Martini abasourdi

- 26 juin 2019 - Par Veunstyle72

Julien Martini encaisse la première grosse claque de sa carrière
Il est le premier joueur éliminé aujourd'hui, le 2e de tout le tournoi !
Event #58 : Poker Players Championship 50 000 $ (Day 2)

martini

Quand on chute de son cheval, il vaut mieux savoir se relever. Cet après-midi, les émotions de Julien Martini étaient multiples et malheureusement un peu trop confuses. Son expérience sur le tournoi à 50 000 $ de ces WSOP a littérallement tourné court, puisque le Français fut le second joueur à quitter ce tournoi, après l'élimination de Gorodinsky la veille.

"C'est une petite tapette derrière la tête quand même, c'est la première fois de ma vie où je m'inscris sur un tournoi et je sais que je suis EV-, et que ce n'est même pas discutable du tout. Je ne peux pas me permettre de jouer ce genre de tournoi si je ne suis fort que dans trois jeux, et très moyen dans les autres. Le NLHE, c'est où je suis le plus fort, en Razz ça va et en Omaha Hi-Lo ça va aussi. Mais genre en Stud Hi-Lo et Omaha, je suis incapable de te dire là où les joueurs font des erreurs. Ça parait compliqué de gagner du coup, voir même impossible."

Quand on a découvert la table de Julien ce matin, ce ne sont pas les grands noms qui éclaboussaient nos yeux. Et pourtant... Martini a peut-être tiré l'une des pires tables du field :

"J'étais le pire joueur de la table, ce qui n'est jamais bon signe dans un tournoi. Il y a peut-être dix personnes que je refuse de jouer online... ils étaient tous là, et j'en avais trois à ma table aujourd'hui ! L'Américain Roman Yitzhaki alias "Empire2000" au siège 1, une légende des Mixed Games, le Russe Timofey Kuznetsov alias "Trueteller" à ma gauche, probalement le meilleur joueur au monde et un autre Américain Prahlad Friedman, alias beaucoup de pseudos online au siège suivant, et qui s'est même mis au rap maintenant. C'est le meilleur ami de Brian Rast, il avait gagné 7 millions de dollars, puis il y avait eu une histoire comme quoi des super users avaient été utilisés contre lui sur absolut poker, ça avait fait un scandale. Ça avait duré pendant un an, il perdait tous les jours et depuis, il est super tight. Il a radicalement changé, tellement cet épisode de triche l'a marqué."

Avant cela, ce fameux Prahlad Friedman qui a déjà vécu une belle vie, s'était également fait un petit nom sur le monde du live, mais pas exactement comme on pourrait l'imaginer. Si vous êtes un féru des WSOP, ces deux petites vidéos devraient peut-être vous rafraichir un peu la mémoire. Celle ou l'Américain joue à une véritable guerre des nerfs face à Jeff Lisandro, pour une misérable petite blinde (et il avait tort), et celle face à celui qui adore aboyer régulièrement dans le Rio, Ted Bort, pour un coup de vice bien culotté, je vous laisse apprécier (et il a encore tort).

Timofey Kuznetsov_Prahlad Friedman

Timofey Kuznetsov et Prahlad Friedman

"C'est la vie, on va sauter dans un 1500 $ maintenant", confiait Julien, forcément bien sonné par cette élimination, lui qui rêve d'intégrer ce cercle de joueurs qui semblent intouchables :

"Il y a un gouffre entre les 10 000$ et un 50 000 $. Sur les 10 000, j'ai un edge de ouf, c'est sur. Et je pensais que sur ce 50 000, il y aurait la moitié des joueurs d'un 10 000, et en fait non. T'as tous les super boss qui sortent de leur grotte. Matthew Ashton, j'ai perdu 100 000$ le mois dernier contre lui par exemple. Et ça, c'est sans compter des mecs qu'on attendait pas : des Jason Mercier, Scott Seiver, je pensais qu'il allaient le faire mais on n'est jamais sûr, des John Monnette... ces mecs là me mettent des 20bb/100 sur le long terme, c'est sûr ! Ce n'est pas qu'ils sont au dessus, c'est qu'il y a un monde d'écart entre nous. Je m'attendais à un field avec des Anthony Zinno, Shaun Deeb et Adam Friedman. Ce n'est pas forcément une bonne nouvelle de les avoir à table mais c'est un peu mieux quand même. Mais bon, c'est bien, ça te fait redescendre sur terre, sur l'importance d'un bracelet, même en highstakes. Parce que quand tu gagnes, t'es champion du monde, mais en vrai, les champions du monde sont tous dans la Bobby's Room. Il y a vraiment un monde d'écart entre les meilleurs joueurs de tournoi et les meilleurs joueurs de cash game."

Le plus dur désormais, sera de repartir au combat, même sur un "petit 1 500 $". Comme il le dit si bien, "ce n'est ni un rêve, ni un cauchemar, c'est juste un dur retour à la réalité, mais nécessaire, j'en avais peut-être besoin. Et puis j'ai envie de faire un bon résultat, parce que je t'avoue que je n'ai rien fait depuis le début, et ça me manque. Il faut tirer des leçons de ce tournoi, j'ai vraiment senti que j'étais derrière. Je pense que j'avais 0% de chance de gagner le tournoi. Je me suis pourtant inscrit, en me disant que Mizrachi l'avait gagné 3 fois, que j'avais donc toutes mes chances. Et en fait, quand tu te lèves et que tu regardes toutes ces tables, tu te dis "mais j'ai aucune chance en fait !" La moitié du field est bien plus forte que moi, donc c'est un bon coup derrière la tête qui remet les idées en place. Je devrais peut-être rester sur les variantes où je suis le plus fort, et ne pas prétendre pouvoir être très fort dans tous les jeux. "

Les éliminations ont commencé à s'enchainer, le rêve est terminé pour Daniel Negreanu, Gus Hansen, Elior Sion et James Obst. Au niveau des inscriptions tardives, saluons les arrivées de Daniel Alaei, Chris Klodnicki, Brian Hastings, Bryn Kenney ou encore Cary Katz.

Phil Hellmuth ? Qui ça ? Non, toujours pas apercu cette grande carcasse.

ivey mizrachi

Pendant ce temps, Phil Ivey s'éclate avec la croupière, aux côtés de Michael Mizrachi

elezra

Jared Bleznick s'éclate beaucoup moins que la veille, lui qui vient de perdre un gros pot contre Eli Elezra, après avoir entendu "Wheel" de la part de l'Israélien, qui a retourné les nuts en 2-7, avec donc 75432

arieh_ashton

Le chipleader de la veille, Josh Arieh, aux côtés de celui qui a donc pris 100 000 $ le mois dernier à Martini, Matthew Ashton