masquer le menu

Tony Miles : "Je me tue à la tâche pour être un modèle"

- 22 juin 2019 - Par Veunstyle72

Les belles histoires, on adore ça, pas vous ? L'an passé en 2018, ce phénomène de Pierre Calamusa a réussi, presque sans le faire exprès, à nous faire vivre l'une des plus belles histoires de ces World Series. L'histoire d'un Team Pro Winamax Français qui décide de miser une pièce sur le bon poulain, un bestiau Américain qui répond au nom de Tony Miles, et que personne ne connait. Mais Pierre est différent, et pour le coup, il a un sentiment... cet Américain que personne n'a vu venir, Pierre a décide le blanchir. Quelques semaines plus tard, la vie de nos deux gaillards allait être boulversée par près de 5 millions de dollars, à la suite d'une deuxième place sur le tournoi principal de l'été, voir de l'année, le Main Event WSOP.

Un an plus tard, juin 2019, Tony Miles admet ne pas avoir changé, même si son appétit pour le bracelet semble encore plus développé. Sa vie, le poker, sa relation avec Pierre... Tony Miles est revenu sans détour sur cette nouvelle vie que lui a apporté le poker, et vous verrez que finir deuxième, ça n'a pas toujours que du mauvais.

tony miles

Table finale du Main Event WSOP 2018, Tony Miles atteindra la 2e place de ce tournoi pour 5 millions de dollars de gains. Et pas peu fier de représenter Winamax, en l'honneur de son amitié avec Pierre Calamusa

Comment te-sens tu sur ces WSOP 2019 Tony ?

Super ! Je me suis jamais senti aussi bien, je joue bien et je suis très excité à l'idée de disputer ces World Series et de courir après des bracelets.

Quelle est la chose qui la plus changé dans ta nouvelle vie ?

Terminer second de ce Main Event, je pense que ce n'était pas qu'une mauvaise chose, ça te rend plus fort. Cette année, j'ai encore plus faim, j'ai énormément travaillé, je suis encore plus focus qu'avant. L'an passé, je l'étais déjà beaucoup, et il le faut pour aller aussi loin, mais je me sens encore plus fort. 

Qu'as tu le plus changé dans ton jeu ?

Je suis devenu bien plus technique. J'arrive beaucoup plus à balancer mes ranges de 3-bet et 4-bet. Mes Ça fait partie des choses que j'ai le plus travailler... depuis quelques mois seulement dirons-nous parce que je me suis pas mal entrainé aussi au début, physiquement je parle, pour participer à l'émission Ninja Warriors. 

Travailles-tu ton jeu avec de grandes noms du poker ?

On s'est mis d'accord avec Olivier Busquet sur les termes d'un coaching. C'est vraiment passionnant ! On est beaucoup sur Pio Solver, on fait énormément de simulations, et avec lui comme mentor, j'ai vraiment la sensation d'avoir amélioré mon jeu.

C'est quelque chose de nouveau pour toi d'utiliser tous ces logiciels pour parfaire ton jeu, ou tu t'entrainais déjà comme ça avant ?

Ce que je faisais en fait, typiquement, c'était plutôt de regarder des vidéos de coachings, avec des exemples de simulations dans Pio Solver à l'intérieur de ces vidéos. La grosse différence maintenant, c'est que j'utilise Pio pour revoir mes historiques de main, avoir des réponses à mes questions. Ça comprend notamment d'avoir plus d'interprétations et de réfléchir toujours plus loin.

tony miles

Tony Miles cette année face à Erwann Pecheux, dans le refrigirateur du Rio

On se souvient souvent du vainqueur... presque jamais du runner up ! Ressens-tu cette sensation ou penses-tu que tu as pu laisser une empreinte sur ce Main Event ?

J'ai été agréablement surpris de l'accueil des gens, des fans, on me demande encore parfois des photos. Je pense que le fait que le Head's up ait duré si longtemps, à offert une plus grande visibilité. Globalement, j'essaie de ne pas trop porter attention à tout ça, je veux surtout essayer de donner le meilleur de moi même à chaque fois.

A quoi ressemble la nouvelle vie de Tony Miles ? 

Ma vie n'a pas tant changé que cela en fait. J'ai toujours les mêmes habitudes, j'essaie de prendre soin de mon corps, de ma tête. Je me tue à la tâche pour essayer d'être une bonne personne, un bon exemple, un modèle pour les autres. Les gens me connaissent et me jouent différemment, je le ressens, mais c'est juste à moi de m'adapter à tout ça. Non vraiment, je le répète, ma vie est vraiment identique à celui que j'étais il y a un an. Je vis toujours aux Etats-Unis, en Floride, j'attends d'ailleurs toujours que Pierre (Calamusa) vienne me rendre visite. Pour le moment, on est simplement colloc' à Vegas, sur ces WSOP, on a une bonne maison, c'est plutôt cool.

Quelle est ta relation avec Pierre Calamusa aujourd'hui ? 

Il est devenu l'un de mes amis les plus proches, je l'adore, je le respecte beaucoup, je pense que c'est quelqu'un de très intelligent. Je suis ravi qu'on soit devenu si proche.

Mais alors tu vis avec lui ? A quoi ça ressemble de vivre avec Levietfou ?

C'est comme vivre avec une tornade à la maison en permanence ! Non, honnètement cette année Pierre a réussi à parfaitement rester focus, concentré. On suit un régime tous les deux, on fait pas mal de sport, il est concentré sur le jeu, pas sur les soirées, et je suis le premier surpris, parce que c'est un nouveau Pierre qui se dévoile petit à petit. Désolé, mais je ne serai pas surpris s'il venait à gagner quelque chose cet été.

tony miles

Tony Miles a trouvé en Pierre un véritable ami

L'an passé, tu termines runner up... l'objectif n'est donc pas rempli ! Je plaisante... on gagne cette année ?

C'est précisément ce que je veux : ramener un bracelet. Peu importe l'event, je veux ce bracelet, et je l'aurai. Je jouerai sur tous les tournois de No Limit Hold'em, mais je vais me donner plus de chances en tentant de jouer du Pot Limit Omaha, cette variante me plait et me réussit bien. J'hésite même à faire l'event PLO à 10 000$ qui arrive dans quelques jours. 

Le Main Event démarre bientôt. Les caméras seront probablement aussi fixées sur toi, les autres joueurs te reconnaitront certainement, comment envisages-tu d'affronter cette nouvelle pression pour continuer de dérouler un bon poker ?

Tu sais, l'an passé, j'ai joué très longtemps en table télévisée devant toutes ces caméras. Je pense que c'est une expérience incroyable. J'étais en table principale dès le jour 4, puis un peu tous les jours jusqu'à la table finale. J'ai eu le temps de me mettre à l'aise, et aujourd'hui je n'ai aucun problème à jouer dans la lumière. Il y a toujours cette pression supplémentaire quand tous tes gestes sont décryptés au microscope, mais de manière générale, j'ai beaucoup plus confiance, en moi et en mon poker. Je serai prêt pour ce nouveau challenge. 

Redécouvrez le blog de Pierre Calamusa sur cette histoire :
An American Story, Part 1
An American Story, Part 2
An American Story, Part 3
An American Story, Part 4

Merci Tony pour cette interview. Et bonne chance tout de même pour faire mieux cette année !