masquer le menu

La comète de Hallay est passée tout près

- 19 juin 2019 - Par Tapis_Volant

Axel Hallay monte sur la troisième marche du podium
Il réalise sa première perf' à 6 chiffres et remporte 134 817 $
Event #37 : NLH Deepstack 800 $ (Finale)

Hallay Busto

A l’affût des performances tricolores sur les WSOP, on tombe parfois dans les chipcounts sur des joueurs qu’on ne connaît pas. Et l'on est souvent ravi de découvrir de nouvelles têtes, avouons-le. Concernant le cas Alex Hallay, c’est un peu différent. La première fois que j’ai parlé de lui, c’était l’an dernier, ici-même à Vegas, quand on s’était amusés entre couvreurs à dire qu’il était physiquement le mix parfait entre Romain Lewis et Adrien Delmas. La deuxième fois, c’était pour dire qu’il avait atteint le Day 5 du Main Event quelques jours plus tard, terminant 258ème pour un magnifique deep run dans le plus beau tournoi du monde. Il nous avait d'ailleurs gratifié d'une game de légende pendant ce Main Event, à l'exacte bulle. En position de chipleader de sa table, il ouvre UTG avec une paire de 5. Tout le monde passe et Axel retourne sa main pour montrer qu'il n'abuse pas de son statut de chipleader. Mais... la grosse blinde n'avait pas encore parlé, et a vu un 5 chez le français. Axel demande s'il peut jouer le coup avec une carte face up et on l'y autorise. Son adversaire opte pour un 3-bet avec un tapis de 40 blindes, pensant faire passer facilement le français. Mais Axel décide de lui envoyer le tapis pour lui mettre une pression maximale, parvenant à le faire folder devant une table complètement médusée. On sentait bien déjà que derrière ce joueur se cachait un grinder de l’ombre qui tentait l’aventure en tournoi live.

Depuis, on l’a vu à plusieurs reprises sur le circuit, même s’il n’affichait que 4 lignes à son palmarès live… jusqu’à aujourd’hui, où il vient tout juste de monter sur le podium de l'Event #37, un tournoi de No Limit Hold'em à 800 $ l'inscription, pour un gain substantiel de 134 817 $, de loin sa plus grosse performance à ce jour et la 4ème plus grosse performance tricolore de ce Vegas 2019.

La première chose qui m'a sauté aux yeux en observant sa table finale depuis le rail, c’est qu’il a l’air d’être très apprécié par la communauté des joueurs français présents à Vegas. De nombreux français sont passés le supporter et l'encourager tout au long de la soirée, et beaucoup de groupes différents, qui habituellement ne partagent pas de tels moments. 

Comme on pouvait s'y attendre, vu ses qualités techniques, Axel m'avouera que cela fait plusieurs années qu'il est professionnel. "Je suis allé pour la première fois à Vegas l’an dernier, je n'étais resté que deux semaines. Cette année, j’ai décidé de faire tout l’été et un gros programme de tournois. "

Hallay GP

Ce programme intense a eu des répercussions sur son état de forme, comme il me le confiera après coup. " C’est assez crevant de jouer tous les jours, j’étais assez fatigué à 3 left, ça m’a fait faire pas mal d’erreurs ". Un temps chipleader, Axel a pas mal degrind suite à de nombreux petits coups. Mais grâce une réussite insolente preflop, il était revenu dans la partie après voir passé As-Dame contre As-6, Roi-Valet contre As-2 et deux As contre As-10, revenant quasi à hauteur de ses deux opposants à trois joueurs restants.

Sur ce field pas si relevé, même si un certain Phil Ivey a pris la 64ème place du tournoi, Alex Hallay avait clairement la place de rêver à mieux que cette troisième place. " Pour le moment, je ressens surtout beaucoup de frustration et de déception. A 5 left, j’étais très en forme, j’étais très bien, j'avais profité de mon jacuzzi et je m'étais payé un massage pendant la pause (ndlr : en raison de la table télé, le tournoi a été mis en pause pendant 2h30). J’étais très calme, la situation était cool. J’ai chatté les spots qu’il fallait chatter. On se retrouve à 3 left dans un spot un peu rêvé où il y a l’italien qui limpe ses boutons et qui nous permet de jouer beaucoup de flops avec l’américain un peu moins bon. Mais mon stack n'a fait que fondre. J’ai fait pas mal d’imprécisions, notamment avec l’italien qui était assez calling station, je l’ai bluffé toute la journée, et je me suis fait call à chaque fois. Sauf quand j’étais en value. J’espère juste ne pas avoir lâché trop de tells. Je sais que les deux joueurs regardaient ça. J’ai eu pas mal de pression. Sur la fin, à 3 left, j’ai eu un gros coup de fatigue. Je ne pense pas avoir fait de spew, mais quelques imprécisions. "

Ancien joueur d’échecs, Axel Hallay il a joué pendant une quinzaine d’années en compétition (ELO de 2009), il a découvert le poker grâce à un joueur d’échecs qui lui a appris à jouer aux cartes. Lui a stoppé et Axel a continué, se spécialisant dans les tournois multi-tables, uniquement sur le .fr. Connu sous le pseudo Zwugzwang (encore un terme d’échecs) online, il officie notamment comme coach pour le site Spin4Win. D’ailleurs, dans le rail, un certain BV77 m’avouait avoir pris des heures avec lui, le trouvant vraiment très bon.

Chalot_Richez

Clément Richez et Benjamin Chalot dans le rail

Ce que les joueurs présents dans le rail s’accordaient à dire sur Axel, c’est qu'il s'agit d'un énorme bosseur. Comme en attestent ces deux semaines qu’il a passées au Maroc avec Clément « Bibibiatch » Richez et Benjamin « Shal » Chalot, les deux membres fondateurs de la Team ATM (Aim The Millions) au sein de ce qu’ils ont nommé la " Study House ". Au programme, du travail théorique, des simulations GTO et beaucoup de solvers. Pour " constituer la meilleure team de MTT français ", rien de tel que deux semaines complètes à travailler la théorie et à résoudre des problèmes. Paul "Lapatouille" Patouillart me confirmera également les dizaines d'heures passées avec Axel Hallay sur Skype à présenter des simulations sur des thèmes définis à l'avance. " Aujourd'hui, on décide d'analyser les boards pairés et on simule toutes les situations qui peuvent en découler. Le poker est un puzzle dont on assemble les pièces petit à petit ".

Beaucoup de spectateurs présents dans le rail avaient aussi une bonne raison de soutenir Axel. En effet, le jeune grinder avait vendu un package de tournois à 30k$ avant Vegas, et les parts avaient trouvé preneurs très rapidement. " Mes stakers vont être contents, je vais continuer à jouer le programme que j’avais prévu, mais je vais quand même jouer le Main, je pense. C’était pas prévu, mais je vais me motiver. Il reste encore 4 semaines de MTTs, c’est pas fini. On peut encore faire d’autres perfs, d’autres TF ". Présents en masse dans le rail, les stakers ont mis l'ambiance, accompagnés par de nombreux français qui n'avaient rien à gagner dans cette histoire. Et ça a vraiment fait plaisir au héros de la soirée. " Le rail, c’était vraiment top. J’étais assez concentré au début de la TF. Quand je me suis retourné et que j’ai vu une vingtaine de français avec le drapeau français, j’ai vraiment kiffé. Surtout sur cette table télé, où il y a eu des millions qui se sont gagnés et des tables finales de Main Event qui ont été jouées. "

Axel Hallay, qui a choisi pour ce Vegas 2019, de s'installer dans une villa assez cadrée en compagnie de Romain Nussmann et Aladin Reskallah, est content de son choix. " On a une bonne hygiène de vie dans cette villa, un rythme assez calé. On se fait à manger, on ramène des tupperwares pour les tournois, on fait du sport. C’est beaucoup mieux que d’aller au resto deux fois par jour. C’est un bon cadre. Mentalement, j’ai encore des choses à apprendre, c’était ma première table finale et je sais que je serais plus prêt pour la prochaine. "

Comme beaucoup de joueurs qui ont entrevu de près la possibilité de toucher ce tant convoité bracelet WSOP, Axel Hallay ne cherchait pas à cacher sa déception. " Le bracelet, c’était un gros objectif. Surtout à 5 left quand j’étais chipleader. Je gagnais tout preflop à ce moment-là. Je commençais à y penser pas mal, je voulais le bracelet. "

Le rêve s'est arrêté brusquement quand Axel a décidé de resteal As-Valet pour ses 18 dernières blindes, quand Robert Mitchell, le futur vainqueur, détenait As-Roi. Les cris du rail n'ont pas suffi. Et Axel a dit adieu, pour le moment, à ses rêves de bracelet. Mais, après avoir vécu ce moment, il n'a plus qu'une idée en tête. Le revivre une nouvelle fois. Et cette fois ci, il sera prêt !

Hallay Ombre