masquer le menu

Et que ça saute !

- 10 juillet 2019 - Par Veunstyle72

Des sortants, des sortants, et encore des sortants
Main Event 10 000 $ (Day 4 - 760 joueurs restants)

Le métier qui rentre

Quentin Roussey
La jeunesse et l’insouciance : un cocktail détonnant, au poker comme ailleurs. Quentin Roussey fait partie de cette génération là. Amateur de swings, le grinder aurait très bien pu sauter au Day 1, et finalement, c’est jusqu’à la 1032e place que le Bisontin a réussi à porter ses jetons dans ce Main Event. Le jeune homme, malheureusement trop connu pour sa capacité à dilapider son stack aussi vite qu'il l'a monté, est cette-fois satisfait de son parcours : "Ce tournoi est vraiment éprouvant, plus mentalement que physiquement. On sent tout le monde derrière, on sent l’importance qu’à ce tournoi, les gens qui le suivent, ceux qui montent des jetons sont heureux, ceux qui sautent sont au fond de leur vie et du coup tu te dis que tu n’as pas le droit de faire d’erreur. Et puis les coups à tapis sont vibrants, on sent qu’il y a une vraie grosse adrénaline, une atmosphère très particulière." 

Et des vibrations, Quentin en a connu plus d’une depuis le jour 1 : "J’ai eu beaucoup de mains sur ce tournoi, je ne peux pas me plaindre. J’ai fait quelques erreurs que je peux regretter, mais globalement, je suis plutôt satisfait de ma patience, j’aurais pu sauter beaucoup plus tôt." C’est sur un coup des plus classiques, à tapis préflop avec 99 contre As-Roi, que le Français a joué son va-tout : "J’ai perdu le flip, celui qu’il fallait passer pour continuer l’aventure, mais ce n’est pas très grave, j’en ai aussi gagné un important hier, un autre au jour 1, on ne va pas se plaindre."

Kalidou saute

Kalidou Sow
Parmi les Français ayant pris un départ canon dans ce tournoi, on suivait avec plaisir le parcours de Kalidou Sow. Une première journée de rêve, une seconde journée plutôt très tranquille, et c’est par la suite que plus rien n’allait dans le bon sens :  "Je ne suis pas très content de mon jeu globalement entre le jour 3 et 4. J’ai fait des erreurs qui coûtent cher, et sur ce tournoi, tu le paies cash." Kalidou Sow s’incline 915e pour son premier cash sur le tournoi le plus important au monde, il était écrit que ce day 4 n’était pas son jour : "Ça c’est mal goupillé aujourd’hui. J’ai perdu mon premier coup avec Roi-Dame, contre un type qui m’a bien trap avec une paire d’As. J’ai attaqué sur un board hauteur Dame, et ça m’a couté assez cher. Dans la foulée, j’ai un tirage couleur qui ne rentre pas et qui m’a couté encore un peu de jetons, et sur la dernière main, j’ai 13 blindes en bataille de blindes. Je min raise avec Q7o, le joueur en grosse blinde défend et ça vient Q66. Il avait Valet-Six…" 

Déçu d’être éliminé, Kalidou Sow sait que ses World Series s’arrêtent ici, avec un tout premier ITM sur le plus beau tournoi du monde. L’ambassadeur Pokerstars va pouvoir reprendre une vie à peu près normale pendant quelques temps, avant de retrouver les cartes à la fin de l’été, du côté de Barcelone pour le premier EPT de la saison. Rendez-vous dans six semaines !

JP : curé

Jean-Pierre Besancon
Perplexe, Jean-Pierre Besancon l'était en racontant le coup qui a précipité son élimination en 852e place. Aurait-il pu jouer cette paire d'As autrement ? "Je relance, le fish défend. J'ai 45 blindes. Flop Roi-8-3 off : je c-bet la moitié du pot et il check/raise X4." Déjà, les ennuis commencent : "Ça fait chier, il m'a déjà 3-bet avant... Rien ne me dit qu'il a brelan. Je call." Le turn est un 9 : "Il mise le pot. Là, il faut que je me décide, et je finis par décider que non, il est en train de se chauffer, ça a l'air d'être son genre, il peut très bien être en pampa." JP paire encore, et voit tomber un 10 en guise de rivière. "Il check ! Là, je me dis que j'ai gagné. Je ne veux pas check, car j'ai intérêt à ne pas montrer mes As. J'ai 16BB : je mise 13BB, en m'en laissant trois pour la gloire." JP est payé par Roi-8 : ses derniers jetons partiront au milieu très rapidement ensuite, sans succès.

La quatrième participation au Main Event de "JP Bet" se solde par un second ITM valant 18 535 dollars. Notre ancien collègue chez Winamax (étage des paris sportifs) laissait poindre une pointe d'amertume, compréhensible après trois jours d'efforts : "Quelle loterie, quand même ! Ca ne donne pas forcément envie de le rejouer..." On parie que la déception sera bien vite effacée. D'abord, parce que sur le plan personnel, JP est frais comme jamais, s'étant récemment marié, moins d'un an après avoir eu "le coup de foudre" au beau milieu de la Coupe du Monde en Russie (on dirait le scénario d'une rom-com), et cherche désormais à se porter acquéreur d'une maison dans le sud de la France. Et aussi, parce qu'à Vegas, son pote Jonathan Guez est toujours en course, lui laissant espérer de beaux gains : les deux ont évidemment "swap" quelques pourcents de leurs actions respectives. La Team "cure-dents" a encore le droit de rêver !

Team France : le point sur les premiers sortants du Day 4

11 éliminations en trois heures dans le clan tricolore.

Il remporte 18 535 $
852e : Jean-Pierre Besancon

Il remporte 17 135 $
915e : Kalidou Sow

Ils remportent 15 970 $
982e : Ugo Faggioli
1 032e : Quentin Roussey
1 042e : Cyril André
1 043e : Christophe Pommier

Ils remportent 15 000 $
1073e : Jean-Baptiste Alaux (KING5)
1 155e : Julien Loire
1 193e : Mathieu Rabalison
1 202e : Serge Chechin
1 255e : Morgane Portier