masquer le menu

Abou Sy, l'amateur aimé de tous

- 26 juin 2019 - Par Tapis_Volant

Abou Sy, meilleur Français de l'épreuve, termine 55e pour 5 541 $
Rencontre avec un joueur amateur et fier de l'être
Event #53 : No Limit Hold'em Deepstack 800 $

Abou Sy

Avec la profusion de tournois garantissant des bracelets à partir de 400 $ de buy-in, beaucoup de Français qui habituellement disputaient leurs tournois à middle buy-ins dans les Casinos du Strip comme le Venetian ou le Wynn ont la possibilité de rester cette année au Rio, et de rêver de bracelets.

Hier, Abou Sy s'est fait le kiff de deep run l'Event #53, un Deepstack à 800 $ sur lequel il a pu monter des millions de jetons, avant de sortir en 55e place pour un gain de 5 541 $, meilleur Français d'une épreuve qui connaîtra son épilogue aujourd'hui.

Rencontre avec un joueur amateur, et fier de l'être, aimé par toute la communauté depuis pas mal d'années.

Alors Abou, que nous vaut l'honneur de ta présence ici ?

Je suis en vacances ici, le programme, c’est surtout de se détendre. En gros, mon programme, c'est prendre du repos et jouer un peu au poker. Je suis directeur opérationnel dans une boîte de déstockage, la boîte de Laurent Polito. Je profite de mes vacances pour venir à Vegas.

Et concernant les tournois, quel est ton programme ?

Vu que j'ai un boulot, je dois m'organiser. J’ai posé mes jours de congés en fonction, je suis arrivé il y a 3 ou 4 jours, et je rentre en France le 10 juillet, j’ai fait un programme que j’ai proposé à mes stakeurs, des gens qui me font confiance depuis longtemps. En gros, j'ai un tournoi par jour jusqu'au 10 juillet. J'ai prévu de jouer le Colossus, le Deepstack 600 $ Championship (ndlr : le tournoi sur lequel il est aujourd'hui), le Mini One Drop, le Mini Main Event, un 1 600 $ au Venetian. Et le Main Event, que je jouerai pour la troisième fois.

Ca fait quoi d'être à Vegas ? C'est ta troisième fois, c'est ça ?

Je me sens bien, je suis vraiment heureux d'être là, je sais la chance que j'ai. La toute première fois, on m’avait proposé de me staker sur le Main Event, de manière complètement improvisée. J’avais bust en fin de Day 2, c'était un énorme kiff de jouer le tournoi. J'avais à peine 2 000 $ sur moi, et du coup, j'avais pas trop prévu de tournois en parallèle. La deuxième fois, l'an dernier, je voulais absolument revenir parce que j'avais goûté à cette folie du Main Event. J'avais prévu une dizaine de tournois, mais j'ai fait chou blanc. Zéro ITM. Cette année, ça se passe bien, j'ai fait 2 ITM sur trois tournois. J'ai joué le WPT Aria, sur lequel j'ai deep run, le Monster Stack des WSOP, et donc ce Deepstack à 800 $ sur lequel j'ai fini 55e.

Ca fait quoi de monter des tonnes de jetons sur un tournoi des WSOP ?

Sy_Massif stack

Mais comment fait-il pour regarder ses cartes ? (© Alex Réard)

La photo est un peu trompeuse, si tu le ramènes en nombre de blindes, c'est pas si énorme. C'était juste avant le chip race, et après un gros pot remporté. Mais c'est sûr que j’étais dans les chipleaders à 100 left. J’ai eu un coup assez ouf, dans un 3-way. Je flat QJ au cut-off après un open en early, SB défend. Ca vient AT2, SB donk bet 2 fois le pot, l’OR reshove, je call, je fais le K sur la turn et ça hold contre deux As et Roi-Dix. Mon pote Alex Réard était à côté à ce moment-là, c'était fou, je triple et passe dans les chipleaders. J’ai fait le mieux possible sur ce tournoi, je n'ai pas la prétention de penser que je joue bien. Je suis amateur, j’ai la chance de jouer ces tournois, parce que j’ai des gens qui me soutiennent. Je leur reporte toutes les mains que je joue, j’ai aucun complexe vis-à-vis de ça. Le seul objectif, c’est de n’avoir aucun regret. J’ai des potes très bons qui me recadrent sur la technique. J’ai pris un spot sur la dernière main que je regrette un peu, qui n'est pas fou techniquement. 55e c’est déjà énorme, je suis juste heureux d’être là.

C'est quoi le coup en question ?

On est en bataille de blindes. Moi, j’ai une image plutot tight à la table. J’avais montré deux Rois, deux Dames, j’avais même gagné As-Roi contre As-Roi. Le joueur en SB range ses jetons du coup d’avant. Il avait remporté un gros coup. Il décide de limper de petite blinde. J’ai 76 avec un tapis de 20BB, soit l'average à ce moment-là, j’ai le check-back le plus somptueux, c’est même une aubaine qu'on me laisse voir un flop. Mais, je me suis dit qu'avec mon image, j’ai max fold equity, surtout qu'il vient de gagner un coup et il va pas me call light. Ca va passer tellement souvent, du coup, j’ai appuyé, je lui ai demandé tout, All-in ! Il m’a snap avec As-Roi. Flop As-Roi-10, pas de coeur et je bust sur ce coup. Stratégiquement, c’est pas la folie, des potes qui m’ont dit que sur Snapshove c’était ok. Online je l’aurais fait tous les jours. Mais là, à 55 left sur ce tournoi, je sais que c'est pas ouf, d'autant que le field restant était pas forcément d'un super niveau. J'avais mes raisons pour le faire, mais je sais que c'était pas dingue. Comme m’as dit Hugo Lemaire hier, "Essaie d'oublier qu’il avait As-Roi ici. 90% du temps, on n'en parle pas de ce coup là et t’as pas bust !"

Est-ce qu’on commence à se projeter plus loin à 55 left d'un Event WSOP ?

À 55 left, je me dis rien de spécial, je ne regarde jamais le tableau. J’essaye juste de jouer le mieux possible. Comme je n'ai pas cette pression de l’argent et que je ne suis pas pro, mon objectif, c’est juste de jouer le mieux possible. Sans être parasité par tout l’aspect financier, l’argent, les paillettes. Même si je gagne le Main Event, j’irais peut-être faire un tour chez Robuchon. Deux ou trois fois, avant de rentrer. Je reprends mon boulot, je retourne au taff', j’adore ce que je fais, j’ai pas envie de devenir professionnel du poker, j’ai pas envie de gagner ma vie en jouant au poker, je veux que ça reste du fun. J’ai un équilibre comme ça, amical, familial. Le poker, c’est qu’un des touts petits compartiments de ma vie, même s’il fait beaucoup de bruit, parce que je suis un peu extraverti. 

Tu peux nous parler du coup que tu as joué contre Phil Hellmuth ?

Phil Hellmuth, je le voyais un peu comme une légende. Mais hier, il m'a bien déçu. Je l’ai eu à table, je suis pas très fanboy, mais j'étais quand même content de jouer avec lui. Il était très short, il bougonnait tout le temps, y a un mec qui est venu prendre une photo, il l’a envoyé chier direct. Je comprenais pas, Le mec a 15 bracelets, il est aigri, moi, j’ai pas le moindre début de collier, et je suis très heureux. Arrive un coup contre lui, j’open en MP avec A3. Il défend de grosse blinde avec 8BB. Déjà, je suis surpris, je me dis c’est le trap à l’ancienne. Je bet pour call son tapis à la base. Le flop arrive : A-A-7 rainbow. Sexy. Si je checke, c’est un peu trop obvious. Je fais genre 25% du pot, et là, il me snap raise. Qu’est-ce qu’il me fait ? La turn est Roi qui m’ouvre mon flush draw. Là, il check dans le noir. Je me dis "Qu’est-ce qu’on fait, il a 3 blindes derrière ?" Je le mets à tapis, je pense qu'il va jamais folder. Il se lève, il part en trash-talk de ouf. Il me dit "You have tens ? It’s not possible." Et il finit par folder deux Valets face up. Et là, toute la table est choquée. Je muck ma main, il se rassoit et devient très agressif. J’ai vite mis mon casque, j’avais pas envie de partir en tilt contre lui, vu les insultes qu'il me lançait. Très déçu de Phil, en tout cas. Tu vois comment il a joué ces trois blindes après, c’était nimp. Déçu de la légende. Tout le monde m’a dit que j’aurais du lui montrer un 3, mais j’avais pas spécialement l’intention de le mettre en méga tilt.

Comment tu as vécu le soutien des gens pendant ton deep run ?

C’est à double tranchant, c’est un grand dilemme depuis que je fais partie de cette "communauté" du poker. Déjà, de tempérament, je suis quelqu'un d’extraverti, quelqu'un qui aime communier, partager, chambrer, qui aime l’harmonie. D'un coup, t’as un raz-de-marée de gens qui te soutiennent, parce que tu vas un peu loin dans un tournoi à 3 700 joueurs. Tu sens la sincérité de leur propos. J’arrive facilement à communier à ces gens là, depuis toujours. Mais, plus tu communiques, plus on te colle une étiquette de pro, moi, je suis qu’un fish, et je le vis bien. Je bosse depuis que j’ai 17 ans, le poker, je l’ai découvert à 31 ans, donc ça ne m'a pas chamboulé. Je reçois vraiment beaucoup de messages de soutien et ça fait sacrément plaisir quand même !

Tu repenses à tes tout débuts dans le milieu ? Ça fait quoi d'en être là ?

Quand j'ai commencé à rail les tournois online, à suivre la Maison du Bluff, ou les émissions de poker avec Marion (Nedellec) et Alexis (Laipsker), c'était un vrai plaisir et je découvrais ce milieu en tant qu'amateur complet. Mais quand je fais quelque chose, j’essaie toujours de m’appliquer. Sur le WPT Aria, j’étais avec Erwann Pécheux à la table. Il me dit "Ça joue pas très bien à notre table" et il me regarde d’un air un peu gêné, "d’ailleurs toi non plus." Je lui dis, ok Erwann t’as raison, mais si je t’emmène à mon taff', je te own. Je joue pas très bien, c’est pas grave, c’est pas mon taff'. Moi, je suis juste content d’y participer, je me rends compte que beaucoup de gens aimeraient être à ma place. Ce qui me plait, c’est de partager de la joie. Je me sens en harmonie avec ce que je fais, c’est largement suffisant. Tout le reste, tout ce qui m'arrive ici, c’est du bonus. J’ai découvert le poker à la télé avec les émissions sur l'EPT, j’ai été joué avec des collègues de boulot, puis à l’ACF où j’ai rencontré des gens. J’ai une nature extraverti, je parlais à tout le monde, les gens se demandent qui c'était celui-là. Je crois que j'attire la sympathie. Dans l’absolu, je demande rien à personne. Qu’on me suive ou qu’on me suive pas, je m’en fous, je m’éclate comme ça. Je suis juste un amateur en plein kiff. Mettez-moi sur un 150 balles et je kiffe pareil. J’ai une chance extrême de jouer ça grâce à mes stakeurs, j’aurais pas les moyens de mettre autant d'argent, tous les jours. J’ai la valeur de l’argent. Mettre 600 $, 800 $, dans un buy-in, ce n'est pas anodin. Si ça se passe bien, tant mieux pour moi et mes investisseurs. Mais à la rentrée, ce qui compte, c'est que je sais où est l’adresse de mon bureau et les restaurants où je vais pouvoir manger.

Capitaine_Sy

Abou avec Romain "Le-Capitaine" sur sa table du 600$ Deepstack aujourd'hui