masquer le menu

Sous la barre des 1 000 joueurs

- 9 juillet 2019 - Par Benjo DiMeo

Level 16 : blindes 4 000 / 8 000 BB ante 8 000
Main Event 10 000 $ (Day 4 - 895 joueurs restants)


La Pavilion Room se vide à toute vitesse, entre les tables qui cassent et celles transférées dans l'Amazon Room. Nous avons dit "au revoir" à quatre Français qui avaient pris leur départ dans la plus grande salle de bal des WSOP.

Julien Loire : un ch'ti min-cash

Julien Loire
1 155e pour 15 000 dollars : le deuxième Main Event de Julien Loire se solde par un min-cash, et une ligne de plus au palmarès d'un été bien chargé, avec 7 ITM dont une dixième place à 42 000 dollars au Venetian il y a un mois de cela.

"J'ai pris les spots pour shove", explique celui qui avait entamé la journée avec une douzaine de blindes. "Sur le dernier coup, je resteal de BB avec As-Dame, je perds contre une paire de 6." Julien rembobine : "Je n'ai jamais eu énormément de jetons sur le Main Event. J'ai terminé le Day 1 avec 140 000, au Day 2 j'ai été jusqu'à 200 000 mais ensuite ça n'a pas été super facile, même si j'ai pris quelques spots de resteal contre un joueur très actif à ma table. On rêve toujours de plus, bien sûr, mais je ne suis pas déçu."

D'ordinaire un joueur plutôt porté vers le online, le Lillois s'est laissé convaincre de retenter le coup à Vegas : "On m'a dit, faut absolument que tu viennes, les tables sont magiques ! Dans le passé j'ai manqué plusieurs éditions car à chaque fois, il y avait un truc qui me retenait : un mariage, un trentième anniversaire... Cette fois, j'ai dit à tout le monde : si vous vous mariez cet été, ce sera sans moi !"

Gros Vegas de six semaines pour Loire, donc, vécu en colocation dans une villa occupée par d'illustres copains belges comme Michael Gathy (éliminé du Main Event au même moment) et Thomas Boivin (toujours en course). Reverra-t-on Julien l'an prochain ? Probablement : "C'est agréable de pouvoir jouer tous ces tournois jour après jour, il n'y a aucun équivalent le reste de l'année."

AGNOoriginel, héros des dézanuseurs toulousains

JB KING5
De tous les joueurs short-stacks à la bulle, Jean-Baptiste est sans doute celui qui a le plus tremblé hier : c'est avec seulement 7 000 - à peine une grosse blinde ! - qu'il est entré dans les places payées, soutenu par ses coéquipiers du KING5. Forcément, son destin aujourd'hui semblait écrit d'avance : "AGNOoriginel" était plus ou moins condamné à sauter d'entrée de jeu aux alentours de la 1 286e place, et se diriger vers le bureau des payouts pour collecter son min-cash.

Sauf que le toulousain est parvenu à déjouer les pronostics, faisant durer le plaisir une bonne heure supplémentaire jusqu'en 1 073e place. Pas de palier de gains franchi pour JB, mais quelques coups fumants à ajouter à sa collection de souvenirs sur son premier Main Event. On l'a d'abord vu engager ses trois derniers jetons après une relance à 14 000 (plus que son tapis). Derrière, Antonio Esfandiari paie. C'est pas fini : un autre short-stack fait tapis au bouton pour 92 000, une relance que seul Antonio paiera.

Les 55 de JB sont dominés par la paire de 8 d'Esfandiari. L'autre joueur all-in retourne As-10, mais JB va trouver le triplé magique au terme d'un board 2-As-3-4-4. Derrière, le rail, le reste de l'équipe vibre : JB vient de sextupler son stack (ce qui nous donne l'occasion de sortir un verbe que l'on utilise que rarement) Quelques orbites plus tard, JB est de nouveau à tapis de grosse blinde : "J'ai poussé sans voir mes cartes, après avoir posé la blinde et l'ante je n'avais plus rien. J'ai As-Valet ! En face deux Dames, je trouve deux paires au flop !"

JB KING5
Las, avant que l'on puisse commencer à croire à un come-back légendaire, JB est de nouveau à tapis de BB, face à une relance "poignée" envoyée par la SB. Le Français hésite mais ne peut décemment pas jeter K10. Bonne décision, d'autant qu'il fait face à un J8 dominé. Cette fois, la réussite ne sera pas au rendez-vous : un Valet apparaît sur le flop, suivi d'un autre sur le turn.

JB voit le bon côté des choses : "On va essayer de relativiser : je devais sauter tout de suite ! J'ai bien chatté pour multiplier mon tapis par six !" Même s'il est toujours dur de retomber de son nuage après quatre jours, JB le sait : il s'est "régalé." "J'atteris, mais il n'y a pas de gueule de bois. Tout ce que j'ai fait ici, c'était en mode première fois : premier Vegas, premier Main Event, j'ai joué pendant quatre jours, j'ai enchaîné les trois salles, j'ai affronté des gros pros comme Sergio Aido. C'est beaucoup, beaucoup de plaisir."

JB KING5
Un tel parcours - 1073e sur 8569 - ne peut que galvaniser ce passionné de poker : "Ca me donne envie de faire plus de live, plus de tournois. C'est ce que je préfère, le mode tournoi : j'ai un style de jeu serré, je sélectionne bien mes mains, je vois pas le temps passer et je vais souvent loin. 15 000 $, c'est ma meilleure perf', je bats mon record de 12 000 € online. En rentrant, je vais pouvoir jouer plus souvent sur le circuit Texapo."

Fonctionnaire dans le civil (au Conseil Départemental de Haute Garonne), JB fréquente régulièrement les casinos de Gujan-Mestras et la Grande Motte, endroits prisés des joueurs amateurs du sud-ouest, et ne pouvait s'empêcher de se projeter, déjà, vers le Main Event 2020 : "Forcément, j'espère qu'on pourra le rejouer l'an prochain ! On ne va probablement pas gagner le KING5 une deuxième fois, mais c'est sûr qu'on va recommencer. Je le joue depuis 2012, et notre équipe est la même depuis trois ans. Ca fait plaisir de partager un peu de mes gains avec eux."

KING5
Jouer en équipe transcende le caractère traditionnellement individualiste du poker : "On est soudés. Cette équipe, c'est pour la vie ! D'ailleurs, en rentrant à Toulouse, on a prévu de se faire tatouer un signe commun..." Unis comme les cinq doigts de la main, les dézanuseurs toulousains vont maintenant profiter un peu de Vegas : "On va faire la Stratosphère et le Grand Canyon, on va jouer encore un peu." Ils repartiront de Vegas avec déjà un beau tatouage dans l'esprit : une collection de souvenirs qui resteront gravés. "Tout était génial merci Winamax ! Notamment pour cette grosse soirée sur le toit du Palms avec tous les pros. D'ailleurs, il faut que je retrouve Guillaume Diaz, il nous a tous acheté un pourcentage pendant la soirée : Je lui dois cinquante dollars !"

Le come-back MTT de Don Limit n'aura pas lieu

Cyril André
Grand habitué des cash-games de Macao, formé à l'école online, Cyril André avait perdu l'habitude de jouer avec aussi peu de jetons : c'est avec seulement 8 blindes qu'il avait franchi l'étape de la bulle, pour sa première excursion WSOP depuis ans. Un voyage surtout motivé par l'amitié : "J'ai des copains toulousains, des joueurs amateurs qui n'avaient jamais été à Vegas : je les ai invités et ils ont joué quelques tournois." La classe !

Durant le premier niveau du Day 4, "Don Limit" a fait tapis deux fois sans se faire payer : son troisième move, avec Roi-10, se heurte à As-Roi, scellant son élimination en 1 042e place. Bientôt, Cyril retrouvera en Asie le poker qu'il préfère : celui joué avec 100, 200 ou 300 blindes et avec plein de cash sur la table. En attendant, il semble avoir apprécié ses retrouvailles avec l'ambiance conviviale du Main Event : "Certes, ce n'est qu'un tournoi, mais c'est un tournoi génial, sans doute le meilleur à jouer. Et puis les gens sont très sympas à table." Le neuvième ITM live de Cyril lui rapporte 15 970 dollars.

Ugo Faggioli a manqué de réussite

Ugo
Déception visible chez Ugo Faggioli au moment de nous raconter son élimination en 982e place, après 90 minutes de jeu. Forcément : avec 70 BB au départ, le Français pouvait espérer mieux, mais les cartes n'ont pas été de son côté, avec d'abord une paire d'As craquée par une joueuse trouvant deux paires Roi-Dame sur le turn, puis un tirage couleur qui ne passe pas. Son dernier coup est tout aussi frustrant : "Je relance au bouton avec Dame-8, défendu par les blindes. Sur Dame-8-3, un des joueurs donk-bet, je paie. Turn : Valet, il check/raise all-in. Je paie : il a deux Valets...."

Ugo Faggioli
Ugo Faggioli collecte un min-cash de 15 970 dollars : le premier résultat sur le sol américain de ce joueur qui s'est fait remarquer à plusieurs reprises en Europe depuis début 2018 avec une très belle série de finales et victoires comprenant un podium sur un Highroller à Namur, une finale sur un side de l'EPT Monte Carlo, une seconde place sur un tournoi WSOP Circuit à Marrakech, un titre BPT à Deauville, et encore un podium sur le Main Event du PokerStars Festival de Lille. Un tel enchaînement fait d'Ugo un joueur à suivre de près dans le futur.

Au compteur à la pause : 895 joueurs. Nous avons perdu près de 300 joueurs durant le premier niveau du Day 4 ! Ce n'est absolument pas une surprise.

Ils remportent 17 135 $ :
953e : Neil Blumenfield
955e : Tim Reilly

Ils remportent 15 970 $ :
964e : Faraz Jaka
968e : Dylan Linde
986e : Kevin Pollak

Ils remportent 15 000 $ :
1 102e : Martin Kozlov
1 103e : Stefan Huber
1 105e : Jonathan Dwek
1 118e : Nabil Cardoso
1 174e : Mike McDonald
1 248e : Michael Gathy
1 271e : Jeff Lisandro

A suivre dans le prochain article : au moins deux éliminations tricolores supplémentaires ! 10 des 30 Français du jour n'ont pas passé le Level 16...