masquer le menu

C'est encore mieux à deux

- 4 juillet 2019 - Par Benjo DiMeo

Pierre Calamusa et Joao Vieira atteignent ensemble la table finale d'un des tournois de Hold'em les plus relevés de l'année
Event #70 : NLHE 6-max 5 000 $ (Fin du Day 3 - 6 joueurs restants)


Pierre Calamusa / Joao Vieira
Comme c'est agréable, quand les planètes s'alignent de cette manière ! Née lors de l'édition 2005, l'épreuve de No-Limit Hold'em 6-max des WSOP est devenue au fil des années un passage obligé pour tous les jeunes joueurs de la nouvelle génération formée sur Internet, où les tables short-handed sont la règle plutôt que l'exception.

Le "5K 6-max" est un rendez-vous incontournable du Team Winamax depuis ses débuts : logique donc pour les équipes de Dans la Tête d'un Pro que d'y poser régulièrement ses caméras. Tournée il y a maintenant douze mois, la saison actuellement diffusée sur notre chaîne Youtube a vu Romain Lewis puis Guillaume Diaz briller chacun à leur tour. Cette année, c'est une double dose dont vous allez profiter : c'est main dans la main que Joao Vieira et Pierre Calamusa ont atteint mercredi soir la finale de ce tournoi ô combien prestigieux !

LeVietF0u : patience récompensée

Pierre Calamusa
Le Day 3 a duré quelque chose comme dix heures, durant lesquelles le field est passé de 28 à 6 joueurs. Pour Pierre Calamusa, la journée "fut bonne". LeVietF0u a vécu une longue période short-stack entre 10 et 20 blindes. Loin de se décourager, Pierre est resté patient, trouvant finalement les bons spots pour décrocher son siège pour la finale à 7. On le retrouvera jeudi sur le podium télévisé avec un stack certes réduit (27 blindes, cette zone qu'il nous confiait il y a une semaine être la plus dure à jouer pour lui) mais des chances intactes. "C'est reposant, de jouer avec peu de jetons. Il y a peu de décisions à prendre !"

De la patience, tout le monde en a eu besoin aujourd'hui : plus de quatre heures de jeu ont été nécessaires pour obtenir les trois derniers sortants de la journée.

Un call d'exception

Joao Vieira
Et le plus beau coup de poker que nous avons vu aujourd'hui (cette semaine ? ce mois-ci ?) fut un véritable test de patience. Une plongée en apnée de dix minutes, montre en main, au terme de laquelle Joao Vieira nous a gratifié d'un hero call propre a susciter un sifflement admiratif chez le maître en la matière, Davidi Kitai.

La main vaut la peine d'être racontée en entier, car (hélas) on la verra pas dans DLTDP : Joao et Pierre étaient à ce moment-là séparés.

Il est 22H30 et les 8 derniers joueurs sont répartis autour de deux tables. La main débute avec une relance à 180 000 d'Ankush Mandavia. De petite blinde, Joao Vieira 3-bet. Mandavia paie et le flop tombe A77.

Joao c-bet 430 000. Mandavia reste dans le coup.

Turn : Q. Joao tapote la table, laissant l'initiative à Mandavia qui en profite pour miser 425 000. Joao paie.

Joao Vieira
Rivière : 2. Un dernier check de Joao. Mandavia mise. Cher, très cher : 1,2 million, se laissant 275 000 derrière. Avec moins de 1,7 million, Joao joue son tournoi sur cette main. C'est le moment de vous réveler ses deux cartes : KK. Pas de carreau en main qui bloquerait la couleur max en fait et rendrait sans doute le call plus évident : sa paire de Rois ne sert qu'à battre un bluff.

Mandavia bluffe t-il ? Joao va prendre son temps avant de se décider. Tellement de temps que des protestations finiront de venir de la table d'à côté, en particulier de Barry Hutter : l'Américain est short-stack et se désole de voir défiler les blindes à sa table tandis que le Portugais du Team étale sa réflexion pendant plusieurs minutes. Joe Cada approuve mais malgré leurs protestations, le floor refusera de lancer le mode "main par main" réclamé par les deux joueurs.

Finalement, après presque dix minutes de réflexion, Joao va avancer un unique jeton au milieu, signifiant un call. Mandavia ne retourne pas immédiatement ses cartes : Joao comprend qu'il a gagné. Mandavia montre... 109 pour le plus énorme des bluffs.

Joao Vieira
Le pot du chip-lead pour Joao Vieira

Avec ce pot de 5,5 millions, Joao s'emparait alors du chip-lead. Même une seconde paire de Rois, cette fois craquée par un autre joueur short-stack, ne suffira pas à le faire tomber de son piédestal.

Une fois la journée terminée, impossible de ne pas demander à Joao ce qui lui est passé par la tête au moment de faire ce call d'exception. Au début, Naza se montre réticent : "Je préfère ne rien dire... C'est une information qui va me resservir !" Avant de concéder que oui, il avait vu un tell. "Je l'avais vu faire quelque chose sur le turn. Sur la rivière, j'ai attendu, attendu, pour voir s'il allait refaire ça. Au moment où il a recommencé, ma décision était prise. J'avais déjà calculé la cote, j'avais déjà réfléchi aux mains qu'il pouvait avoir. Il fallait que ma main soit bonne une fois sur 5 pour que le call soit correct. Et puis j'ai revu son tell. Evidemment, au moment de payer, mon coeur battait à 1 000 à l'heure !" On demande à Joao d'estimer la valeur financière de ce call, au regard de l'échelle des prix et de son stack. "C'est simple, en fait : si je paie et perds, il me reste 4 blindes, donc c'est plus ou moins fini. Si je paie et gagne, j'ai deux fois la moyenne, la finale est proche, donc je peux envisager sereinement la troisième place ou mieux. Donc oui, c'est un call à 300 000 dollars, grosso modo." Pour expliquer sa méthode, Joao en réfère à la notion clé de l'empathie : "Je me demande en permanence 'comment mon adversaire joue ?' Si on arrive à se mettre à la place de l'autre, c'est plus facile. Là, je sais qu'il est capable de float pour bluffer ensuite. Et il sait que je le sais, c'est sûr. A partir de là, est-ce qu'il est capable de le faire pour très cher ? La réponse est positive aussi."

Depuis maintenant quatre semaines, Joao Vieira grinde quotidiennement les tournois du Rio, ne refusant aucun combat, quelle que soit la variante, quel que soit le buy-in. Son été fut long, ses six places payées masquant une floppée d'éliminations frustrantes, souvent avec la meilleure main, plusieurs fois à la bulle (comme sur le PLO High-Low ou le satellite pour le PPC 50K$). Pourtant, hors de question pour le Portugais de succomber à un schéma de pensée "result oriented" : "Comme j'avais expliqué à tes collègues il y a quelques jours, la performance importe plus que le résultat. Les résultats sont souvent trompeurs. Tous les jours, je travaille, je me prépare, et je me dis que j'ai de bonnes chances d'y arriver." Quand on a, comme Joao, disputé plus de 4 000 tables finales online en MTT, quelques semaines frustrantes ne risquent pas d'entamer la confiance et la concentration d'un joueur comme lui.

Chip-leader il y a 24 heures, Joao l'est toujours au moment d'entamer la onzième finale live de sa carrière. "Je pensais que j'allais atteindre une finale en Mixed Games d'abord, je le voulais, même !" Il devra se contenter d'un "banal" tournoi de No-Limit. Avec plus de 750 000 $ à la clé tout de même !

Demi-finales
Pierre soutenu par Jonathan "JoGuez" et Alexandre "BV77"

De son côté, Pierre aura forcément une partie plus compliquée, de par son stack plus faible et une place à table le mettant dans le viseur direct de Joao. Mais pas le temps de gamberger pour LeVietF0u, qui aura à peine le temps de dormir (et peut-être d'aller à la muscu au réveil, "histoire de sécreter un peu d'adrénaline") avant de reprendre la partie. Lui aussi voit son travail intense (stratégique, physique et mental) récompensée par une finale qui sera à coup sûr suivie par un large rail français, y compris la majorité de ses collègues du Team Winamax.

Le saviez-vous ?

Deux petites infos marrantes pour briller en société :

Est-ce la première fois que deux joueurs du Team Winamax atteignent la même finale WSOP ? Réponse : non ! En 2009, la paire Anthony Roux / Almira Skripchenko atteignait la finale d'un NLHE à 2 000 $ rassemblant 1 700 joueurs, terminant respectivement en 5e et 7e place. On s'était donnés rendez-vous dans dix ans.

Le 5K 6-max est le tournoi préféré des grinders et autres petits jeunes "online". Mais au fait, qui avait remporté la toute première édition de ce tournoi en 2005 ? Vous ne devinerez jamais, et pourtant c'est quelqu'un que vous connaissez bien. Vous l'avez ? Non ? Il s'agissait tout simplement de... Doyle Brunson. Un tournoi de jeunes, vous avez dit ?

La finale

TF 6 max
De 815 joueurs au départ, ils ne sont plus que six à pouvoir encore prétendre à la victoire. Le champion du monde 2009 Joe Cada est à la recherche d'un cinquième bracelet. Etonnant : le régulier des highrollers Olivier Busquet n'en possède encore aucun !

Siège 1 : Barry Hutter (USA) 1 265 000 (13 BB)
Siège 2 : Olivier Busquet (USA) 4 050 000 (41 BB)
Siège 3 : Jamie O'Connor (UK) 5 190 000 (52 BB)
Siège 4 : Pierre Calamusa (France, Team Winamax) 2 700 000 (27 BB)
Siège 5 : Joao Vieira (Portugal, Team Winamax) 7 635 000 (76 BB)
Siège 6 : Joe Cada (USA) 3 105 000 (31BB)

Blindes 50 000 / 100 000

Les prix

Vainqueur 758 011 $
Runner-up 468 488 $
3e : 317 956 $
4e : 219 468 $
5e : 154 112 $
6e : 110 127 $

Rendez-vous jeudi à 21h

La finale du 5K 6-max débutera à midi, heure locale, soit 21h en France, et sera diffusée en intégralité sur PokerGO, le service de streaming officiel des WSOP. On compte sur vous pour soutenir en nombre nos pros !

Benjo