion de lui tirer le portrait. Malheureusement pour lui, son parcours a pris fin en 703e position (20 200 $), sur ce niveau 17 décidément meurtrier pour le clan tricolore.

"C'est mon deuxième Main Event, je suis assez content de moi, nous a confié Haim, retrouvé dans la (longue) file d'attente menant au bureau des payouts. Mes deux premières journées se sont très bien passées, j'ai terminé à chaque fois chipleader de ma table. En revanche, le Day 3 fut beaucoup plus compliqué. Je n'ai reconnu aucun des joueurs à ma table mais le niveau était bien meilleur. Donc j'ai tenu jusqu'à atteindre l'argent et j'ai attendu le bon spot aujourd'hui." Un spot qu'il a pensé trouver en poussant ses 20 dernières blindes avec une paire de 10 suite à une ouverture d'un de ses voisins. Sauf que ce dernier avait les papiers en règle avec une paire de Valets.

"Cela fait deux ans que je viens à Vegas pour jouer quelques tournois. Je ne joue d'ailleurs plus au poker que lors des World Series. J'ai eu une période pendant laquelle je jouais beaucoup mais j'ai arrêté," précise celui qui travaille dans les assurances du côté de Paris. Malgré cette élimination, son Vegas lui ne s'arrête pas là, avec un programme qui court encore sur deux semaines. Et potentiellement plein de beaux tournois sur lesquels deep run.

Avec cette nouvelle floppée de bustos, nous ne comptons plus que 13 Français encore en course à mi-chemin du Day 4. Au compteur : 630 joueurs au total.

Ils remportent 20 200 $
703e : Haim Haggiag
707e : Joseph Sabe
716e : Julien Duveau
731e : Samy Boujmala
732e : Clément Tripodi
746e : Jonathan Guez

Plot twist ! Notre confrère Florence nous signale l'élimination d'un joueur qui ne figurait pas dans nos listes : Clément Dumortier, 840e pour 18 535 $. Il était noté comme Américain dans les classements : nous sommes passés à côté. GG quand même, bro.

Chris Moneymaker
Un champion du monde à terre ! Celui qui est en partie responsable du boom du poker du début des années 2000 a sauté en 687e place, juste après un certain Gus Hansen. Chris Moneymaker et le "Great Dan" collectent 20 200 dollars.