masquer le menu

Comme prévu, ils ne se sont pas fait de cadeaux

- 5 juillet 2019 - Par Benjo DiMeo

Ratrappé par la structure, Pierre Calamusa est éliminé en 4e place par son coéquipier João Vieira (219 468 $)
Porté par un rail de copains en forme olympique, LeVietF0u aura tout de même eu le temps de vibrer sur le podium télévisé
Event #70 : NLHE 6-max 5 000 $ (Finale - 3 joueurs restants)


Pierre Calamusa
Les fans le redoutaient, les protagonistes s'y étaient préparés : l'affrontement fratricide Team Pro contre Team Pro a eu lieu. Avec seulement cinq joueurs restants dans l'un des plus beaux tournois de l'année, des écarts de tapis se resserrant de plus en plus, et une somme mirobolante à aller chercher (en plus du bracelet !), il était écrit que Pierre Calamusa et João Vieira n'allaient pas se faire de cadeaux. De fait, la chose était entendue bien avant que les deux ne prennent place sur le podium télévisé : une fois la partie commencée, l'amitié et l'esprit d'équipe sont mis au rencart - plus qu'un principe, il s'agit quasiment d'une religion au sein du Team. Hier, au cours de demi-finales tendues, Pierre et João avaient déjà eu l'occasion de croiser le fer à de nombreuses reprises : sans surprise, l'affrontement s'est poursuivi aujourd'hui... et n'a pas tourné à l'avantage d'un VietF0u clairement désavantagé au niveau des jetons, donnant l'opportunité à João de faire usage de son gros stack à plusieurs reprises.

On a vu le Portugais 3-bet préflop son homologue Français à plusieurs reprises, jouant son rôle de chip-leader pour forcer Pierre à prudemment abandonner. Après avoir bénéficié d'un joli coup de chance d'entrée de jeu (une paire de Valets gagnante contre les Dames de Jamie O'Connor), Pierre fut ensuite contraint de "rendre" un peu d'EV lorsque son As-Roi ne resta pas en tête contre le As-Dame d'un Joe Cada qui profita immédiatement de ces jetons nouvellements acquis pour doubler à nouveau contre Olivier Busquet avec deux Rois contre deux 7.

Pierre Calamusa
Juste avant la première pause de la journée, après deux heures et demie de jeu, les deux coéquipiers ont disputé un coup pivot. Sur la rivière d'un board 743A5, Joao est entré dans une longue réflexion après avoir observé Pierre miser 600 000, presque la moitié de son tapis. Alors que les joueurs et spectateurs quittaient déjà le podium télévisé pour profiter de quinze minutes de break, João a continué de réfléchir, avant de finalement se décider à payer. Sa main était marginale sur ce board (une pocket paire de 9), mais la décision était juste, à l'image de ce call extraordinaire signé la veille, en demi-finales : Pierre était bel et bien en bluff avec Q4 (4e paire), et c'est dépité qu'il partait en pause, avec juste cinq blindes restantes en guise de tapis.

Pierre Calamusa
Malgré un double-up dès la reprise (K8), célébré avec fracas par un rail français tout acquis à sa cause, Pierre n'allait pas réussir à remonter la pente. Avec un petit peu plus de réussite, les choses auraient pu se passer autrement : les tapis des quatre derniers joueurs oscillaient entre 15 et 40 blindes. Autrement dit : le short-stack n'était potentiellement qu'a un double-up du chip-lead. Le all-in préflop représentait le dernier recours de Pierre : sa troisième relance à tapis successive fut payée par un João détenant un AK largement suffisant pour tenter l'élimination. Avec A7, Pierre et son parterre de fans-slash-amis ont cru un instant à un nouveau miracle après l'apparition du 7 sur le flop. Lorsque le K est tombé sur la rivière, Pierre est resté étrangement calme... Comme s'il s'était préparé à ne pas "chatter" ce coup, comme s'il savait que le vent n'était pas dans son dos aujourd'hui, c'est tout sourire que Pierre a serré la main de ses trois derniers adversaires, et tiré sa révérence devant des gradins bourrés de visages familiers : Davidi, Volatar, Romain, ValueMerguez, Tony, Victor Choop, Ragnarok235, Aladin, Léo, Aurélie, Don Limit...

Pierre Calamusa
Que retenir de cette quatrième place sur le 5K 6-max des WSOP ? Financièrement, cela représente le deuxième plus gros gain en live de Pierre, trois ans après sa cinquième place sur l'EPT Monte Carlo. Presque 220 000 $, c'est un très joli pactole si l'on se rappelle que LeVietF0u était à tapis largement dominé trois heures plus tôt, dès la première orbite. Pour le reste, Pierre préfère rester positif. "Je ne suis pas très déçu. On a tous été un peu ratrappés par la structure. Avec mon faible tapis, je n'avais pas de latitude pour être agresseur, être le premier relanceur. Je n'ai jamais eu le stack qui m'aurait fait espérer gagner. Cela fait partie de la variance. Je ne dois pas oublier que j'ai chatté d'entrée de jeu."

Pierre Calamusa
Avant de sauter, Pierre a eu l'occasion de vibrer avec deux double-up célébrés dans un joyeux vacarme

Pas de bracelet au poignet de Pierre, pas encore, mais sa première finale WSOP restera à jamais gravée dans sa mémoire, et c'est important aussi : "Ce sont des émotions de malade, je joue pour ce genre de souvenirs." Ce genre de souvenirs, c'est la vision du poker comme un sport collectif, un sport de supporters, ou toute une bande de copains enchaîne des chants de football détournés, hurle et vibre comme un seul homme après chaque pot remporté. 24 heures après la victoire bruyante de Jérémy Saderne, nous avons eu de nouveau l'occasion de vivre ces moments sur le podium télévisé aujourd'hui. "Avec mon petit stack, je devais jouer chaque main l'une après l'autre, du coup j'ai sans doute eu un peu plus de place pour m'amuser que les autres joueurs. Le Team Winamax, c'est aussi l'occasion de transformer le poker, un truc individuel, en un truc collectif."

Epilogue : Si vous êtes du genre insomniaque, vous savez déjà, au moment de lire cet article, que João Vieira n'a ensuite fait qu'une bouchée de ses deux derniers adversaires : 18 mois après avoir intégré le Team, le Portugais vit une consécration bien méritée sur le circuit live. On vous en parle, évidemment, en long et en large dans un prochain article.