masquer le menu

Sans peur et sans regrets

- 24 juin 2019 - Par Flegmatic

Sandrine Phan termine troisième pour 72 821 $
La Parisienne signe le sixième podium français de l'été
Event #47 : NLHE Ladies Event 1 000 $ (Day 4 et Finale)

Sandrine Phan

L'embellie fut de courte durée. Complètement revenue dans la course au bracelet après s'être chargée d'éliminer Tu Dao en quatrième place, Sandrine Phan n'a pas réussi à poursuivre sur sa lancée, subissant la loi d'une seule et même joueuse, Jiyoung Kim. "À trois joueuses restantes, c'est vrai que j'ai voulu prendre beaucoup de mes boutons, commente après coup Sandrine, et elle m'a beaucoup 3-bet. J'ai dû abandonner ma top paire aussi lors qu'elle m'a 3-barrel sur un board hauteur Roi (la Coréenne avait les deux paires max NDLR) et il y cette main où je la call avec deuxième paire un peu rapidement (Kim avait trouvé la top paire river). Mais dans l'ensemble, et contrairement à la Finale du WiPT, où je savais que j'avais fait quelques erreurs, ici je n'ai pas de regrets. Je ne dis pas que j'ai joué chaque coup parfaitement, mais je ne regrette rien."

Sa dernière main est presque anecdotique, lorsqu'elle envoie sa douzaine de blindes avec K9 et tombe contre le A2 de... Jiyoung Kim, évidemment. Après les 41 000 € déjà remportés en mars 2017 au Cercle Clichy-Montmartre, Sandrine double quasiment ce score, encaissant pas moins de 72 821 $. Pas mal pour un tout premier tournoi WSOP et même un tour premier tournoi à 1 000 $ ! "Honnêtement, je ne m'attendais pas à faire aussi bien, avoue l'intéressée. J'aurais été contente rien qu'avec 4 000 $ ! Évidemment, une fois en finale, je voulais forcément le bracelet, mais j'ai quand même été longtemps short stack." D'ailleurs, sa stratégie pour ce Day 4 était claire : "J'étais prête à foncer, à tenter de voler un maximum de blindes, à gratter des petits coups. Je savais que Lyly Vo était très tight, qu'elle était capable de se laisser mourir à petits feux et c'est ce qui est arrivé. Une fois en 4-handed, j'étais comme en freeroll : je n'avais plus peur, je ne jouais rien d'autre que la gagne, quitte parfois à shove moins bien."

Sandrine Phan OUT

Avec tout le rail français sur la dernière main de son tournoi.

Au final, la pression, Sandrine l'a davantage subi avant que pendant sa finale. "J'étais fatiguée hier soir, je me suis couché à 22 heures, raconte-t-elle, sauf qu'ensuite je me suis réveillée à 4 heures du matin ! Je ne savais pas quoi faire, j'ai voulu aller à la piscine mais il y avait une file d'attente, je n'ai pas compris, donc j'ai tenté de me vider la tête en allant jouer à la roulette. Après avoir perdu 150 $ en cinq minutes, j'ai compris que l'attente allait être longue..." Heureusement, Sandrine a pu s'occuper en répondant aux messages de ses nombreux supporters en France. "L'info a circulé pendant la nuit et je me suis réveillée avec une tonne de messages de la part de ma familles et de mes amis ! J'ai vu que tout le monde commençait à prendre des abonnements à Poker GO, j'ai tenté de leur dire 'Calmez-vous, je suis short stack, gardez votre argent !' mais ils ne m'ont pas écouté. D'ailleurs il doit être bien tard en France, ils doivent être fatigués, je pense à eux. J'ai vraiment hâte de rentrer pour fêter ça avec eux."

Il faut dire que le jeu est une affaire de famille chez les Phan. "On joue beaucoup au baccarat en famille, principalement avec mes cousines. C'est mon père qui m'a transmis cet amour du jeu. Pour le poker, c'est plutôt entre amis. On se fait des sessions de cash game de temps en temps même si ce n'est pas toujours facile de trouver des joueurs." Une passion qui a ensuite débordé dans son travail, lorsqu'elle a cherché et réussi à rejoindre Winamax. "C'est parce que j'ai baigné dans le jeu depuis petite que je voulais rejoindre une entreprise dans ce domaine. J'avais postulé sans trop y croire et finalement ça s'est fait très vite. C'est super de pouvoir mettre les pieds dans un milieu que l'on aime." Même si Sandrine est partie de chez nous depuis maintenant un peu plus de deux ans, son capital sympathie reste intact dans nos rangs, comme l'ont prouvé les nombreux messages d'encouragements à son égard, et la présence dans le rail de l'un de ses anciens collègues du service client, Nicolas alias MagicNiko. "Même des gens que je ne connaissais pas sont venus me supporter (comme Nathalie Schaeffer, 12e de ce même Ladies l'an passé NDLR). On va aller boire un verre tous ensemble et se faire un bon restaurant ce soir."

Ladies Bracelet

Le bracelet attendra, le résultat lui n'en est pas moins superbe.

Et quid des plans sur le long terme ? "Avec mon copain, on avait déjà dans l'idée de partir à Tahiti, on va pouvoir y aller un peu plus tôt que prévu lâche-t-elle, tout sourire. Pour le reste, je ne sais pas trop, il faut que je réfléchisse. Je n'ai même pas encore utilisé mes gains du WiPT alors... En tout cas, je ne compte pas me mettre à jouer durablement des tournois plus chers. Je vais rester sur mes buy-ins de prédilection, autour de 500 €. Avant de venir à Vegas, je m'étais même dit qu'en cas de perf' autour de 40 000/50 000 $ je prolongerai le séjour jusqu'à, pourquoi pas, tenter le Main Event. Mais maintenant, je ne suis plus tout à fait sûre." Ne nous précipitons pas, il y a encore largement le temps pour prendre ce genre de décisions et surtout savourer cette très belle perf'. C'est bien le moins que l'on puisse faire quand on vient de devancer 965 joueuses, après près de 35 heures de poker en quatre jours. Encore un énorme bravo Sandrine !